TOUT SE DÉTOX

Quand la santé revient enfin, il faut le dire et même le crier!

A) PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU TOPIC

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 17:11

DROIT AU BUT
    CAUSES
      Aux médecins qui me lisent, dans les yeux, je leur lis la phrase suivante :
      À la définition de Médecine, le Littré a écrit:Art qui a pour but la conservation de la santé et la guérison des maladies, et qui repose sur la science des maladies ou pathologie.
        Par voie de conséquence, un prétendu médecin qui ne traite pas les causes des maladies dont il est le spécialiste ne relève pas de la médecine au sens du Littré. Or, avec force de menaces publiques par les centres anti-poisons, le diagnostique des causes (ML) a été interdit. Selon le Collège-de-France, le million de personnes Alzheimer sont porteuses d'un excès de métaux-lourds dont le diagnostique a été fait à l'autopsie. Cela veut dire qu'aux millions de français qui sont gavés de métaux-lourds, leurs médecins leur annoncent qu'ils ne sont pas porteurs de métaux-lourds. :/ En dépit de son titre de médecin, un médecin français n'est pas un médecin au sens de la définition de la médecine.

      Selon le Collège de France, l'environnement, le tabac, le sport, l'armée, les champs électro-magnétiques, les pesticides, les métaux-lourds, la modification de la chromatine, l'âge, la dysfonction mitochondriale, le stress oxydatifs (précipitation des agrégats protéiques), l'atteinte de la protéine de l'auto-phagie sont les co-facteurs des maladies dégénératives.
      Or, tout médecin conventionnel prétend officiellement ne PAS traiter aucun de ces facteurs.
      Si vous parlez de ces causes et de leurs traitements à votre médecin, le médecin ne s'y intéressera pas.
      Le traitement des causes des maladies chroniques fait l’objet d’un refus systématique de la part des médecins.
      Si vous traitiez les causes par vous-même, le médecin vous déclarera qu’il ne vous aidera pas en dépit des bons résultats.
      De plus, certains diagnostiques de ces causes font même l'objet d'une interdiction auto-proclamée par les hôpitaux.
      Or, en éliminant les co-facteurs (=causes), les maladies chroniques cessent définitivement et les maladies dégénératives cessent de dégénérer.


    Motif de non-reconnaissance du test de provocation :
      Les prestigieuses sociétés françaises de toxicologie n'ont pas établi les références en population générale.
      Faute de référence, toute analyse est une page blanche.
      Faute de référence, il est donc impossible de savoir si un taux inquiétant est toxique ou pas.
      Les taux du test officiel (sans traitement) ne sont pas récupérables car, avec le traitement, l'excrétion des métaux est augmenté chez tous.
      Comme toutes les personnes normales ont un taux légèrement avec chélateur au dessus de la référence sans chélateur, la référence sans chélateur ne peut pas etre reconduite pour la référence avec chélateur.
      Au final, les sociétés françaises de toxicologie ne veulent pas faire le boulot de référence de la charge en métaux en population générale.
      On croit rêver...
      Les médecins eux-mêmes ignorent que les références n'ont pas été établies.
      Ils pensent, par défaut, que ces références ont été établies et que les maladies chroniques ne peuvent donc pas parvenir des excès de métaux.
      Or, Alzheimer, Parkinson sont des maladies dont on retrouve un excès significatif de métaux post-mortem dans le cerveau...
      Faute de référence, au lieu de dire qu'ils n'ont pas fait leur boulot, ils prétendent que les causes des maladies chroniques n'ont pas encore été décelées...
      Oh, les tartuffes...

      Tous les détails : TOXICOLOGUES EN TOC, LE PAMPHLET.


    Visite chez le médecin
      En vous rendant chez le médecin, presentez-lui cette conférence du Collège-de-France et réclamez à ce qu'il traite les causes.
      Demandez à votre médecin si son traitement traite les causes et refusez les traitements qui ne traitent pas les causes.
      Les médecins s'amusent à prendre les patients pour des cobayes avec des produits qu'ils ne testent jamais.
      Modérez périodiquement les traitements palliatifs qui masquent l'évolution de la maladie : les cellules saines seront dopées de façon masquer le symptôme pendant les cellules malades meurent.
      À terme, les cellules dopées vont finir par vieillir anormalement et devenir pathologiques.
      Ces traitements palliatifs à long-terme sont des fausses-béquilles qui laissent la gangrène grossir jusqu'à un point de non-retour.
      Rappel : une vraie béquille permet de marcher de façon à laisser la jambe blessée se réparer.

      Cependant, un petit investissement personnel sera toujours beaucoup plus efficace qu'un médecin motivé pour traiter les causes.
      Avec le traitement des causes, les symptômes vont baisser : les cellules malades vont redevenir saines et elles vont reprendre du service.
      Les traitements qui ne traitent pas les causent transforme les patients en un élevage de moutons sur lequel le médecin fait fructifier son portefeuille.


    REMÈDES
      Les remèdes traditionnels et scientifiques de ces co-facteurs sont les suivants :
      • Toxines inorganiques (métaux-lourds) : chélations ; techniques salines (BSB, purge yogique, crèmes salines) ; Natranium régul'o (eau minérale).
      • Dysfonction mitochondriale, tension artérielle : exposition au froid (bains frais, 5x : 15' 15°);
      • Toxines organiques (pesticides) : Pancha-karma ; jeûne hydrique ; régime +/- céto ;
      • Métabolisme, dysfonction auto-phagie : régime pauvre en sucre, 2 repas (midi & soir) par jour, légumes verts et un peu de protéines ;
      • L'environnement et les ondes électro-magnétiques peuvent être également traités par élimination des sources ou protections.
      • J'ajoute qu'un traitement contre les micro-organismes revoie à la baisse les parasites commensaux en sur-nombre : huiles essentielles, jus d'ail, et autres produits.
      • Les ventouses ;
      • Et autres de moindre importance listé dans les posts suivants ...
      Certains de ces remèdes possèdent de multiples vertus : exemple, l'exposition au froid stimule également la régénération de façon éclatante.





Voici des explications très concises des gestes pratico-pratiques à mener.
LA DÉSINTOXICATION EXHAUSTIVE 16 JUIN 2020
    Les infrastructures du corps
      Le corps est composé de cinq infrastructures :
      1. L’huile
      2. La mitochondrie
      3. L’oxygène
      4. L’eau
      5. Les micro-organismes

    Le retour à la salubrité de ces cinq infrastructures rétablira la grande santé chronique. Tant qu’il demeure une infrastructure qui n’est pas salubre, les désordres demeurent.
  1. L’huile
      Dans la mitochondrie, le glucose est prioritaire sur les lipides. Par voie de conséquence, une alimentation sucrée ne désintoxique pas les trente litres de lipides qui composent le corps. Une alimentation pauvre en sucre va forcer le passage des lipides dans la mitochondrie. Les lipides toxiques seront donc débités en atomes gazeux dont l’élimination sera majoritairement assurée par les poumons.
      Le sucre pousse les cellules à la division. Les cellules mal placées prospéreront donc. Sans sucre, les cellules mal placées cessent de se diviser et disparaissent.
      À moyen-terme, le régime sans sucre va désintoxiquer intégralement l’infrastructure de l’huile.
      Le jeûne hydrique n’est qu’une version éclatante du régime sans sucre. Mais une alimentation sucrée entre deux jeûnes annihile les effets du jeûne.
      La détoxication des lipides par le régime sans sucre est donc la première intention.
      Ce régime alimentaire est à adopter à vie. Des écarts occasionnels sont possibles tant que des problèmes ne se manifestent pas. Ce régime va traiter les pathologies vivantes : cancers, virus. Les plaques de graisses seront dissoutes, l’athérosclérose et le risque d’Avc seront donc fortement réduits.
      Régime alimentaire : légumes en salade, viande en quantité raisonnable accompagnée de légumes. Donc : pas de pain, ni pâtes, ni glaces,…
  2. La mitochondrie
      La mitochondrie est la centrale énergétique de la cellule. Elle produit de la chaleur en brûlant les chaines carbonées et en les débitant en atomes. La chaleur fait entrer la cellule en action. Faute de mitochondrie, la cellule est dysfonctionnelle. Faute de mitochondrie, la respiration cellulaire est déficiente. Faute de mitochondrie, tous les marqueurs physiologiques (pH, oxygène, stress oxydatif, tension, …) vont légèrement riper de façon à créer des tendances qui offrent un terrain favorable à toute forme de dégénérescence.
      Pour restaurer la fonctionnalité des mitochondries, il suffit de la solliciter.
      Les bains frais stimulent la biogénèse mitochondriale massive par thermogénèse. Cinq bains frais de quinze minutes chacun à quinze degrés devraient restaurer durablement la structure mitochondriale.
      En cas d’intoxication aux métaux-lourds, la mitochondrie est partiellement entravée. Il conviendra d’éliminer les métaux-lourds pour retrouver la fonctionnalité complète de la mitochondrie.
  3. L’oxygène
      Traitement : un peu de sport en plein air : marche quotidienne de 30 minutes.
      En cas d’impossibilité : des bains frais hebdomadaires ou des douches froides quotidiennes.
  4. L’eau
      La désintoxication des 30 litres d’eau est très complexe et très longue. Elle nécessite des apprentissages par gradient de façon à prévenir les incidents. Un régime alimentaire riche en légumes est hautement préférable pour renflouer le corps en minéraux que les traitements vont éliminer. La pratique des bains froids est également hautement préférable pour augmenter significativement la percolation des traitements au plus profond des tissus.
      Les trois traitements suivants sont à pratiquer tant qu’ils sont efficaces.
    1. Les sels de Schüssler et pH
        L’intoxication de l’eau se fait majoritairement par des cations bivalents. La consommation d’une eau minérale riche en anions bivalents physiologiquement abondants dans le corps permet donc de placer les métaux-lourds en compétition magnétique de façon à ce qu’ils soient drainés jusqu’à la sortie des émonctoires.
        Dans un pot, verser:
        1. 12g de NaHCO₃ NATRUM CARBONICUM
        2. 48g de NaCl NATRUM MURIATICUM
        3. 33g de Na₂HPO₄ NATRUM PHOSPHORICUM
        4. 7g de Na₂SO₄ NATRUM SULFURICUM
        Mélanger énergiquement le contenu de ce pot.
        De ce pot, verser un à deux grammes de ce mix de sel dans une bouteille d’eau minérale (Volvic ou Mont Rouscous).
        Dans la bouteille, verser également du jus de citron (Pulco) afin d’abaisser le pH et dissoudre ainsi les cations bivalents que l’on veut faire sortir.
        Ce traitement est à installer en première intention. De plus, il doit être opérationnel de façon à traiter un éventuel incident de largage de métaux-lourds lors d’une chélation ou d’une campagne contre les micro-organismes.
        Ce traitement n’est à prendre que tant que des progrès apparaissent.
        Ce traitement va dissoudre les tissus durs (os et calculs) à long terme, il ne devrait donc pas être permanent.
    2. La solubilisation de chélateurs hydrophiles (Edta, Dmsa)
        Dans un demi-litre d’eau, verser la dose qui convient de chélateur en poudre, ajouter deux grammes de bicarbonate de soude alimentaire.
        Le bicarbonate de soude est haute préférable pour stabiliser le pH et prévenir les incidents par changement de pH.
        Boire à jeun.
        Posologie raisonnable à définir par le patient.
        Commencer par 10mg, jusqu’à la dose max.
        Préférer la prise de la solubilisation pendant des activités physiques de façon à ce que les chélateurs foisonnent dans les tissus profonds.

      Analyses médicales
        Analyse à faire après une chélation (test de provocation)
        Pendant le traitement, fréquence des analyses : tous les six mois.
        Hors traitement, un test annuel ou en cas de fatigue persistante.
    3. La solubilisation de chélateurs lipophiles (Acide alpha-lipoïque)
      1. Dans une bouteille de 100 ml :
          1. Verser 90ml d’huile de sésame
          2. Ajouter 5 grammes de lécithine de soja en granules
          3. Chauffer à 35° max au bain marie.
          4. Ajouter 4 grammes d’acide alpha-lipoïque
          5. Mixer de façon à dissoudre les granules
      2. Au moment de la prise du traitement :
          • Secouer la bouteille avant prélèvement
          • Prélever une cuiller à café, et verser dans un verre à moitié rempli d’eau
          • Mixer le contenu du verre
          • Boire à jeun
          • Fréquence quotidienne, ralentir en cas de fatigue
  5. Les micro-organismes
      Les trois traitements de l’eau doivent absolument être rodés avant le traitement des micro-organismes. Avec les micro-organismes, un abondant lâcher de métaux-lourds peut avoir lieu dans les intestins. Un incident peut également avoir lieu après avoir rodé le traitement des micro-organismes (mo). Les produits nécessaires doivent donc être toujours rapidement disponibles. Ces trois traitements ci-dessus devraient résorber l’incident. En cas de persistance, l’ultime recours est la purge yogique ou le lavement à l’eau saline.
    Spectre
      N’importe quel traitement anti-micro-organisme convient. Cependant, il faut traiter un large spectre de micro-organisme. Pour cela il faudra faire tourner les produits. Les produits naturels conviennent très bien. Le jus d’ail frais est très performant, mais à tester en douceur.
    Traitement
      Chacun choisira son produit, mais il demeure préférable que le produit soit solubilisé et peu concentré.
      Personnellement, j’ajoute des huiles essentielles à la solubilisation de chélateurs lipophile. Commencer à 2% avec des huiles essentielles 100% sûres (palmarosa, tea tree,…) dans les 100ml (soit 2ml, soit 40 gouttes). Augmenter la dose jusqu’à 10% max. Peu-à-peu ajouter quelques goutes d’huiles essentielles puissantes, exemple : 4 goutes d’He de Cannelle/Origan dans la bouteille de 100ml suffisent. Placer la bouteille au frigo de préférence. De cette bouteille, sera prélevée une cuiller-à-café qu’il faudra mixer dans un verre d’eau. Boire à jeun.
      Ainsi, les ml libérés par les mo seront chélatés par l’acide alpha-lipoïque.


L'atelier DÉTOX en vidéo:



  • Présentation
      Mon topic est devenu mon cahier de recherche pour me guérir d'une très lourde intoxication aux métaux lourds. Les études disponibles sur les métaux lourds étaient toujours trop peu détaillées pour savoir si la technique envisagée était pertinente dans le champ d'application qui me concernait. Mon cahier a été un écrit en quinconce, de façon dichotomique et diachronique. J'ai donc veillé à rédiger régulièrement des synthèses de façon à regrouper les informations pertinentes. Avant de commencer ce cahier, j'étais dans un immense dépit par la frustration de ne savoir quel était le catalogue exhaustif de solutions à tous les terrains de maladie chronique. Je suis d'une nature qui fait que je dois comprendre tout ce que je fais. Pour me guérir, il me fallait donc étudier et expérimenter les techniques. Il ne demeure pas moins que des surprises apparaissent, j'ai donc dû les traiter à défaut de les prévenir. S'il y a une zone d'ombre et qu'il y a de très bons résultats mais que je ne comprends pas d'où ils viennent, je suis du genre à tout ressasser depuis le début. Chez moi, c'est un jeu qui vient peut-être de la pathologie elle-même. Tant que je n'ai pas bien bordé les limites, les effets, les ressorts, les tolérances, les imprécisions, les causes sous-jaçentes, ..., je ne suis pas satisfait. Je dois donc faire le nécessaire pour éclaircir la situation quitte à recommencer indéfiniment. Comme j'allais expérimenter des techniques sur moi, j'ai tenté de m'assurer que je comprenais bien tout ce que je faisais :
      • à la fois, dans le détail de détox d'une cellule, et d'une région du corps,
      • à la fois dans la détox de l'ensemble systémique du corps.
      Pour cela, j'ai toujours avancé mes réflexions de façon :
      1. à expliquer le fonctionnement du corps dans un contexte sain (non intoxiqué),
      2. à envisager une intoxication avec des symptômes directs sur la cellule et les impacts subordonnés au niveau d'une région,
      3. et enfin, à penser les moyens de retirer les métaux lourds d'une région dans le cycle global du fonctionnement du corps.
      De posts en posts, ces trois perspectives sont toujours liées. Le cerveau est évidement l'organe le moins accessible, il est placé dans un bunker physiologique. Heureusement, il existe une voie pour le désintoxiquer : celle du renversement de la voie d'intoxication. Il s'agit d'une technique ultime qui ne doit être envisagée que si les autres techniques disponibles ne donnent pas de résultats. Avec les techniques disponibles, j'ai certes réussi à désintoxiquer superficiellement les tissus ordinaires. Mais ces techniques sont beaucoup trop soft pour traiter le cerveau. Je me suis donc orienté vers la manière forte : la déshydratation. Il faut noter que cette méthode est sans herx, mais avec de la mobilisation qu'il faudra minimiser et écouler en temps différé. Il existe des solutions. La méthode Wim Hof semble suffisante pour traiter ces effets secondaires mais il est possible qu'elle parvienne à désintoxiquer tout le corps (donc y compris le cerveau) sans effet secondaire durable. Elle est donc propre. La déshydratation doit donc être considérée en ultime recours. J'ai découvert tardivement cette méthode, je ne l'ai donc pas pu l'essayer quand mes symptômes étaient fort, mais elle semble très efficace.

      J'ai également étayé mes recherches par une enquête littéraire et judiciaire. J'ai découvert que la médecine hérite d'une longue histoire de mécontentement de la part des grands auteurs. Cela est renforcé par un mécontentement des récents présidents de la république. Quand les présidents de la république, quand les grands auteurs de littérature, et quand les patients se plaignent des médecins, c'est que la messe est dite.
  • Rapports d'étape
    • Mes symptômes (Extrait du tout premier post de ce topic - SEPTEMBRE 2016)
        Au plus fort des désordres, et donc avant les chélations, je portais de nombreux symptômes intempestifs qui se bousculaient : marche difficile ; tête lourde ; imprécisions dans les gestes ; articulation orale déficiente par intermittence ; sensations articulaires multiples ; mauvaise humeur ; impossibilité à planifier ; amnésies transitoires ; difficultés à se concentrer ; semi-évanouissements en montant des escaliers ; oublie de fin de la phrase en cours de prononciation ; difficulté à écouter durablement autrui ; impossibilité à faire du sport d'endurance ; impossibilité à lever des masses lourdes ; déséquilibres ponctuels ; sensation de brulures ; grésillements sous la peau ; sensation d'étirements osseux ; sensations de courbatures ; céphalées furtives, céphalées profondes, céphalées ineffables ; électro-sensibilité sévère ; confusion ; bourdonnements continus et virevoltants dans la cavité crânienne ; fatigues en tout genre, fatigues chroniques, fatigues aiguës, fatigues temporaires, fatigues transitoires, fatigues palpitantes ; mal au dos ; légère arthrite ; barbe piquante ; démangeaisons des ongles ; visage raidi ; méningite ; photophobie ; audiophobie ; agoraphobie ; sommeil court et non récupérateur ; impossibilité de se projeter dans l'avenir ; déconsistance du temps long (ceux qui sont passés par là comprendront), anxiétés pour un rien, et tant d'autres pathologies encore...
    • Fin de la descente - JUIN 2018
        Je suis content de m'être sorti de l'ornière où j'étais. Voici à peu près deux ans que je dresse ce cahier personnel de guérison. Quand j'ai commencé mes recherches, j'ignorais que j'allais m'en sortir. Je ne trouvais aucun témoignage de guérison d'une situation pareille à la mienne. Le système nerveux central se délitait peu à peu de façon chronique et irrémédiable. Il y avait aussi une sacrée drôle d'ambiance de fond dans le cerveau sans aucune crise, cela était accompagné par des maux de tête peu supportables et permanents depuis dix ans. De plus, comme je n'avais aucune crise mentale ponctuelle, la médecine n'a donc jamais reconnu cela. Depuis, j'ai découvert que le diagnostique français des métaux-lourds créaient des faux-négatifs quant aux intoxications chroniques. De plus, le diagnostique fiable était étonnamment interdit en France. En sus de la maladie qui assène, les institutions médicales semblent avoir organisé un déni quitte à accabler les malades.
        Il y avait certes quelques bons progrès avec le dmsa mais la tendance ne fléchissait pas. Mon état me semblait désespéré depuis déjà quelques années. Les personnes saines qui voudraient éprouver un échantillon représentatif de cette pathologie peuvent tenter de se faire un Mal Aigu des Montagnes. Le sang va s'alcaniser (pH>pH physiologique), les symptômes suivants devraient apparaitre : Nausées, insomnie, céphalées (maux de tête) ne cédant pas aux antalgiques 1g aspirine, essoufflement au repos, fatigue anormalement importante, vertiges, sensation de tête dans du coton.
        J'ai eu une intuition de guérison quand j'ai découvert qu'un médecin-naturopathe qui traitait la S.E.P. avait été radié par l'ordre et gracié par MM. Mitterrand et Chirac. Je demeure assez perplexe quand les médecins se heurtent aux présidents de la république. Cette grâce indique que la procédure en discipline est instrumentalisée de façon à éliminer les médecins concurrents aux médecins de l'ordre. Avec ces grâces présidentielles, il y avait donc là une piste que l'ordre des médecins voulait absolument nier quitte à révéler le pot-aux-roses. Avec la veille médiatique, j'ai le sentiment que l'ordre des médecins cherche à effacer la naturopathie de France. J'ai donc creusé cette piste car je n'avais pas d'autre solution. Au final, il y existe des solutions de naturopathie. J'ai creusé au mieux ces pistes, cad que j'ai établi le catalogue des méthodologies pour les différences catégories d'organes de façon à limiter les impasses.
    • Rémission - Oct 2019
        Je suis en rémission grâce aux chélassos. Les améliorations parviennent à bon rythme, c'est épatant.
        Tout les symptômes s'effacent à bon rythme comme s'ils n'avaient jamais eu lieu, stupéfiant.
        [img]images/icones/icon2.gif[/img] [img]images/icones/icon2.gif[/img] Je suis en rémission (& Pointage des chélassos)



    Revue historique - Janvier 2020".
      [img]images/icones/icon2.gif[/img] voir série de post "Revue historique
    1. Cycle ATP vs ML
    2. Littérature scientifique
    3. Salubrité et maladies neuro-dégénratives
    4. Parcours personnel de soins
    5. Conclusion


  • TABLE DES MATIÈRES (de la page 14)
    1. PRÉSENTATION (ce post)
    2. ENCADREMENT GLOBAL DE SANTÉ
    3. INTOXICATION AUX MÉTAUX-LOURDS
    4. DÉTOX DU SOLVANT AQUEUX ET DÉCALAMINAGE DES MÉTAUX-LOURDS (Technique efficace de chélation à faire à la maison)
    5. DÉTOX DES ORGANES PÉRIPHÉRIQUES
    6. DÉTOX DU CERVEAU, LUTTE CONTRE LES MICRO-ORGANISMES (Lyme; candida,...) & EHS
    7. DÉTOX DU SOLVANT HUILEUX
    8. MÉDECINE / LITTÉRATURE / JUSTICE / MÉDIAS
    9. REVUE GÉNÉRALE DE MÉDECINE EXPÉRIMENTALE
    10. LES COMPARTIMENTS LIQUIDIENS
    11. RÔLE DES IONS DANS LA CELLULE
    12. DOCUMENTATION (Biblio, mots-cléfs, table des posts)
    13. NOTICE DE MISE EN PRATIQUE
    14. SCHÉMA RECAPITULATIF
    15. ANTI-DÉGÉNÉRESCENCE

  • SCHÉMA DE LA DÉMARCHE PÉRIODIQUE (Hebdomadaire et/ou mensuelle) VERS LA REMISSION.
    À ce schéma, il faut également ajouter les traitements ponctuels (BBS, Purges yogiques), la réforme alimentaire, et autres actions décrites dans cette page.
    Ce schéma est limité aux actions périodiques tant que durent les symptômes.
    Remission.jpg
    Posté en Août 2019.
    Remission.jpg (130.38 Kio) Vu 7589 fois

Dernière édition par Sophocle le Mer 28 Oct 2020 23:02, édité 34 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

B) ENCADREMENT GLOBAL DE SANTÉ

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 17:58



Pour se guérir, il faut d'abord comprendre comment le corps fonctionne en base. Comme je n'ai trouvé nulle-part un petit récapitulatif des grands principes globaux, j'ai donc rédigé un petite notice d'encadrement. Cette notice est placée à la Page 12 de ce topic. Le corps est composé de deux liquides, de l'eau chargée en ions, de l'huile et c'est tout. Il n'existe donc que 2 catégories de toxines : toxines aqueuses, toxines huileuses. Les pathologies sont donc liées à l'un ou à l'autre liquide. À chaque liquide, sa méthode de résolution.

Pour désintoxiquer un corps, il faut ensuite étudier les anomalies dues aux pathologies. Les ions se diffusent dans l'eau, donc les ions migrent avec la migration de l'eau. Or, les métaux lourds sont des ions, ils sont donc étroitement liés à l'eau, mais l'eau est elle-même étroitement liée aux membranes lipidiques (huile) des cellules. Les lipides, l'eau et les ions sont les trois éléments en jeu dans une intoxication aux métaux lourds. Pour bien comprendre la synergie du corps, ces trois éléments doivent appréciés de façon isolés et intriqués entre eux.

  • TABLE DES MATIÈRES
    1. ENCADREMENT GLOBAL DE LA SANTÉ PAR LA NATUROPATHIE (Page 12)
    2. LES DEUX UNIQUES COMPOSANTES : L'HUILE ET L'EAU
    3. LE CYCLE DE L'HUILE ET LE CYCLE DE L'EAU
    4. LES MALADIES
    5. LES TECHNIQUES DE NATUROPATHIE
    6. ÉLITES ET MÉDECINE

  • PETIT RÉSUMÉ DE CET ENCADREMENT
        Les toxines se subdivisent en deux catégories :
        les toxines aqueuses (ou inorganiques, ou ioniques, ou sels),
        et les toxines huileuses (ou organiques, ou lipidiques : -CH2-CH2-).

        Les huiles sont des chaines d'atomes dont les liaisons sont fortes.
        Les sels sont des pairs d'ions dont les liaisons sont faibles.
        Les ions sont très mobiles et les recombinaisons de sels sont donc multiples.
        Les toxines aqueuses diminuent la fonction et l'activité des cellules, et les toxines huileuses altèrent la structure des cellule.
        Au cours des années, ces toxines s'accumulent.
        Il convient donc de les éliminer pour rétablir un corps en grande santé.


      LES TOXINES AQUEUSES
        Les toxines aqueuses sont des mixes ioniques non-physiologiques qui perturbent l'équilibre de la solution ionique de la cellule.
        La fonctionnalité de la cellule en est donc réduite.
        exemples :
        la cellule musculaire se contracte faiblement avec un gradient de force qui correspond au gradient d'ions non-physiologiques présent dans la cellule.
        le potentiel d'action de la cellule nerveuse est entravé, le signal électrique est donc coupé.
        la cellule intestinale ne digère pas, et ainsi de suite ...

        Pour faire sortir les toxines inorganiques (ions) de la cellule, il faut extraire l'eau des cellules car les ions flottent dans l'eau comme le sel se diffuse dans un verre d'eau. Pour cela il existe plusieurs moyens, le sauna, la déshydratation, le jeûne sec, le sport, l'osmose, la méthode Win Hof (bains glacés, respiration)... Selon la configuration de l'organe (bouche, intestins,...), certains résultats sont rapidement définitifs (bouche, intestins). Mais lorsque l'intoxication est généralisée, la solution adéquate serait de répéter et d'alterner ces méthodes pendant aussi longtemps que nécessaire.

        Les métaux lourds revêtent principalement la forme d'ions, il font donc parti des toxines aqueuses.
        La forme ionique des métaux lourds active les symptômes dans le corps.
        Les huiles peuvent également comporter un atome de métaux lourds.
        Cette forme n'active que peu de symptômes dans le corps.
        Cependant, cette forme est susceptible d'être métabolisée, les ml vont être transformés en ions et ils vont donc d'activer des symptômes.


      LES TOXINES HUILEUSES
        Les toxines huileuses sont des chaines carbonées CH3-CH2-...CH2-CH3. Elles sont également appelées toxines organiques. Ces toxines désorganisent la structure de la cellule. Les toxines huileuses ne sont pas métabolisées tant que la cellule dispose d'huiles saines, ces toxines sont remisées par la cellule et elles s'accumulent donc. Les toxines huileuses se subdivisent en trois sous-catégories : glucides, lipides, protéines. En adoptant un régime privé de l'une des trois catégories, le corps va donc métaboliser les toxines pour les transformer en chaleur. Pour éliminer les toxines huileuses, il faut forcer la cellule à les métaboliser par la privation d'alimentation. Les stocks de glucides et de lipides délaissés en temps ordinaire vont être métabolisés pendant un jeûne pour produire l'énergie dont à besoin le corps. En faisait trois régimes (l'un sans glucide, l'autre sans lipide, et le dernier sans protéine), il est donc possible de parvenir à une baisse partielle de ces toxines en les traitant séparément. Il est ainsi possible de réduire significativement la crise de métabolisation qui se produirait au cours d'un jeûne. Au cours d'un jeûne, l'élimination des toxines huileuses vont s'enchaîner dans une séquence rapide. Il en résulterait éventuellement une crise un peu forte.
        Lors du métabolisme, les lipides vont donc être débités en ions. Ces toxines vont changer de catégories, elles vont passer de la catégorie huileuse à la catégorie aqueuse. Il faudra donc éliminer l'eau après une désintoxication des huiles. Quand le corps est déjà trop encombré d'ions indésirables, il convient d'abord de renouveler l'eau du corps pour baisser la charge en ions, ensuite de métaboliser les toxines huileuses et enfin de renouveler (à nouveau) l'eau du corps.

      SYMPTÔMES
        Ces toxines ne créent pas de symptômes précis. Cependant, les fonctions corporelles sont diminuées. Le corps présente donc un terrain favorable aux pathologies chroniques, baisse du système immunitaire, bactéries, troubles digestifs, fatigues, perte de concentration, trouble de la mémoire, arthrite, douleurs, perte d'endurance, perte d'intensité sportive, tremblements, imprécisions dans les gestes, vertiges, céphalées, parkinson, alzheimer, cancers ...
        nota : la consommation courante de glucides entraine une deuxième forme dégénérescence chronique, cela repli l'adn de la cellule. L'adn n'est donc plus transcrit en protéine, la cellule perd peu-à-peu la capacité de se réparer. Les cancers vont donc prospérer sur ce terrain-ci. Le régime anti-cancer est le régime cétogène. En cas de cancer avancé, le jeûne demeure une arme redoutable pour éliminer la tumeur.

      DÉLAIS
        En un seul jeûne, il est possible d'éliminer tout le tissu adipeux et donc d'éliminer toutes les toxines huileuses. Cette désintoxication peut donc se faire rapidement en quelques semaines. Cependant, il n'est pas possible de renouveler l'eau du corps en un seul coup. Pour cela, il faudra écoper. Pour renouveler toute l'eau du corps, il faudra peut-être plusieurs mois à plusieurs dizaines de mois selon les niveaux d'intoxication.


  • SYNTHÈSE ANALYTIQUE SUR L'EAU, LES IONS, L'HUILE.
    1. L'eau
      L'eau du corps joue le rôle de support d'échanges. L'eau gonfle les cellules comme le vent dans une voile, il en faut ni pas assez ni trop pour maintenir la bonne pression. Mais l'eau permet également d'absorber des éléments, de les transporter et de les conserver dans la cellule. Tous les échanges du corps se font par l'eau. Cependant, l'eau est dispersée, elle est majoritairement retenue dans des milliards de cellules qui fonctionnent comme un barrage. La dynamique de l'eau que nous consommons n'est donc pas représentative de la dynamique de l'eau dans la cellule. Il existe un délai qui lisse les excès et les manques d'eau. Par exemple, quand on ingère trop d'eau, l'eau rentre dans le sang par les intestins, et ressort directement par les reins. L'eau ingérée en excès n'a donc absolument pas transité par les cellules car l'excès d'eau maintient une pression constante dans la cellule. Or, le léger excès d'eau est une habitude de vie, et or, c'est ce transit qui est désintoxique la cellule. Pour activer ce transit, il faut donc diminuer régulièrement la consommation d'eau de façon à ce que les urines cessent d'être abondantes pendant une demie-journée, une journée, ou 2. En pratique, il est possible de cesser de boire tant que la gorge n'est pas déshydratée. Puis, il faut se ré-hydrater en ne buvant que de l'eau exclusivement minérale (éviter café,alcool,... les effets sont démultipliés car les substances rentrent abondamment dans la cellule. La cellule fonctionne comme une éponge, il faut d'abord la vider de son eau pour qu'elle se ré-imbibe d'une nouvelle eau pure ensuite. C'est en répétant ces mini-déhsydratations que le corps se désintoxique de façon chronique. Scientifiquement, le volume d'eau dans la cellule va varier par la différence de concentration en solutés des deux côtés de sa membrane, c'est-à-dire par osmose. C'est donc tout simplement en cessant de boire qu'on désintoxique son cerveau d'une intoxication aux métaux lourds. Mais d'autres organes nécessitent d'autres techniques. La dynamique de l'eau est donc la clef de compréhension d'une désintoxication aux métaux lourd. Par ailleurs, cette dynamique explique comment une intoxication passe des amalgames dentaires jusqu'au cerveau de façon passive.
    2. Les ions
      Les ions ont plusieurs rôles dans la cellule. Les ions constituent une dynamique vivante de la cellule en temps réel. La cellule va donc activer des différences de concentrations entre ions pour maintenir une différence de potentiel au niveau de la membrane. Par ces différences de concentrations, certains ions vont devenir des messagers,... Exemple, la libération du calcium contracte la cellule musculaire et informe la cellule voisine de se contracter. Voir illustartion :Calcium signalling, youtube. Il y a donc des vagues ioniques intra- et inter-cellulaire pour qu'une population de cellules agissent de façon synchronisée. Mais les ions sodium et potassium propagent également l'onde électrique le long des nerfs au niveau de la membrane. Les ions jouent donc un rôle décisif dans la tonicité et la fatigue d'un corps. La membrane cellulaire étant chargée négativement, les ions les plus mobiles sont donc des cations, des ions postifs, +. C'est pourquoi une cellule s'intoxique avec des métaux lourds, c'est parce que les métaux sont des cations (ions +).
    3. Les lipides
      Les lipides sont des chaines dites organiques, CH3-CH2-CH2-... Ils ont deux rôles majeurs dans le corps. Le premier rôle est de libérer de l'énergie (chaleur) lors du démembrement de ces chaines en maillons individuels (ions). Or, les lipides sont stockés dans le tissus adipeux et le cycle des lipides est semblable que celui de l'eau. Quand on en mange tous les jours, les lipides ingérés sont directement adressés aux cellules, le tissu adipeux est donc stationnaire. Comme le tissu adipeux a tendance à s'intoxiquer car la cellule écarte les lipides intoxiqués si une réserve de lipides sains sont disponibles, il faut donc renouveler le tissus adipeux par la diète pour le désintoxiquer. Le deuxième rôle des lipides est de composer la bi-couche de la membrane cellulaire qui va réagir comme une paroi poreuse. Comme un barrage avec un débit de fuite lent en eau, cette paroi va donc retenir l'eau et les ions qui migrent dans un sens ou dans l'autre. De plus, elle a un effet retardateur variable selon le volume des molécules de façon à activer des différences transitoires avant un rétablissement de l'homogénéité ou du gradient de la concentration des ions.
    4. L'eau et les ions
      Naturellement, les ions se comportent dans l'eau comme le sel dans l'eau. Ils se dissolvent de façon à créer une répartition homogène. C'est la diffusion ionique. Les ions flottent naturellement dans l'eau de façon équidistante des uns aux autres. En cas de contact entre deux compartiments liquidiens, les ions d'un compartiment va diffuser dans le compartiment voisin. Mais la cellule dispose de très nombreux processus pour sélectionner et pomper les ions contre le gradient naturel, ou pour séquestrer certains ions, ou pour libérer les ions... Les métaux lourds vont donc se diffuser peu à peu de cellule à cellule. Les désordres engendrés par les ML vont s'exprimer quand toute une population de cellules sera intoxiquée. Les symptômes apparaissent et disparaissent par organes ou par régions. Cependant il existe des liens à distances, exemple : le mercure dentaire va intoxiquer les intestins par la migration de l'alimentation. Les ML vont perturber les équilibres ioniques dans un gradient de force sans pour autant nécessairement les empêcher ni les renverser. Le symptôme d'une intoxication générale aux métaux lourds est donc une fatigue chronique augmentante et toute la panoplie de symptômes locaux qui peuvent y être associés (multiples dévitalisations, angoisses, stases,...).
    5. L'eau et l'huile (lipides)
      L'huile et l'eau ne se mélangent absolument pas. Cependant, les lipides organisés en fine bi-couche forment donc une barrière poreuse contre l'eau. Cette particularité est décisive pour stabiliser et écouler les volumes d'eau. Par la variation de la lymphe, on peut induire un comportement à toutes les cellules. La membrane est une frontière poreuse entre deux milieux aqueux entre lesquels des nombreux échanges (ions, lipides, ...) doivent avoir lieu. Il faut bien imaginer qu'il existe des milliards de gouttelettes d'eau qui sont retenues dans les cellules, mais toutes ces gouttelettes sont au contact d'un même et unique compartiment liquidien : la lymphe, également appelé l'extra-cellulaire. Les cellules vibrent donc toutes au rythme du changement de la concentration de l'eau extra-cellulaire. Cependant, selon l'accessibilité de l'organe depuis l'extérieur et selon sa composition en eau et en huile, la réaction des organes varient d'une technique de détox à une autre. Par exemple, pour désintoxiquer le cerveau et les organes non accessible par l'extérieur, il faudrait se déshydrater ; pour désintoxiquer le tissu adipeux, il faut faire une diète ; pour désintoxiquer les gencives et les intestins, il faut injecter de l'eau salée. Mais il demeure un organe qui résiste à la déshydratation, c'est la peau. La peau est un organe qui ne régit pas à l'osmose car elle est cernée par deux couches lipidiques qui ont justement pour rôle d'empêcher la déshydratation de la peau et du corps tout entier.
    6. L'huile et les ions
      Contrairement à l'eau, les ions ne diffusent absolument pas dans l'huile. Mais le métabolisme dégrade les lipides en ions. Quand les graisses sont consommées, les atomes de métaux lourds qui trainent dans les chaines organiques vont donc se retrouver à se diffuser sous forme d'ions dans l'eau. Pour désintoxiquer tout le corps, il faut donc deux actions de détox de façon séquencée, la première : le métabolisme des graisses (diète, pancha karma), la deuxième : l'élimination de l'eau par sudation ou par déshydratation.
      La différence entre les ions et les huiles, c'est que les liaisons atomiques sont faibles pour les ions et fortes pour les huiles. Les ions s'associent par paires et par polarités, mais leurs liaisons sont faibles, les ions sont donc mobiles, ils s'associent, et se dissocient entre eux en fonction des éléments qu'ils rencontrent dans l'eau. A contrario, les liaisons des lipides sont fortes, les atomes sont fixés les uns aux autres. Les lipides sont donc stables tant que la cellule n'opère pas une recombinaison par des processus volontaires. Les lipides forment donc la structure de la cellule et les ions interviennent donc dans la fonctionnalité de la cellule.
    7. Les lipides, l'eau et les ions.
      Ces trois éléments forment donc un système stable avec un ralenti passif tendanciel mais avec de nombreuses possibilités d'actions et de renversements de tendance. Par exemple, en adoptant un jeûne intermittent sec, la tendance à l'intoxication est renversée.

Dernière édition par Sophocle le Lun 13 Juil 2020 07:26, édité 3 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

C) INTOXICATION AUX MÉTAUX LOURDS

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 18:07



  1. Toxicité des métaux-lourds selon le Collège de France + Élucidation de l'E.H.S.
      Ces cours sont une revue pour tout public de la littérature scientifique de la rechercher expérimentale sur le sujet des Nano-ParticuleS (nps).
      La réponse du corps aux dosages de métaux-lourds y est donc exposée.
      Sans évoquer directement l'ehs, le phénomène d'électro-sensibilté y est également décrit en détail dans le cadre d'une thérapie de tumeurs par administration de ml en nps et par application d'ondes oscillantes.
      Le fait que cela soit décrit au Collège-de-France revêt le meilleur caractère institutionnel qu'on puisse rêver.
      Encore quelques coups de béliers, et le déni Français finira par tomber prochainement. [img]kator/smiley19.gif[/img]


  2. "La thérapie par la chélation" - Documentation scientifique
      Description quasi exhaustive sur les intoxications, les métaux, les chélateur, ...
        1. Chimie générale de la toxicité des métaux et des fondements de la complexation des métaux
        2. Agents chélateurs comme agents thérapeutiques Composés - Principes de base
        3. Diagnostic et évaluation des intoxications par les métaux
        4. Traitement par chélation lors de surexpositions aiguës et chroniques aux métaux - études expérimentales et cliniques
        5. Reconstitution des radionucléides
        6. Traitement par chélation dans les maladies liées au stockage des métaux
        7. Directives pour le traitement clinique du métal - Les intoxications - Utilisation et mauvaise utilisation des agents chélateurs
        8. Conclusions et lignes directrices pour la recherche future
      [img]images/icones/icon2.gif[/img] Thérapie de chélation - le traitement intoxication des ml et posts suivants.


  3. Revue de littérature scientifique
      Voici une revue de littérature scientifique sur l'intoxication : Mercure, Toxicité et Traitement : Revue de Littérature.
      C'est un article scientifique qui brosse tous les aspects à prendre en compte dans une intoxication au mercure. Cette revue est donc très utile pour dessiner le contour de la dynamique des ML dans le corps afin de cibler les jalons d'une détox bien ordonnancée. On y voit qu'il y a deux formes de mercure, organique et inorganique.

      Chapitres de l'article :
      • Pharmacocinétique, Toxicité, Clinique
      • Sources de l'exposition au mercure
      • Le mercure organique
      • Le mercure inorganique
      • Évaluation en laboratoire de l'exposition au mercure
      • DMPS


      Faux-négatifs du diagnostique français.
        Cette revue de littérature scientifique indique que la charge corporelle de mercure ne corrèle pas avec l'analyse de sang.
        Elle ajoute également qu'il faut faire une analyse pendant le traitement (test de provocation) car la sortie des métaux lourds est forcée.
        Il suffit donc de faire un prélèvement à la sortie des émonctoires (urines) à ce moment-ci.
        Or, le diagnostique français est strictement établi hors période de traitement, les métaux-lourds ne sont donc pas forcés à sortir, le résultat peut donc être un faux-négatif.
        Il est très singulier de ne pas reconnaitre un prélèvement qui a été établi au moment où les métaux lourds sortent par les émonctoires, a fortiori quand la sortie est provoquée par la même gamme de produits que les centres anti-poison utilisent pour traiter leurs patients.
        En dépit de mes nombreux appels aux centres anti-poisons, ces derniers ont systématiquement exigé que je passe ces diagnostiques non-fiables pour que je puisse être reçu par leurs services.
        Or, mes analyses selon le diagnostique allemand sont positives en dépit que mes analyses selon le diagnostique français soient négatives.
        Les centres anti-poisons pratiquent donc un barrage avant examen de contrôle.
        Tout comme dDe mauvais outils font de mauvais ouvriers, de mauvais diagnostiques font de mauvais médecins.
        Sans les reconnaitre, un tel barrage dans un tel contexte révèle que les médecins français connaissent les limites de leurs diagnostiques.
        Devant les limites de leurs diagnostiques, les centres anti-poison ont organisé une politique d'éviction en excluant le patient avant d'entrer dans leur service.
        En dépit que j'ai répondu à leur demande que je leur adresse mes analyses allemandes, ils m'ont demandé de revenir avec des diagnostiques réalisés selon les protocoles français.
        [img]images/icones/icon2.gif[/img] Centre anti-poison.
        Dans Cymbeline, Shakespeare a écrit:"La pendaison est le chemin de la cécité" .

  4. Comment forcer la reconnaissance de l'intoxication par les centres anti-poison en dépit des faux-négatifs :


  5. Engrenage fatal et Réservoir de maladies chroniques
      Ces faux-négatifs sont lourds de conséquences. Ils établissent une erreur de diagnostique à la racine du problème. Par diffusion ionique, les mix cellulaires en minéraux vont s'altérer progressivement par la propagation de cellules en cellules. À cause d'un diagnostique qui aura prétendument écarté la piste du problème ionique, les médecins seront donc aveugles sur le domaine des causes. Les zones fonctionnelles du corps vont donc céder avec douceur les unes après les autres, immunité, sommeil, tonicité, réactivité, faim, digestion, drainage, retours à l'équilibre et tant d'autre... La nature du problème fait qu'une neige se dépose en silence sur les fonctions corporelle et qu'elle se consolide avec les années. Toute la machinerie médicale française va être leurrée. Les analyses connexes ( ex: rapport Na/Cl, et tant d'autres, ...) vont éventuellement indiquer des anomalies dont le diagnostique et la résolution ne seront pas pertinents. Le leurre durera à vie, les fausses hypothèses vont se succéder. Les thérapies seront provisoirement efficaces car elles ne pallieront qu' à un désordre de deuxième ou troisième rang. Des petits progrès vont s'enchainer grâce à la compensation de troubles connexes, les faux espoirs vont s'enchaîner. Mais les complications inextricables à la racine vont donc lentement s'aggraver en silence jusqu'à ce que toutes les coutures craquent. Avec la négligence des empoisonnements chroniques, des réservoirs de malades chroniques apparaitront. Les traitements connexes vont devenir des abonnements à vie. Par cette négligence, la médecine se constitue un réservoir de maladies chroniques qui lui assure un confortable coussin d'activité. Les problématiques s'accumulent donc au-delà du problème de santé, la réponse médicale est chroniquement inappropriée. Comme toute institution, la santé a besoin d'un contre pouvoir. En dépit d'une médecine occidentale officielle à l'étranger qui résout factuellement ces problèmes depuis plus de 40 ans, la médecine française demeure impuissante à enrayer la progression de tels symptômes. Avec le parcours de grands auteurs vraisemblablement empoisonnés, Artaud, van Gogh, l'institution semble s'être transformée en une machine qui ne joue que son propre intérêt.


  6. Ambiances sur- ou sous-activées prêtes à s'emballer [img]kator/smiley252.gif[/img]
      Les métaux-lourds altèrent la composition minérale des cellules. Les propriétés de l'eau physiologique sont altérées, conductivité, résistance, réactivité, pH, tonicité, fluidité, ... Le mix physiologique en minéraux donne une palette de propriétés que les métaux-lourds vont perturber. Chaque cellule cellule possède son mix minéral. Il existe certes une grande tolérance de la variation du mix minéral mais des gabarits de mix ne doivent pas être dépassés.
      L'empoisonnement va légèrement sous ou sur-activer des propriétés des cellules. Selon certaines circonstances de la vie quotidienne, cette sur- ou sous-activation va être propice à des emballements. Ces emballements peuvent être contrecarrés par des mesures de désamorçage. Ces ambiances peuvent s'ajouter les unes aux autres et elles peuvent s'activer les unes les autres.
      • Inflammation
          Une inflammation de bas niveau va être activée par la présence de métaux lourds dans la cellule. Cette inflammation va créer une faiblesse chronique de la cellule. Les ondes électromagnétiques agitent les ions des métaux-lourds. Cette inflammation peut donc s'emballer avec la proximité des ondes électro-magnétiques.
      • Hyper-tonicité
          Le pH de la cellule est anormalement rehaussé, le volume de la cellule est donc anormalement élevé. Cela crée une hyper-tonicité qui rend la cellule peu-à-peu atone. Les variations en hausse du corps en eau vont donc créer des pics d'hyper-tonicité des cellules empoisonnées. Les symptômes du mal aigu des montagnes peuvent apparaitre (céphalées, vertiges, œdème, fatigues,...).
      • Dépolarisation
          La conductivité électrique de la cellule va être altérée. Le seuil de détonation, le plateau électrique, la repolarisation, les transports des ions à l'inverse du gradient peuvent être altérés de façon à créer de nombreuses formes de perturbation électrique de la cellule nerveuses. Les cellules réceptrices sont les plus sensibles, et donc elles sont les premières touchées par un léger empoisonnement. La faim, le froid, le chaud, la pression, ... sont incorrectement relevés. Les décisions automatiques du système nerveux sont déclenchés de façon anormales.
      • Motifs de Turing
          Les gabarits du motifs du turing peuvent être également altérés. Les lois statistiques de l'auto-organisation des cellules sont donc perturbées.


  7. Maladies opportunes, Candida, Lyme
      Les métaux lourds baissent la fonctionnalité des cellules. Avant même qu'il y ait des symptômes propres aux métaux lourds (fatigue, inflammation,...), le système immunitaire peut pâtir de ralentissement, et donc il peut laisser entrer des micro-organismes. La maladie de Lyme et la candidose peuvent donc être apparaitre à cause des métaux lourds mais sans que la cause primaire soit décelée. Quand il devient très difficile de se défaire chroniquement de ces deux maladies malgré toutes les acrobaties alimentaires, la détox des métaux-lourds semble une piste pour réactiver le système immunitaire à son top.


  8. Anecdotique : si on fait la prise de sang pendant un jeûne sec, il y aurait alors quelques traces de métaux-lourds qui apparaitraient : Test sanguin simple de ML


  9. E.H.S. - Rapport de l'Anses de 2018.
Dernière édition par Sophocle le Mer 19 Fév 2020 13:12, édité 13 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

D) DÉTOX PUISSANTE DES MÉTAUX-LOURDS

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 18:33

Pour éliminer les ions, il faut activer le corps de façon judicieuse, de sas en sas. Il faut combiner des techniques dont la force ne doit être ni trop ni pas assez pour qu'un brassage ait lieu de l'intérieur des cellules jusqu'à l'extérieur du corps. Un ordonnancement et un dosage doivent donc être ajustés de façon à écouler au mieux les toxines. Avec les bains froids, chauds, et de la marche, on peut déjà sur-activer un cycle complet de l'hyper-oxygnéation des tissus et de la désintoxication des ions fâcheux. Cette détox est un traitement en première intention qui peut-être renforcé par des déshydratation en cas de manque de résultat sur le cerveau. Cependant, il faudrait maintenir cette pendant les périodes de déshydratations pour pallier aux problèmes de relocalisation et d'effets secondaires. Les ions sont étroitement liés à l'eau du corps. Les douches froides sont donc la clé de voute de la guérison car elles oxygènent les tissus et qu'elles détox les tissus. Avec les douches froides, les capillaires vont s'activer, se renforcer et se multiplier. Les tissus vont renverser leur physiologie : ils vont passer d'hypoxie et intox à hyperoxie et détox.


  1. CHÉLATION PUISSANTE ET AUTONOME DES MÉTAUX-LOURDS (Y COMPRIS DU SNC) ( [img]kator/smiley252.gif[/img] - 18 sept 2019)
      Pour chélater les métaux-lourds profondément enfouis dans le cerveau avec une pratique réalisable à domicile,
      • cela peut se faire en ingérant les chélateur dans une solution chaude,
      • et en activant fortement les capillaires par des activités physiques appropriées.
      Suivie d'une élimination par les reins, cette technique offre un foisonnement et une percolation des chélateurs avec les métaux-lourds jusqu'au fin fond du cortex cérébral.
      La détox de l'intra se fait par rebond et par diffusion ionique, il conviendra donc de renouveler cette technique autant de fois que nécessaire.
      DECALAMINAGE.jpeg
      Schéma physiologique des interactions entre le bain froid et la solution chélatrice.
      DECALAMINAGE.jpeg (32.79 Kio) Vu 7201 fois


  2. Ateliers de confection des solutions.
      La confection de mes recettes sont filmées.
      Les vidéos sont disponibles sur Youtube : Atelier de détox.
      Ces films sont regroupés dans une playlist.
      Beaucoup de sujets sont abordés, novices, ordonnancement, précautions, dosages, micro-organismes, ...

    • 1: Atelier des chélations : prévention, ordonnancement, posologies, produits. (Sous-titres)
    • 2 : Test fiable des métaux-lourds à petites doses de chélateurs (Sous-titres)
    • 3 : Préparations : Sels de Schüssler, Mix d'huiles, Solutions chélatrice, Crèmes peau. (Sous-titres)
    • 4 : Activités physiques pendant l'ingestion de la solution chélatrice (Sous-titres)
    • 5 : Physiologie générale du corps (Sous-titres)
    • 6 : Détox des muqueuses, bains salins, purge yogique, bouche, intestins, ORL. (Sous-titres)
    • 7 : Traitement des Micro-Organismes chroniques (Sous-titres)


  3. Posts des solutions






Dernière édition par Sophocle le Jeu 27 Aoû 2020 17:41, édité 13 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

E) DETOX SPÉCIFIQUES D'ORGANES

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:03

Pour une intoxication locale aux métaux-lourds, voici des techniques pour traiter spécifiquement et rapidement les organes suivants :

    Préalable à toutes les détox. (Optionnel fortement préférable).
      Une réseau dense de capillaires est une situation préférable de détox.
      La multiplication des capillaires et des mitochondries est un matelas de sécurité et un ressort vers la bonne santé.
      Avec ce matelas et ce ressort, il sera plus aisé de se lancer dans de longues campagnes de détox inorganiques (chélations), organiques (pancha-karma) et de micro-organismes.
      De plus, les maladies dégénératives devraient être prévenues, ou désamorcées, ou traitées.
      BainsFroids.jpeg
      Dopage des capillaires et des mitochondries par le froid et par la diète cétogène.
      BainsFroids.jpeg (56.29 Kio) Vu 8392 fois

  • Intestins : rétablir rapidement la fonction digestive avec un Purge Yogique à 40g/l.
  • Peau : Crème saline III - suite.
  • Tension artérielle (dévascularisation cérébrale, sommeil, endurance, fatigue, manque de tonus...) : Douches froides, la mitochondrie (centrale énergétique).
  • Dents, racines : hygiène buccale
  • Gynécologie, et post suivant : Juliette et Roméo.
  • Cerveau, Cervicales, trapèzes, mal de dos, tendons, muscles, peau, ... : Ventouses.

ORL
  • Nez : Spray nasal hypertonique (ça s'achète en pharmacie), 15g/l. Répéter l'application tous les jours pendant plusieurs semaines/mois.
  • Oreille : Sous exécution médicalisée, il semble qu'une opération soit possible : ouverture du tympan, lavement.
  • Sphère bucale : désintoxiquer la bouche par des Bains salins de bouche, y compris pour les ex-porteurs d'amalgames.
  • Yeux : Collyre hypertonique. À répéter tous les jours pendant plusieurs semaines/mois.


Je place, ci-après, une panoplie de techniques toutes éprouvées .
  • Voies O.R.L. (nez, yeux, oreilles)
  • Voie pulmonaire,
  • Calculs foie et vésicule biliaire : cure Clark (voir méthodo sur le site de naturopathes (ex : S. Tétart). C'est une cure qui devient urgente quand les selles sont régulièrement blanches ou qu'elles ne sont pas régulièrement marron. Là, les canaux sont obstrués et la bile ne se déverse pas dans les intestins.
  • Aux tissus adipeux, par la diète, le jeûne, voir chapitre sur le jeûne (plus bas) mais il y a un risque d'activation de symptômes par libération de ml - à faire tardivement.
  • Tissus ordinaires : Saunas secs.
  • Lymphe : Saunas secs; Argile.
  • Dos, Articulations douloureuses : Dos,
  • Lymphe (l'extra) : sport, sauna, sudation, bain chaud. Il faudrait activer la lymphe régulièrement car il s'agit d'une élimination systémique qui permettra de recycler les détox régionales organes par organes. Un corps en mouvement est un corps qui se détox. Une petite heure quotidienne de marche (rapide) serait un très bon rythme. Cependant l'activation est certes nécessaire mais pas suffisante. Il faut faire suivre une activation de la lymphe après une action de détox régionale. Nettoyage de l'extra par le sauna hydraté.
  • Toxines lipidiques diffuses dans tout organe :Pancha-karma, Ayurvéda, accumulation de toxines lipidique par la longévité.
  • pH & Alimentation : Équilibre acido-basique, Physiologie rénale
  • articulations et muscles : Hydrotomie percutanée, Détox cryosaline.
Dernière édition par Sophocle le Mar 6 Oct 2020 10:29, édité 14 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

F) DÉTOX DU CERVEAU & MICRO-ORGANISMES (LYME, ...)

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:09

  1. Propositions de traitement contre les maladies dégénératives du cerveau.
      On ne peut certes pas revenir sur les séquelles, mais on peut lutter contre les co-facteurs de façon préventive ou curative.
      Discours d'encadrement général : Cure des maladies dégénératives, Parkinson, Alzheimer,
    • Une fois que toutes ces toxines persistances sont éliminées par ces manières fortes, il demeure à entretenir le cerveau.
      Entretien du cerveau : la forte activation quotidienne de la circulation sanguine par des activités physiques (bains froids, marches rapides, escaliers, saunas,...) va oxygéner et détoxiner le cerveau.
      Ces activités devraient ralentir le retour des produits toxiques.
    • Maintenance du cerveau : l'écriture quotidienne est une activité qui permettrait de muscler les neurones de façon à ce qu'ils demeurent efficaces.



  2. Micro-Organismes, Lyme, ... : Bactéries, champignons, virus,...
      J'ai découvert que j'avais des métaux-lourds résistants aux chélateur car ils étaient encapsulés dans des micro-organismes.
      • Ces métaux-lourds ne sont donc pas captés par les chélateurs, or ces micro-orgnaismes pullulent grâce à ces métaux-lourds.
      • De plus, en dépit de campagnes anti-microbiennes, les micro-organismes se régénèrent rapidement au contact des métaux-lourds.
      Il faut donc appliquer une solution qui combine l'explosion des micro-orgnaismes et la capture immédiate des métaux-lourds.
      L'idée est de faire percoler chroniquement les solutions anti-micro-orgnanimes et des chélateurs en prenant les micro-organismes et les ml en étau par voie orale et cutanée.
      Cette technique permettrait donc d'enrayer Lyme et/ou l'ehs en ôtant peu-à-peu l'élément enchâssé dans le micro-organisme qui permet son retour.
      Mais c'est à chacun de composer son mix de produits anti-micro-organismes.
      Ensuite, il n'y a plus qu'à suivre la méthodologie.
      Voir posts de la série MOC à partir de la page 21.

  3. pH et rH
      Le pH et le rH sont des ambiances de fond pour les ions.

      Selon le rH, les ions + ou - vont s'apparier ou se désapparier.
      En ajoutant des électrons (rH), les cations (ions +) vont se neutraliser.
      Un atome de métal-lourd va passer du statut de cation (Pb2+) à atome (Pb).
      En dépit que les atomes demeurent les mêmes, le nombre de cations baisse.
      Cela va mécaniquement baisser l'inflammation.

      L'apport d'électrons va également baisser le pH par un appel d'air de d'H+.
      Le pH influe également sur la dissolution des ions.
      En pH acide, les cations vont se dissoudre.
      Les métaux-lourds vont donc être disponibles pour être chélatés.

      Une alimentation réductrice (riche en électrons) va donc aider à l'élimination des métaux-lourds.
      Légumes et fruits frais non-transformés, graines germées, lacto-fermentation (Pickles), algues fraiches, ...

      [img]images/icones/icon3.gif[/img] Il faut évidement que la source première d'intoxication (amalgames) ait été éliminées (BBS) de façon à éviter une contamination.




Suite aux bénéfices éclatants et sans effets secondaires et tardifs des chélassos, je ne recommande absolument plus la technique de la déshydratation. (Oct2019)
Je désactive donc le passage suivant car les déshydratations me posent des difficultés durables à terme (épaule et peau).
Au moment où j'écris ces lignes, il me semble que je résolverai ces problèmes avec les amocassos. Si cela était le cas, je le confirmerai ici.
29nov2019... Les amochélassos ont produits quelques effets bénéfiques sur la peau, mais à ce jour, il demeure les problèmes sur la peau et à l'épaule demeurent.


[*]Détox ultime du cerveau par la déshydratation
Cette méthode est à envisager si aucune technique ne présente d'efficacité pour les cas désespérés.
Cette méthode est efficace pour soulager le cerveau mais des effets secondaires tardifs et accumulatifs peuvent apparaître dans le reste du corps.
Le chélateur va diminuer les effets secondaires, il est donc important de ne pas le négliger.
Il conviendra de maintenir la détox du solvant aqueux pendant les périodes de déshydratations, et voire, de suspendre les déshydratations tant que les effets secondaires ne sont pas totalement résorbés.
Il faudrait peut-être de se rompre aux bains glacés avant d'envisager les déshydratations afin de commencer dans les meilleures conditions.


    Préalables :
    • Avant de commencer les déshydratations, il convient de purger la bouche des Ml avec une série de bains de bouche au sel
    • Il faudrait également un système digestif fonctionnel (purge yogique 40g/l)

    Grande déshydratation
    • continuer à prendre ses repas comme d'habitude
    • commencer par une petite déshydration intermittente jusqu'à fin des progrès
    • continuer ainsi de suite par des périodes 24h, 48h, puis 60h et enfin 72h
    • Prendre des chélateurs Dmsa, charbon,... pendant la période de 24h toutes les 4 heures avant la déshydratation jusqu'à 24h heures après la fin de réhydratation.
    • pas plus de trois jours max de déshydratation par occurrence, mais des répétitions un jour sur deux peut être suffisant
    • rompre la déshydratation si la gorge devenait sèche
    • se ré-hydrater exclusivement à l'eau minérale par gorgées espacées
    • Précaution : pas trop de marche, ni exercices, ni de sport, ni d'activité pendant la déshydratation pour éviter les pics de mobilisation des toxines
    • Répéter ces mini-déshydratations jusqu'à disparition définitives des symptômes sur le cerveau.

    Entre 2 déshydratations:
    • Se reminéraliser, des jus de légumes, et une alimentation riche en légumes (mini 50% du repas)
    • Il conviendra de traiter les effets secondaires par la détox du solvant aqueux (douches alternées, alim acido-réductrice,...) jusqu'à élimination avant de reprendre une séance de déshydratation.

    Petite déshydratation par le jeûne intermittent sec
    • le jeûne intermittent sec est une alternative au quotidien.
    • Prendre impérativement un chélateur (dmsa) en rupture du jeûne au tout début du déjeuner.

Occurrences, délais.
[/list]
Dernière édition par Sophocle le Mar 17 Mar 2020 12:22, édité 13 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

G) DÉTOX DU SOLVANT HUILEUX

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:14



  • Le jeûne hydrique
    Pour éliminer les huiles toxiques, le jeûne est la solution. Les premiers jeûnes sont les plus durs. Ils devraient être courts pour ne pas accumuler les crises de détox. Plus on fait de jeûnes, plus ça devient facile. Et quand un jeûne se très passe bien, c'est qu'il n'y a (presque) plus rien à guérir par le jeûne. En dépit de mes nombreux jeûnes, le jeûne hydrique n'intervient strictement pas sur les symptômes des métaux-lourds, céphalées, fatigues, électrosensibilité. Cela veut dire que les métaux-lourds relèvent strictement de la phase aqueuse. Le traitement de la phase aqueuse est donc la voie de la guérison. Il n'y a pas d'urgence à faire un jeûne hydrique en cas d'intox aux métaux lourds. Mais un unique et petit jeûne de trois jours aide le corps à se délester des encombrants huileux dans la cellule. Un petit jeûne conforte donc la guérison aux ML. Tous les détails sont explicités dans les posts suivants. À cela, j'ajouterai la réforme alimentaire (légumes) et la suppressions du gluten, du lait, et éventuellement des sucres. Pour s'assure d'une détox complète, il faudrait mener le jeûne jusqu'à résorption complète des tissus adipeux.

    Jeune.jpeg
    élimination des maladies sur l'huile et le gras : cancers, artériosclérose, ...
    Jeune.jpeg (50.89 Kio) Vu 8392 fois


  • Pancha-Karma, Ayurvéda.
      Pour les pesticides, la nicotine, les boues bilio-vésiculiaires, et autres fatbergs, la technique indienne soulève les toxines huileuses par solvatation (ingestion de ghee), puis élimine par métabolisation (sauna).
      [img]images/icones/icon2.gif[/img] [img]images/icones/icon2.gif[/img] Pancha-Karma
Dernière édition par Sophocle le Jeu 17 Oct 2019 13:25, édité 4 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

H) LITTÉRATURE, JUSTICE, MÉDECINE, MÉDIAS

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:25

Lu par un grand acteur, voici un texte cinglant [img]kator/smiley223.gif[/img] d'un grand auteur médecin sur la médecine :
"Semmelweis" de Louis-Ferdinand Céline, choisi et lu par André Dussollier.


Description sur la page de la station :

Sur la page de l'émission, France Culture a écrit:Acteur de cinéma, comédien de théâtre et ancien sociétaire de la Comédie-Française, André Dussollier lit de chez lui pour France Culture. Pour cette première lecture, il a choisi un des plus grands textes de Louis-Ferdinand Céline : Semmelweis (aux Éditions Gallimard). Un texte qui fait très fortement écho à la situation si particulière que nous vivons.

Face au coronavirus, on assiste aux débats médicaux les plus virulents. Je n’ai pu m’empêcher de penser à l’histoire du docteur Semmelweis, ce médecin hongrois qui en 1846 s’attaqua aux causes de la fièvre puerpérale qui touchait les femmes après leur accouchement et provoquait leur mort dans des proportions considérables.
Louis-Ferdinand Céline, alors âgé de trente ans, fit de l’histoire de ce médecin le sujet de sa thèse, qu’il soutint devant la Faculté de médecine en 1924. A presque deux siècles de distance, il est surprenant de voir jusqu’où l’histoire peut se répéter, quand la science médicale est confrontée aux intuitions des uns et au nécessaire contrôle du corps médical tout entier. La science tâtonne, s’interroge, cherche, avance et malgré les âpres combats qui opposent les médecins entre eux, finira avec le temps, par vaincre la maladie pour le bien de l’humanité. C’est l’histoire de ce médecin hongrois né en 1818 à Budapest d’un père épicier et d’une mère infatigable, tôt mariée, qui mit au monde huit enfants, que Louis-Ferdinand Céline raconte à travers ces pages que j’ai choisi de lire pour France Culture.
André Dussollier

Dans cette période où beaucoup font l’expérience de la difficulté à se concentrer sur un roman ou un essai, la proposition que nous a faite André Dussollier, merveilleux comédien, merveilleux lecteur, de lire pour nous est un cadeau très précieux pour tous nos auditeurs. La littérature n’est pas le récit de ce qui se passe, mais à son meilleur, elle éclaire d’un autre jour l’expérience de la vie et des événements qui la bouscule. C’est tout le sens de cette lecture que de venir en écho à la crise d’aujourd’hui et de créer par l’écoute un lieu d’émotions communes.
Sandrine Treiner, Directrice de France Culture

A propos de l'oeuvre
    Louis-Ferdinand Destouches fait des études de médecine après son baccalauréat et soutient sa thèse en 1924. Il est donc médecin avant de devenir l'écrivain que l'on connaîtra en 1932, sous le pseudonyme de Louis-Ferdinand Céline, lors de la publication de son premier roman Voyage au bout de la nuit. Sa thèse de médecine, il la consacre à la vie et à l'œuvre de Philippe Ignace Semmelweis (1818-1865), médecin obstétricien hongrois qui fit une découverte exceptionnelle sur la fièvre puerpérale dont mourait nombre de femmes après leur accouchement. Les jeunes internes étudiants en médecine qui pratiquaient ces accouchements ne se lavaient pas les mains après avoir procédé à des autopsies. Cette découverte essentielle, Semmelweis tenta de l'imposer au corps médical, sans succès. Génie bizarre au caractère brutal, il braqua ses confrères qu'il alla jusqu'à traiter d'assassins. Il perdit son poste et, totalement incompris par ses pairs, il finit par mourir interné dans un asile de Vienne dans des circonstances obscures. Il ne fut réhabilité qu'à la fin du XIXème siècle, après que Pasteur, Koch ou encore Yersin eurent validé son intuition. La thèse que lui a consacré le jeune Dr Louis-Ferdinand Destouches parut après sa soutenance en 1924. En 1936, à la suite du succès littéraire de ses deux premiers romans, elle fut publiée par les éditions Denoël sous le nom de Louis-Ferdinand Céline et titrée Semmelweis.

L'idole mâle [...] s'implore lui-même et ne peut plus... Il a trop détruit. On commence à ne plus croire à son ingéniosité, il se prend à douter de lui-même. À force de secouer ses plumes, de les trouver admirables, il s'était cru tout permis ; demain il sera ridicule.
"Semmelweis"

Extraits choisis, lus et présentés par André Dussollier
Réalisation Pascal Deux
Montage et mixage Jean-Benoit Têtu
Remerciements aux Éditions Gallimard pour leur aimable autorisation.





JUSTICE, RADIATIONS, GRÂCES PRÉSIDENTIELLES, ET MÉDECINE.
    On ne peut certes pas demander à l'ordre des médecins de rechercher la vie sans fin, mais les grâces présidentielles de MM. Mitterand et Chirac à l'endroit du Docteur Maschi prouve indubitablement que l'ordre des médecins fait régner un climat singulier dans la profession. Ce médecin a traité de nombreux patients atteints de SEP, d'électrosensibilité et autres pathologies nerveuses par de la naturopathie. Il a été pourchassé par l'ordre des médecins pour cela, il a été radié pour cela, et il a été gracié deux fois pour cela par des grâces présidentielles personnelles, c'est-à-dire que MM. Mitterand et Chirac ont personnellement ouvert les dossiers médicaux des patients pour se faire un avis sur la question avant d'accorder chacun une grâce. Entre les grands auteurs classiques et cette grâce présidentielle, l'ordre des médecin a donc singulièrement opté pour une posture qui ne rassure pas les malades. Cette grâce montre que les médecins ont été imprudents en se trahissant par excès de confiance dans les abus de justice qu'ils obtiennent. Ils ont ainsi dévoilé le fond de leurs intentions qu'ils cachent derrière l'arrogance de leur façade. En dépit de cette grâce, l'ordre des médecins n'a pas entrepris de remise en cause. Pourquoi le feraient-ils puisque la population et la justice ne les inquiètent pas ? n'est-ce pas en pleine lumière de la tartufferie qu'on se cache le mieux ? Cela indique que les médecins considèrent que la médecine est une chasse gardée. D'ailleurs, la médecine française ne peut plus cacher qu'elle craque sous toutes les coutures. Antonin Artaud a été torturé par les médecins et Gérard de Nerval a certes évité les électrochocs mais il n'a pas été guéri. Les asiles d'aujourd'hui n'ont guerre plus de solutions qu'au XXè siècle si ce n'est que de shooter toujours mieux les patients. Je rappelle qu'un asile est un refuge de sérénité et que les médecins qui torturent les patients relèvent du pénal. Quand je vois dans quel état finissent les corps des personnes âgées, je trouve que c'est un crime que de ne pas informer que le mal peut-être prévenu par des pratiques (jeûne, douche froides) qui font leurs preuves depuis des millénaires. Il en est de même avec le cancer, les médecins préfèrent orienter leurs patients vers la chimiothérapie qui ne guérit que 2% des cas sans informer le patients que le jeûne guérit.
  • Pionnier de l'électrosensibilité, Dc Maschi, radié et gracié

    Pour bien voir les intentions de l'ordre des médecins, il suffit de dresser une chronique des journaux d'information.
    Le resserrement des actualités permet d'ajuster la focale sur l'ambiance de fond qui règne dans la médecine.
  • Veille Médias

    Liste des faits reprochés aux médecins:
    • Empoisonnement généralisé aux métaux-lourds
    • Généralisation des faux diagnostiques (analyses par prises de sang)
    • Entrave au diagnostique (interdiction du test de provocation)
    • Entrave à la guérison (interdiction du dmps)
    • Radiations abusives (Dc Maschi)
    • Éviction de la naturopathie (Dc Maschi) et entrave à la guérison par des disciplines extérieures à la médecins allopathique.
    • ...

Les médecins ont décidément tout pour plaire, mais le dossier le plus accablant est leur réputation auprès des grands auteurs.
En littérature française, aucune autre profession ne fait l'objet de tant de protestations.
De plus, les littératures étrangères semblent moins mécontentes de leur médecins.
Le problème de la médecine française semble beaucoup trop gros pour bien l'identifier.
Il faudrait passer par un monstre mythologique [img]kator/smiley248.gif[/img] pour personnifier le coté obscur de la médecine française.


LITTÉRATURE
    Florilège d'échantillons littéraires cités dans ce topic (sauf contre-indication):
    Montaigne a écrit:[…] de ce que j’ai de connaissance, je ne vois nulle race de gens si tôt malade, et si tard guérie, que celle qui est sous la juridiction de la médecine. Leur santé même est altérée et corrompue, par la contrainte des régimes. Les médecins ne se contentent point d’avoir la maladie en gouvernement, ils rendent la santé malade, pour garder qu’on ne puisse en aucune saison échapper leur autorité. D’une santé constante et entière, n’en tirent ils pas l’argument d’une grande maladie future ? -La médecine selon Montaigne
    Molière a écrit:Dom Juan — Et pourquoi non? Par quelle raison n'aurais-tu pas les mêmes privilèges qu'ont tous les autres médecins? Ils n'ont pas plus de part que toi aux guérisons des malades, et tout leur art est pure grimace. Ils ne font rien que recevoir la gloire des heureux succès, et tu peux profiter comme eux du bonheur du malade, et voir attribuer à tes remèdes tout ce qui peut venir des faveurs du hasard, et des forces de la nature. La médecine selon Molière
    Victor Hugo a écrit:Une science tout entière peut tomber en somnambulisme. La médecine est particulièrement sujette à cet accident. ... Cependant mourait qui voulait. Les malades avaient la fièvre et les médecins le délire. Victor Hugo et la médecine.
    Gilles Deleuze (1989) a écrit:(Les médecins) acceptent très bien de se tromper de diagnostic mais ils n'acceptent pas qu'on ne soit pas saisi par leurs appareils dont ils jouent de façon inadmissible. Gilles Deleuze et les médecins
    Gérard de Nerval a écrit:Des médecins vinrent alors, et je continuai mes discours sur l’impuissance de leur art. Le super-naturalisme de Nerval
    Henri Michaux a écrit:le rêve était gardé par des techniciens qui ne toléraient plus l'innocence qui lui allait si bien, ni le naturel que l'on se saurait d'ailleurs retrouver" .Henri Michaux et ses recherches.
    Arthur Rimbaud a écrit:Le médecin naturellement ne me voit plus; parce que, pour le médecin, il suffit que la plaie soit cicatrisée pour qu'il vous lâche. Il vous dit que vous êtes guéri. Il ne se préoccupe de vous que lorsqu'il vous sort des abcès, etc., etc., ou qu'il se produit d'autres complications nécessitant qques coups de couteau. Ils ne considèrent les malades que comme des sujets d'expériences. Rimbaud et les médecins
    Antonin Artaud a écrit: C’est ainsi que je considère que c’est à moi, sempiternel malade, à guérir tous les médecins, — nés médecins par insuffisance de maladie, — et non à des médecins ignorants de mes états affreux de malade, à m’imposer leur insulinothérapie, santé d’un monde d’avachis. Source : Les Malades et les médecins.

      Autres citations sur la médecine: abc-citations, Rousseau, Montesquieu, Voltaire, Gary, ...


    À ces extraits, il faut ajouter que, selon la mythologie grecque, Œdipe est le seul homme au monde à ne pas avoir le complexe d'Œdipe (voir post sur le sujet). Il faut également ajouter que Shakespeare a dédié une intrigue à la défaillance des médecins français. La réputation des médecins français est donc internationale. Je mets ces extraits de littérature face aux grâces présidentielles des médecins-naturopathes inculpés iniquement. Victor Hugo écrivait que la négation était une affirmation irritée. Cela indique que l'ordre des médecins est irrité de la naturopathie et qu'il cherche à effacer la naturopathie de la France quitte à ce que les concitoyens en pâtissent. La place significative de la raillerie dans l'œuvre de Molière envers les médecins indique que la confiance des français envers les médecins n'est qu'une hypocrisie grégaire faute de meilleure médecine. "Tant que les hommes pourront mourir et qu'ils aimeront à vivre, le médecin sera raillé et bien payé" : La Bruyère. Au vu de la réputation des médecins dans la littérature mondiale, on peut cependant affirmer que les personnes qui ne raillent pas les médecins sont très peu cultivées.

    Des grands auteurs ressortent un ululement et une complainte qui jalonnent les siècles jusqu'à celui d'aujourd'hui. Ce que je retiens de cette littéraire, c'est que c'est au malade d'animer sa guérison. Des médecins peuvent être consultés mais leur rôle est strictement cantonné à un diagnostique et éventuellement à des actes mais non à l'animation de la guérison.


Sous l'antiquité, les vertus des plantes étaient éclatantes. Mais les universités de médecine de l'époque passait déjà par des crises. Par exemple, Circée, qui préparait des décoctions, n'était pas magicienne de son vivant, mais elle est devenue magicienne très très tardivement, au -Vè, à l'époque de l'invention des magiciens. Cela semble indiquer qu'il a eu une crise de l'université à l'époque, une espèce de mai 68 des mythes sous l'antiquité. Si les anciens étaient certes démunis face aux maladies aiguës (épidémies, crises, blessures), ils avaient néanmoins une science très pointue contre les maladies chroniques de la longévité (ayurvéda, plantes médicinales, jeûnes des Livres sacrés). Aujourd'hui, nous savons que les plantes étaient une médecine principale sous l'antiquité par des récits vieux d'il y a une demie-douzaine de millénaires qui sillonnaient les continents. Cette médecine était tellement éclatante qu'on l'affublait transitoirement de la possibilité de rendre le corps éternel (voir post sur Gilgamesh). Or, la littérature du moyen-âge pointait l'absence de retour à la bonne santé chronique à leur époque. Je suppose donc que si les grands auteurs du moyen-âge dénigraient la médecine de leur époque, c'était parce qu'il ne retrouvaient pas cette complainte dans leurs lectures des livres de l'antiquité. Surtout, ces auteurs du moyen-âge se plaignaient également d'une nouveauté, celle de l'autorité envahissante des médecins. Sous l'antiquité, les maladies chroniques étaient donc traitées et les médecins n'étaient pas envahissants ; or sous le moyen-âge, les maladies chroniques ne sont plus traitées et les médecins sont envahissant. Cette concomitance est intrigante. Concomitance ne vaut certes pas corrélation. Certes, ces savoirs n'ont vraisemblablement pas été volontairement détruits par les médecins, ils ont peut-être été perdus à la chute de Rome car les voies inter- et intra-continentales ont été coupées. Mais je me demande si les techniques douces ne sont pas nécessairement cantonnées à un savoir populaire. De plus, les médecines étaient enchâssées aux religions car une médecine pouvait prolonger longuement la vie. Mais quand une religion était vaincue, sa médecine était bannie. Cela explique peut-être pourquoi les sudations, les plantes et les jeûne sont si peu pratiqués aujourd'hui.

Dernière édition par Sophocle le Ven 17 Avr 2020 21:20, édité 3 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

I) LES COMPARTIMENTS LIQUIDIENS

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:30

Sous-titre : Théorie sur les échanges d'eau comme support des ions à l'intérieur du corps.
60% du corps est composé d'eau chargée en ions tous équidistants les uns des autres. Par leur charge électrique, les ions forment un quadrillage dans la cellule. L'eau dans la membrane semi-poreuse se comporte comme une solution ionique active par rapport à l'extérieur de la cellule. Dans le corps, l'eau est le support des échanges au niveau macro et micro. Il faut coupler la compréhension des 2 échelles pour maîtriser le comportement des ions dans le corps. Toute cette eau est dispersée en de multiples compartiments aux différentes formes emboités les uns dans les autres. Le sang est certes très fluide dans des canaux, mais l'eau interstitielle, entre les cellules, est très visqueuse et elle se comporte plutôt comme une bassine de sable remplie d'huile et où chaque grain de sable est une cellule. Chaque noyau, chaque cellule est une réserve d'eau, mais le grand nombre de cellule fait que toute l'eau dans les cellules est la plus volumineuse. Selon les configurations, cette eau est plus ou moins mobile, elle peut rentrer ou sortir de la cellule. Il règne des transferts d'eau comme dans des vases communicants. Ces transferts sont assurés par l'osmose, c'est-à-dire par une différence de concentration des solutés entre deux compartiments séparés par une membrane semi-perméable. De plus, les ions vont s'agencer dans l'eau selon leur charge, selon la densité du noyau, et la concentration, l'eau et les ions sont donc combinés entre-eux. Outre la mobilité des ions à proximité de la cellule, la migration de l'intérieur vers l'extérieur du corps et de l'extérieur vers l'intérieur des ions est étroitement liés à la migration de l'eau au quotidien. C'est-à-dire que les ions suivent le mouvement de l'eau. En délestant les cellules de leur eau, les cellules vont évacuer tous les ions, y compris les ions indésirables. Comme c'est par l'osmose que l'intox se fait, ce sera en s'appuyant sur le renversement de l'osmose que la détox peut être activée. La déshydratation est très efficace pour le cerveau, mais elle créée des effets secondaires qu'il faudra quand-même traiter par les bains froids.

Le rinçage de la lymphe par les bains froids créer un vide d'ions que les ions intra-cellulaires vont combler en sortant de la cellule. C'est une méthode moins rapide que la déshydratation, mais elle est propre (sans effets secondaires tardifs) et plus sûre. Comme les bains froids sont indispensables dans les 2 cas, la déshydratation devient donc accessoire.

Dynamiques.jpeg
Schémas de la dynamique des métaux lourds dans les compartiments liquidiens.
Dynamiques.jpeg (520.08 Kio) Vu 8366 fois



Ce chapitre théorique donne toutes les explications pour comprendre les mécanismes de mouvement des eaux internes au corps.


LOI dOSMOSE.jpeg
Schéma de la loi d'osmose.
La concentration en ions régule la tonicité en eau de la cellule.
En cas de forte concentration, l'eau de la cellule sort avec ses ions.
LOI dOSMOSE.jpeg (129.41 Kio) Vu 8401 fois
Dernière édition par Sophocle le Ven 31 Mai 2019 12:53, édité 3 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

J) RÔLE DES IONS & LES SYMPTÔMES PSYCHO-COGNITIFS

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:33

Dans et autour des cellules, les ions sont très mobiles. Ils traversent souvent la membrane cellulaire. Ils rentrent, ils sortent, ils sont pompés, canalisés et transportés. Ils insufflent une véritable fluidité dans la dynamique des cellules et des populations de cellules. Mais leur rayon d'action est court. Normalement, un ion gravite autour de la cellule. C'est-à-dire qu'il ne migre pas spontanément d'un organe à un autre. S'il diffuse, c'est que sa concentration augmente. L'un de leur rôle, c'est de propager le signal électrique le long de l'axone. Un autre rôle est de créer une vague énergétique entre cellules de façon à activer tout un muscle en entier. À chaque contraction d'un muscle, c'est une vague de calcium (Ca2+) qui se diffuse dans la population de cellules voisines. Les ions des ML vont donc perturber la mobilité des ions physiologiques. Les cellules les plus touchées par les ions des ML, ce sont les cellules excitables, neurones et récepteurs. Les symptômes peuvent apparaitre à distance de la cellule touchée, par exemple la température corporelle peut être déréglée à cause du récepteur associé.

[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

K) REVUE GÉNÉRALE DE MÉDECINE

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:55



VIDEOS
Dernière édition par Sophocle le Dim 11 Oct 2020 08:06, édité 6 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

L) DOCUMENTATION DU TOPIC

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:56




  • ARCHIVAGE DES PAGES DE CE CAHIER
  • ERRATUMS - 6 fév. [img]kator/smiley252.gif[/img]
      Mon parcours est une longue série d'erreurs.
      Que mes fautes me retombent sur la tête. [img]smile/bash.gif[/img]
      J'ai à me reprocher de vouloir éliminer les métaux-lourds.
      Je consigne ici des correctifs de façon à ce qu'il ne demeure pas de contre-vérités dans mon topic.
      • Sur les jus, voir post page 17 : "Quelle eau boire ?".
      • Bains prétenduements purifiants
          Les bains de sel, au vinaigre, au sel d'epsom, gingembre, bicarbonate, HE n'ont pas eu d'effets sur ma problématique.
      • Les déshydratations ne recontaminent pas le tissu adipeux sous-cutané.
          Les déshydratations recontaminent bien la peau mais il me semble que se soit seulement le tissu cutané et non le tissus adipeux sous-cutané.
          Il me semble qu'il en est ainsi car des jeûnes jusqu'à résorption du tissu adipeux sous-cutané n'ont absolument rien changé au symptômes.
      • Mes crèmes déshydratantes (au sel) n'ont pas vraiment d'effet éclatant.
          J'ignore si ces crèmes ont un effet, il est difficile de faire une mesure.
          Ce n'est donc pas un traitement efficace.
      • Bains froids beaucoup trop tardif.
          Il me semble que la toute première technique à installer, c'est les bains/douches froid(e)s.
          La raison, c'est la construction des capillaires.
          Avec la multiplication des capillaires, les tissus seront hyper-oxygénés et hyper-drainés.
          Cela permettra d'améliorer le déroulement de toute action (jeûne, déshydratation, sauna, chélations, marches...).
          Les effets secondaires devraient être fortement atténués.
          J'ai entendu quelques témoignages qui décrivaient une petite baisse de forme avant que les améliorations apparaissaient.
          Il faut donc y aller en douceur.
      • Faire des exercices physiques pendant un jeûne sec a été une erreur.
          Il convient de rester au repos pendant les jeûnes sec et déshydratations.
          Cependant, il est utile de faire des marches douces pendant le jeûne hydrique.

  • RECHERCHE PAR MOTS CLÉS DANS LE TOPIC :
    Les thèmes abordés dans ce topic peuvent parfois se retrouver en annexe d'un post sur un sujet différent,
    il peut donc être utile d'approfondir la rechercher par des mots-clefs.
    Servez-vous de l'outil "RECHERCHER DANS CE SUJET" pour lister tous les posts où apparaissent des mots clefs.
    Voici ci-après une liste de mots-clefs de ce topic déjà tout préparés, il suffit de cliquer pour lancer la recherche.
    (Un problème informatique empêche la bonne visualisation des recherches automatique de mots avec des accents, é,è,û...
    Pour y remédier, il suffit de soumettre le mot dans la barre de recherche par topic,
    en haut à gauche de la page, dans la case où il est écrit "Dans ce sujet...".)


    
  • BIBLIOGRAPHIE : Voir post suivants :


  • VOCABULAIRE, SIGLES :
    La découverte de cette technique a été accompagnée d'une recherche de vocabulaire.
    Les mêmes notions ont donc transitoirement hérité de différentes expressions.
    Voici donc une équivalence des expressions employées,

    • 15°: 15 Degré Celsius
    • 15' : 15 minutes.
    • ALA : Acide Alpha-Lipoïque
    • AMOC : Anti-Micro-Organisme Chronique.
    • BCS : BiCarbonate de Soude
    • BBS,BSB : Bain de Bouche au Sel ; Bain Salin de Bouche
    • BF: Bain Froid, bain frais, bain glacé
    • BEV : Bio-Electronique de Vincent
    • Cure sèche = Déshydratation
    • Clarification = période de réhydratation après une déshydratation
    • CdF: Collège de France
    • CAP : Centre AntiPoison
    • EHS : électro-(hyper-)sensibilité
    • h/e, e/h : respectivement : solution huile dans eau, eau dans huile
    • FM : Fabien Moine, naturopathe.
    • Jeûne à l'eau = jeûne hydrique
    • g : gramme, mais quand c'est pour des HE, ce sont toujours des goutes (1gramme HE = 20-25 goutes, ne pas se tromper).
    • g/l : grammes par litre.
    • Gél : gélule
    • Ghee : beurre clarifié
    • HE : Huile Essentielle
    • HV : Huile Végétale
    • JH : Jeûne Hydrique
    • LdJ, léc.soj. : lécithine de soja.
    • MO : micro-organisme.
    • MOC : Micro-Organisme Chronique
    • ML : Métaux Lourds
    • MTM : MicroTraces Minérals
    • mcg/gcréa = microgramme par gramme de créatinine.
    • NaCl : sel de table, de cuisine
    • PA : Principe Actif
    • PK : Pancha- Karma (Ayurvéda)
    • QQ : quelques
    • RAS : rien à signaler
    • SNC : Système Nerveux Central
    • Tissu ordinaire : tout tissu sauf SNC
    • TC, Thierry C. : Thierry Casasnovas - Régénère.
    • x : fois ; exemple : x5 = cinq fois.
    • WHM : Wim Hof Method


  • TABLE DES POSTS DANS L'ORDRE CHRONOLOGIQUE :
    Voici une liste chronologique de post de ce topic.
    "Je les jette en touffe en sans les mettre en bouquet" - Cyrano.
    Il n'y a pas vraiment d'ordre chronologique de mes posts car mon topic est un cahier de guérison.
    Cependant, il y a des thèmes qui traversent mon topic et que je regroupe dans les chapitres précédents.

Dernière édition par Sophocle le Dim 25 Oct 2020 16:39, édité 33 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

M) NOTICE DE MISE EN PRATIQUE

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:58

Voici une toute petite notice
    en supervision
      de la mise en pratique en douceur
        de la détox exhaustive
          pour toutes les pathologies chroniques.
            De l'autisme jusqu'aux cancers en passant
              par Alzheimer, arthrose, ...

  • Adaptation selon les particularités individuelles :
      Selon les sources du problème et des réactions du corps, c'est à chacun d'insister sur telle ou telle application énoncée ci-après.
      En général, c'est en les testant sur trois semaines qu'on peut voir si des prémisses d'amélioration apparaissent.
      Cette notice a été établie à partir du discours sur l'encadrement général de santé (page 12).
      Elle active les deux liquides primaires du corps : l'eau et l'huile.
      Selon les réactions du corps à ces applications, on peut déterminer quel liquide pose problème, et donc insister sur telle application de circonstance.

  • Alimentation :
    • Régime sans lait, sans gluten.
    • Régime cétogène avec des fruits non-transformés.
    • Eau peu minérales par ordre de rh2 : Rouscouss, Volvic (ce sont des eaux peu minérales).
    • Pendule acido-basique.
    • Légumes et pas trop de viandes (et des poissons cuisson vapeur).
    • Des fruits, des algues, des graines germées, du lacto-fermenté, ... et voici le pourquoi : Stratégie red-ox.
    • Combinaisons alimentaires
        Les légumes vont reminéraliser le corps.
        Les légumes en salade vont apporter les électrons nécessaires.
        Seule l'eau des légumes en salade est anti-oxydantes, cad réductrice.
        En cas de maladie forte, ce n'est vraiment pas le moment de devenir végétarien (sauf si ce sont les protéines qui posent problème).
        Pour une conversion au végétarisme, il est préférable que le corps en bonne santé.
        Les complications risquent d'être nombreuses et durables, il vaut donc mieux aborder ce projet dans les meilleures conditions.

  • À pratiquer ponctuellement, si nécessaire :
    • Intestins : Purge Yogique.
    • Jeûne hydrique, 1x1j, puis 1x4j, pas plus, et c'est tout dans un premier temps.
    • Foie : cures Clark si les selles étaient de couleur mastic.
    • Bain de bouche au sel, 3cl de 50 à 100g par litres de NaCl (sel de cuisine), 1x par jour pd 30 j, 5-10 minutes, recracher.
    • Hydrotomie percutanée pour les muscles et articulations.
    • Toute cure pour retaper les émonctoires.
    • Un unique test de provocation DMPS à la guérison, pour s'assurer de la détox complète, très facultatif.

  • À pratiquer tous les jours jusqu'à guérison :
    • Douches froides, ou bains glacés, clef de voute, (passer la tête sous l'eau).
    • Hyper-respiration, éventuellement à modérer.
    • Douches hyper-thermiques, douches alternées.
    • Autres techniques de la détox du solvant aqueux (marche, saunas, chélation, ...).
        Les douches froides et l'hyper-respiration devraient guérir le cerveau. Il ne serait donc pas nécessaire de recourir à la déshydratation.
  • Quand la santé est de retour :
    • Jeûnes hydriques jusqu'à élimination complète du tissu adipeux et jusqu'à disparition de symptômes pendant le jeûne.
      Quand un jeûne se passe bien, c'est qu'il n'y a presque plus rien à guérir.
      Surtout, il est préférable de se préserver pour recommencer un jeûne quelques années après.
      Cependant, un régime alimentaire sans sucre (sans pain, pâtes, ...) devrait renouveler le stock de lipides,
      Avec ce régime, les toxines lipidiques devraient donc être éliminées au fil de l'eau.
      C'est le french paradoxe : une consommation élevée de graisses sans AVC car les français consomment peu de sucres.
        On peut reprendre du poids après le jeûne, l'important c'est d'éliminer tout le tissu adipeux en une fois pour garantir la détox totale.
        Maintenir les douches froides pour éliminer les toxines qui se seraient mobilisée par la combustion du tissu adipeux.

  • Paliers supérieurs de détox des métaux-lourds
      Une fois que cette mise en pratique est rodée et qu'elle fait plus d'effets ni positifs, ni négatifs, il est possible de passer à un programme ordonnancé de chélation:
      • Détox de l'extra : Chélassos avec dmsa. Dès la fin des effets des chélassos au dmsa : chélassos avec dmsa et edta.
          Une fois que les symptômes ont atteint un seuil en dépit d'application répétées de chélassos, il faudra passer au compartiment suivant.
      • Détox des micro-organismes avec les amocassos (tout en continuant les chélassos de l'extra pour écouler les toxines issues des mo).
          Une fois que les symptômes ont atteint un seuil en dépit d'application répétées des amocassos, il faudra passer au compartiment suivant.
      • Détox de l'intra (méthode en attente au moment où j'écris ces lignes - janv 2020).
          Il me semble qu'il faudra continuer la chélasso de l'extra en parallèle de la détox de l'intra de façon à écouler les toxines compartiment par compartiments.


  • Traitement des toxines lipidiques exogènes (pesticides, PCB,...)
      Il est possible que le jeûne n'atteigne pas les éléments toxiques exogènes.
      Ces éléments sont peut-être confinés et accumulés dans des recoins de l'organismes.
      Il me semble que la Pancha-Karma devraient faire entrer en solubilisation ces toxines lipidiques dans le circuit circulant de façon à les capturer par les émonctoires.
      Il serait peut-être possible de faire des analyses avant et après solubilisation pour mettre en évidence la présence de toxines.
  • Perspectives attendues :
    • Pathologies dégénératives et non-dégénératives.
        Avec la détox complète, le corps a retrouvé un terrain favorable pour que les maladies dégénératives cessent de dégénérer et pour que les pathologies non-dégératives disparaissent.
    • Autisme
        Selon le document alpha, la littérature scientifique ne fait pas état d'études sur les tests de provocation et l'Autisme. En dépit que le test sanguin ne soit pas contesté, la décorrélation entre métaux-lourds et autisme n'est pas encore établie. En cas d'autisme, il n'est pas inutile de faire une détox. Pour revenir sur le manque d'apprentissage, les cours d'Alain-Prochiantz (Collège de France) annoncent qu'il serait théoriquement possible de réouvrir les périodes d'apprentissage du cerveau. Après la détox exhaustive, il serait donc théoriquement envisageable de rattraper un peu le retard. Cette méthode n'existe pas encore, il ne s'agit là que de pistes expérimentales à surveiller et à appliquer certes pendant mais surtout après une détox pour garantir le maximum d'effets.

Dernière édition par Sophocle le Lun 6 Jan 2020 11:28, édité 7 fois.
[img]smile/xsgrin.gif[/img]TOUT SE DÉTOX[img]smile/xsgrin.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

N) SCHÉMA RECAPITULATIF

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:58


Voici une toute petite synthèse de l'ensemble de mon parcours de santé.
RECAPITULATIF GENERAL.jpg
Schéma récapitulatif, télécharger pour une vision complète.
RECAPITULATIF GENERAL.jpg (892.94 Kio) Vu 8401 fois




  • FIL HISTORIQUE DES SYMPTÔMES (Encadrés A, B, C, I)
    La courbe représente la dynamique des symptômes face aux actions menées.
    Dates :
    • 1995 : pose d'amalgames
    • 2005 : dépose préventive des amalgames à cause d'un goût métallique dans la bouche
    • de 2001 à 2012
        Le fond des symptômes progressent en douceur.
        Les symptômes s'aggravent volontiers en présence de téléphone portable, wifi, électricité domestique.
        Les symptômes baissent après l'éloignement des ces équipements.
        Aucun médecin ne comprend la situation.
        Article de Dc Maschi, pioner de l'électrosensibilté, radié, et gracié.
        Blindage des lieux de vie, papier aluminium autour des câbles électriques.
    • de 2012 à mi-2014 : Prof. BELPOMME
        Nette amélioration au début de son traitement, traitement anémies, vasodilatation du cerveau.
        Mais la pente ascendante des symptômes reprend
    • de mi-2014 à 2017 : DMPS
        Une iv par mois.
        Stabilisation des symptômes pendant 6 mois, puis lente baisse durable des symptômes à chaque I.V.
        J'ai appelé trois fois le centre anti-poison (2015, 2016, 2019) : les examen de contrôle m'ont été systématiquement refusé dès la prise de contact.
        Un barrage anti-emposonnés chroniques aux métaux-lourds est en place.
    • de 2018 à 2019 : Naturopathie
        Démarrage de mon topic sur le Forum Mélodie
        Les symptômes au niveau du cerveau baissent fortement au prorata des déshydratations
        mais des effets secondaires apparaissent, problème peau, et douleurs épaule.
        Traitement épaule : hydrotomie percutanée
        Bains glacés : résolution de la tension artérielle au bout de deux mois
        Jeûnes hydriques : amélioration du confort de vie
        Saunas (x100) : résolution de maux de dos
        Bains de bouche au sel : résolution gingivite, et résolution électrogalvinisme
        marches rapides (1 heure par jour) : aide au sommeil
        Purges yogique (40g/l) : résolution troubles digestifs
    • de janvier 2019 à Juillet 2019 : Retour au dmps
        Retour au dmps pour traiter les picotements sur la peau.
        (En attente de confirmation au moment où j'écris ces lignes : Douches hyper-thermiques quotidiennes pour aider à traiter les problèmes de peau)
    • Mise à jour de la courbe des symptômes et des traitements :
      Image
    • De septembre 2019 à décembre 2019 : Chélassos à haute intensité.
        Traitement hebdomadaire qui a nettoyé l'extra avec pugnacité.
        Les maux de têtes ont significativement et rapidement baissé.
        Ces chélassos ont été 10 à 100 fois plus rapides que les ivl.
        Mais ce traitement ne nettoie pas l'intra, j'ai donc encore des résidus de symptômes en dépit d'une application répétée des chélassos.
        Cependant, je fais des chélassos de temps à autre pour écoper les ml qui commettent l'imprudence de sortie de la cellule.
    • De novembre 2019 à ... : Amocassos (PHASE 2)
        Traitement contre les micro-organismes par l'allicine.
        Traitement en cours au moment où j'écris ces lignes, incident, résolution, prévention, réglage posologie,...
    • À venir : PHASE 3 : l'Intra.
        J'envisage de tester le BAL pour traiter l'intra, mais j'attends d'être arrivé à bout des micro-orgnaismes pour passer à l'intra.
        Voici un calendrier prévisionnel de l'ordonnancement :
        Image
        Voir post "Supervision de la chélation par compartiment"
  • METAUX LOURDS (Encadré J)
      Les métaux-lourds vont provoquer des fonds de désordres prêts à s'emballer :
      • Inflammation. Les métaux lourds provoquent une inflammation de basse intensité qui s'installe durablement. Elle peut s'élever à proximité de l'électricité.
      • Hypertonicité. Les métaux lourds attirent l'eau, les cellules sont hyper-toniques. Une alcalose cellule de basse intensité s'installe durablement. Elle peut s'élever selon des circonstances, humidité du climat, hyper-hydratation,... Les symptômes s'apparentent à un mal aigu des montagnes.
      • Dépolarisation. Les métaux lourds perturbent les champs magnétiques des ions physiologiques. Une légère perturbation des signaux électriques des nerfs s'installe durablement. Cette perturbation peut s'élever à proximité des champs magnétiques.
      • Inhibition de l'ATP. Voir diapo du Collège de France : Toxicité des M.L. selon le Collège de France - 1/2 - sources.
        Résolution par A) un jeûne hydrique (3jours) pour éliminer les mitochondries qui ont rendu un important service et B) par une dizaine de Bains froids (15' à 15°) pour la biogénèse mitochondriale par thermo-génèse.
  • COMPOSITION IONIQUE DE L'EAU (Encadré D)
      L'eau du corps est composé de mix ioniques.
      L'eau à l'intérieur des cellules est composée de potassium, de phosphates, de sulfates, et magnésium : ce sont des ions qui flottent dans l'eau.
      L'eau à l'extérieur des cellules est composée de sodium, de chlore, de carbonates.
      Il existe donc une tension minérale entre l'intra et l'extra.
      À ces sels minéraux, il faut donc ajouter du plomb, du mercure, de l'arsenic.
      La force des symptômes semble être proportionnelle à la diffusion des métaux-lourds.
      IONS ET DEPOLARISATION.jpeg
      Les ions insufflent une dynamique de l'eau.
      En cas d'intoxication, les mix ionique est perturbé.
      Notamment, la migration des ions qui propagent la dépolarisation de la cellule nerveuse est ralentie.
      IONS ET DEPOLARISATION.jpeg (158.64 Kio) Vu 8401 fois

  • DÉPOLARISATION (Encadré G)
      La progression de l'onde de dépolarisation le long de l'axone des cellules nerveuses est réalisée par un transfert des minéraux :
      Sodium, potassium, et calcium traversent la membrane cellule pour assurer le mouvement du signal électrique.
      En cas de perturbation du mix ionique des eaux intra et extra-cellulaires, ces signaux sont perturbés.
  • DIFFUSION IONIQUE (Encadré E)
      L'eau, avec ses minéraux (ses ions dont les ml) entre et sort des cellules.
      De jours en jours les métaux lourds progressent de cellules en cellules par le mouvement de l'eau à proximité des cellules.
      Comme tout ion physiologique, les ions des métaux lourds diffusent dans le corps de façon rampante.
      Tant que la source n'est pas tarie, la propagation s'étend dans tout un organe, puis d'organes en organes.
      DIFFUSION DES ML.jpeg
      Schéma de la propagation des métaux-lourds par le mouvement pendulaire de l'eau.
      Par diffusion, les métaux-lourds s'étendent au reste du corps.
      DIFFUSION DES ML.jpeg (144.69 Kio) Vu 8401 fois
  • LES COMPARTIMENTS LIQUIDIENS (encadré F)
      Chaque frontière à l'intérieur du corps est un site d'accumulation et de diffusion à retardement pour les organes à proximité immédiate.
      • Organe source : amalgame, dent, gencives.
      • Organes profonds contaminés : cerveau, cœur, muscles.
      • Lymphe, Sang (intermédiaire transitoire)
      • Émonctoires : Poumons, foie, reins, intestins, peau.
      • Extérieur.
      En dépit de leur éloignement, les intestins sont contaminés par les relargages de métaux-lourds de la zone buccale.
      À noter, dans mon cas, les métaux lourds se sont accumulés dans les sites suivants :
      Amalgames, dent, gencives, cerveau, peau.
  • DÉSHYDRATATION DU CERVEAU (Encadré H)
      Le corps est composé de 50% d'eau, et de 50% d'huiles, soit 30 litres d'eau et 30 litres d'huiles.
      Perte d' 1,5kg pendant 3 jours sans boire.
      Le corps perd 5% de son eau (1,5/30).
      Les métaux lourds suivent l'eau, ils sortent donc du cerveau.
      À ce jour, j'ai fait 22 déshydratations de 3 jours : 95%^22=33%.
      70% des métaux-lourds sont sortis du cerveau.
      Ces métaux lourds vont se redéposer comme une neige dans certains tissus.
  • JEÛNES HYDRIQUES (Encadré K)
      J'ai fait de nombreux jeûnes hydriques.
      En dépit qu'ils sont très utiles pour éliminer en profondeur toutes les toxines huileuses, ils n'ont jamais eu aucun effets sur les métaux-lourds.
      Les jeûnes hydriques sont très utiles pour la bonne santé, mais ils sont totalement inopérants sur les symptômes liés aux métaux-lourds.
  • ÉNIÈME RÉCAPITULATIF
    • 2005 : Métier : architecte, responsable d'équipe de 30 personnes dans une grande agence.
    • 2008 : Premiers symptômes chroniques par gradient et par intermittence : fatigue et confusion
    • 2012 : Symptômes sévères : dévitalisation générale
        Au plus fort des désordres, et donc avant les chélations, je portais de nombreux symptômes intempestifs qui se bousculaient : marche difficile ; tête lourde ; imprécisions dans les gestes ; articulation orale déficiente par intermittence ; sensations articulaires multiples ; mauvaise humeur ; impossibilité à planifier ; amnésies transitoires ; difficultés à se concentrer ; semi-évanouissements en montant des escaliers ; oublie de fin de la phrase en cours de prononciation ; difficulté à écouter durablement autrui ; impossibilité à faire du sport d'endurance ; impossibilité à lever des masses lourdes ; déséquilibres ponctuels ; sensation de brulures ; grésillements sous la peau ; sensation d'étirements osseux ; sensations de courbatures ; céphalées furtives, céphalées profondes, céphalées ineffables ; électro-sensibilité sévère ; confusion ; bourdonnements continus et virevoltants dans la cavité crânienne ; fatigues en tout genre, fatigues chroniques, fatigues aiguës, fatigues temporaires, fatigues transitoires, fatigues palpitantes ; mal au dos ; légère arthrite ; barbe piquante ; démangeaisons des ongles ; visage raidi ; méningite ; photophobie ; audiophobie ; agoraphobie ; sommeil court et non réparateur ; impossibilité de se projeter dans l'avenir ; déconnexion à la chronicité du temps ; anxiétés pour un rien, et tant d'autres pathologies encore...
    • 2012-2013 : 4 Consultations Pr. Belpomme (janv-12, nov-12, mai-13, oct-13)
      Certificat médical EHS
      Conférences du Collège-de-France sur le phénomène d'électro-sensibilité : intoxication aux métaux-lourds et ondes oscillantes électro-magnétiques
      Conférence du Professeur Titulaire Clément Sanchez du 4 décembre 2013 dans le cadre du traitement du cancer. "Désagréments" sous les ondes +ML
    • Mai 2014 : Lecture du livre Cambayrac
    • Juillet 2014 : Consultation médecin chélateur Paris
      Test de provocation chez Micotrace, ivl Dmps, positif au mercure, plomb, cuivre, arsenic
      Ivl Dmps 1x/mois jusqu'en juillet 2016
    • Juillet 2014 : Appel Centre anti-poison (CAP), le centre me dit qu'il rappelle, mais il ne rappelle pas
    • Mars 2015 : Test Microtrace positif, mais les baissent bcp trop doucement
    • Juillet 2015 : Appel CAP, le centre me dit qu'il rappelle, mais il ne rappelle pas.
    • Oct 2015 : Test Microtrace, positif
    • Avr 2016 : Test Microtrace, positif
    • Juil 2016 : Arrêt des ivl par insuffisance de résultats
    • Sept 2016 : Atelier de naturopathie + cahier de guérison sur le Forum Mélodie
    • De Janv 2017 à l'été 18 : pratique de jeunes secs - 100 jours cumulés, baisse céphalées significative, mais symptômes épaule, peau : blocage définitifs
    • Avril 2017 : incident intestin pendant un jeûne sec
    • Nov 2017 : résolution définitive de l'incident des intestins avec des 5 séances de laxatifs osmotiques.
    • Janv 2018 : Bains Salin de Bouche - résolution électro-galvanisme
    • Nov 2018 : Reprise ivl DMPS TEST positif - 9 iv env 1x/mois
    • Nov 2018 : Consultation généraliste, il prend RDV téléphonique avec les CAP
      Appel du CAP, je dis que le sang est négatif, le CAP répond qu'il n'y aura pas de traitement
    • Nov 2018 : bains froids : résolution de la tension artérielle
    • Mai 2019 : Appel au CAP, le CAP demande que j'envoie les diagnostiques
      Un médecin du CAP me rappelle, il me demande d'expliquer pendant 20 minutes
      Le médecin ne donne pas suite
    • De Sept à Déc 2019 : 20 séances de solubilisation EDTA - Résolution des maux de tête à 75%
    • Oct 2019 : Appel CAP, le CAP consulte mon dossier informatique, il me dit que je dois renvoyer un diagnostique français.
    • Oct 2019 : Campagne anti-mico-organisme, incident intestins, résolution par solubilisation d'Ala
    • Déc 2019 : Analyses post-chélation dans un labo français, cuivre positif
    • Jan 2019 : Appel aux CAP, il demande à ce que j'envoie le diagnostique
      Le CAP ne rappelle pas, je rappelle, je menace de porter plainte, le rdv fixé en 24h
    • Mars 2020 : Test post-chélation Microtrace négatif
    • Avril 2020 : Crèmes salines, incident intestins, résolution par les sels d'anions bivalents, sulfates, phosphates
    • Le Rebond de l'intra demeure, problème concentration
    • 16 juin 2020 : Consultation avec le dc Laborde-Castérot du CAP.
      Le docteur m'annonce que les CAP ne traitent pas et ne reconnaissent pas les intoxications révélées post-chélation.
      Je prévois donc de porter plainte nominativement contre lui et contre ses collègues auteurs du fameux article scientifique (voir 1er post page 25).
Dernière édition par Sophocle le Mar 16 Juin 2020 16:12, édité 6 fois.
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

M) ANTI-DÉGÉNÉRESCENCE

Messagede Sophocle » Lun 7 Jan 2019 19:59

Pour sauver ma peau, j'ai du m'investir dans la détox.
Faute de solutions toute rédigée, j'ai donc tâtonné jusqu'à une rémission.
J'ai certes tout fait à l'envers, mais j'ai réussi à m'en sortir.
Au fil des mes expériences, j'ai accumulé une connaissance que j'ordonnance par écrit ici.

Selon le Collège-de-France, la dégénérescence est une maladie déjà présente que l'âge déclenche.
Pour prévenir ou pour traiter la dégénérescence, il est donc préférable d'éliminer les co-facteurs déjà présents.
Ce message est donc dédié aux pratiques autonomes de détox, cad : de santé anti-dégénération.
Ce message a été rédigé en mars 2020 à partir de mon topic, à partir de mes expériences, à partir de mes notes et à partir des références du Collège de France.



  1. INTRODUCTION


    Co-facteurs de la dégénération
      Co-facteurs communs aux maladies dégénératives :
      Âge, environnement, modification chromatine, tabac, champs électromagnétiques, pesticides,
      métaux-lourds, stress-oxydatif, dysfonction mitochondriale, exito-toxicité, inflammation.
      Alain Prochiantz, Neurologue, Collège De France

      Sources : Pathologies neuro, Alain Prochiantz, Cdf 18-19. #Modèle de maladies psychiatriques


      Maladies neurologiques : il n'existe pas de gène responsable de la maladie.
      Alain Prochiantz, Collège De France.

      Sources : Pathologies neuro, Alain Prochiantz, Cdf 18-19. #Modèle de maladies neurologiques


    Resserrement des causes
      Les co-facteurs extérieurs aux corps apparaissent sur trois infrastructures :
      1. Les métaux-lourds sont des minéraux dont l’eau est le solvant.
      2. Les pesticides sont des chaines carbonées dont l’huile est le solvant.
      3. La dysfonction mitochondriale est une anomalie de la centrale énergétique et respiratoire de la cellule.

    Intermédiaires
    • L’inflammation, le stress-oxydatif, l’exito-toxicité ne sont pas des corps étrangers, ce sont des états qui sont la conséquence de la présence durables de toxiques dans les tissus. (Source : Oxydes métalliques et stress oxydant (Collège de France).
    • Quant aux champs électromagnétiques, ils exacerbent la toxicité des métaux-lourds magnéto-sensibles par effet hyper-thermique (source : Nano-objets magnétiques pour l’imagerie médicale Collège de France).
    • Ces effets sont intermédiaires. Ils peuvent occasionner des symptômes durables tant que les toxiques sont présents : fatigues, inflammations, défonctionnalisation locales ou généralisés, insomnies, électro-sensibilité, …
    • Sans dégénération, ces effets sont réversibles si les toxiques étaient éliminés. En cas de dégénération, le retrait des toxiques aidera au processus de régénération.
      Le traitement des intermédiaires serait donc sans fin et sans garantie de la prévention de la dégénérescence tant que les causes ne seraient pas résorbées.

    Combinaisons
      La combinaison de ces causes et de ces conséquences, notamment associées à l’âge, est favorable au lent et silencieux processus dégénératif. La longévité déclencherait un état délétère des métaux-lourds dont la présence couvait depuis plusieurs décennies.

    Traitement des causes
      « Du moment que la cause cesse…
      L’effet doit cesser, dit Homais ; c’est évident. »
      Madame Bovary

      Pour prévenir et/ou traiter les maladies dégénératives, il faut éliminer les co-facteurs un-à-un : environnement, cem, tabac, sport, pesticides, métaux-lourds,...
        Des diagnostiques synthétiques et économiques sur l'environnement, sur les pesticides, sur les métaux-lourds aideraient à cibler les champs toxiques.
        Cependant, les diagnostiques français ne sont pas synthétiques ni économiques.
        Faute de diagnostiques, il est préférable de clarifier les 2 solvants du corps en éliminant les solutés non-physiologiques (pesticides, métaux-lourds), et de renforcer la mitochondrie.
        Ainsi, tous les champs toxiques sont désintoxiqués, de plus, le corps retrouve sa vitalité par sa centrale énergétique (=mitochondrie).

    Leviers
      Pour traiter les toxiques, les leviers sont appréhendés par les ensembles dans lesquels les toxiques sont solubilisés.
      L’approche de la problématique par le solvant et par la solubilisation permet d’atteindre la majorité des toxiques en suspension dans le solvant.
      Qu’ils soient chimiques ou naturopathiques, ce site dresse des leviers autonomes, efficaces et les plus ponctuels possibles de façon à remédier définitivement aux co-facteurs dégénératifs.


    Questions
      Quelles sont les infrastructures du corps ?
      Comment dégénère-t-il ?
      Comment se régénère-t-il ?
      Quelles actions mener ?

    Quelles sont les infrastructures ?
      Le corps est fondé sur 3 infrastructures : l‘huile, l’eau et l’énergie. Ces infrastructures fonctionnent en synergie.
      L’huile, ce sont 30 litres de chaines carbonées dans le corps.
      L’eau, ce sont 30 autres litres de solvant aqueux et de sels minéraux.
      La centrale énergétique, c’est 10^15 mitochondries.
      Pour que le corps s’épanouisse, ces trois infrastructures doivent demeurer salubres.

    Comment le corps dégénère-t-il ?
      Pour que des désordres chroniques apparaissent, c’est qu’une de ces infrastructures est en état d’insalubrité chronique. Les 60 litres d’huiles et d’eaux s’intoxiquent au quotidien, et les mitochondries nécessitent d’être sollicitées pour demeurer renforcées. Une infrastructure silencieusement insalubre peut placer une autre infrastructure salubre en difficulté. L'insalubrité est la présence d'éléments non salubres en suspension dans son solvant. Il est difficile d’établir un diagnostique sans avoir travaillé sur les trois infrastructures. De plus, plusieurs insalubrités sur 2 ou 3 infrastructures confortent un terrain vers la dégénérescence.

    Comment se régénère-t-il ?
      Le seul moyen sûr et efficace d'enlever les toxines est de traiter le solvant dans sa globalité. Le traitement "toxines par toxines" est peu certain car le volant de toxines peut être large. Le corps devrait se rétablir en aidant les deux premières infrastructures à se désintoxiquer et la troisième à se renforcer. Trois champs d’actions doivent être menés pour retrouver la santé de façon chronique. Selon les pathologies de chacun, il conviendra d’insister sur un champ plutôt qu’un autre.

    Quelles actions mener ?
    1. Renforcement des 10^15 mitochondries par l’exposition au froid,
    2. Désintoxication des 30 litres du solvant aqueux par l’élimination des métaux-lourds,
    3. Désintoxication des 30 litres du solvant huileux par un régime alimentaire.

    Traitement de fond versus traitement d'attaque
      Les actions listées ci-dessus sont des traitements de fond auxquels peuvent être complétés des traitements d’attaque.
      Selon les circonstances, il conviendra de combiner les traitements de fond et d’attaque afin de restaurer la bonne santé et de l’entretenir.

    Détox du 2ème ordre
      Pour parachever une détox complète, il existe d'autres détox du second ordre à mener, exemple : les micro-organismes.
      C'est en traitant les infrastructures que les détox du second ordre seront plus efficaces.


  2. ENDURANCE ET ÉNERGIE
      La mitochondrie est la centrale énergétique de la cellule. C’est elle qui apporte la chaleur et la fabrication de l’ATP à très haut rendement. Cette fonction la place au nœud de la respiration cellulaire. Pour former l’ATP et pour chauffer le corps, les chaines carbonées (lipides, glucides, -CH2-CH2-) sont hachées dans la mitochondrie en atomes d’hydrogène et de carbone. Le déboîtement des atomes libère de la chaleur et de l’énergie. L’hydrogène H, et le carbone C sont aussitôt liés à l’oxygène O pour former de l’eau et le CO2.

    Multiplication exponentielle des mitochondries
      Pour renforcer significativement la mitochondrie, il suffit de la solliciter. Pour la solliciter fortement, il suffit de s’exposer au froid. L’exposition répétée au froid déclenche la biogénèse mitochondriale par thermogénèse.

    Action ponctuelle
      5 bains froids de 15 minutes chacun à 15 degrés permettent un rétablissement durable des mitochondries. Si des bains supplémentaires étaient nécessaires, c’est que les deux autres infrastructures (Huiles et/ou Eaux) ne sont pas désintoxiquées.

    Effets attendus
      Les bénéfices tirés de la mitochondrie sont nombreux : endurance, tension, mental, pH, réflexes, réparation et force. Les effets s’expriment lorsque l’endurance est sollicitée : monter les marches 2 à 2, jamais de baisse de tension y compris pendant un jeûne, pas de vertiges, …
      Les bains froids provoquent également une hyper-vascularisation. Les capillaires sont durablement et significativement renforcées. Or, 4 litres du sang sont drainés par le mouvement péristaltique des capillaires. Avec les bains froids, les tissus profonds sont donc oxygénés et désintoxiqués jusqu’au bout des micro-ramifications.

    Maladies tapies
      Au cours de la longévité, le corps s’acidifie par la baisse de la mitochondrie. À cause des toxines en accumulation depuis des décennies, le terrain devient favorable à la dégénérescence. Les bains froids sont donc des pare-feux contre les maladies dégénératives. Cependant, il est également préférable de désintoxiquer les solvants huileux et aqueux pour instaurer un terrain définitivement non-dégénératif, y compris en cas de longévité.

    Iceman
      Wim Hof (Alias Iceman) est un athlète de haut niveau qui anime des ateliers d’exposition au froid. De qualité professionnelle, il publie de nombreux témoignages de personnes dont les effets des bains froids ont été remarquables.


  3. DÉTOX DES EAUX
    l’Eau : un Solvant
      Le volume d’eau du corps est d’environ 30 litres, soit 50% du poids. L’intérêt de l’eau demeure dans sa composition minérale. Grâce aux minéraux, l’eau insuffle une ambiance spécifique à chaque cellule, viscosité, conductivité, osmose, pH … Les paramètres sont nombreux, ils activent et ils désactivent des caractéristiques particulières, potentiel d’action, destruction par acides chlorhydriques, …
      Il me semble un peu vain de chercher à corriger tel ou tel paramètre. Il me semble qu'il suffit que rendre les solvants salubres et de multiplier les mitochondries pour que la cellule s'épanouisse fermement et durablement.

    Les compartiments
      Les 30 litres d’eau du corps sont segmentés en quelques compartiments, sang, lymphe, organes, intra-cellulaire dont il faut tenir compte du volume, de la multiplicité et de la dynamique. Par exemple, les cellules sont certes petites à côté du sang, mais elles sont nombreuses (10^13), le total du volume d’eau intracellulaire est donc bien plus élevé que le volume d’eau circulant.

    Ordonnancement et hiérarchie
      Il faut également tenir compte de la hiérarchie entre les organes. Les émonctoires (poumons, reins, …) échangent avec l’extérieur. Le sang et la lymphe est en contact avec ces émonctoires. À eux deux, ils forment un pont entre les organes profonds (os, muscles, Snc) et les émonctoires. Il existe donc trois compartiments en enfilade qu’il faut apprivoiser pour traiter toutes les cellules.

    Les minéraux
      Les minéraux sont des ions : Calcium, Sodium, … L’eau constitue le solvant dans lequel les ions évoluent. Le dosage en ions est un élément très surveillé de la physiologie du corps. Le corps accepte une variation de ces ions dans une certaine fourchette.

    L’intoxication
      Les ions non-physiologiques et les dosages non-physiologiques d’ions provoquent des désordres à terme. Les ions non-physiologiques sont majoritairement positifs, Pb2+, Hg2+, As3+… Mais les ions physiologiques deviennent toxiques à haute dose, Cu2+. Quand la dose de chaque ion est excessive, il convient donc d’éliminer les ions.
      Comme l’eau est le solvant des ions non-physiologiques, c’est par la solubilisation que le désintoxication s’opère.

    La désintoxication
      La désintoxication de l’eau n’est pas simple. Elle nécessite de multiples passes par ordre. La méthode de désintoxication est décrite dans les paragraphes suivants.

    1. TRAITEMENT DE FOND
        Régime alimentaire à base de soufre
          Les métaux-lourd sont des cations (ions positifs) ; or, les anions (ions négatifs) et les cations se lient plus ou moins fortement. L’ion SOUFRE (S-) se lie fortement aux métaux-lourds, c’est peut-être pour cela que, selon Jade Allègre, il fait parti de l’alimentation traditionnelle.

        Minéralisation par les légumes
          L’apport de minéraux variés est essentielle pour le corps. Le corps assimile et élimine les minéraux. Seule une alimentation régulière en légume permet de satisfaire les nombreux micro-besoins en ions.

        Exercices physiques
          Le corps est composé de rivières souterraines. Pour brasser les minéraux, il est nécessaire d’activer les canaux de façon à éviter les eaux stagnantes. La meilleure activité est de faible intensité sur une longue durée : la marche. Pour les personnes ne pouvant pas se déplacer, les bains froids sont une alternative beaucoup plus efficace que la marche car le froid active fortement l’hyper-vascularisation.
    2. LA CHÉLATION
        Le Soufre : S-
          En cas d’intoxication chronique, les métaux-lourds sont des ions accrochés aux membranes des cellules. Pour les éliminer, il faut forcer leur solubilisation. Cela se fait par des molécules qui se composent de 2 atomes de soufre et qui se lient très fortement aux métaux. Cette technique se nomme : la chélation. Les métaux-lourds sont des ions positifs, Pb2+, Hg2+, As3+… Les chélateurs sont donc des molécules ionisées et négatives. La molécule chélatrice possède la propriété de se déplacer dans les tissus, de décrocher un métal-lourd de la membrane, de se lier à ce métal, de continuer son déplacement et d’être éliminées par les reins. La demie-vie de ces molécules est quelques heures, et leur élimination est totale en 24h. Avec les chélateurs, beaucoup d’ions positifs sont éliminés ; il conviendra donc d’adopter un régime reminéralisant afin de compenser la déplétion en minéraux physiologiques. Il conviendra également de surveiller sa fatigue et de temporiser les séances en conséquence.

        Solubilisation par voie orale
          À condition de solubiliser ces molécules à partir du contenu de gélules, la voie orale est très efficace pour mener une campagne d’élimination des métaux-lourds. Le principe actif avalé en gélule ne se déploie pas en nuage. Or, la solubilisation présente le principe actif comme il doit être dans le sang pour être efficace, c’est-à-dire : déjà dilué en nuage. À jeun, la solution transite comme de l’eau dans le sang. De plus, la solubilisation protège définitivement de l’incident de chélation car la concentration de principe actif est très faible.

        Analyses en laboratoires
          Pour déceler les métaux enfouis dans les tissus, il est nécessaire de pratiquer une séance de chélation 1h30 avant le recueil de l’échantillon (voir protocole complet dans le post afférent).

        Vente libre
          En France, des molécules chélatrices efficaces sont en vente libre. Elles sont disponibles sous forme de compléments alimentaires.


      1. LES CHÉLATEURS
          Compartiments
            Des compartiments structurent l’emboitement du corps. L’extra-cellulaire et l’intra-cellulaire sont deux des grands compartiments. La membrane cellulaire est la frontière entre l’extra et l’intra. Les produits sont donc classés en 2 catégories : les extra et les intra. Les extra ne rentrent pas dans l’intra mais ils sont à employer tant que l’extra n’est pas définitivement nettoyé. Les intra passent de l’extra à l’intra mais, si l’extra était contaminé, il demeure un risque de contamination de l’extra vers l’intra. Il convient donc d’appliquer un chélateur de l’intra après que les analyses de l’extra soient négatives.
            Les chélateurs ci-après sont des chélateurs à large spectre en vente libre.

          Extra-cellulaires :
            Edta
              L’Edta est le seul chélateur à grand spectre qui ne comporte pas de soufre. Cela est commode pour le goût. Il est très efficace. Cependant, quelques cas de ré-intoxication des os vers le Snc ont été rapportés. En cas de doute, se reporter sur le Dmsa. Plus que tout autre, ce chélateur nécessite un pH de 8.

            Dmsa
              Le Dmsa est le chélateur le plus sûr. Il est reconnu pour ne pas provoquer d’incidents. Il est employé pour les enfants, mais il est doté d’un léger goût soufré.

            Combinaisons
            Afin d’ouvrir le spectre de chélation, l’Edta et le Dmsa sont souvent combinés dans la même séance.

          Intra-cellulaires :
            Acide Alpha-lipoïque - Ala
              L’Ala serait le seul chélateur intracellulaire en vente libre. Son pouvoir chélateur est avéré mais il est jamais rapporté dans la littérature spécialisée.

          Autres chélateurs
            DMPS (extra), BAL (intra) : ce sont des chélateurs à large spectre non disponibles en vente libre.
            D’autres chélateurs existent. Ils sont employés pour leur affinité spécifique avec tel métal ou tel autre.

          Galénique en gélule
            Les gélules porposées en vente libre sont très peu efficace. Ce n’est pas le produit qui est inefficace mais c’est sa forme galénique.
            Pour que le principe contenu dans la gélule exprime son activité, il est nécessaire de transformer le produit et de placer le contenu de la gélule dans les conditions favorables à son activité : solvant, concentration, pH, hyper-vascularisation.
      2. LA SÉANCE
            Dans le corps, les métaux-lourd sont dispersés en nuage de nano-particules. Une administration classique (gélule, intra-veineuse, perfusion) ne diffuse pas suffisamment en nuage. Pour capturer le nuage toxique, il faut lui opposer un nuage de chélateurs. La solubilisation et les activités physiques permettent au principe actif de se déployer en nuage et de percoler dans l’ensemble des tissus profonds.

          Solubilisation de chélateurs de l’Extra
            Dans une bouteille avec 0,75 cl d’eau minérale de faible minéralité (Rouscous ou Volvic), placer :
            • jusqu’à 1 gramme de principe actif d’Edta
            • jusqu’à 0,5 gramme de principe actif de Dmsa (goût soufre)
            • 3 grammes de bicarbonate de soude alimentaire
            Mixer
            Boire pendant des activités physiques.

          Activité physiques
            A jeun (impératif), faire un grand tour en marche rapide (45 minutes environ).
            Après 20 minutes de marche rapide de façon à activer le sang, boire le contenu de la bouteille pendant 20 minutes.
            Puis monter 300 marches (escaliers du Mont St-Michel) pour activer l’hyper-vascularisation cérébrale.
            Alternative à la marche (très efficace) : bain froid de 15′ à 15°C juste après l’ingestion.

          Solubilisation de chélateurs de l’Intra
            Rappel : la chélation de l’intra ne démarre qu’après que l’extra a été nettoyé et que des analyses en laboratoire ont confirmé cela.
            Dans 10 ml d’huile végétale (sésame), verser jusqu’à 0,5 gramme de principe actif d’Ala.
            Ajouter 0,5 gramme de lécithine de soja en granules
            Porter à 30°C, mixer, filtrer. (Ne jamais dépasser 45° sous peine d’altération).
            Verser dans un verre d’eau à 30°C, mixer.
            Ajouter 1 gramme de bi-carbonate de soude.
            Les activités physiques ne semblent pas indispensables – à tester.

          Répétition et rebond
            Pour parvenir à la désintoxication la plus profonde, il suffit de répéter les séances de chélation jusqu’à ce que les analyses après chélation annoncent des taux aussi faibles que des analyses sans chélation.
            Les préconisations suivantes demeurent un calendrier à titre indicatif.
              Chélateurs de l’Extra : périodicité hebdomadaire,
              Chélateurs de l’Intra : périodicité quotidienne 5/7.
            Selon la littérature scientifique, un rebond peut se manifester après la première série de détox. Ce rebond parviendrait des os. A posteriori de la première vague de chélations, il convient donc de surveiller périodique les taux de métaux-lourds.
      3. LE TEST TISSULAIRE DE PROVOCATION
            Le test de provocation est une séance de chélation à l’issue laquelle les analyses en laboratoire sont réalisées afin de relever les niveaux des métaux.

          Protocole :
            Pendant trois jours avant le test, ne pas consommer des poissons ou des aliments en boite.
            Le test de provocation est une séance de chélation comme une autre :
              juste avant laquelle la vessie est vidée
              et 1h30 après laquelle un échantillon d’urine est prélevé pour envoi au laboratoire d’analyses
            Cette séances devrait être exécutée avec un spectre large de chélation (Edta & Dmsa) et avec une hyper-vascularisation (sport, escaliers, bains froids).

          Laboratoires d’analyses
            Le tout premier test est à envoyer de préférence chez un laboratoire qui dresse une liste de plusieurs dizaines de métaux. Il existe deux laboratoires en Allemagne qui réalisent ces prestations : Microtrace et Brême (100€ environ pour 30 métaux).
            Les personnes qui ont porté des amalgames peuvent tester directement le cuivre (10€ env.) et le mercure (50€ env.) dans un laboratoire français au risque de passer à côté de métaux à surveiller.
            En cas de test en Allemagne, les tests ultérieurs peuvent être réalisés en France en sélectionnant les métaux sortis positifs aux analyses allemandes. Demander un recueil d’analyses en pharmacie ou en laboratoire.
            Les valeurs annoncées sur le rapport d’analyse donne un flux et non un stock. Le stock n’est pas déterminable a priori.
            En cas d’excès de cuivre, il est possible de limiter les analyses intermédiaires au cuivre tant qu’il demeure en excès.

          Faux-négatifs
            En dépit que les métaux-lourds se sont installés dans les tissus, le sang demeure négatif lors d’une simple prise de sang. Le test officiel (prise de sang) ne décèle donc pas les métaux chroniques enfouis dans les tissus.
            Par voie de conséquence, les désordres couvent à l’insu du patient. En dépit que le traitement des métaux-lourds existe, les conditions préalables à la dégénérescence s’installent.

      4. LES PRÉCAUTIONS
          Prévention
            Les chélations éliminent des ions positifs, dont ceux des métaux-lourds. Pour éliminer les métaux-lourds par la chélation, il est donc nécessaire d’approvisionner les corps en minéraux physiologiques entre deux chélations. Cela se fait le plus efficacement avec un régime riche en légumes et, éventuellement, en deuxième intention, avec une cure d’eau de Quinton.

          Dosages par paliers
            Afin tester une réaction allergique, le premier essai devrait se faire avec un minimum de principe actif. Les essais suivants se font avec une dose qui augmente peu-à-peu tant qu’il n’y a pas de réaction.

          Allergies
            Une allergie au soufre est anormale. Pour tenter d’abaisser les niveaux allergies, il est possible de traiter les deux autres infrastructures du corps de façon à conforter la robustesse et la souplesse du système immunitaire : régime sans sucre et exposition au froid.

          Résolution de la fatigue
            En cas de fatigue soudaine ou durable après une chélation, la résolution se fait avec l’eau de Quinton. Il suffit d’abaisser la posologie des prochaines séances en allongeant la périodicité ou en abaissant le dosage pour prévenir la fatigue.

          Périodicité et doses
            La périodicité basse est mensuelle, et la périodicité haute est hebdomadaire. C’est à chacun de juger du rythme auquel il souhaite pratiquer les chélations. Avec un régime riche en légumes, il est possible de pratiquer des chélations hebdomadaires aux plus hautes doses.
            Le nombre de métaux éliminés est plafonné à chaque chélation, il n’est donc pas nécessaire d’augmenter les doses au-delà des valeurs plafond. Un dépassement des valeurs plafond est une imprudence sans aucune contrepartie de bénéfice. Pour augmenter l’élimination, il sera plutôt préférable d’augmenter l’hyper-vascularisation pendant la séance.

          Durées
            En clinique médicale, les séances d’intraveineuses sont mensuelles. La durée moyenne de traitements mensuels est de deux ans. Mais certains cas peuvent durer jusqu’à cinq ans.
            Avec la solubilisation, la durée peut être réduite à quelques mois.

          Fatigue
            La seule contre-indication est l’état de fatigue. Pour faire une chélation, il est nécessaire d’être au mieux de sa forme. Les chélations en période de rhume, ou autre, sont à reporter de quelques jours.
          Concentration du principe actif
            La concentration du principe actif solubilisé est très faible : jusqu’à 2 grammes maximum par litre. Cela est cent fois inférieur à la concentration d’une chélation par intra-veineuse. Les incidents par concentration n’existent pas avec la solubilisation.

          Ordonnancement général
            Il conviendra d’appliquer les chélateurs extra-cellulaires tant que les analyses sont positives et tant que l’amélioration des symptômes par ces chélateurs parvienne. Les analyses devront être faites avec une chélation à large spectre (Dmsa et dta) et avec des activités physiques qui activent la vascularisation cérébrale (bains froids ou escaliers).
            Si cet ordonnancement n’était pas respecté, il demeure un risque d’intoxication de l’extra vers l’intra avec les chélateurs de l’intra.
          Détox préalable de la bouche
            Pour les personnes qui portent ou qui ont porté des amalgames, il est hautement préférable de désintoxiquer au préalable la sphère buccale par des bains de bouche au sel.
            Protocole : 1 fois par jour pendant un mois, placer 5 cl d’eau avec 2 grammes de sel mixés (40 g/l) dans la bouche pendant 5 minutes. Gargariser et cracher. Le volume d’eau craché devrait être environ le double de celui qui a été placé. Avec ces bains, la forte concentration de métaux-lourds qui a migré des amalgames dans la sphère buccale aura été éliminée.
            Avec ces bains de bouche, le retrait des amalgames ne me semble pas indispensable.

  4. DÉTOX DES HUILES
    L’huile : d’abord un Solvant
      Dans le corps, l’huile est tout autant une chaîne carboné qu’un solvant. Or, dans la mitochondrie, les lipides ne sont pas prioritaires sur les glucides. Les lipides non salubres s’accumulent donc. Pour éliminer les lipides, il suffit de passer les lipides dans la mitochondrie en adoptant un régime sans sucres. Pour régulariser les désordres chroniques, il est donc préférable de considérer l’huile comme un grand volume de plusieurs dizaines de litres dont le recyclage dans la mitochondrie sera la voie métabolique de la désintoxication. Il n’est donc pas nécessaire de perdre du poids pour désintoxiquer le solvant huileux au quotidien.

    Méthodes de désintoxication
      Plusieurs solutions sont possibles. Chacune dispose de son délai de réponse et de sa durabilité.
      Le traitement de fond est un régime alimentaire sans sucre.
      Deux traitements d’attaque existent avec chacun ses avantages et ses défauts. L’un est la Pancha-Karma (Ayurvéda) et l’autre est le jeûne hydrique.

    1. RÉGIME SANS SUCRE
        Au niveau du feu cellulaire, les glucides sont prioritaires sur les lipides pendant trois jours. Dans un régime avec sucre, les lipides ne sont absolument pas brûlés. Les lipides ne sont donc pas décomposés en simples atomes. Par voie de conséquence, les lipides non-salubres s’accumulent au fil des années au détriment des lipides salubres.
        Les lipides non-salubres sont remisés dans la cellule. L’accumulation de lipides non-salubres forme un terrain toxique. Peu-à-peu, les encombrants entravent la bonne auto-administration de la cellule. La cellule s’affaiblit en gradient au fil des mois et au fil des années.

        Aliments sans sucre
          légumes verts,
          viandes,
          fromage,
          oléagineux (noix, …).

        Aliments avec sucre
          céréales (riz, blé, pain, pâtes, farine, …),
          légumes-racines (pomme de terre, carottes),
          sodas,
          chocolats.

        Écarts
          Quelques petits écarts ne sont pas suffisants pour entraver les effets d’un régime sans sucre. Le poids de ces écarts doit être inférieur au poids en besoins métaboliques. Tant que les effets bénéfiques parviennent, il n’est pas nécessaire de s’infliger un régime draconien.
          Par exemple, quelques fruits peuvent être consommés juste avant l’effort.

        A.D.N.
          L’Adn transcriptible d’une cellule est sensible au régime avec/sans sucre. Avec sucre, l’Adn se replie par méthylation sur lui-même. Replié, il demeure non-transcrit. C’est-à-dire que le gène ne s’exprime pas. Sans sucre, l’Adn se déplie par acéthylation, il est disponible pour être transcrit. Par exemple, sans sucre, le gène P53 (gardien du génome) est déplié et transcrit. Mais avec sucre, ce gène devient silencieux, il ne participe donc peu à restauration de l’Adn.
          Sans sucre, la cellule sait donc activer des ressources génétiques qui participe à son administration mais que le sucre verrouille.

    2. JEÛNE HYDRIQUE
        Élimination forcée
          Le jeûne est une élimination à marche forcée des glucides et des lipides. Le rythme d’élimination est très soutenu (jusqu’à 1/2 kg par jour). Tout ce qui est utile n’est pas brûlé et tout ce qui n’est pas indispensable est brûlé. À force de jeûner, les lipides non salubres seront intégralement brûlés dans les mitochondries. Un jeûne qui se passe mal (inflammations) est le signe que de nombreuses toxines demeurent dans le corps. Le jeûne hache ces toxines en atomes, il est donc le remède à ces toxines. Les premiers jeûnes doivent être très courts (1 jour puis 3 jours). Un jeûne qui se passe bien est le signe qu’il ne demeure plus de toxines. Quand le jeûne se passe bien, il n’est plus nécessaire de jeûner avant longtemps.

        Baisse de tension
          Les jeûneurs rapportent régulièrement une baisse de tension pendant le jeûne. Quelques bains froids au préalable devraient effacer ce problème.

        Non-résolution
          Le jeûne ne traite pas ce que les bains froids et les chélations traitent. Les symptômes des mitochondries et les symptômes des métaux-lourds ne diminuent pas avec le jeûne. Si des symptômes persistaient, il convient donc de se reporter sur le traitement des 2 autres infrastructures.

        Jeûne court
          Le jeûne par défaut est un unique jeûne de trois jours. Ce jeûne est déjà très efficace pour éliminer l’intégralité des glucides non-salubres qui ont été stockés pendant plusieurs décennies. Pour la majorité des personnes, ce jeûne sera suffisant. Il n’est pas nécessaire de poursuive au-delà. Pour prolonger les effets bénéfiques de ce jeûne au niveau des lipides, il suffira d’adopter le régime sans sucre.

        Jeûne intermédiaire
          Si le jeûne se passait pas trop mal, il est possible de poursuivre au-delà de trois jours. Au-delà, les plaques coronariennes seront dissoutes et brûlées en quelques jours pour fournir la chaleur nécessaire au corps en temps de jeûne. Les inflammations chroniques qui accompagnent ces plaques s’éteindront définitivement.
    3. PANCHA-KARMA
        Ayurvéda
          La Pancha-Karma est le traitement de la longévité de l’Ayurvéda. La traduction d’Ayurvéda est « vie longue ». La Pancha-Karma consiste en l’ingestion d’une grande quantité de ghee (beurre liquide) pendant plusieurs jours. Cette ingestion est suivie d’activités physiques (sauna) de façon à augmenter la vascularisation, la solubilisation, la percolation et l’élimination.

        Solubilisation
          Cette solubilisation fait circuler de l’huile en grande quantité dans le corps. Les chaines carbonées non-physilogiques et en suspension dans la cellule entrent en mouvement, elles se mettent à circuler entre les organes. Elles seront donc interceptées par le foie, puis éliminées.

        Toxiques lipophiles
          Par exemple, cette technique est appropriée pour traiter les pesticides lipophiles qui se sont accumulés dans les organes.

  5. CONCLUSION
      Sucres et faiblesse
        En cas de régime alimentaire sucré et en cas de faiblesse des mitochondries, la cellule va casser une molécule de glucose par fermentation (hors de la mitochondrie) afin de dégager 2 ATP au mieux. Or, le produit de cette réaction est deux acides qui demeurent en l’état dans la cellule. Le volume de la cellule va donc augmenter. Le terrain va également s’acidifier, il bascule donc dans un stress-oxydatif.

      Cancer
        Faute de mitochondrie, la cellule fait entrer le glucose en nombre pour produire l’ATP dont elle a besoin. Elle grossit donc par augmentation significative du produit de la fermentation. Puis, pour conserver son volume, elle se divise. Et ainsi de suite. Cependant, l’auto-élimination de la cellule est exécutée par la mitochondrie. Or, dans la cellule cancéreuse, la mitochondrie est déjà faible, la cellule ne s’élimine donc pas. Le cancer prospère par la même voie qui l’a amorcé.

      Sans sucre et faiblesse
        Cette situation ralenti certes fortement la progression du cancer car le sucre n’est pas disponible. Mais, la mitochondrie étant absente, le cancer survie en silence. En dépit de l’apparence de régression, cette situation ne restaure pas des conditions salubres et stables que la présence de mitochondries assure. La survie est en donc un sursis.

      Force
        À contrario, en cas de hausse des mitochondries, une seule molécule de glucose donne 32 ATP. La molécule de glucose est hachée jusqu’à être totalement réduite en atomes (Carbone, hydrogène, …). Liés à l’oxygène, ces atomes sont gazeux, ils sont éliminés par la voie pulmonaire. Par voie de conséquence, les cellules n’ont pas à se diviser ou à s’éliminer car elles n’augmentent pas leur volume de façon anarchique.

      Sans sucre et force
        Ces deux conditions sont favorables pour verrouiller un terrain non-dégénératif. Pour bien border ce terrain, il demeure à éliminer les métaux-lourds.

      Métaux-lourds
        En cas de présence de métaux-lourds, les réactions chimiques peuvent faire éclater les parois cellulaires. Les cellules meurent, mais les métaux-lourds demeurent dans le milieu. Une nouvelle cellule est intoxiquée, et ainsi de suite.

      Terrain dégénératif
        Les conditions chacune suffisante d’un terrain dégénératif sont : sucre, faiblesse, et métaux-lourds. Par compensation des cellules survivantes, la dégénérescence peut s’avancer à un point de non-retour avant que les symptômes apparaissent. Il convient donc d’anticiper ces conditions avant que des symptômes se manifestent. Cependant, il existe de témoignages de personnes à la situation désespérée qui ont été condamnées par la médecine conventionnelle mais qui ont réussi à se rétablir en instaurant les traitements de fond et d’attaque. Exemple : Cancer Thérapy (Chaine Youtube).

      Sérénité et Longévité
        La chélation, l’exposition au froid et le régime sans sucre procèdent au rétablissement de l’entièreté de la salubrité physiologique.
        En outre de celui de la dégénérescence, avec le traitement des trois infrastructures, le risque d’un AVC, d’une rupture d’anévrisme ou autre épée de Damoclès est donc nul.
Dernière édition par Sophocle le Jeu 16 Avr 2020 08:41, édité 6 fois.
Avatar de l’utilisateur
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 421
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16
Localisation: Quelque part en détox inachevée

PrécédenteSuivante

Retourner vers Témoignages de guérison

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités