Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie?

L'intégralité du guide pratique spécialement créé pour les mélodiens!

Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie?

Messagede un_ptit_gars » Ven 10 Mai 2013 20:49

COMPREHENSION DU PUZZLE - PARTIE 4 : C'EST PAR OU LA SORTIE?
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Contributeurs : Pti gars
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1) La détoxification: une nécessité pour tous


"Avec le bouillon CHLOROPHILUS, bénéficiez des bienfaits de la détox pas chère et retrouvez une ligne svelte et un teint allet, en moins de 15jours! Résultats garantis!

Réduction de 20% pour le deuxième paquet, commandez vite..."

:D :D :D

La détoxification...un mot dans l'air du temps, très a la mode chez les stars, dont on nous vente bien souvent les vertus pour avoir bonne mine a la place ou retrouver un ventre plat... de quoi sourire bien entendu tant il y a "un monde" entre le galvaudage du mot et la réalité abordée ici. Non madame, de ce chapitre n'est pas de vous présenter le dernier jus d'herbes à la mode ou de vous faire jeuner au bouillon pendant une semaine... ;)

En effet, tant ce terme est a la mode, on en aurait presque oublié a quel point il est important. Disons le clairement, c'est même un (voir LE) pilier majeur des traitements des maladies dites environementales...mais un pilier complexe qu'il faut apprendre a dompter et a maitriser progressivement.

Dans le terme détoxification, il y a le mot "toxines", et cet élément nécessite que l'on s'attarde un peu sur lui...qu'entend ton réellement par toxines? Les toxines représentent en fin de compte toutes les formes d'éléments néfastes pour le corps (contraires a son bon fonctionnement). Elles sont donc les poisons qui peu a peu (ou au contraire très vite...) grignote notre santé et nous font basculer vers le penchant de la maladie.

Ces toxines sont très diverses et variées, et proviennent de divers éléments, externes et internes au corps:

- Les métaux lourds, exemple archi connu de toxines hautement préjudiciables pour la santé humaine. On retrouve ceux la en grosses quantité dans les amalgames dentaires (les fameux "plombages" gris), les vaccins, les gros poissons, puis dans les médicaments et les cosmétiques (en plus faibles quantités)

- Les pesticides, herbicides, composés chimiques et autres réjouissance du "progrès" moderne. Cette part de toxicité est extrêmement présentes dans notre aire actuelle et constitue le terrain biologique propice aux maladies environementales

- Les endotoxines et mycotoxines, qui sont des toxines sécrétées par des bactéries, virus, parasites. On peut simplement comparer ces toxines a leur déjection naturelles (urines et selles), ainsi que certaines actions volontaires de ces dernières afin permettre un affaiblissement immunitaire et donc une meilleure colonisation de l'hôte.

- Les "toxines énergétiques" telles que les ondes électromagnétiques pulsés des technologies sans fils. Le coté invisible n'en est pas moins inoffensif, loin de la... Cette toxicité est d'ailleurs de plus en plus suspectée de provoquer une augmentation conséquentes des toxines émisent par les parasites et bactéries. Le stress énergétiques reçu par ses dernières en présence d'ondes pulsés artificielles peut parfois augmenter dramatiquement la nocivité et la part des toxines qu'elles émettent

- Les toxines sécrétées naturellement dans le corps (oxydants) lors des mécanismes de génération de l'énergie par les cellules (si l'énergie des cellules est un "feu", on peut dire que ces toxines en sont la fumée qui va tjrs de pair avec).


C'est un constat accablant mais pourtant bien réel: la toxicité est maintenant omniprésente, a tel point que même les ours blanc du pole nord sont contaminés par le mercure... L'eau est imprégnée de toxicité, les aliments (et d'autant les s'ils sont industriels bien sur), l'air... nous sommes bel et bien dans une aire toxique, et il n'est donc pas si surprenant de penser que les maladies environementale (dites "de civilisation") explosent littéralement au jour d'aujourd'hui. Les enfants autistes, avec troubles du comportement, les fibromyalgiques, fatigue chronique, lymés, alzeihmer, parkingson, cancer... toutes les statistiques s'affolent et crèvent le plafond.

La part de toxicité globale moyenne d'une personne étant devenu bcp plus importante a notre époque, la détoxification est maintenant devenue une nécéssité absolue: aider le corps qui suffoque est salutaire pour le malade, mais c'est aussi une prévention plus que sage pour la personne en apparente bonne santé (et qui souhaite le rester!).

Nous allons maintenant regarder de plus près les mécanismes clés qu'il faut connaitre avant de mettre en place une dynamique de drainage ou de chélation (= drainage des métaux lourds)


2) Mobilisation ou élimination?


a) flux d'élimination

Dans tout protocole de détoxification, il existe une règle fondamentale qui dépasse toutes les autres, et qui se doit d'être comprise et appliquée dès le début: il convient de toujours trouver un équilibre entre le nombre de toxines "remuées" et le nombre qui peut effectivement être éliminé à un instant T. De cet équilibre dépend clairement le succès ou l'échec du protocole de détoxification qui va être mis en place, et ceux quel que soit le type de produits utilisés (chélation naturelle, chimique, etc).
En effet le corps possède ses propres capacités afin de faire face a un afflux de toxines, et ne peut éliminer qu'a un rythme qui est propre a chacun. Ce simple constat permet a chacun de facilement comprendre pourquoi les protocole rigides qui indiquent un dosage "pour monsieur et malade tout le monde" ne peuvent etre adaptés et réellement efficaces. Au mieux ils ne marcheront pas (ou mal), au pire ils pourront faire plus de mal qu'autre chose et augmenter la situation parfois critique de certains malades. Oui un protocole d'élimination doit etre pensé, réfléchi, adapté, corrigé, mais surtout il se doit d'etre individualisé. Il n'existe pas deux personnes sur terre dont le corps aura exactement la même capacité a éliminer un nombre de toxines définies: l'état des organes d'élimination n'étant jamais le même, la génétique étant également impliqué, l'état général de stress du corps étant différent... on comprend facilement que de vouloir se fier au poid et à un sexe donné se révèle être très insuffisant pour définir un dosage "généraliste".
J'attire donc grandement l'attention de tous sur ce point la, et je le répète une fois de plus: une détoxification bien menée est un marathon, et surement pas un sprint... attention donc de ne pas vouloir aller trop vite. Les produits qui vont remuer les toxines doivent donc tjrs etre débutés de manière très progressives, en débutant par de très faibles doses, afin de voir si le foie, les reins, le colon, les poumons ou la peau suivent le rythme et peuvent facilement éliminer ce qui a été "remué"...faute de quoi ces toxines non éliminés iront se reloger ailleurs dans le corps, et potentiellement dans des endroits plus sensibles et critiques (comme le cerveau ou le SNC).

Si l'on applique ce raisonnement dans le domaine précis de la chélation (= élimination d'un type de toxines, appelés "métaux lourds"), nous pouvons facilement comparer deux méthodes de chélation courament pratiqués a travers le monde.
Une méthode classique, et fortement utilisés par les quelques docteurs chélateurs en france, consiste a pratiquer une intraveineuse de DMPS/DMSA (médicaments chélateurs chimiques), une fois par mois. Cette methode parait rassurante est séduisante au premier abord pour le malade, car elle est sensé éliminer les métaux lourds durant la séance, puis permettre au malade de se recharger en mineraux utiles durant le mois qui suis, avant de refaire une intraveineuse, et ainsi dessuite.
Outre le fait que certains médecins chélateurs pratiquent parfois des prix exorbitants pour cet acte médical, le problème majeur et non prix en compte réside a mes yeux dans le fait que cette méthode est dans la majorité des cas de malades environementaux, complétement inadaptée. Ce type de chélation serait très adapté pour quelqu'un qui est en bonne santé et qui subitement serait intoxiqué de manière aigue (type empoisonnement professionnel ou accidentel par du mercure), car elle permettrait de récupérer une grande partie de ces métaux toxiques alors même qu'ils sont encore dans le sang de la personne. Dans le cas des malades environementaux, ces derniers présentent souvent des forts taux de métaux lourds accumulés au fil des années, petit a petit via les amalgames dentaires, vaccins, alimentation pollué de la mer, etc...
Or on sait très clairement que les métaux lourds ne restent pas longtemps dans le système circulatoire et migrent ensuite dans divers endroits du corps. Cette intoxication chronique se faisant sur des années, la personne est souvent dans un état de faiblesse très marquée et ses principaux organes sont en souffrance, dont le foie, les reins, le colon, etc.
Le fait de pratiquer sur ces personnes la des intraveineuses de DMPS représente a mes yeux une solution complétement inadaptée et dangereuse, c'est un peu comme "une bombe" lachée au milieu du corps: une très forte quantité de chélateur se retrouve alors dans le corps en un court instant, ce qui a pour effet qu'une forte quantité de métaux toxiques vont être "mobilisés" (= remués). Le corps étant affaibli et bien souvent incapable de faire face a l'afflux majeur de métaux remis en circulation, la personne ressentira dans les jour qui suivent l'IV une accentuation notable de ses troubles, parois même des douleurs nouvelles, de l'electrosensibilité, et un mal-être plus marqué qu'avant cette dernière.
Bien entendu ce cas de figure n'est pas "obligatoire", certains le supporteront très bien, mais une partie non négligeable des malades se retrouveront encore plus mal qu'avant. Pratiquer ce type de protocole peut donc s'avérer etre un jeu très dangereux et il est important que chacun comprenne bien que le fait qu'un ami ou une connaissance ait été mieux par ce type de méthode, ne veut en rien dire que cela sera pareil pour elle-même. Nous en revenons encore une fois au fait que chacun est différent, que chacun possède une capacité défini a pouvoir éliminer un flux de toxines remués, et que la limite ou le corps sature est quelquechose de très personnel.

Cette problématique a amené plusieurs médecins mondiaux a réfléchir sur comment pratiquer une chélation plus sure, et qui ne comportent pas de tel risques, et c'est ainsi que le protocole d'Andy Cutler est né.

Ce protocole réside sur le fait de créé un "flux d'élimination constant", à l'opposé donc de la méthode des IV qui envoie une grande quantité d'un coup. L'avantage de la méthode de Cutler est donc que l'on prend, chez soi, de faibles quantités de chélateur, toutes les 3H/4H, pendant 2 ou 3 jours (on parle de "round"). Ainsi, la mobilisation des métaux est progressive, et ceux qui sont mis en circulation et non éliminés par une prise, le sont par la prise suivante qui a lieu quelques heures après. Il y a donc la mise en place d'un flux constant d'élimination sur une durée plus longue et cela comporte bcp moins de risques sur le long terme. Bien entendu cela n'est pas non plus sûr à 100%, dans le sens ou chacun doit définir sa propre dose, en fonction de son poid, sa santé en général, et faire des essais afin de trouver la dose qui lui convient. Mais l'expérience des malades montre bien que fait de cette manière, la chélation est beaucoup plus sécuritaire car a aucun moment de grosses doses de toxines ne sont remués, et que l'on peut décider de stopper le "round" au moindre signe de mal-être.

La chélation de type Cutler est donc pratiqué très couramment aux USA et nous la préconisons ici sur mélodie, car elle est plus douce et plus adaptée aux malades environementaux que les intraveineuses de DMPS. Il est également intéréssant de comprendre que cette méthode "Cutler" pourra être adaptée et personalisée en fonction de son propre cas et en utilisant des plantes/compléments au lieux des chélateurs chimiques.


b) les différents composés impliqués (mobilisateurs, binders)

Certains livres, comme celui de F. Cambayrac, définissent un ordre, quasi-militaire, dan lequel les chélateurs peuvent et doivent être utilisés...apportant autant de garde-fous pour ceux qui voudraient aller trop vite", que d'idées reçus qui peuvent ralentir pour les personnes "très" prudentes et effrayées par de potentiels effets secondaires.

En fait une chose ressort de tout cela....c'est que plus la personne est malade, plus elle devra y aller doucement et prudemment. Au contraire, plus celle ci est en forme et retouve sa santé, plus elle aura les capacités d'aller chélater des zones plus dures d'accès (telles que le cerveau et le SNC) afin d'y déloger les métaux qui perturbent leur fonctionnement.
En ce sens, les chélateurs, qu'ils soient naturels oui chimiques, ont des spécificités qu'il est bon de connaitre afin de faire le moins d'erreur possibles:

- Les "binders" : ils présentent un effet de "poubelle" seulement (en aidant a l'élimination de diverses toxines et métaux), et ils n'iront pas ou très peu chercher les métaux ailleurs que dans le système digestif. La majorité du temps ils ne remuent que peu les métaux présents dans le corps (ce ne sont pas des "mobilisateurs" a proprement dit) et donc sont les moins dangereux a utiliser en premier temps. On retrouve principalement ici la chlorella, la zeolite, l'argile, le charbon actif, le chitosan, la pectine de pomme, la cholestyramine (médicament)

- Les "mobilisateurs" purs" : ils vont aller déloger de force les métaux de leur emplacement initial de stockage, et peuvent donc provoquer une remise en circulation assez forte sans garanti que le corps puisse éliminer tous ces derniers. L'intéret de ces molécules est surtout lorsque l'on a suffisament avancé et nettoyé les zones extracellulaires, afin d'aller chercher les métaux lourds plus profondement enfouis dans le corps. On retrouve ici principalement la coriandre, même si ce n'est pas la seule a le faire.

- Les "mobilisateurs et binder" a la fois" (= chélateur a proprement dit) : les chélateurs chimiques tel que DMPS, DMSA, Ca-EDTA sont dans dans cette catégorie, ainsi que l'ALA. Ces derniers ont la capacité d'aller déloger les métaux de leur emplacement d'origine (effet de mobilisation), et aussi de se lier (effet de binder) a eux afin de rendre les effets de redépose (que l'on souhaite a tout prix éviter) moins présents qu'avec un mobilisateur pur. Cependant quand ces derniers sont prix en doses importantes et en une seule fois (techniques des IV), l'effet de mobilisation sera tjrs présent et donc potentiellement dangereux en fonction de l'état des organes d'élimination.

Ces chélateurs purs ont aussi des spécificités qui leur sont propre:

DMPS: ne travaille que dans l'extracellulaire (hydrosoluble pur), permet donc de nettoyer "la matrice", et est donc souvent privilégié au début par rapport au DMSA et a l'ALA.

DMSA: travaille a la fois en extracellulaire et également un petit peu en intracellulaire (partiellement liposoluble). Il y a donc un risque (limité) de faire "rentrer" du mercure de l'extracellulaire vers l'intracellulaire (ou le cerveau) si ce dernier est utilisé "trop tôt" ou si le protocole employé est inadapté (du genre des IV de DMSA dès le début, sans aucune précaution ou sans utilisation de binders par la suite). L'expérience montre cependant que le coté liposoluble est limité, donc pris en petites doses orales (via les méthodes cutler ou midora), le DMSA reste relativement sûr et efficace. ll faut également garder en tête que le DMSA doit être évité au moins pendant 1 semaine suivant une dépose d'amalgame.

ALA: substance natuelle du corps, ayant un effet chélateur principalement intracellulaire et dans les corps gras (SNC et cerveau). L'utilisation conjointe de ce composé avec le DMPS ou DMSA constitue souvent une des étapes avancée de la chélation afin d'aller déloger les métaux présent dans le cerveau et le SNC...mais peut etre très délicate si elle est réalisé trop tôt. L'utilisation de ce dernier est donc a réservé a ceux qui ont fais suffisamment de cheminement pour savoir ce qu'ils font, afin déviter une redépose dans les zones très sensibles telle que le cerveau. Il faut également garder en tête que l'ALA doit être évité au moins pendant 3 mois suivant une dépose d'amalgame

Ca-EDTA: travaille principalement sur le plomb, l'aluminium, et les dépôts de calcium dans les artères (athérosclérose). C'est une chélateur plus spécifique du système cardio-vasculaire, et est bcp moins adapté pour le mercure ou les autres parties du corps. Il peut cependant être très utile pour libérer ses artères progressivement des plaques de calcium, avec les problèmes de santé associés.

Remarque: Attention cependant pour les personnes hémophiles, le calcium étant impliqué dans les mécanismes de coagulation, il convient d'être doublement prudent sur l'utilisation du calcium-EDTA et de préférer plutot le DMSA ou le DMPS. Des mesures régulières du taux de calcium sériques sont également conseillés pour tout ceux qui utilise ce chélateur.

La connaissance basique de ces compléments et de leur actions spécifiques représente une base indispensable pour pouvoir juger sois même (ou aider par un docteur-chélateur) des moments opportun pour basculer de l'un a l'autre, ainsi que pour utiliser conjointement les capacités chélatrices et les binders. Dans tous les cas les essais doivent etre progressifs et il faut rester attentif a son ressenti afin de ne pas provoquer des crises d'élimination/de redépose tjrs délicates a gérer (voir chapitre 6: comment gérer l'élimination)


c) les phénomènes de mobilisations indirectes

Comme nous venons de le voir, la mobilisation des toxines est une composante importante de tout protocole d'élimination, mais également une arme a double tranchant pour ceux qui déséquilibre trop le ratio entre "toxines remués" et "toxines éliminés" (en rapport avec la capacité globale des organes d'élimination). Comme c'est détaillé dans le chapitre 6, les "crises d'élimination" ne sont en rien souhaitables car elles provoquent réellement un stress du corps, et il convient donc toujours de rechercher l'équilibre entre ce qui est remué par rapport a ce qui est effectivement éliminé.
A ce propos je met en garde contre certains thérapeutes/docteurs aux pratiques totalement erronés qui préconisent de prendre des doses massives d'agent mobilisateurs (ou d'antibiotiques), complétement en décalage avec les capacités du corps de la personnes malade, sous prétexte "qu'il faut bien en passer par la pour aller mieux"... ces derniers provoquent souvent plus de dégats qu'autre chose et déstabilisent complètement les malades qui sont deja très affaiblis.

Il convient donc, je le répète encore une fois, de trouver un équilibre, SON équilibre entre les toxines remués et les toxines éliminées. Mais pour pouvoir réaliser cela convenablement, il est nécéssaire de connaitre et d'apprivoiser les différentes techniques/thérapies/compléments qui peuvent avoir cet effet de mobilisation de toxines. Ci dessus nous avons parlé du principal complément alimentaire qui fais office de mobilisateur "pur", la coriandre...mais il existe aussi d'autres méthodes qui vont également avoir un effet de mobilisation (parfois même très marqué) et qu'il convient donc de connaitre au mieux:

- La mort des parasites: s'il est bien une mobilisation indirecte qu'il est bon de connaitre avant tout, c'est celle du à la mort des parasites/virus/bactéries, tant cette dernière peut s'avérer être dure a gérer. Paradoxalement, lors d'un traitement efficace pour déparasiter (antibiotiques, plantes diverses), le nombre de toxines libérées (contenues dans les parasites ou séquestrés pour faire leur "habitat") peut prendre des valeurs énormes et qui vont ainsi saturer rapidement les voies de sorties. On se retrouve donc assez vite en phase d'herx, et parfois de manière très dure a vivre... Il convient donc d'être tout a fait conscient que les protocoles de lutte contre les agents infectieux sont aussi des mobilisateurs en soi, et de manière très marquée. Il faut donc agir en conséquence afin de ne pas faire durer cet état plus de quelques jours, sous peine d'un affaiblissement général du corps dans bien des cas. Les possibilités a ce niveau sont : soit de faire des break très régulier, soit de diminuer les doses le temps que le "gros" des toxines batériennes soient expulsés, soit d'aider encore plus les organes d’élimination pour qu'ils augmentent le rendement des toxines éliminés. Bien entendu ces 3 techniques ne sont en rien antagonistes et sont même très complémentaires pour quiconque a un peu d'expérience dans le monde de la détoxification.

- La chaleur en général (bain chaud, douche, sauna, forte chaleur solaire): il est vrai que bien souvent la chaleur a un effet apaisant sur les muscles tendus et les contractures que la grande majorités des malades environnementaux vivent...mais il existe aussi un "deuxième effet kiss cool" ;) que bcp n'ont pas conscience et qui pourtant doit etre pris en compte: la mobilisation de toxines qui suis. La chaleur a un effet très marqué sur la circulation sanguine, et aussi sur l'équilibre de survie des parasites, et le fait de faire monter pendant une courte période celle ci aboutit a une mobilisation indirecte de toxines et métaux lourds. Dans certains cas (comme le sauna), le fait de transpirer aura un léger effet detoxifiant en soit, mais qui ne couvrira surement pas la grande quantité de toxines libérés et remis en circulation dans le corps! Du coup bcp se sentiront mal s'ils pratiquent des thérapies par la chaleur trop taux, ou sur une durée trop grande. Il convient donc de savoir adapter encore une fois le ratio de toxines libérés par rapport a sa propre capacité d'élimination, et d'agir en conséquence sur les différents axes possibles.

- Les mineraux (ou multi-mineraux): celui la semble souvent moins évident a première vue, et pourtant il peut s'avérer être un mobilisateur très puissant si l'on n'y prend pas garde! En effet, en cas de forte présence de métaux lourds dans le corps, ces derniers vont progressivement prendre la place des minéraux dans les récepteurs cellulaires (et d'autant plus s'il y a des carences minérales). Ainsi, lorsque l'on va par la suite se recharger en minéraux, il va s'opérer un mécanisme de mobilisation des métaux lourds par voie de compétition. Les bons minéraux reprenant certaines places qui leur étaient du (et parfaitement "adaptées" au niveau des récepteurs), les métaux lourds initialement présents vont être poussés hors de leur place initiale et remis en circulation dans le sang. Dans les cas de grosses carences minérales et de prises de fortes doses de multi-mineraux, les effets de mobilisation des métaux lourds peuvent être assez conséquents dans un premier temps, il est donc important d'en etre conscient et d'y aller progressivement même sur ce point la (qui aurait pu semblé totalement anodin a première vue..)

- Les déblocages "mécaniques": par définition, une zone bloquée, douloureuse, tendue, ou enflammé de manière chronique, constitue un véritable "nid" à toxines. Le corps n'arrivant pas retrouver l'état d'équilibre nécessaire à la parfaite santé, il s'opère des troubles de la circulation sanguine et des mécanismes de détoxification cellulaire. On retrouve donc assez vite une accumulation de toxines et de parasites plus marquée dans ces zones la que dans le reste du corps. Ainsi, lorsque par la suite on fait appel a un thérapeute en vue débloquer cette zone (ostéopathe, kiné, massage profond, chiropracteur, etc), si le travail effectué est réellement éfficace, il va y avoir une libération de "l'isolement toxique" de la zone, et une mobilisation parfois massives de toxines diverses. Voila pourquoi il n'est pas rare que même les personnes "en bonne santé" se sentent vidés et très fatigués suite a une séance de travail manuel...alors imaginez dans le cas de malades chroniques avec un affaiblissement constant des organes d'élimination, les herx ne sont pas rares! Il faut donc agir de la même manière que lors d'une crise d'élimination si l'on ressens des désagréments suite a un travail de libération manuelle d'une zone douloureuse. Pour plus d'informations sur le soutien du corps dans ces moment la, reportez vous au "chapitre 6: comment gérer l'élimination".

- L'hypermétabolisme: le terme hypermétabolisme n'est pas couramment utilisé, il est donc normal que la majorité des lecteurs ne soient pas familier avec ce dernier. Dans le contexte qui nous intéresse, il correspond au fait que le corps soit en état "d'hyper-fonctionnement", c'est a dire de "type" hyperthyroidie (quantifiable parfois en biologie par des taux de T3L et T4L supérieur au maximum). Dans cet état le corps essaye en permanence de se détoxifier des toxines qu'il trouve, c'est un peu comme si on utilisait un mobilisateur en permanence pendant plusieurs jours d'affilés...avec ses avantages pour accélérer la détoxification, et ses inconvénients très marqués sur le risque de saturation et donc d'herx. Cet état n'est donc PAS a rechercher, sauf si la personne a réellement vécu un long te progressif parcours de détox et qu'il/elle sait parfaitement ce qu'il fait... Si j'en parle ici c'est surtout parceque certains actions qui peuvent sembler banales peuvent provoquer un état modéré, mais bien réel, d'hypermétabolisme. La personne qui n'en a pas conscience va alors se sentir mal et ne pas comprendre ce qui se passe et pourquoi elle bascule subitement en état d'herx en continue... Autant "prévenir que guérir" et aborder le sujet, voila pourquoi j'en parle ici.
La prise d'une grosse quantité de café durant un court laps de temps, ou la prise répétée pendant quelques jours de compléments (ou d'aliments) contenant de fortes teneurs en iode sont deux exemples classiques qui peuvent faire basculer le corps en hypermétabolisme. Il en existe probablement d'autres, mais ces deux la sont relativement fréquents, et il convient donc bien de faire attention lors de l'utilisation de ces deux composés.


3) Un équilibre précaire

Nous allons maintenant aborder un concept qui est a mes yeux d'une importance capitale: la relation d'interdépendance étroite qu'il y a entre toxicité, parasites, et conflits psycho-émotionnels. Cette théorie majeure de compréhension des maladies environementales a été formulé par Klinghardt et constitue aujourd'hui un des fondement capital de son approche de soin. Je vais donc tacher de vous expliquer les notions fondamentales afin que vous puissiez utiliser ces informations dans votre propre parcours de santé.

Au fil de ses recherches, le dr Klinghardt a mis en lumière un phénomène général de la plus haute importance: il existe toujours dans le corps, a un instant donné, un équilibre qui se forme entre le taux de toxicité global d'une personne, la charge bactérienne/virales/fongique, et la présence de conflit émotionnels non résolus du passé. La notion réellement importante a comprendre ici repose sur ce mot: EQUILIBRE. Cela veut dire que le corps s'ajuste en permanence en fonction de ces trois paramètres, et que certaines déductions très importante apparaissent alors plus clairement:

- Quelle que soit la charge de ces trois facteurs, le corps cherche tjrs a définir un équilibre, aussi précaire et fragile soit-il

- Le fait de travailler sur un de ces 3 aspects, va dans l'immédiat rompre cet équilibre, et le corps va donc chercher a en créer un nouveau au plus vite, qui sera différent.

- Les phases ou cet équilibre est cassé représentent celles ou l'on se sens le plus mal (majoration des symptômes, apparition de nouveaux)


- Le corps va tjrs chercher a compenser un équilibre qui vient d'être rompu, et il devient plus facile de comprendre les réactions du corps suite a un traitement spécifique: si l'on touche uniquement à l'aspect toxicité (via la chélation, aux drainages divers, au cures de "vidanges" type cure de foie, etc), alors il y a de grandes chances que l'on créer un déséquilibre sur les deux autres parties: infections/immunité et conflits psycho-émotionnel, et donc que l'on se retrouve a subir une poussée poussée de symptômes dans ces deux aspects la: réactivation virale, bactérielle, symptômes de maladie aigue, et également émotions perturbées, sensation de mal-être mentale, de déprime, de découragement, etc... Je le redis encore une fois a tel point c'est important: vous avez ainsi rompu l'équilibre initial sur le maillon "toxicité", vous en récoltez en conséquence une activation plus forte des deux autres branches, par mécanismes de compensation. Cette phase de compensation va durer quelques jours tout au plus, le temps que le corps retrouve de nouveau un équilibre (qui ne sera pas exactement le même que celui qu'il avait précédemment). Dans ces moment la, il est probable que les traitement de compensation les plus adaptés seront ceux basés sur le soutien immunitaire, et les thérapies de soutien émotionnel/énergétique, donc en accord avec les deux aspects qui sont en poussés symptomatique.

- De même si l'on prend le problème dans l'autre sens, imaginons que quelqu'un de malade découvre qu'il a lyme (ou tout autre infection chronique qu'il veut soigner), et donc qu'il part sur un protocole uniquement basé sur la "mort des parasites": antibio, huile essentielles, plantes antiparasitaires, etc, alors il va déséquilibrer profondément sa situation en ne se basant que sur le coté immunitaire, ce qui va logiquement aboutir à un fort déséquilibre sur la branche de la toxicité et des conflit psycho-émotionnels. La personne va alors subir a un moment donné ce qu'elle appelle un "herx/crise d'élimination", qui est bien connue comme étant un excès de toxines remis en circulation et qui sature les voies de sorties naturelles. Comme nous venons de le présenter ici, si l'on s'en réfère a cette théorie de l'équilibre métabolique, cette situation est logique et parfaitement prévisible: on a déséquilibré la voie de la toxicité (aboutissant a une flambée des toxines remises en circulation), ainsi que la voie psycho-émotionelle, aboutissant encore une fois ici à des émotions perturbées, sensation de mal-être mentale, de déprime, de découragement, etc... De la même manière que pour le premier cas exposé ci dessus, dans ces moments la, il est probable que les traitements de compensation les plus adaptés seront ceux basés sur l'aide a la détoxification (binders principalement et soutien aux organes foie, reins, colon, etc), et les thérapies de soutien émotionnel/énergétique, donc en accord avec les deux aspects qui sont en poussés symptomatique.

- Explorons maintenant le problème sur le troisième axe: que se passe-il lorsqu'une personne, malade environementale chronique, va réaliser un travail efficace sur la sphère émotionnelle? (EFT, l'EMDR, la thérapie par constellation familiale, le somatic experiencing, l'hypnose, etc..) Et bien si cette technique a été pleinement efficace et donc que la charge de conflit émotionnel a diminué, l'équilibre est rompu et ce sont les facteurs de toxicité et d'infections qui vont probablement se réactiver dans les jours ou semaines a venir. Paradoxalement la personne se sentira donc souvent malade et avec des douleurs accentuées, alors même que le travail qu'elle a réalisé a été efficace...tout simplement car cette libération a provoqué une rupture sur les deux autres axes, donc que les toxines ont été libérées et remis en circulation, et les infections se sont donc réactivés par la même occasion. De la même manière que pour les deux premiers cas exposé juste avant, dans ces moments la, il est probable que les traitements de compensation les plus adaptés seront ceux basés sur l'aide a la détoxification (binders principalement et soutien aux organes foie, reins, colon, etc), et l'axe de soutien immunitaire (Huiles essentielles, plantes, etc), donc en accord avec les deux aspects qui sont en poussés symptomatique.

Ainsi donc, j'en entend deja dire: "que faut-il faire pour se soigner, si a chaque fois que l'on touche un de ces facteurs d'équilibre, les deux autres se mettent a flamber et nous font nous sentir mal?" ;) Et bien tout simplement... il faut travailler simultanément sur ces 3 aspects, c'est la clé qui permet de faire de réels progrès durables! Et oui, tout le "secret" se situe la... cela semble si peu de choses, et pourtant c'est un concept fondamental, que vous ne devrez JAMAIS oublier a partir d'aujourd'hui. Gardez tout cela en tête, c'est la loi principale qui devra guider vos protocoles personnels de santé, quel qu'ils soient...

Comme vous avez du le constater depuis le début de ce guide, j'aime donner des images pour étayer mes propos :) Je trouve que c'est ce qui parle le plus aux gens, ça donne des repères dont on se souviens par la suite même lorsque les concepts plus complexes commencent a disparaitre de nos esprits ;)

Imaginons donc que votre maladie soit représenté par un tabouret a trois pieds. La hauteur du plateau central détermine le chemin a parcourir avant votre guérison (lorsque que plateau touchera enfin le sol, vous serez "guéris"!), et l'inclinaison du plateau sur les trois pieds (qui sont de hauteur différente) représente le déséquilibre ressenti et donc vos symptômes quotidiens. Ce tabouret n'est malheureusement pas immobile, si vous ne faites rien pour votre santé, progressivement, de mois en mois et d'année en année, ses pieds vont pousser et faire monter le plateau, au fur et a mesure que dans vos vies votre corps augmente sa charge toxique, infectieuse, et émotionnelle.
Votre but est donc de scier progressivement et intelligemment les différents pieds, afin d'arriver a ce que le plateau se positionne enfin sur le sol. Si a chaque fois vous ne sciez qu'un seul pied à la fois, vous déséquilibrez le plateau central et vous passez d'un équilibre précaire a un autre équilibre précaire, avec en plus une phase de transition fortement désagréable. De plus si vous sciez bien trop fortement d'un coup un seul pied, vous allez subitement incliner fortement le plateau central et provoquer potentiellement une crise de symptômes pouvant etre parfois très grave. Cette situation, détaillée dans le "chapitre 6: comment gérer l'élimination", devra être évitée au maximum car elle provoque de gros stress physique sur le corps et retarde très largement les réels progrès.
Vous pouvez ainsi facilement comprendre que si vous trouvez les méthodes et le rythme qui vous convient, et donc que vous arrivez a scier simultanément les 3 pieds du tabouret, alors la vos progrès seront constants, réels et sans passer par de grosses crises délicates a gérer.

Bien entendu il n'y a pas de "recette commune à tous" que je puisse vous donner ici pour y arriver...le forum mélodie regorge d'informations sur les techniques, thérapies et compléments utiles afin que chacun détermine les méthodes adaptées à son propre cas, sur chacun de ces trois aspects fondamental. Mon but n'est donc pas ici de donner la liste des produits utiles, car ça ne serait bien sur pas possible vu leur nombre et leurs spécificités propres...mais simplement de vous donner une méthodologie et une compréhension globale des mécanismes en jeux sur cet état d'équilibre que l'on perturbe sans cesse au fil de nos "essais" thérapeutiques. Maintenant vous le savez, cet équilibre précaire doit etre préservé au mieux par chacun au fil de son chemin de santé, et pour cela, trois axes majeurs sont a considérer simultanément tout au long de votre parcours.


4) Les portes de sorties

Nous y arrivons enfin...! :D

Et oui, depuis le début de ce chapitre je vous parle de toxines, de mobilisateurs, de capteurs/binders, d'équilibre sur différents axes... mais ces toxines, au bout d'un moment il faut bien qu'elles sortent du corps me direz-vous! Et bien c'est le point que je vais aborder ici, en essayant de vous énumérer quels sont les principales voies de sorties dont dispose le corps, et quelles sont les principales techniques ou compléments qui peuvent aider a les soutenir.
Chacun comprendra aisément l'importance du soutien de ces organes dédiés a l'élimination, car sans leur bon fonctionnement, plus rien n'est filtré et plus aucune toxines ne sort du corps...aboutissant a une dégradation progressive de la santé et un état morbide.
Je vous ai parlé précédement d'une règle fondamentale de la détoxification, à savoir: il convient de toujours trouver un équilibre entre le nombre de toxines "remuées" et le nombre qui peut effectivement être éliminé à un instant T.
Il est facile de comprendre que le nombre de toxines qui peut justement être éliminé à un instant T est en rapport direct du bon fonctionnement des organes d'élimination...et celui qui a des organes fragilisés et dysfonctionnels, même s'il ne remue que modérément les toxines, ne pourra pas en éliminer bcp et risque de vite arriver en état de saturation du corps, apellé herx/réactions d'élimination (voir chapitre 6)
. Il est donc important de comprendre que pour mieux avancer dans ses techniques de chélation/drainges des toxines, il est tout aussi important d'utiliser les produits adéquats pour mobiliser/remuer les toxines déposées dans le corps, que de soutenir ces organes dédiés a leur élimination réelle hors du corps. Tout déséquilibre entre ces deux phases aboutira inexorablement a une saturation des toxines qui circulent dans le sang et donc à un état de douleur/mal-être décuplé.

Les principaux organes dits d'élimination et qui sont donc largement impactés par les protocoles de détoxification sont: le foie, les reins, le colon, les poumons, la peau.

Nous allons commencer par voir quelles sont les analyses/détections utiles a faire afin de juger de l'état de ces organes, en vue de décider si oui ou non il est important de les soutenir dès a présent (et lesquels en priorité)

- Le premier point, permettant de voir s'il n'y a pas de gros soucis actuellement sur un des organes majeur d'élimination, réside dans la réalisation d'un check-up classique de santé (prise de sang) que font régulièrement les docteurs. L’intérêt majeur ici est de s'assurer que les marqueurs classiques du foie et des reins (ASAT, ALAT, SGOT, SGPT, gamma GT, creatinine, etc..) sont corrects, indiquant qu'il n'y a pas vraisemblablement de gros soucis actuels sur ces derniers. Dans le cadre d'anomalies détectées ici, il convient en première priorité de s'occuper réellement du problème avec son médecin, car de toute manière il ne servira a rien de débuter un protocole de chélation/drainage si le foie ou les reins sont actuellement avec un réel problème, ces derniers ne pouvant pas efficacement éliminer les toxines qui seraient remuées.

Si aucun soucis majeur n'est apparu lors du check-up sanguin, il est possible d'utiliser plusieurs techniques complémentaires en vue de regarder sous un angle différents quels sont les organes qui sont potentiellement un peu affaiblis (sans que les marqueurs biologiques ne le reflète encore pour autant):

- L'utilisation des zones réflexes (principalement sur/sous les pieds) représente une méthode complémentaire très intéressante, facile a apprendre et gratuite, que tous malades chroniques devrait connaitre et utiliser. En effet les très nombreuses terminaisons nerveuses des pieds sont en relation avec l'ensemble des organes du corps, et le fait d'avoir mal en appuyant à des endroits précis du pied permet de déterminer avec une précision surprenante quels sont les organes qui sont actuellement en souffrances. Pour les non malades qui viendraient a lire ce guide et qui seraient septiques, essayez donc de d'appuyer sous la plante des pieds d'un malade chronique (type fibromyalgie/fatigue chronique), vous allez voir comme il saute au plafond (s'il ne vous saute pas a la gorge avant bien entendu :D )

Reflexologie-plantaire.jpg
Reflexologie-plantaire.jpg (144.98 Kio) Vu 18756 fois


- Il est également possible de regarder d'un point de vue énergétique pur s'il y a des organes qui semblent affaiblis, le plus simple étant de faire scan avec un appareil de bioresonance: physioscan, asyra pro, rayonnex, life system, SCIO, etc. Pour ceux qui connaissent et utilisent aussi les techniques de kinésiologie appliqués, les tests de "pointing" permettent d'avoir des informations énergétiques utiles sur les organes désirés.

- Il est également possible d'utiliser la correspondance dent <--> organes afin de voir quels sont les dents cariés ou qui ont provoqués des douleurs dans les derniers mois/années. Comme chaque dent est associée (entre autre) a un ou plusieurs organes, on peut ainsi avoir des informations complémentaires sur quels sont les organes actuellement en souffrance.

- Pour le cas précis de l'appareil digestif, toute douleur gastrique chronique (ballonnements, lourdeurs, digestion difficile, diarrhées, constipation) va dans le sens d'un affaiblissement d'un des organes de cette zone, ce qui est le cas de l'immense majorité des malades environementaux (comme vue dans le chapitre 2: les quatre verrous majeurs)


Voyons maintenant quels sont les principaux suppléments et techniques qui peuvent aider à soutenir ces organes clés:

Intestin grêle et colon:

Note: reprise du soutien spécifique a cet organe détaillé dans le chapitre 2

- Traiter la prolifération des mauvaises bactéries (candida albican, etc): avec les extraits de feuilles d'olivier, les huiles ozonés, les huiles essentielles antiparasitaires (a utiliser avec bcp de précautions et avec l'avis d'un aromathérapeute: tea tree, giroflier, sarriette des montagnes, ecorce de canelle du sri lanka, etc), les cures antiparasitaires sur plusieurs jours (type clark, colonix, etc)

- Éviter de donner a manger aux mauvaises bactéries: le sucre raffiné et les vitamines du groupe B ne sont pas conseillés ou doivent etre très limités pendant un certain temps

- Repeupler les intestins de bactéries bénéfiques (probiotiques). Ces bactéries sont agir par compétition avec celles qui sont néfastes et ainsi agir indirectement pour limiter leur nombre. Il existe une foule de produits probiotiques sur le marché actuellement, avec un grand nombre de différence sur les souches utilisés, le nombre de ferments (millions ou milliards de bactéries), mais également sur le fait que le probiotique doive être réfrigéré ou non. Chacun de ses critère ayant une importance sur la qualité finale du produit, il est clairement difficile de définir avec certitudes quels sont les bons des mauvais produits. Dans mon expérience personnelle voici les marques que j'ai trouvé particulièrement utiles et efficaces: VSL3 (surement le meilleur de tous), "custom probiotics", "theralac", "Dr Mercol probiotics", "K-philus".

- Dans le cadre de Rectocolite-hémorragique, de présence de la bactérie Clostridium difficile (C. difficile) ou de diarrhées récurrentes, l'utilisation de la souche "Saccharomyces boulardii" s'est révélé être extrêmement utile pour bien des malades

Remarque: les probiotiques sont parfois sujets a controverse, dans le sens ou l'utilisation de mauvais produits peuvent s'avérer être au contraire néfaste pour la santé et favoriser la prise de poid ou les fermentations intestinales, il convient donc de privilégier uniquement ceux de qualité et de ne pas succomber à la volonté de prendre des "premiers prix". Il est également grandement conseillé de faire des rotations (entre les produits de qualité) et de ne pas rester systématiquement sur un même produits car même ces "bonnes bactéries", si elles sont prises en trop grande quantités, peuvent provoquer des désagréments. Le fait d'alterner les produits et donc les souches utilisées, permet de ne pas tomber dans ce type de soucis. A ce sujet il a été remarqué que certaines souches de probiotiques pouvaient provoquer à la longue une augmentation des taux de D-lactate (provoquant des symptômes digestifs et neurologiques), il existe donc des probiotiques "D-lactate free" donc garanti sans bactéries qui augmentent ces taux.


- Redonner les briques de reconstructions des parois intestinales: L-glutamine et le Butyrate. Pour ceux qui viendraient à prendre de la L-glutamine, sachez cependant que celle ci n'est pas tjrs adaptée, car elle peut également accentuer les phénomènes d'excitotoxicité, de part son impacte sur l'alpha-keto glutarate (voir chapitre 1: "il faut sauver le cerveau"). Le butyrate, quand a lui est un nutriment normalement sécrété par les bonnes bactéries intestinales, et qui présente de très nombreux avantages: diminution de l'inflammation, réparation de la paroi, effet de capture et d'élimination des toxines et de l’ammoniaque, régulation des mauvaises bactéries, etc... un vrai must qui devrait etre pris en considération par tous! Le seul désagrément est son odeur, fortement désagréable...donc je conseille pour ceux qui veulent l'essayer, d'acheter un produit en gélule (au lieu de cachets durs) afin de limiter le gout une fois mis en bouche, et de faciliter le fait de pouvoir l'avaler vite.

- Une chose simple pour la bonne santé des intestins: il faut absolument aller a la selle au strict minimum une fois par jour. Si vous souffrez de constipation, alors vous vous devez d'agir afin d’accélérer le transit, sous peine de vous auto-intoxiquer de nouveau. Les graines de psylium blond peuvent aider pour cela, tout comme le peuvent les cures qui vont favoriser ponctuellement la diarrhée: vitamine C (acide ascorbique pur en poudre) jusqu'a la dose diarrhée (entre 10 et 20g d'un coup, mélangé dans de l'eau), sel d'epsom dans de l'eau (voir la cure de foie de clark pour plus de détails). Les mouvements intestinaux ayant besoin de suffisamment d'eau pour pouvoir bien s'opérer, il convient de suffisament boire entre les repas chaque jours afin de ne pas ralentir encore plus ce processus.

- Le gel d'aloe verra, apaise et nourri la paroi intestinale

- La guimauve et le "slippery elm" sont deux plantes qui aident a protéger les parois et favorisent le bon fonctionnement de l'appareil digestif dans son ensemble

- Les binders intestinaux sont des produits spécialement utilisés pour récolter les toxines/métaux lourds présents dans cette zone, ils peuvent donc largement aider a nettoyer cette zone clé. On retrouve ici principalement l'argile verte, le chitosan, le charbon super-activé, la chlorella et la zeolite. Attention cependant de faire des essais progressifs et avec de petites doses car ces derniers peuvent favoriser la constipation et aussi parfois remuer plus de toxines que ce qu'ils vont réellement éliminer (surtout au début) et provoquer des "crises d'élimination". Voir le chapitre 6: "comment gérer d'élimination" qui traite en détail de cet problématique la

- Il est très facile d'apprendre personnellement a travailler sur les zones réflexes des organes (réflexologie), vous pouvez vous référer au schéma de reflexologie exposé ci dessus pour connaitre les zones réflexes des intestins sous la plante des pieds, et de procéder a des massages régulier sur ces zones qui seront très probablement douloureuses. Cela va stimuler l'énergie vitale et décongestionner les zones en question, favorisant leur bon fonctionnement

- Les émotions peuvent également avoir un impact sur les problèmes chroniques des intestins, et lorsque cela dure depuis longtemps, il peut etre tout a fait utile de faire en parallèle aux précédentes actions proposés, un travail de "décodage biologique des maladies" avec un thérapeute spécialisé dans ce domaine, afin de voir quel type d'émotion ou de perturbation mentale entretient le trouble. Cette démarche est complémentaire afin d'aller plus loin dans la compréhension et peut s'avérer être utile pour consolider les acquis réalisés avec les méthodes détaillées ci dessus.


Foie/vésicule biliaire:

- Certains huiles essentielles peuvent être très bénéfiques pour le foie (romarin à verbénone, menthe poivrée, thym à thujanol, etc...). Les HE peuvent être appliquées localement sur la zone (après dilution dans un support d'huile vierge) ou prise en cures orales. Dans le cadre des prises orales il est cependant tjrs conseillé de vous en référer a un aromathérapeute, car les huiles essentielles sont très puissantes et nécessitent parfois certaines précautions d'utilisation.

- Les cataplasmes d'huile de ricin avec une bouillotte chaude sur la zone du foie est très bénéfique pour stimuler ce dernier

- La cure "de vidange du foie et de la vésicule biliaire" (liver flush) du Dr Clark est également une technique très utilisé par bien des malades. Elle permet de faire sortir certains types de calculs présents dans le foie et la VB, et par la même occasion de vider une grosse partie de la bile (qui emprisonne de nombreuses toxines liposolubles). Cette double action bénéfique a permis a cette cure de se développer et d'être utilisé avec succès dans le monde entier par de très nombreux malades. Attention tout de même car cette technique est assez contraignante a appliquer, et peut être trop violente au début d'un parcours de détox (ou pour les gens trop mal en point). Il est plutôt conseillé de ne la pratiquer que dans un second temps, et de privilégier au début les autres aides plus "softs" présentés dans ce chapitre.

- Différentes plantes sont connues pour favoriser le bon fonctionnement du foie (fraiches ou en suppléments), n'hésitez pas a les essayer et a déterminer celles qui vous font le plus de bien: chardon marie, silymarine, radis noir, artichaut, brocoli, chrysantellum américanum etc.. Les champignons médicinaux (maitaké, shitaké, reishi, etc) sont aussi utiles pour le soutien du foie

- Le curcuma apporte une aide importante au foie en augmente son taux de glutathion, et en favorisant le bon écoulement de la bile et la sécrétion des enzymes pancréatique. Il aide a réguler la digestion dans son ensemble et permet une élimination plus efficace des toxines

- le brocoli stimule l'activité enzymatique du foie dans sa phase 2, et peut donc stimuler les processus de détoxification des toxines

- Diverses vitamines et acides aminés peuvent également aider au soutien du foie: la vitamine C, le glutathion, la N-acetyl-cysteine, l'acide alpha-lipoique, etc..

- Il est très facile d'apprendre personnellement a travailler sur les zones réflexes des organes (réflexologie), vous pouvez vous référer au schéma de réflexologie exposé ci dessus pour connaitre les zones réflexes du foie/VB sous la plante des pieds, et de procéder a des massages régulier sur ces zones qui seront très probablement douloureuses. Cela va stimuler l'énergie vitale et décongestionner les zones en question, favorisant leur bon fonctionnement

- Les émotions peuvent également avoir un impact sur les problèmes chroniques du foie, et lorsque cela dure depuis longtemps, il peut etre tout a fait utile de faire en parallèle aux précédentes actions proposés, un travail de "décodage biologique des maladies" avec un thérapeute spécialisé dans ce domaine, afin de voir quel type d'émotion ou de perturbation mentale entretient le trouble. Cette démarche est complémentaire afin d'aller plus loin dans la compréhension et peut s'avérer être utile pour consolider les acquis réalisés avec les méthodes détaillées ci dessus.


Reins:

- Le premier point de soutien des reins réside dans l'eau que vous buvez quotidiennement. Il faut choisir une eau la plus pure possible (et non une eau chargé tel que hepar par exemple), car les minéraux contenus dans cette dernière ne seront de toute manière que très peu assimilables et engendreront au contraire plus de déchets à éliminer. Sauf contre-indication particulière ou maladie deja présente, il faut généralement boire en moyenne 1,5L d'eau entre les repas, afin d'être correctement hydraté et d'assurer un fonctionnement correct des reins

- Les suppléments multi-minéraux de bonne qualités aident également bcp pour le bon fonctionnement des reins. L'acide humique et fulvique font par exemple parti de des compléments utiles au soutien rénal. Attention toutefois a ne pas abuser non plus des multiminéraux et d'y aller tjrs très progressivement, car comme expliqué au début de ce chapitre il peut y avoir facilement des effets de mobilisation "par compétition" dues à l'arrivée soudaine de bon minéraux dans le corps, et donc une forte remise en circulation des métaux toxiques.

- Il existe des cures de plantes spécifiques qui permettent de stimuler le fonctionnement des reins, comme par exemple la "cure de reins" du Dr clark. Les différentes plantes qui la compose peuvent d'ailleurs être achetés unitairement (queue de cerises, uva ursi, gingembre, persil, etc...).

- Certains compléments spécifiques peuvent s'avérer être très utiles pour certains personnes: Renelix, Burbur et Parsley (nutramedix)
- L'application d'une à deux gouttes de teinture mère de coriandre localement sur la zone des reins peut également aider a mobiliser les toxines présentes dans cette zone et qui entravent le bon fonctionnement des reins. Attention cependant a ne pas abuser de cette technique qui pourrait aboutir a une remise en circulation trop forte de toxines, et donc des réactions d'élimination

- Il est très facile d'apprendre personnellement a travailler sur les zones réflexes des organes (réflexologie), vous pouvez vous référer au schéma de réflexologie exposé ci dessus pour connaitre les zones réflexes des reins sous la plante des pieds, et de procéder a des massages régulier sur ces zones qui seront très probablement douloureuses. Cela va stimuler l'énergie vitale et décongestionner les zones en question, favorisant leur bon fonctionnement

- Les émotions peuvent également avoir un impact sur les problèmes chroniques des reins, et lorsque cela dure depuis longtemps, il peut etre tout a fait utile de faire en parallèle aux précédentes actions proposés, un travail de "décodage biologique des maladies" avec un thérapeute spécialisé dans ce domaine, afin de voir quel type d'émotion ou de perturbation mentale entretient le trouble. Cette démarche est complémentaire afin d'aller plus loin dans la compréhension et peut s'avérer être utile pour consolider les acquis réalisés avec les méthodes détaillées ci dessus.


Peau:

- En premier lieu ici il s'agit d'éviter de s'intoxiquer plus quotidiennement avec les produits cosmétique, déodorants, shampoings et gels douche chimique.. car si la peau est une voie de sortie, c'est aussi très largement une voie d'entrée! Ainsi tous les produits chimiques (non bio) que l'on met quotidiennement sur notre peau sont des facteurs d'intoxication supplémentaires non négligeables. Il est donc grandement recommandé de revoir la gamme de produits que l'on prend a ce niveau et de n'utiliser que des produits réellement biologiques et qui ont ainsi bcp moins de composés chimiques et toxiques. Un point important aussi réside dans l'utilisation des spray anti-transpirants, qui en plus d'être pour la grande majorité remplis de produits toxiques, empêchent l'écoulement normal de la sueur, qui est un mécanisme d'élimination important du corps humain. Il est donc recommandé de prendre uniquement un déodorant 100% Bio, et qui respecte le mécanisme normal de la transpiration.

- Dans la lignée de ce qui vient d'être dis juste avant, il est également très utile de mettre en place un filtre au charbon actif sur la sortie de l'eau de la douche/baignoire. L'eau du robinet véhiculant de nombreux composés chimiques, il est fort utile de réduire la charge de ce qui va être absorbé par la peau lors d'un bain ou d'une douche. Diverses sociétées proposent ce genre de filtres a des prix qui restent raisonnables, il y a donc tout intérêt a en installer un au plus tôt chez soi

- Attention également aux vêtement que l'on porte: la majorité de ces derniers étant fabriqués a bas prix dans des pays étrangers, le pourcentage de composés chimiques qu'ils véhiculent peuvent être très élevés. De manière générale il convient de tjrs laver un vêtement neuf que l'on vient juste d'acheter, et cette opération permet de diminuer un peu cette charge toxique. Certains marques "bio" utilisent cependant des composés moins toxiques et des contrôles de non toxicité peuvent parfois etre affichées par ces dernières afin de garantir de la qualité supérieure du vêtement proposé

- Le brossage à sec (appelé aussi brossage lymphatique - avec une brosse faite exprès) permet d'enlever les peaux mortes et de stimuler le mouvement de la lymphe. ce double bénéfice est très utile afin de permettre une meilleure élimination des composés toxiques par les pore de la peau

- Toutes les techniques visant a faire transpirer peuvent être très bénéfiques pour éliminer les toxines et métaux lourds: sauna, sauna infrarouge, hammam, appareil biomat, etc. Attention cependant, la majorité des malades environementaux ont de grosses difficultés a supporter la chaleur, au moins tant qu'ils n'ont pas suffisamment remonté la pente. Ces techniques donc être trop violentes au début et provoquer des sensations de malaise assez vite, nécessitant que la personne de sortir de la cabine. Etant donné que la chaleur augmente la circulation sanguine et par la même occasion mobilise des toxines, toute thérapie qui fais transpirer risque de remettre en circulation trop de toxines (et donc de potentiellement générer une crise d'élimination). Il convient donc a chacun de voir si il/elle supporte bien ces techniques de fortes chaleur, et si dans les heures/jours qui suivent, il n'y a pas de sensation de mal-être. Si ce n'est pas le cas, alors il est vivement conseillé de faire ces techniques régulièrement, qui seront très utiles pour progressivement aider a se détoxifier.
Le sport permet également d'arriver a ce type d'effet, mais ce dernier ne devrait etre réalisé que très prudemment par les malades environementaux. Le sport demandant un effort conséquent sur les surrénales, bien des malades devraient attendre d'aller mieux avant de se remettre a cette pratique, car ils risquent d'épuiser encore plus leur surrénales et retarder leur guérison s'ils s'y mettent trop tôt (ou avec un rythme trop soutenu).

- Les bains de pieds par électrolyses ("ionic foot bath"). Pour ceux qui ne connaissent pas, cette technique est basé sur l'utilisation d'un très faible courant entre le poignet et les pieds qui reposent dans une bassine remplie d'eau. La création d'ion négatifs permet au corps de récupérer des charges négatives (= celles qui sont celles qui manquent cruellement), et permet donc une élimination des charges positives (= oxydantes / toxines). Cette technique a été très largement critiquée ces dernières années par des personnes qui n'ont aucune compréhension de leur fonctionnement, en se basant sur le simple fait que l'eau qui devient sombre après la session n'était de toute manière pas du a une quelconque phénomène de détox, mais d'électrolyse normale de l'eau. Une chose est sure cela dit: la couleur de l'eau ne reflète pas l'éfficacité de la technique et il ne faut pas se baser sur cela, je suuis bien d'accord. J'ai pour ma part obtenu des effets de détox très clairs grâce a un appareil de cette famille, et je trouve que cette méthode est pour le moins intéressante et utile! Il faut cependant faire le tri entre les appareil bas de gamme, les super cher qui n'apportent rien de plus, et trouver un compromis rapport qualité/prix de correct.

Quelques réflexions sur les problèmes courants de peau :

Comme nous l'avons vu, la peau est un organe qui possède de multiples fonction, dont celle d'éliminer certains types de produits toxiques. En pensant a ce mécanisme d'élimination, on peut ainsi voir les problèmes de peau courants sous un nouvel angle: est-ce que les manifestations de type acné, rougeurs, eczema ne seraient pas simplement une tentative d'élimination de composés toxiques qui normalement auraient du être éliminés par d'autres voies de sorties? Il est courant d'ailleurs de voir disparaitre des eczema résistants a tout traitement (même médicamenteux) en arrétant de se focaliser sur la manifestation directe de celui ci, mais plutot en travaillant sur le colon et le rétablissement de son bon fonctionnement! Bon nombre d'eczema rebelle ont disparu et de manière durable de cette manière, et je peux d'ailleurs personnellement en attester sur moi même.
On peut alors se poser la question suivante: si le corps cherche a se débarrasser de certains type de produits toxiques via la peau (puisqu'il n'y est pas arrivé via les autres voies de sorties), que se passe t-il si au contraire on utilise a répétitions des crèmes médicamenteuses de type "cortisone" afin de faire disparaitre temporairement l'eczema? En empêche tout simplement le corps de détoxifier et on entraine une accumulation encore plus grande de toxicité globale (sans compter la toxicité résiduelle de la crème utilisé)... encore une preuve flagrante que dans bien des cas, les médicaments ne voient que la toute dernière manifestation symptomatique et ne cherchent en rien a réellement guérir la personne sur la cause initiale du trouble.

Une autre manifestation est je trouve relativement intéressante: l'importance des soins dentaires de l'enfance et l'adolescence dans les manifestations acnéiques du visage. Je trouve personnellement que la relation est troublante entre la localisation des boutons (visage, nuque/épaules), et la proximité du poison (mercure) mis dans la bouche souvent a cet age la. Parmi les enfants et adolescents qui ont des amalgames en bouche, est-ce que ceux qui ont le plus de boutons sont ceux qui éliminent le plus efficacement le mercure par la peau? Ou est-ce que plutôt ceux qui ont peu de boutons, sont ceux qui accumulent et stockent ce poison? (en vue de manifestations ultérieures comme nous les connaissons tous ici)
Bien entendu il est impossible d'avoir de réponses claires et nettes a ce niveau, d'autant plus que les scientifiques auront vite tendances a dire qu'il n'y a aucun rapport de cause à effet et que les boutons sont simplement la manifestation d'un excès de sebum, de peau grasse et de changement hormonaux...comme on nous l'a tjrs rabaché depuis notre plus tendre enfance. Cela dis, pour ma part ces explications ne me convainquent qu'a moitié, et mon intuition me dis que le rôle et l'impact des amalgames dans l'enfance et l'adolescence a un rapport plus ou moins direct avec les boutons acnéiques souvent retrouvés a cet age la... Peut-etre que cette réfléxion éveillera en vous des questions sur votre propre cas, comme ce fut le cas pour moi, avec mon visage assez acnéique d'adolescent..


Poumons:

- De la même sorte que pour le la peau, la principale aide que l'on peut apporter a ce niveau réside dans le fait de faire attention a quel air entre dans nos poumons quotidiennement. Si vous fumez, il est évident qu'il s'agit la d'un gros handicap dans votre parcours de détoxification... Dans ce cas la, il serait peut-etre souhaitable de procéder en premier lieu a l'arrêt (ou a la nette diminution) de la cigarette avant de débuter un protocole sérieux de détoxification. Je ne vous apprendrais rien en vous disant que la cigarette contient un nombre incroyable de produit hautement toxique, et donc que la première chose est d’arrêter sérieusement de faire rentrer ces poisons jour après jour dans vos poumons et votre corps.

- Ensuite pour ceux qui ne fument pas, il est aussi possible d'améliorer la qualité de l'air de votre maison de plusieurs façon. Tout d'abord, veillez a aérer tous les jours votre maison, car bien des études le prouvent: l'air intérieur d'une maison est en général bien plus nocif que l'air extérieur, même si on a parfois du mal a le croire qd on voit ce qui circule dehors...! Cela dis, toutes nos installations domestiques génèrent de très nombreux gaz et composés toxiques, et il est donc réellement souhaitable de penser a aérer tous les jours. On peut également mettre en place certains type de purificateur d'air, certains étant très efficaces et utiles, mais le prix est également conséquent. Il existe de nombreuses technologies différentes a ce niveau, ceux qui sont intéressés a ce niveau devront donc veiller a trouver un appareil de très bonne qualité, pour etre sur de ne pas au contraire rajouter de la toxicité a l'air ambiant!

- Pour le soutien direct aux poumons (particulièrement pour ceux qui sont des soucis de type asthme, respiration difficile, etc), la méthode de la nébulisation peut s'avérer être très utile. Certains protocoles ont d'ailleurs été créés par des docteurs en vu de traiter l'asthme et les parasitoses des poumons via du sélénium ou de l'iode nébulisé. Ceux qui sont intéressés a ce niveau pourront aisément retrouver ces protocoles sur internet.

- Certains parasites (co-infections) couramment retrouvés chez les personnes ayant la borréliose provoquent un symptômes qualifié par les américains de "Air Hunger" (= "avoir faim d'air"). Certains plantes (notamment le Ailanthus altissima) peuvent aider a ce sens et permettre de diminuer ce symptômes, le temps que l'on s'occupe plus en profondeur de l'infection et du terrain toxique qui lui a permis de se développer.


Apherèse: pour les cas les plus graves:

Dans les cas de personnes les plus sévèrement touchées, chez qui la charge toxique est si élevé et les organes d'élimination sont si affaiblis, la mise en place de protocoles basés sur cette dynamique (techniques de mobilisation, puis élimination des toxines et soutien des portes de sorties) ne peut plus être pratiquée. Chez ces personnes, il ne reste plus qu'une ultime technique qui actuellement peut leur permettre de remonter à la surface et enrayer le cycle infernal qui les entraine vers la maladie et la dégénérescence: l'apherèse.
Cette méthode est connue depuis de nombreuses années et est utilisé dans certains cas très précis de maladies: le processus consiste a récolter le sang de la personne via un de ses bras, a filtrer certains composés, puis a réinjecter le sang via l'autre bras. Depuis peu, cette technique a été grandement amélioré et certains pays comme le japon ou l'allemagne propose cette technique pour les malades environementaux. Les progrès techniques ont permis de réaliser des filtres qui sont hautement sélectifs et qui vont récupérer un très large spectre de composés nocifs: résidus inflammatoires, pesticides, métaux lourds, produits chimiques divers et variés, protéines dégénératives, anticorps inadaptés, etc... le sang se retrouve déchargé d'une foule d'aspect qui posent problème, ce qui allège très fortement le malade. Une fois que le sang est de nouveau pur et sans composés nuisibles, par phénomène d'osmose avec les tissus imbibés de toxicité, celle ci se déverse a nouveau dans le sang, qui va encore etre filtré, et ainsi dessuite sur plusieurs jours. Le but n'est pas semble-t-il encore de détoxifier totalement une personne, mais Klinghardt qui a parlé très récemment de cette méthode dans une conférence américaine, a dis qu'il est possible en quelques jours/semaines, de diminuer de 20% la charge totale de toxicité du corps d'une personne, permettant a des myriades d'enzymes de refonctionner correctement et ainsi de permettre la "relance les processus internes de détoxification".
Cette technique représente donc un très grand espoir pour les plus malades d'entre nous, même si malheureusement elle n'est que très peu pratiquée et reconnue au jour d'aujourd'hui, et qu'elle reste très chère. Pour ceux qui seraient intéréssés pour avoir plus d'information, voici la clinique citée par klinghardt lors de sa conférence a ce sujet: http://www.inus.de


5) Les signes à reconnaitre

Avant de conclure sur ce très long chapitre, je voulais vous parler de certains petits "signes" qui vous permettront personnellement de voir que "vous avancez" malgré tout... Nous le savons tous, nous autres malades chroniques, le chemin de la santé est loin d'être "un long chemin tranquille" et il n'est pas tjrs facile de savoir dire "oui je vais mieux" tellement l'on peut vivre des montagnes russes par moment...
Alors mon but avant de cloturer ce chapitre, c'est de vous donner des indications sur plusieurs petits signes qui vont souvent de pair avec une amélioration globale de la santé des malades. Ces petits signes sont souvent annonciateurs de bonnes nouvelles, que l'on prend la bonne direction même si l'on ne peut pas encore mesurer de manière réelle ces changements sur le niveau de fatigue ou de douleurs.. mais cela tend a prouver que la direction est bonne et que le fruit de nos efforts ne saurait trop tarder a arriver si l'on maintient le cap et que l'on persiste dans les bonnes décisions entreprises.

Voici donc quelques signes qui sont généralement de bonne augure:

- Ne plus se lever 3 fois (ou plus!) par nuit pour uriner. Il n'est pas rare dans les phases symptomatiques les plus dures, que les malades aient besoin de se lever de nombreuses fois dans la nuit pour uriner, ce qui n'est pas normal... lorsque le système global retrouve un équilibre plus cohérent, un réveil par nuit pour aller au WC est tout a fait normal

- Pouvoir remanger un peu de gluten sans être malade immédiatement (sauf pour les vrais malade cœliaque bien sur). De même le fait de pouvoir supporter et digérer a nouveau un peu de lait de vache indique que le système digestif refonctionne mieux et a plus de tolérance sur des aspects qui auparavant auraient bloqués immédiatement.

- Ne plus ressentir de gêne immédiate et forte en présence d'ondes electromagnétiques. De part notre nature "electromagnétique", nous sommes tous plus ou moins sensibles aux ondes électromagnétiques artificielles et naturelles, mais les malades environementaux présentent des seuils de sensibilités très bas... au fur et a mesure que le corps retrouve de la statibilité, les mécanismes de défenses subtiles (Bulle Aurique) se repositionnent et l'on devient moins sensible à tous ces stimulis invisibles de notre environnement.

- Ne plus ressentir de gêne profonde et immédiate aux odeurs. De la même manière que la sensibilité aux ondes, la sensibilité aux odeurs est quelquechose de très marqué et classique chez les malades environnementaux. Cela dénote d'une très forte présence de toxicité dans le corps de la personne, et au fur et a mesure que le taux de toxicité diminue, cette hypersensibilité diminue en conséquence.

- Ne plus être hypersensible à la lumière et au soleil. Encore une hypersensibilité classique des malades environementaux: ils supportent souvent très mal la lumière et le soleil (allergie, malaises, coup de soleil quasi-instantanés, etc)

- Ne plus ressentir de perturbation accentué au moment de la pleine lune. A partir de 3 jours avant la pleine lune et jusqu'a 3 jours après, certains ressentent clairement que leur symptômes ont tendance a s'amplifier et que leur sommeil est plus agité. On sait aujourd'hui que cette phase lunaire est souvent souvent accompagné d'une activité accrue des parasites et bactéries, il est donc supposé que ceux qui sont les plus dérangés a ces moments la sont ceux qui ont encore une charge infectieuse globale élevée.

- Avoir une température corporelle régulée (entre 37 à 37,5 degré en moyenne), plus constante tout au long de la journée et d'un jour sur l'autre. Comme expliqué dans le chapitre 2, l'hypométabolisme est un verrou majeur qu'il convient de prendre en considération au plus tôt.

- Ne plus avoir le nez pris en permanence. Le syndrome de "je ne peux pas sortir une heure sans mon paquet de kleenex!" ;) est classique des malades environementaux, et il s'agit ici aussi d'un verrou majeur identifié dans le chapitre 2

- Avoir un rythme cardiaque au repos aux alentours de 60-70 (et non plus 50 ou 90) et une tension artérielle normale. Comme expliqué dans le chapitre 2, la régulation cardiaque (rythme et tension artérielle) est un élément majeur qui influence tout le fonctionnement de l'organisme... son bon fonctionnement signe une régulation globale qui est en train de se mettre en place

- Pouvoir supporter de nouveau un peu la chaleur (bain chaud, plage, sauna). Même si les malades environementaux ont souvent tendance a être "froid" (hypométabolisme), ces derniers ne suportent que très mal les hautes températures et la chaleur en général. Pouvoir supporter de mieux en mieux des atmosphères chaudes sans se trouver mal pour autant est un bon signe qui indique que le corps avance dans la bonne direction

- Sentir qu'on peut "repenser" comme avant, sortir du brouillard mental persistant. Le "brain fog" est un symptôme très classique des malades environementaux, et peut résulter de plusieurs origines: excès d'amoniaque dus au parasites, excitotoxicité cérébrale, déficit en circulation sanguine cérébrale, etc. Quelqu'en soit l'origine initiale, lorsque l'on sens que cette sensation diminue ou disparait complètement, c'est qu'un grand pas a été fait sur le coté toxicité ou infection, ce qui est très positif.

- Retrouver une libido "normale"! Même si l'on n'en parle pas bcp, par pudeur surtout, les troubles de la libido sont extrémement courant chez les malades environementaux. La majorité ont une libido faible alors même qu'ils sont jêune et cela abouti à une frustration importante. Les multiples déréglements endocriniens retrouvés chez ces malades jouent bien entendus grandement dans cet état, et lorsque le corps recommence a fonctionner correctement, progressivement la libido revient aussi

- Sentir que l'on a une meilleure affirmation de soi et de ses choix (savoir dire non et s'occuper un peu de SOI!). Les signes ne sont pas forcément tous physiques, et le fait de voir ce genre de changement positifs s'opérer chez un malade chronique est a mes yeux un point très positif qui montre que le chemin entrepris est bon!


Voila qui conclue donc ce très long chapitre plus axé sur la détoxification et les règles fondamentales a mes yeux...j'espère sincèrement que toutes ces recommandations et ce chapitre vous permettront a tous de faire les meilleurs choix et de vivre votre parcours de santé avec plus d'assurance et de confiance...

Maintenant place au chapitre 5 qui va justement vous faire découvrir les principaux aspects génétiques qu'il est bon de connaitre, car comme vous allez le constater nous ne sommes malheureusement pas tous égo dans nos capacités naturelles de détoxification! ;)

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10938
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede beacam » Ven 10 Mai 2013 22:15

Mais tout est dit :clap:
Alors mes reflexions concernant les binders :
le foie fait partie de l'intracellulaire j'imagine, alors quels chelateurs le DMSA ?et la thyroide c'est quoi, j'ai un peu de mal avec ces notions d'intra et d'extra cellulaire

Je viens de commencer "vitasain" (cq10 -E- selenium- melon et ALA 100mg) du coup je me demande si c'est judicieux ?

Concernant ton topo sur les pb de peau, ado je n'ai jamais eu de bouton et à partir du moment ou j'ai ete malade j'ai commence à faire un espèce d'acne rosacé, tu as raison, j'elimine de cette façon because j'ai une foie qui merde !

Et franchement ton truc sur l'apherese me plait bien , souvent je me dis mais si je pouvais donner un peu de mon sang ..ça me purgerait, et j'envie presque mon père et ma copine qui font des saignées pour leur trop plein de fer ..
beacam

Sage de l'intoxication
Sage de l'intoxication
 
Messages: 2638
Inscription: Jeu 10 Mai 2012 11:25
Localisation: loir et cher

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede tuchiana » Ven 10 Mai 2013 23:13

super ce chapitre, ptit_gars, bravo :clap: et merci pour ce travail :jap: tout est tres clair [img]images/icones/icon8.gif[/img]

concernant Saccharomyces boulardii, aujourd'hui je suis tombee sur cette info:

"L’utilisation de Saccharomyces peut être dangereuse en cas d’immunosuppression sévère en raison du risque d’infection systémique..." (source http://www.cbip.be/Folia/Index.cfm?FoliaWelk=F33F11B)
Avatar de l’utilisateur
tuchiana

Sage de l'intoxication
Sage de l'intoxication
 
Messages: 2181
Inscription: Dim 2 Mai 2010 06:00
Localisation: Paris

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede un_ptit_gars » Ven 10 Mai 2013 23:18

Content que ça te plaise tuchiana! :)
Maintenant je me met au repos, ça fais des mois que je suis sur ce projet, je vais me reposeeeeeeeer pour un moment.... ;)

tuchiana a écrit:concernant Saccharomyces boulardii, aujourd'hui je suis tombee sur cette info:

"L’utilisation de Saccharomyces peut être dangereuse en cas d’immunosuppression sévère en raison du risque d’infection systémique..." (source http://www.cbip.be/Folia/Index.cfm?FoliaWelk=F33F11B)


C'est un champignon, donc je pense également que ça serait une mauvaise utilisation pour ceux qui sont en immunosuppresion sévère...c'est a dire ceux avec le VIH depuis longtemps et plus aucune immunité de fonctionelle. Dans nos cas a nous, je ne pense pas que ça soit négatif, au contraire...bcp de lymés chroniques ont encore une immunité opérationnelle, et parfois même "trop active"...

Mais comme je le disais, de toute manière pour les probiotiques, il vaut mieux alterner et changer régulièrement, pas rester sur un produit sur le long terme!

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10938
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede Lebowski » Dim 12 Mai 2013 20:31

Super Ptit Gars, merci pour ce dernier chapitre!
Je le lirai le weekend prochain, j'ai pas le temps là...

Repose toi bien, tu l'as bien mérité!
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement http://www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=1&t=2869
Lebowski

Sage de l'intoxication
Sage de l'intoxication
 
Messages: 1836
Inscription: Sam 21 Avr 2012 16:08
Localisation: 33

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede lili31 » Mar 14 Mai 2013 02:52

Encore un chapitre instructif et riche! t'as mérité ton repos! :top:
biz le renard
lili31

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 100
Inscription: Mer 1 Déc 2010 07:00

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede un_ptit_gars » Mar 14 Mai 2013 08:47

:jap: :jap: :jap:
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10938
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede Cilaos » Mar 21 Mai 2013 11:42

Bravo pour ce chapitre très complet et bien documenté.
J'ai ai trouvé des renseignements précieux pour moi. :clap:
Merci ptit gars.

A+

Cilaos
Avatar de l’utilisateur
Cilaos

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 270
Inscription: Ven 17 Juin 2011 11:46
Localisation: Var

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede un_ptit_gars » Mar 21 Mai 2013 13:42

Cilaos a écrit:Bravo pour ce chapitre très complet et bien documenté.
J'ai ai trouvé des renseignements précieux pour moi. :clap:
Merci ptit gars.

A+

Cilaos


Super, si ça a pu te permettre d'apprendre encore de nouvelles choses, j'en suis ravi :)

Prend soin de toi,

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10938
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede Lebowski » Lun 3 Juin 2013 12:20

Ayé, j'ai enfin lu ce dernier chapitre!

Petite question...
Tu dis:
Il convient donc, je le répète encore une fois, de trouver un équilibre, SON équilibre entre les toxines remués et les toxines éliminées. Mais pour pouvoir réaliser cela convenablement, il est nécéssaire de connaitre et d'apprivoiser les différentes techniques/thérapies/compléments qui peuvent avoir cet effet de mobilisation de toxines. Ci dessus nous avons parlé du principal complément alimentaire qui fais office de binder "pur", la coriandre...mais il existe aussi d'autres méthodes qui vont également avoir un effet de mobilisation (parfois même très marqué) et qu'il convient donc de connaitre au mieux:

Tu parles de binder, ou tu veux plutôt dire "mobilisateur" en parlant de coriandre?
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement http://www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=1&t=2869
Lebowski

Sage de l'intoxication
Sage de l'intoxication
 
Messages: 1836
Inscription: Sam 21 Avr 2012 16:08
Localisation: 33

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede un_ptit_gars » Lun 3 Juin 2013 15:00

Exact lebow, merci d'avoir relevé ce contre-sens! Ca prouve que tu as bien saisi le contenu, je t'en félicite! :D

Jvais corriger de ce pas...merci! :)

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10938
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede jibouille » Ven 28 Juin 2013 10:19

Question :

DMSA: travaille a la fois en extracellulaire et également un petit peu en intracellulaire (partiellement liposoluble). Il y a donc un risque (limité) de faire "rentrer" du mercure de l'extracellulaire vers l'intracellulaire (ou le cerveau) si ce dernier est utilisé "trop tôt" ou si le protocole employé est inadapté (du genre des IV de DMSA dès le début, sans aucune précaution ou sans utilisation de binders par la suite). L'expérience montre cependant que le coté liposoluble est limité, donc pris en petites doses orales (via les méthodes cutler ou midora), le DMSA reste relativement sûr et efficace. ll faut également garder en tête que le DMSA doit être évité au moins pendant 1 semaine suivant une dépose d'amalgame.



Donc on est d'accord, on peut commencer par du DMSA oralement, sans trop de risques?
(A doses adaptées bien sur).

A lire certains trucs ils nous font tous flipper à rabâcher la nécessité de faire une super cure de dmps avant le dmsa .... [img]images/icones/icon12.gif[/img]
Avatar de l’utilisateur
jibouille

Support et modération
Support et modération
 
Messages: 2868
Inscription: Lun 13 Aoû 2012 10:24
Localisation: 66

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede xavier » Ven 28 Juin 2013 14:53

On n'est plus sûr que le DMSA traverse la BHE.

Moi, je suis d'accord avec ce qui est dit on peut, lorsqu'on n'a pas le choix, démarrer par de petites doses de DMSA, sans réellement prendre
de risques. Beaucoup l'ont fait sans rencontrer de problèmes. Mais démarrer par des IV de DMSA : non.

Je ne sais pas qui a écrit le message cité, ça ressemble un peu au style de Joel ,
xavier

Sage de l'intoxication
Sage de l'intoxication
 
Messages: 2126
Inscription: Ven 4 Déc 2009 07:00
Localisation: MONTPELLIER

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede un_ptit_gars » Ven 28 Juin 2013 15:51

xavier a écrit:Mais démarrer par des IV de DMSA : non.


On est bien d'accord, ce n'est pas du tout adapté au départ (et même après j'ai envie d'dire, les IV de DMSA, DMPS ou même EDTA, chui de moins en moins fan...)

Je ne sais pas qui a écrit le message cité, ça ressemble un peu au style de Joel


Vu que nous sommes dans la partie de l'Ebook, il s'agit donc d'une citation qui en est extraite...donc que j'ai écris moi :)
J'espère cependant que tu es le seul a penser que mes textes ressemblent a ceux de joel... :D

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10938
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Compréhension du Puzzle - Part 4: c'est par ou la sortie

Messagede un_ptit_gars » Ven 28 Juin 2013 15:54

jibouille a écrit:Donc on est d'accord, on peut commencer par du DMSA oralement, sans trop de risques?
(A doses adaptées bien sur).

A lire certains trucs ils nous font tous flipper à rabâcher la nécessité de faire une super cure de dmps avant le dmsa .... [img]images/icones/icon12.gif[/img]


A mon avis oui jibouille. Bcp ont été éffrayés par le DMSA suite a la lecture du bouquin de Cambayrac qui ne voyait que par le DMPS (alors qu'elle avait été elle même traité avec succès qu'avec du DMSA, cherchez l'erreur :D)
D'ailleurs selon elle, les IV de DMPS sont la meilleure solution au départ, et avec le recul que l'on en a, on sais bien que c'est très loin d'etre la réalité... donc autant ne pas te fier sur son sentiment non plus sur le DMSA, du moment que tu sais mettre en place un protocole oral progressif et adapté a ton cas.

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10938
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Suivante

Retourner vers E-book du forum melodie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité