Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Regroupement de tous les sujets abordés et les échanges des membres

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Mar 5 Juil 2011 14:29

Message de xavier
-------------------------------------------------

Bonjour Anne,

Non je n'ai toujours pas d'amélioration, c'est un ttt long, et j'y vais très prudemment , j'ai commencé
il y a 15jours et j'ai du l'interrompre deux fois pour réaliser des examens complémentaires.
C'est mieux si tu peux etre suivie par une Doc. Je n'avais pas de doutes, moi non plus sur mon
HPU puisque d'une part, selon Klinghardt, 80% des patients atteints de Lyme et 75% des intoxiqués aux ML
sont positifs à ce test, et d'autre part lors d'une séance de SCIO(biorésonance), il y a qqs mois, la Thérapeute
avait trouvé que j'avais un gros déficit en Zinc.

Tuchiana,

J'ai fait le test HPU dans ce labo Hollandais KEAC.Logiquement lorsque le taux d'Hémopyrrolactam(HPL) excrété
est supérieur à la norme il en résulte obligatoirement un déficit en Zn, B6, manganèse, Biotine, acide arachidonique.
Le dosage du Zn dans le sang ne présente aucun intéret, il va etre normal, puisque selon Klinghardt le corps va pomper
le Zn qui lui manque dans les os. Il faudrait faire une biopsie des os pour constater une déminéralisation(Zn).
Pour la B6, son dosage ne présente pas d'intéret non plus. Mais j'ai fait doser le magnésium sérique, qui est normal,
et le magnésium érythrocythaire(globulaire), qui est déficitaire.Ce qui signifie que j'ai suffisamment de Mg dans le sang, mais qu'il ne rentre pas dans les cellules par manque de B6.Les résultats se recoupent.
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Mar 5 Juil 2011 14:29

Message de kate
------------------------------------------------

Bonsoir Xavier,
Tu as tout dit, et ta colère est légitime et je la partage. Cette histoire de cortisol sanguin est un scandale de plus, pour moi un des plus gros car il s'agit de l'hormone la plus vitale (sans cortisol du tout on meurt en 24h), et les médecins, même les endocrinos !!!!!!!!, se basent sur une analyse non fiable, alors qu'il est parfaitement admis que dans le cas d'autres hormones notamment thyroidiennes il faut doser les fractions libres.
Le dosage du cortisol libre sanguin se fait maintenant en Belgique donc la technique existe, qu'attend-on ici ?????? C'est révoltant, on nous vole nos vies à cause de ça.
Dans mon cas j'ai carrément failli en crever puisqu'en plus on me donnait des hormones thyroidiennes, ce qui est une contre-indication TOTALE, mais c'était dans ma tête !!!!!!

Bonsoir P'tit Gars,
Les endocrinologues ne cautionnent pas les analyses salivaires......... Ils font faire quelquefois le dosage du cortisol libre urinaire, quelquefois il est bas aussi, quelquefois normal.........le mien était normal alors que le salivaire était effondré. Et c'est bien l'hydrocortisone qui m'a sauvé la vie. Même si bien sûr ce n'est pas la meilleure solution, j'espère que dans le cas de Xavier un réglage de toutes ses carences va arranger l'affaire. En tout cas les choses s'éclairent et avoir fait ce diagnostic est capital.
C'est je trouve ce qui manque cruellement dans les thérapies de détox des ML : des diagnostics biologiques afin de voir quelles fonctions sont affectées. C'est primordial. Ensuite il faut chercher pourquoi, où est-ce que ça coince. Et aider le corps dans ce sens. Car si l'on veut aboutir à un résultat, il faut actionner les turbines........faut que ça tourne tout ça, que les métabolismes fonctionnent au mieux. Vaste programme........
Mais on continue n'est-ce-pas, on ne lâche rien......
Nous avons tous droit au meilleur et franchement on le mérite. On veut juste vivre, on ne demande pas la lune.....

A +
Kate
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Mar 5 Juil 2011 14:30

Message de xavier
----------------------------------------------

Salut p'ti gars

Maintenant que tu as cette certitude, quelles dispositions va tu prendre? Est-ce que les endocrino, qui n'ont pas eut le bon sens de te prescrire ce simple test, vont etre disposé a reconnaitre tes soucis et donc a te traiter d'une manière ou d'une autre?


J'avais pensé à faire le test sanguin du cortisol libre en Belgique pour confirmer le diagnostic, mais d'une part ça m'oblige
à interrompre, une fois de plus mon ttt HPU, d'autre part, ces spécialistes trouveront toujours qqchose à redire et ne reconnaitront pas obligatoirement la validité de ce test.De plus, Kate fait ce test depuis plusieurs années et trouve qu'il est très fiable, et meme bcp plus fiable que le test du cortisol libre urinaire , également proposé par Philippe Auguste.
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Mar 5 Juil 2011 14:31

Message de kate
------------------------------------------------

Bonjour Anne,
Je ne connais pas le nom du labo belge qui fait le cortisol libre sanguin, demande à ton labo habituel, il devrait pouvoir te renseigner.
A combien était ton cortisol total sanguin ? Et que t'a-t-on dit ?

Concernant la fiabilité des tests de cortisol salivaire et urinaire, en fait les deux sont utiles, mais à condition de savoir les interpréter. Le salivaire est d'après mon expérience le meilleur test en première intention. Si les taux sont effondrés cela suffit. Par contre si les taux sont très élevés alors que la personne présente de nombreux symptômes d'insuffisance en cortisol (le premier étant l'EPUISEMENT), alors il faut compléter par l'urinaire où là on va s'apercevoir que le cortisol est extrêmement bas.
Cette différence entre les résultats peut s'expliquer par un catabolisme accéléré du cortisol au niveau hépatique : la production de cortisol se fait bien mais le foie le transforme trop vite en métabolites inactifs, donc on ne retrouve pas de cortisol dans les urines. Et alors là je crois que c'est encore plus compliqué........
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Ven 8 Juil 2011 09:31

Message de kate
---------------------------------------------

Bonjour,
Effectivement le cortisol libre urinaire est remboursé, une endocrinologue me l'avait prescrit et le résultat était normal alors que mes taux salivaires étaient effondrés. C'est pourquoi je recommande le salivaire car dans mon cas seule cette analyse a été parlante.
L'analyse salivaire de chez Philippe Auguste présente un autre avantage : le dosage du cortisol ET de la cortisone, + le ratio des deux. Cela permet de voir la production surrénalienne + l'activité de l'enzyme 11 beta-HSD1 qui transforme la cortisone inactive en cortisol actif.
Cette enzyme a comme cofacteur le NADPH, donc si son activité est diminuée on peut soupçonner une baisse d'activité de la G6PD. C'est très important car dans ce cas les thérapies soufrées sont à discuter.
Par ailleurs il faut se rappeler que le NADPH est le cofacteur d'autres très nombreuses enzymes comme :
- La Glutathion Reductase qui permet de recycler le Glutathion (transformation du Glutathion Oxydé en Glutathion Réduit)
- L'Aromatase qui transforme la testostérone en oestrogènes
- La 5 alpha Reductase qui transforme la testostérone en dihydrotestostérone
- La NADPH Oxydase qui intervient dans la lutte anti-bactérienne
- La NADPH Oxydase Thyroidienne qui transforme l'iodide en iodine et permet donc la formation des hormones thyroidiennes
- Les enzymes convertissant les formes inactives de la Vit D en forme active
- Les enzymes du cycle des folates
- La désoxydation du Cobalt de la Méthionine Synthase, enzyme au carrefour du cycle des folates et de la voie de la méthylation

D'après le Dr Amy Yasko sur http://dramyyasko.com/wp-content/upload ... thcare.pdf


 Factors Affecting G6PDH Levels

•Thyroid hormones increase the level

•High carbohydrate diets increase the level

•Insulin increases the level (relationship to vitamin D)

•Adrenal support increases the level

•EGF increases the level

•Estrogen increases the level

•PDGF increases the level

•Fatty acids decrease the level

•Cortisol decreases the level

•Copper decreases the level

•High vitamin C may be an issue

•High dose of vitamin K3 (synthetic menadione) may be an issue

•DHEA inhibits G6PDH activity
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Sam 27 Aoû 2011 23:45

Message de xavier
--------------------------------------

En cas de fatigue chronique, il est fondamental de doser le cortisol libre. La plupart du temps les médecins,y compris les Endocrinos, dosent le cortisol sanguin total. Ce test n'a aucune valeur, car seule la fraction libre du cortisol est active.

Les stéroides dans la salive existent sous forme libre donc biologiquement active alors qu'ils sont à 95-99% liés dans le plasma sanguin.

Il y a quelques temps, sur ce forum, on se demandait, si le test salivaire du cortisol libre était plus fiable que le dosage
du cortisol urinaire libre des 24h (selon W Jefferies, dans "Self uses of Cortisol", le salivaire est supérieur).En fait ces
deux dosages sont complémentaires, en cas de SFC.

La semaine dernière, jai vu une spécialiste, en Espagne, qui, elle ,en cas de SFC fait doser : Cortisol libre salivaire du matin + cortisol libre urinaire des 24h + cortisol total sanguin.Tout simplement parce que,en cas de SFC, le cycle du cortisol est souvent inversé.Pour un organisme qui fonctionne bien, le matin à 8h le cortisol est au maximum, puis il diminue tout au long de la journée pour arriver au minimum au coucher et à ce moment là il y a sécrétion de mélatonine, qui a la courbe inverse.En cas d'inversion du cycle: le cortisol est au maximum la nuit et au minimum le matin.

Donc le dosage,seul, du cortisol des 24 h ne suffit pas, car il est toujours normal, en cas de cycle inversé, puisqu'il y a eu une forte production la nuit et peu le jour.Comme ce sont les urines totales des 24h, on a aucun reflet des variations nyctémérales .Un cortisol salivaire libre effondré à 8heures, assorti d'un cortisol urinaire des 24h normal, va confirmer l'inversion du cycle (avec d'autres tests sanguins complémentaires).
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Ven 4 Nov 2011 15:23

Mesasge de kate
--------------------------------------------

Bonjour Anita,
Tes mauvaises réactions au DMPS et aux vins blancs signent comme tu l'as compris une intolérance aux sulfites/sulfates, il se peut que tu aies comme moi une "CBS up regulation" = la voie de la transsulfuration trop active génétiquement. La conséquence est que l'homocystéine - molécule finale issue du cycle de la méthylation -, est trop avidement "happée" par l'enzyme CBS, alors que normalement elle devrait être équitablement répartie entre la transsulfuration et la retransformation en méthionine (qui réalimentera la voie de la méthylation). Une intoxication au mercure peut creuser encore plus cet écart et c'est là que les soucis commencent.
La suractivité de la CBS entraîne la formation du sulfites/sulfates, ce qui veut dire que l'on en fabrique déjà trop. En rajouter exacerbe les symptômes car l'excès de sulfites/sulfates baisse l'activité d'une enzyme appelée G6PD, enzyme qui fabrique une molécule donneuse d'hydrogène : le NADPH. Et le NADPH a de multiples fonctions, notamment le recyclage du glutathion et du cortisol.
Donc, un excès de sulfites/sulfates entraîne une baisse de glutathion => état oxydatif, et une baisse de cortisol => symptômes d'"adrenal fatigue".
D'après les spécialistes du sujet (Amy Yasko et Dr Roberts), ceci est valable chez tout le monde, même chez les personnes qui n'ont pas la "CBS up regulation" (mais bien sûr chez ces dernières les réactions sont beaucoup plus marquées).
Faire le diagnostic de cette particularité génétique n'est pas facile, je ne connais que le test "Nutrigenomics" proposé par Yasko aux Etats-Unis.
Mesurer les sulfites et sulfates urinaires serait intéressant mais je ne trouve pas de labo qui le fasse, ni où se procurer les bandelettes urinaires.

Mais comme la base du traitement est l'éviction de tout ce qui est soufré y compris les acides aminés soufrés (méthionine, cystéine, taurine), tu pourrais faire l'essai d'une alimentation "low sulfur" (pas de protéines animales, pas de végétaux riches en soufre comme les choux, navets, radis, oignons, ail etc.....) pour voir si cela change quelque chose. Il faut aussi arrêter tout apport en Vit B6 qui active la CBS, et tout médicament à base de sulfate (bien lire la composition, par exemple le Férograd est du sulfate ferreux).

Le sujet étant compliqué je reste à ta disposition pour des éclaircissements.
Kate
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Ven 30 Déc 2011 22:19

Message de un_ptit_gars
----------------------------------------------------

Re: Suite présentation Kate : mes rencontres avec le mercure

Messagede un_ptit_gars » 30 Déc 2011 15:26
Salut kate,

Comment vas tu? Ca fais quelques temps qu'on a pas eut de tes nouvelles, alors je viens en prendre!
Est-ce que les choses avancent bien pour toi?

J'ai récemment un passage de klinghardt d'une conférence qu'il a donné cette année, et ce petit passage m'a semblé intéressant pour toi, au vu des pb que tu as eut en suivant le KPU:

"...
MMP-9 will be normal once a patient has gone through treatment. It is zinc dependent. MMP-9 is a mechanism that is used by the bugs to "mush you up so that they can drink you rather than eat you". If someone is given zinc when MMP-9 is already elevated, the tissue breakdown will be even worse. High MMP-9 rapidly ages patients. Consider interference fields such as scars, teeth, root canals, sinus infections. Reduce EMFs. Nanoized Curcumin with pepper at 350mg twice a day may help. Life Enhancement has a good option here. An important note here is that if MMP-9 is elevated, KPU treatment with zinc may make matters worse. Ensure MMP-9 is normalized before adding zinc."

A bientôt!

Pti gars
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Ven 30 Déc 2011 22:20

Message de kate
-------------------------------------------

Bonjour P'tit Gars,

Merci de prendre de mes nouvelles, et merci pour cette explication de Klinghardt, j'ai retrouvé le texte entier et vais le lire attentivement.

Concernant le HPU je me pose pas mal de questions et pense que cette affection est mal comprise et les traitements hasardeux. Je ne suis pas la seule à ne pas avoir supporté les suppléments de zinc et P5P, et justement j'attendais des retours de Klinghardt pour voir si lui avançait et s'intéressait aux répercussions du zinc sur le système hormonal. J'ai arrêté le zinc à cause de l'action inhibitrice sur l'aromatase, qui fait que mes oestrogènes ont chuté - me provoquant des règles hémorragiques -, et que ma testostérone avait atteint le taux d'un jeune homme......., induisant la formation de kystes ovariens.
Alors il est possible que mon aromatase était déjà sous-productive, ce qui fait que l'inhiber l'a complètement arrêtée, toutefois le zinc est un inhibiteur de l'aromatase et cela chez tout le monde. Voilà pourquoi je pense qu'il manque aux thérapeutes HPU, la prise en compte du système endocrinien. J'en ai fait les frais et ne m'en suis toujours pas remise, pourtant je ne prends plus de zinc depuis février dernier, et n'avais pris pendant environ 6 mois, qu'1/4 de zinc Solgar (picolinate de zinc) par jour.

J'ai donc laissé tomber cette piste en espérant trouver une approche différente s'intéressant au fonctionnement des mitochondries, puisque le Dr Kuklinski définit le HPU comme mitochondropathie.

En attendant je me suis consacrée aux travaux de Amy Yasko et ai réalisé le test génétique qu'elle préconise. Et alors là tout s'explique. Je sais maintenant pourquoi je ne supporte pas les hormones thyroidiennes malgré mon hypothyroidie, pourquoi elles me font chuter le cortisol, pourquoi elles me mettent dans le gaz, pourquoi je n'ai pas supporté non plus la P5P :
Mon gène codant l'enzyme CBS (Cystathionine Beta Synthase) a la particularité d'engendrer une activité accrue de cette enzyme (ce peut être jusqu'à 10 fois une activité normale). Or la CBS est P5P dépendante et est boostée par les hormones thyroidiennes. Donc chez moi, en prenant ces traitements j'aggrave encore la suractivité de l'enzyme. Les principales conséquences sont : la production d'ammoniac +++, de sulfites +++, la baisse d'activité de la G6PD, le manque de NADPH, le manque de glutathion (même si la CBS est l'enzyme première de la voie de la transsulfuration = la voie qui aboutit à la formation de glutathion, lorsqu'elle est trop active ce n'est pas le glutathion qui augmente mais la taurine).
Voir le schéma :
http://www.heartfixer.com/AMRI-Outcomes ... le.htm#CBS: Cystathione Beta Synthase

L'homocystéine est le substrat commun à deux voies : la transsulfuration et la méthylation. Normalement ces deux voies sont en équilibre. D'ailleurs j'ai très bien vécu 35 ans même avec une CBS suractive. Donc que s'est-il passé ?
Tout se gâte quand on est exposé aux toxiques environnementaux qui freinent les métabolismes de la méthylation. Dans ce cas le blocage de la méthylation laisse encore plus de substrat à la transsulfuration.

Le but du jeu est donc de rééquilibrer les deux voies.
Pour freiner la CBS, hormis le cuivre il n'y a rien, sauf si la Fondation Jérôme Lejeune commercialise la molécule qu'elle a fait breveter récemment. Cette fondation, du nom du chercheur qui a isolé le gène de la trisomie 21, a axé ses recherches sur le sujet puisque les trisomiques ont ce polymorphisme génétique qui accélère la CBS.
Donc dans l'attente le seul traitement est de diminuer les apports de molécules soufrées sous quelque forme que ce soit (y compris DMPS, DMSA) et d'approvisionner en B12 (Hydroxycobalamine) et B9 (Folapro) la voie de la méthylation.
J'ai eu de très bons effets au début mais ils n'ont duré que 3 jours. La relance de la méthylation entraîne la formation d'homocystéine qui refuit dans la transsulfuration.......c'est un cercle vicieux.
Enfin je continue sans perdre l'espoir d'en sortir un jour.......

Je vous souhaite à toutes et tous une très agréable fin d'année.
A + !
Kate
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede topless » Dim 26 Aoû 2012 22:27

Post super intéressant!!! Je viens de lire les 4 pages et j'ai appris pas mal de choses. En revanche KPU? Je n'ai pas bien saisi ce que c'est. HPU c'est bon mais KPU?
"Le monde n'est muet que pour ceux qui restent sourds à cette fréquence"
Maurice Dantec
topless

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 411
Inscription: Mar 3 Juil 2012 19:23

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede topless » Mar 28 Aoû 2012 21:03

Je rebondis sur ce post et partage un lien que j'ai trouvé sur CINAK (le site dirigé par Klinghardt) et qui aborde bien les différents aspects de cette pathologie

http://www.cinak.com/editions/articles_fre/hpu.pdf

Selon Klinghardt 80% de ses patients atteints de lyme souffriraient de l'HTU. Toujours selon ses propos, le caractère héréditaire de l'HTU dans ce cas ne tient pas. Ce serait Lyme et ses toxines qui contournerait notre système immunitaire de tel sorte à provoquer une HTU...
Bref à la (longue) liste des pathologies (candidose, lyme, co infection, ML, EHS...) vient s'ajouter l'HTU. Ca commence à faire beaucoup, j'en ai marre...

Dommage que Xavier et Kate ne soient plus présent sur le forum, çà aurait été sympa de savoir comment ont évolué leur maladie.
"Le monde n'est muet que pour ceux qui restent sourds à cette fréquence"
Maurice Dantec
topless

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 411
Inscription: Mar 3 Juil 2012 19:23

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede Lebowski » Mer 29 Aoû 2012 01:15

topless a écrit:Bref à la (longue) liste des pathologies (candidose, lyme, co infection, ML, EHS...) vient s'ajouter l'HTU. Ca commence à faire beaucoup, j'en ai marre...



Dis toi que ça ne fait pas une pathologie de plus, le terrain est le même pour toutes ces maladies qui sont finalement juste différents symptômes d'un même problème à traiter...ça fait moins peur dit comme ça :roi:
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement http://www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=1&t=2869
Lebowski

Sage de l'intoxication
Sage de l'intoxication
 
Messages: 1836
Inscription: Sam 21 Avr 2012 16:08
Localisation: 33

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede hazy » Mer 29 Aoû 2012 02:06

C'est même plutôt l'inverse. !en découvrant des causes profondes comme celle ci, on transforme plusieurs fausses maladies en un vrai symptôme.

On gagne donc énormément de temps et d'efficacité.

C'est pourquoi, sur mélodie, on prône une approche la plus globale et la plus profonde possible.

Traiter des symptômes nous a tous mené ici, pour approfondir, élargir, et apprendre de nos erreurs . ( qu'est ce qu'on apprend hein )
pour commencer sur le forum : viewtopic.php?f=1&t=3094

Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale. viewtopic.php?f=53&t=2869
hazy

Sage de l'intoxication
Sage de l'intoxication
 
Messages: 3777
Inscription: Jeu 16 Juin 2011 09:54

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede topless » Mer 29 Aoû 2012 22:49

Bien sur, c'est aussi ma philosophie. Ce qui me fait peur c'est que çà à l'air plus difficile à rétablire que ce qu'on laisse entendre, la borrélie ne se laisse pas faire [img]images/icones/icon11.gif[/img]
Sinon vous avez éssayé de parler de l'hémopyrrolactamurie à un médecin généraliste de campagne [img]images/icones/icon12.gif[/img] lol, j'imagine la réaction " hein... à vos souhait"
"Le monde n'est muet que pour ceux qui restent sourds à cette fréquence"
Maurice Dantec
topless

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 411
Inscription: Mar 3 Juil 2012 19:23

Re: Aspect hormonal dans nos pb: l'impact du cortisol

Messagede un_ptit_gars » Ven 31 Aoû 2012 00:33

topless a écrit:Sinon vous avez éssayé de parler de l'hémopyrrolactamurie à un médecin généraliste de campagne [img]images/icones/icon12.gif[/img] lol, j'imagine la réaction " hein... à vos souhait"


Et pas qu'a un médecin "de campagne" tu sais... :lol:
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10923
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

PrécédenteSuivante

Retourner vers Tous les échanges et les sujets

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron