La Détox ultime par la naturopathie et par la littérature.

Quand la santé revient enfin, il faut le dire et même le crier!

petit Bilan de haut de page

Messagede Sophocle » Mer 20 Nov 2019 11:51

Routine de chélassos.
    En tâche de fond, je fais des chélassos. - Environ 1x/sem.
    Je n'ai plus aucun effet éclatant, mais j'ai un confort cérébral qui s'installe comme une neige.
    Les effets baissent peu-à-peu au prorata de ml qui demeurent mais la rémission suit en cours.
    Je prévois de faire des analyses chez Microtrace à la mi-janvier.
    J'ai commandé un kit sur le site de Microtrace mais il n'est pas parvenu.
    J'ai échangé avec Microtrace, ils m'ont confirmé qu'on pouvait acheter des recueils d'échantillons à la pharmacie et qu'on pouvait leur envoyer.
    ... 24 nov. j’ai atteint un plateau en zig-zag. Les symptômes baissent après une chélasso, mais ils reviennent en 15 jours. C’est le rebond des os. La tendance générale est donc stable. Ça peut durer des semaines, ou des mois sans savoir quand le rebond va cesser. L’important, c’est que ça baisse au moment de la chélasso. Je continue donc.
    ...25nov. La dernière chélasso a totalement effacé mes maux résiduels au foie qui parvenaient d'une sur-exposition aux he et aux Amoc - voir paragraphe "intoxication aux he du post MOC6.
    Cette expérience me laisse supposer qu'il existe des ml dans les mo.
    Il serait judicieux d'ajouter un peu d'Edta aux amocassos de façon à capturer le ml libéré par le mo : une Amochélasso.

Micro-Organismes (MO)
    Mes tests rodés AMOC par AMOC ont commencé, Berbérine, a. Caprylique, Propolys, probiotique, he, témoin, ...
    Je devrais éventuellement obtenir des résultats dans une semaine.
    Les he semblent muettes sur les MO, les MO seraient donc commensaux.
    Le MO pris individuellement est inoffensif, mais c'est le nombre élevé de MO qui provoquerait ces picotements.
    Hypothèse de départ :
    Les he étant muettes, le SI adaptatif ne serait pas en cause dans ct'affaire.
    Le SI inné serait donc un peu déréglé.
    Le SI inné est une propriété intrinsèque de la cellule ordinaire.
    La cellule ordinaire est donc un peu dégradée par le présence des MO ou des ml.
    Q - En attendant la détox des ml, comment réguler le SI de la cellule courante ?
    R - il faudrait retenter le curcuma en infusion mais j'ai la flemme pour l'instant.
    Pour une démarche raisonnée, le rétablissement du Si devraient être prioritaire aux AMOC.
    L'Amoc est à considérer comme une alternative.
    ...24 nov : j'ai enfin mis en place l'infusion de curcuma et de gingembre.
    je prends 1/3 de litre de la bouteille d'eau minérale dans laquelle je place des morceaux frais,
    puis je rajoute l'infusion dans la bouteille d'amocasso.
    Ce n'est pas trop fastidieux mais y'a pas d'effets notables.
    ...les prémisses de conclusions de mes expériences sont ambivalentes.
    Il n'y a pas de produit Amoc miracle.
    Mais les Amoc semble ralentir le rythme de prolifération des bactéries par rapport au témoin.
    C'est donc peut-être là que se place le facteur de réussite des Amoc.
    Les Amoc naturels (non-Anti-Bio (AB)) ne tueraient pas vraiment les bactéries mais ils enclencheraient leur déclin sur la longue.
    ... j'ai reçu l'acide caprylique en gélule et un nouveau probiotique, je vais donc tester cela prochainement.
    ... Je vais réintégrer l'he de cannelle/origan/girofle en douceur, 4 gouttes max/jour selon la féd. fr. d'aromathérapie.

Prise en étau des MO.
    Aux amocassos, je vais également faire des massages d'Amoc, huile ou crème.
    Ainsi les MO seront pourchassés par voie interne et par voie externe.
    L'huile Caprylis cause des petits désagréments qui baissent d'application en application : picotements, démangeaison, sont-ce des crises de génocide de MO ?
    ...25 nov. J'ai suspendu cette méthode car elle consomme bcp de temps et d'énergie et qu'elle ne donne pas des effets éclatants.
    Pour l'instant, je me reporte uniquement sur les amocassos.

Moment de confort cérébral total mais fugace
    Lors de mon protocole commotion après la petite intoxication due à une application intensive d'AMOC, j'ai eu quatre heures d'effacement total des céphalées.
    Puis la chape de plomb s'est réinstallée - Effet placébo ?
    Les céphalées sont-elles partiellement liées aux AMOC en haute dose, ou aux actions du protocole commotion ? ou aux 2 ?
    Je le note au cas où ça revienne.

Protocole commotion - expression tirée du rugby
    Détail du protocole commotion : diète (raisins-tomates), bouillotte sur le foie (la nuit), repos le jour, douches glacées pendant qq jours.

Beurre de Karité & Probiotiques - Savon AMOC [img]kator/smiley252.gif[/img]
  • Debutyourhealth mélange du beurre de karité avec des probiotiques et des suppléments de biomasse - épatant.
  • Pour compléter l'arsenal AMOC, je vais fabriquer des savons sur mesure.
    Base 50% huile de coco, 50% huile de Palme
    Additifs : AMOC à tester - berbérine ?, EPP ? ....
    J'ajouterai du Caprylis en surgras

Routine hebdomadaire du moment
    LMMJV : 1 amocasso, 1x/j (fenêtre thérapeutique le we à cause des he).
    S : Fenêtre thérapeutique (Pause).
    D : 1 chélasso .


Dernière édition par Sophocle le Lun 25 Nov 2019 14:59, édité 4 fois.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Témoignages d'illustration de l'E-Book

Messagede Sophocle » Ven 22 Nov 2019 11:46

Lors d'une éventuelle future révision de l'E-book, j'ai une suggestion à soumettre.
Avec Debugyourhealth, j'ai eu un flash de supervision de l'E-book.
L'E-book n'est pas le lieu des protocoles ni des applications des protocoles.
L'E-book n'est pas vraiment un récit de praticiens, mais il est plutôt un récit théorique de façon à dresser une check-list de disciplines à ne pas négliger.
Avec l'E-book, on peut vérifier qu'on a oublié aucune discipline.
Dans l'E-book, on a des listes détaillées de produits entremêlées à des méta-synthèses analytiques médicales.
Les listes de produits est certes nécessaires pour ancrer l'E-book dans le réel, mais elles ne comblent pas les attentes que fait naître l'E-book chez le lecteur.
Par le manque de super-témoignages inter-disciplinaires, l'E-book frustre un peu le lecteur.
Des liens vers des témoignages concrets multi-diciplinaires enrichiraient l'E-book à sa juste mesure.
Ces témoignages complèteraient le versant pratique et polymorphe à un E-book théorique dans un tout bien homogène.
Ainsi, le lecteur ne calerait pas si près de la mise en route du long chemin qui l'attend au niveau de la confection sur mesure d'application de protocoles.
Ce que produit l'E-book, c'est une prise de conscience de la grande diversité bariolée des problématiques.
C'est le lien entre les disciplines que suscite l'E-book qu'illustreraient des super-témoignages.
Cela paraît implicite pour un habitué du forum, mais cela ne l'est pas forcément pour un nouveau lecteur de l'E-book.
Un nouveau n'est donc pas conforté par l'absence d'une galerie de témoignages représentatifs de l'ensemble des témoignages dont l'E-book s'inspire.
La recherche de témoignages inter-disciplinaire est fastidieuse, elle m'a longtemps découragé.
Les témoignages des membres sont certes nombreux, mais le témoignage multi-disciplinaire est rare.
Une galerie de témoignages multi-disciplinaire en annexe à l'E-book rendrait l'E-book complet.
Le lecteur de l'E-book est en attente du jalon intermédiaire d'application et d'exemples concrets de longs protocoles complexes d'application pertinents.
En général, les rares témoignages très fouillés montrent avec justesse ce qu'est que l'E-book.
Mais ces témoignages sont aussi rares à trouver qu'une aiguille dans une meule de foin.
Ces témoignages expriment des cas concrets de combinaisons de quelques tuiles parmi de nombreuses tuiles décortiquées dans l'E-book.
La combinaison du témoignage de Debugyourhealth et de l'E-book forment un tout pratique et théorique qui rentre superbement en synergie, me semble-t-il.
Debugyourhealth met en évidence ce qu'est l'E-book : c'est un texte totalement théorique multi-diciplinaire.
Avec l'E-book, on a des échantillons de tuiles à combiner qui permettent à chacun d'apprendre à tisser tous les ravaudages spécifiques de toitures uniques.
L'E-book est une boite à outils théorique dont le lecteur doit apprendre à jongler en sélectionnant les quelques disciplines pertinentes qui le concerne.
Tel que cela est suggéré en liminaire, l'E-book est une méta-analyse théorique entre disciplines variées tirées d'une cohorte de très nombreux témoignages pratiques.
C'est la diversité des disciplines méconnues ou négligées à combiner entre elles qui fait l'obstacle majeur du naufragé.
Du cancer, à Parkinson en passant par la SEP, le lecteur de l'E-book peut s'intéresser à telle ou telle discipline médicale et se composer un mix de traitements.
Les témoignages globaux (débugyourhalth, cancer thérapy, ...) illustrent à merveille des mises en combinaisons de tuiles très spécifiques de l'E-book qui conforte le lecteur.
En sus de ces protocoles, Cancer Thérapy, Debugyourhealth sont des bons candidats pour une galerie de super-témoignages.
Un nouveau lecteur de l'E-book serait en possession de toutes les phases si cette galerie existait dans l'E-book sous une forme au sous une autre (directe ou indirecte).
Cette galerie enrichirait l'E-book de leviers d'action et de champs d'applications par l'illustration de la confection de protocoles d'application.
Il existe également de tels témoignages dans le forum mais il est difficile de les connaitre tous quand ils ne sont pas actifs.
Comble du raffinement du bouclage de boucle, le forum propose donc un support de ce que l'E-book incite chez le lecteur par une galerie de super-témoignages.
Ces témoignages illustrent ce qu'il ne peut pas se trouver dans l'E-book : de longs cas concrets de combinaisons variées en réponse à de multiples pathologies bariolées.
Avec l'E-book, j'ai abandonné l'idée que j'étais fichu et j'ai acquis la conviction que je pouvais me lancer dans la rémission.
Je crois que sa force est là et aucun autre document ne prétend à une telle vocation.
Avec l'E-book, j'ai l'impression de posséder de nombreuses tuiles théoriques entre les mains.
J'étais également rassuré par la présentation de tuiles qui ne semblent pas opportunes pour mon cas et que je pouvais écarter rapidement.
Cela donne un large sentiment de maîtrise de ce qu'il n'y a pas à gérer avec urgence ou à retardement en cas de blocage.
Avec l'E-book, je pouvais donc dresser une hiérarchisation des priorités strictes de mon cas au regard de l'éventail de disciplines.
Je n'avais plus qu'à me lancer dans des combinaisons des tuiles qui me titillaient.
Une petite galerie de témoignages pertinents de combinaison de tuiles me semble être une illustration très attendues de l'E-book.
Avec ces témoignages, l'E-book renvoie de là où il vient.
Pour sauver ma peau, j'ai évidement creusé toutes les tuiles à disposition sur internet car ma situation ne trouvait pas d'alternative.
Mon désespoir tournait mes pas vers une combinaison de tuiles de l'E-book à de nouvelles tuiles.
Dans mon topic, j'ai investi des tuiles qui existent depuis toujours et qui éventuellement mériteraient d'être candidate à rentrer dans l'E-book (naturopathie).
Comme l'E-book évoque de nombreuses maladies dégénératives, il me semble que ces tuiles ont toute leur place dans l'E-book.
Le traitement métabolique de Laurent Schwartz (Régime alimentaire, bleu de méthylène, acide alpha-lipoïque, Garcinia Cambogia, CoQ10 (?))) que relate Cancer Thérapy (youtube), les bains froids de Wim Hof, la Pancha-karma me semble être également des tuiles éligibles à l'E-book.
Quant à mon témoignage, il est pratico-pratique et il est théorique à mon cas.
Je l'ai écrit pour celui que j'étais avant de commencer ce topic.
Comme pour chacun, je m'en suis tiré en partie grâce à l'E-book et en partie grâce à moi-même.
J'ai sauvé ma peau et cela me contente pleinement.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

MOC 9 : Amochélassos / chélation de l'intracellulaire

Messagede Sophocle » Lun 25 Nov 2019 15:36

Amochélasso
    D'un coup, la toute récente chélasso a effacé mon mal de foie et mes maux de tête dont leur origine parvenait de la récente intoxication aux he et autres amoc.
    Cette résolution éclatante était totalement inattendue.
    Je suis comme neuf en claquant des doigts, waou. [img]kator/smiley223.gif[/img]
    De plus, cela veut dire que mes chélateurs (dmsa et edta) captent chaque métal (cuivre, mercure, arsenic, plomb) dont je suis intoxiqué - Magnifique.
    Grâce à cette résolution, je peux en déduire que les tissus et/ou les mo agressés par la surdose d'he avaient donc libéré des ml.
    Des ml se cacheraient donc dans les cellules et/ou dans les mo.
    La résolution éclatante des maux par une chélasso suggère que seuls des mo étaient atteints par la sur-dose d'he.
    Cela expliquerait des témoignages de guérison de l'ehs lors d'un traitement de lyme - voir audition de la sociologue du rapport de l'Anses.
    Je vais donc ajouter un peu d'edta (0,25g d'edta et 2g de bcs) aux amocassos de façon à capturer les ml immédiatement libérés par les amoc.
    Amocasso + chélasso = amochélasso.
    D'ailleurs, le rebond de ml dont je me plains depuis plusieurs semaines peut être éventuellement approvisionné par les mo.
    J'ai peut-être un important stock de ml dans le mo et j'accuse éventuellement les os à tord.
    Cependant, je continuerai les séances de chélassos hebdomadaires à fortes doses de façon à continuer à travailler en profondeur.
    ...Après consolidation et sédimentation de mes réflexions, il me semble que les symptômes d'après la forte dose d'he étaient dus aux ml car les symptômes étaient persistants avant la chélasso et qu'ils se sont totalement durablement résorbés depuis la chélasso.
    Pendant la période de symptômes, j'ai revécu un échantillon de la période du pic de ml (2014-15) :
    -avant la chélasso, j'étais dépassé par la situation, et je devais prendre sur moi pour afficher une attitude de circonstance avec le monde extérieur, j’ai donc fatigué de l’intérieur et je devais faire des efforts pour masquer cela ;
    -après la chélasso, je respirais la confiance en moi car le foie et le cerveau étaient silencieux ; je n’avais qu’à jouer le jeu de mon intériorité pour afficher une attitude de circonstance avec le monde extérieur ; j’étais donc très à l’aise.
    C'est exactement pendant la chélasso (de gorgées en gorgées) que la situation à basculée.
    Pendant la marche rapide, je confirme que la solution est passée par le foie en quelques secondes/minutes.
    À jeun et en période d'activation sanguine par l'activité physique, le transfert de la gorgée jusqu'au foie se fait extrêmement rapidement.
    La vitesse d'imbibition de la chélasso est donc élevée.
    Une intoxication aux he ne peut pas être résolue en si peu de temps car il faut que les tissus se régénèrent suite à une inflammation.
    Cette résolution si rapide indique que les ml étaient agglutinés dans l’extra et qu’ils étaient donc dispo pour se faire ramasser par les chélateurs.
    Cela indique également que les ml peuvent séjourner plusieurs jours dans l’extra avant d’être éliminés ou de franchir la membrane cellulaire.
    Cela est intéressant car on dispose donc de souplesse entre les amocassos et les chélassos.
    Je revis exactement le schéma décrit dans l'e-book du forum à propos du tabouret à 3 pieds...
    Avec les he et autres amoc, j'ai une piste sérieuse : un gros stock insoupçonné de ml couvent dans les mo.
    Il demeure donc bcp de ml que les chélassos ne captent pas.
    Cela confirme également que les chélassos ne rentrent absolument pas dans l’intra-cellulaire.
    ...Je me rappelle que, juste avant l'incident aux he, j'avais pratiqué des massages à l'he de cannelle et d'origan dosés à 10%.
    Il est donc probable que ces massages aient fortement participé à la libération des ml de façon à réduire la part de participation des amocassos.
    Lors de l'incident, je m'étais dis qu'il ne fallait pas que je recommence ces massages, mais depuis la résolution de l'incident par une chélasso, la donne a changé.
    Je vais donc éventuellement tenter de recommencer ces massages à des doses un peu plus raisonnables.
    ...Ces massages avaient provoqué des inflammations sur la peau qui s'étaient résolues en appliquant abondamment de l'hv.
    Partiellement à tord, j'avais donc émis l'hypothèse que les he se sont concentrées dans le foie et qu'elles avait provoqué l'incident.
    La résolution de l'incident du foie par la chélasso dément partiellement cette hypothèse et relance l'hypothèse de la libération de ml suite à l'agression des mo par les he.
    ... il est étonnant que les ml se soient retrouvés dans le foie car ils ont demeurés non-circulants depuis quelques années.
    Des conditions particulières les ont fait circuler, les décrits de mo ont peut-être solubilisé les ml.
    Il existe donc une solubilisation des ml.
    Les chélassos hebdomadaires devraient certes résorber les effets accumulatifs des amoc.
    Mais, je préfère intercepter les ml au plus tôt pour prévenir de nouveaux problèmes.
    Je vais donc réaliser des crèmes amoc (dont he) et chélatrices.
    Ainsi, le mo est desingué et le ml est capturé.
    J’ai une préférence pour la voie cutanée à la voie orale car il n’y a pas de goulot d’étranglement ni de système digestif.
    ...

Chélateur intracellulaire.
    Les chélateurs seuls ne rentrent pas dans les cellules car ils sont chargés négativement.
    La surface extérieure de la membrane cellulaire est négative, elle repousse donc le chélateur.
    Mais, s'il était possible de réaliser une solution eau/huile comestible, le chélateur rentrerait dans l'intra.
    Apparemment, les mono(di-)-glycérides des glaces (crèmes glacées) remplissent cette fonction mais ça ne se trouve pas en détail.
    Sinon, en cas de tolérance des produits laitiers, il y a de la crème fouettée, avec de la crème fraiche entière et épaisse à laquelle on ajoute 20% de chélasso (edta, bcs).
    L'edta n'ayant pas de goût, ça devrait passer très facilement.
    Sur le papier, cette technique devrait permettre de rentrer dans les cellules et dans les mo.
    ...C'est une espèce de Pancha-Karma tunnée à la chantilly et aux chélateurs - Pourquoi pas si ça résout les problèmes.
    C'est un complément ou une alternative intéressante aux he : cela évite la toxicité des he a postériori du relargage des ml, de plus, les ml sont capturés dans l'œuf...
    ...Cependant, je m'inflige déjà assez de traitements au quotidien, je vais donc me contenter des amocassos et des chélassos.
    La chélasso étant la résolution de l'amocasso et comme il faudra passer nécessairement par une amocasso, cette piste perd un peu de son intérêt.
    De plus, la crème fouettée va déclencher un processus de digestion, cela est plutôt un obstacle.
    Il faudrait créer une solution E/H/E de façon à bénéficier d'une solution aqueuse qui franchirait rapidement l'estomac.
    Il serait peut-être possible d'obtenir cela avec du jaune d'œuf, mais là ça relève de l'ingénierie de solubilisation, je vais me documenter si cela était faisable...

Capture du ml par le chélateur [img]kator/smiley252.gif[/img]
    Je vais faire une petit récap de ce qui se passe entre les ions et entre les molécules chélatrices.
    Selon le document alpha (Chélation Therapy), un chélateur neutralise les méfaits des ml.
    C'est-à-dire que, dès que le ml est capturé par le chélateur, il cesse d'être toxique y compris quand le chélateur demeure dans la cellule.
    Par voie de conséquence, les chélateurs sont quand-même efficaces même s'ils n'étaient pas éliminés.
    Le ml est un cation avec 2 électrons manquants (ions 2+), le chélateur est une chaine avec 2 pôles dont chaque pôle dispose d'un électron en excédant.
    Lors de la rencontre d'un ml et d'un chélateur, les pôles du chélateurs vont se replier sur le ml de façon à partager les électrons.
    Les affinités entre ml et et chélateurs seraient fortes, un ml et un chélateur ont donc tendance à se combiner ensemble et à demeurer ainsi.
    Il semble que le complexe (chélateur + ml) soit stable.
    Il est donc intéressant de faire passer le chélateur au travers de la membrane cellulaire pour neutraliser le ml au cœur des problèmes.
    Avec la crème fouettée, on pourrait donc construire un cheval de Troie qui pénètre les mo et les cellules car la crème fouettée serait une micelle qui renfermerait le chélateur.
    Ensuite, on a plus qu'à miner les mo avec des he.
    Avec les he, les mo seraient disloqués, le chélateur sera ensuite libéré, et le ml serait déjà inoffensif car il serait déjà pris par le chélateur.
    Avec toutes ces supputations, je suis certes un doux rêveur, mais le big-bang n'a-t-il pas été inventé par un poète ?
    Cependant, je m'attends à ce que la crème fouettée ne fasse pas d'effet sur le cerveau car les neurones sont protégés par une épaisse muraille d'astrocytes dont la mission est justement de filtrer les chevaux de Troie.
    ... Une forte dose de he est peut-être un coup d'épée dans l'eau car les mo se reconstituent mais la captation des ml présents dans les mo est peut-être une piste pour étouffer les mo.
    Cad qu'il faudrait capter les ml au moment où les mo sont maltraités de façon à empêcher que les mo se reconstituent.
    Il y a donc deux actions synchronisées : agression des mo et capture des ml en concomitance pour réduire le potentiel de reconstitution des mo.



Dernière édition par Sophocle le Ven 29 Nov 2019 13:37, édité 1 fois.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

MOC 10 : Massages Amochélasso - Lyme, ehs, candida.

Messagede Sophocle » Jeu 28 Nov 2019 15:31

Suite à mes dernières expériences (résolution des complications suite à l'intoxication aux he), il me semble que je détienne enfin une application musclée et "raisonnée" contre les MO.
Je ne sais pas si ça va résoudre mes problèmes de picotements mais qui ne tente rien n'a rien.
Cependant, j'ai la preuve qu'une dose significative de ml ont été libérés après une application d'he.
J'ai donc là une réserve de ml qu'il est préférable d'éliminer.
Comme les chélassos sont en perte d'effets éclatants, je peux donc me lancer dans une nouvelle vague mobilisation.


Projections passées et future
  • Ça fait un an et demi que je fais des expériences sur la peau sans que, jusqu'ici, il y ait des des résultats.
    Les premiers symptômes sur la peau sont apparus en novembre 2017, il y a deux ans, suite aux premières déshydratations.
    J'ai commenté ces problèmes à la page 9, et 13 pages (200 messages) plus tard, j'arrive enfin à quelque-chose.
    J'ai toujours négligé les mo par flemme, car le traitement des mo a nécessité un apprentissage expérimenté des huiles essentielles.
    Je peux donc reconstruire ce qu'il s'est passé lors des déshydrations : les ml ont été mobilisés du snc vers les tissus ordinaires.
    Dans les tissus ordinaires, les ml ont été encapsulés par des mo.
    Les ml étant un minéral physiologique pour les mo, les mo commensaux se sont donc multipliés de façon à encapsuler tous les ml.
    Cela est préférable à ce que le ml entre dans une cellule.
    Les effets néfastes des ml sont neutralisés par les mo, et le nombre élevé de mo provoquerait des effets secondaires gênants mais non-délétères.
    Il s'agit peut-être là d'un moindre mal.
    Pour traiter ces problèmes de peau, il fallait donc exploser les mo et capturer immédiatement les ml de façon à empêcher les mo de se renouveler.
    Il fallait donc deux actions musclées et combinées pour résoudre définitivement le problème.
  • Il est étonnant que je pensais que je n'avais pas de mo avant de m'être lancé dans les chélassos et que les picotements ne baissaient pas au rythme des effets sur le cerveau.
    Non seulement j'avais des mo, mais ils étaient chargés en ml.
    Jusqu'ici, je savais que j'avais des ml dans les tissus ordinaires mais ils déjouaient toutes mes tentatives de les capturer.
    Les crèmes chélatrices et les chélassos ne sont donc pas efficaces sur les ml qui sont planqués derrière une membrane cellulaire.
    Après la résolution des mo, j'aurais certes résolu mes problèmes à 90% mais il demeurera le problème des ml dans les cellules.
    J'ignore encore si je pourrai m'attaquer à ce problème et à sa résolution.
    J'ai certes une piste avec des émulsions e/h/e, mais avec la raréfaction des symptômes, les expériences deviennent de moins en moins révélatrices de progrès.


Synthèses des difficultés en chaine VS solutions
  • Le problème des amoc, c'est qu'ils sont toxiques à forte dose ou à faible dose chronique.
      Il y a donc deux plafonds de dosages des amoc, dose quotidienne et dose chronique.
      Les doses à respecter sont sur les boites des produits ; concernant les he, les doses sont préconisées par la féd. fr. d'Aromathérapie.
      Cependant, il n'est pas inutile de rechercher un dosage à la baisse ou à la hausse.
      C'est à chacun d'apprendre à doser ses produits.
      Je ne préconise pas de sur-doser ; mais je préconise d'apprendre à apprendre à doser.
      La phase d'apprentissage est fastidieuse mais elle est indispensable.
      La dose quotidienne préconisée par la boite est peut-être excessive pour certaines physiologies, il faut donc la tester.
      Pour ma part, je surdose mais cela ne concerne que moi-même.
      Mon intoxication est très profonde mais ma robustesse semble peu commune.
      Le rétablissement de la tension par des bains froids, par la réforme alimentaire, par un petit jeûne de 3 jours est un matelas significatif de résilience physiologique.
      Cependant, il faut être au point sur le protocole commotion (repos, bouillotte, diète, chélassos, douches alternées, ...).
      La consolidation d'une excellente tension permettra justement d'ouvrir un interval de dosages de façon à trouver un compromis entre l'intensité et la longueur.
      Les mo sont des phénix, il faut donc les battre sur leur terrain.
  • La destruction des mo provoque une intoxication par les ml libérés et par les débris libérés.
      Dans la lutte contre les mo, les intoxications s'accumulent.
      Il faut donc conjuguer la dose, le renforcement des émonctoires et la détox.
      Les facteurs limitants sont nombreux (toxicité, ml, fatigue des émonctoires).
      Il faut donc régler plusieurs curseurs à la baisse de façon à permettre aux cycles à distance et les cycles à retardement de se réaliser pleinement.
  • Le problème des moc, c'est qu'ils sont régénérants.
      Beaucoup d'efforts peuvent être gaspillés si on s'arrête à la dernière marche.
      Il faut donc apprendre à se ménager de façon à durer.
      Et ce n'est qu'en s'exerçant qu'on arrive à monter de plus en plus haut.
      Cependant, l'élimination des ml présents dans les mo devrait ralentir la capacité des mo à se régénérer.
      Donc même si on chute à la dernière marche, on a contribué à faciliter les futures ascensions.

Quelques enseignements
  • Même si les he passent par la lymphe et court-circuitent le foie, des he par voie orale passent par le sang (et donc par le foie) avant d'arriver dans les tissus.
    Les he et le foie sont donc dégradés avant même que le principe actif n'arrive dans les tissus.
    Cela demande beaucoup d'efforts pour peu de résultats.
    La voie cutanée me semble une alternative avantageuse car elle permet d'accéder directement aux tissus avant la dégradation des principes actifs.
    La résolution de l'inflammation directe sur la peau en appliquant abondamment de l'huile végétale est très efficace.
  • Cette phase d'inflammation m'intrigue car elle cesse dès que j'applique de l'hv en abondance.
    La réaction à donc lieu à une certaine concentration d'he et elle cesse immédiatement dès que la concentration de l'he baisse.
    La vitesse de désactivation est très rapide - tant mieux, cela permet de bénéficier d'un retour à la normale rapidement.
    Mais, en sus de l'he caustique, la réaction inflammatoire peut avoir lieu suite à la destruction des mo.
    La destruction des mo devrait libérer beaucoup de matériel réactif, adn, ml, ...
    L'inflammation va donc s'enclencher pour traiter ce matériel.
    Selon la documentation, les he caustiques sont pro-inflammatoires, il est possible que ce soit l'inflammation qui provoque la destruction des mo.
    À contrario, il est possible que les he caustiques soient suffisantes pour tuer directement les bactéries.
    La chaine de causes et de conséquences est certes permutable ; mais pour l'instant je recherche le résultat et je décortiquerai les combinaisons de dosages si les tendances m'en donnent l'occasion.
    En tout cas, mes premières expériences ont montré une inflammation cutanée en feu de paille suivie, quelques demies-journées après, d'une intoxication au foie par des ml.
    À la longue, je pourrai éventuellement trancher sur l'éventuelle nécessité indispensable ou pas d'une brève et faible inflammation cutanée.
    Dans l'expérimental, le facteur humain est très prégnant.
  • De plus, la voie orale est un goulot d'étranglement qui impose un facteur limitant qu'on peut lever par la voie cutanée, me semble-t-il.
    La voie cutanée est une immense surface qui permet de réduire la densité des amoc.
    En outre, avec la voie cutanée, on évite le foie à l'aller, le foie est donc moins exposé.
  • Les he caustiques ont créé une intoxication aux ml inattendue.
    Avec les chélateurs, je compte traiter l'intoxication à retardement avant qu'elle n'ait lieue.
    Si cela n'était pas efficace, je peux toujours compter sur une chélasso.
    Un traitement chélateur combiné aux amoc est donc préférable : le chélateur est déjà sur le site de bataille entre mo et amoc.
    De plus, les ml ne seront plus disponibles pour conforter la régénérescence des mo.

Mes marqueurs de limite haute
    Pour l'instant, l'inflammation cutanée et l'intoxication du foie sont mes deux signaux d'alerte.
    Je vais donc ajuster mes dosages d'he caustiques selon deux critères chacun suffisants :
    • Le dosage quotidien (5j/7) ne doit pas excéder une très légère inflammation cutanée rapidement auto-désactivante.
      Il est possible que cette inflammation soit due à la destruction des mo.
      Je ne veux donc pas l'éviter absolument, mais je veux à peine la déclencher et la contrôler sans avoir recours à l'hv.
    • Le dosage hebdomadaire ne doit pas excéder un début de mal de foie qui devra être désamorcé par une chélasso.
      Je me débrouillerai pour que le début de mal de foie apparaisse le jour de la chélasso hebdomadaire.
    • Pour l'instant, je n'ai pas identifié d'autres signes vraiment déterminants.

Confection de la crème Amochélasso
    Le traitement amoc doit donc traiter en même temps autant les mo que les ml.
    Je vais donc compléter la crème chélatrice déjà opérationnelle (mais sans résultats jusqu'ici) avec des produits amoc.
    Ainsi, les ml libérés par la dislocation des mo devraient être captés aussitôt.
    Je replace ici une vidéo de la confection de la crème chélatrice : Crèmechélatrice -youtube 5'.
    Atelier fabrication de la crème : voir édit 4 du post Détox peau II : Crème déshydratante
    J'ai revu les doses de chélateurs à la baisse car 1 chélasso à effacé tous les symtpômes, edta : 0,5g (2gél.) ; dmsa : 0,1g (1gél.).
    Après la confection de cette crème, j'attends qu'elle tiédisse afin de ne pas brusquer les he, puis j'ajoute les amoc et je mélange avec la touillette électrique:
    • 0,5ml d'he caustiques (cannelle, origan,...), soit 15 gouttes au total. (=2% de la solution huileuse)
    • 1 ml de la bouteille d'he non caustiques, soit 20 gouttes env.
    • Propolys, Epp, huile d'ac. caprylique, tout amoc soluble dans l'huile.
    • Nota : les produits en poudres (berbérine, ac. caprylique en poudre) sont pris par voie orale classique.
      Ces produits peuvent être éventuellement ajoutés à la phase aqueuse de la crème - à tester mais ça fait bcp de poudre à diluer.

Précaution
    Les he sont photo-sensibilisantes pendant 6 heures. [img]images/icones/icon3.gif[/img] [img]images/icones/icon3.gif[/img] [img]images/icones/icon3.gif[/img]
    Il faut donc se protéger du soleil ou faire l'application au couché du soleil.

Projet d’Application
  • Massage avec la crème amochélasso
  • Sauna
  • Douche alternée
  • Toute autre activité physique est la bien venue : marche rapide (évt dans le froid), bain froid,...
    Cette séquence permet d'imbiber les produits amoc et d'activer fortement la lymphe cutanée de façon à faire percoler les amoc et les chélateurs avec les mo et les ml.
  • Fréquence : Quotidienne (ou bi-quotidienne selon les symptômes)

Extra
    Suite à cette expérience, j'ai complété le post sur l'hygiène buccale avec un traitement contre les infections des racines dentaires.
    [img]images/icones/icon2.gif[/img] [img]images/icones/icon2.gif[/img] l'hygiène buccale


Pointage des applications
  1. Petite inflammation comme je la souhaitais, mais au sauna, la transpiration à été étonnamment peu abondante, pas de hausses du rythme cardiaque, chaleur non ressentie. La pores semblent obstrués. Or, l’huile végétale ouvre les pores et provoque une transpiration rapide et abondante. Avec les he caustique, il y a donc eu une réaction... J'ai retesté un sauna à blanc 24h après : RAS.
  2. 10go cannelle, 5go origan. petite inflammation, baisse des symptômes, transpi sauna paraît normale... j'ai parfois des éclaircies cérébrales. Pas de pb au foie... je tiens le bon bout.
    Le he caustiques obtiennent des résultats que les he non caustiques n'obtiennent pas.
    Selon mes cultures de mo, les premiers amas apparaissent en 2 à 4 jours.
    Pour l'instant, je n'envisage donc pas de passer à 2 séances par jour et à moitié dose de façon à appliquer une pression continue.
  3. 3 déc. - Après plusieurs semaines d'essais en tout genre, il me semble que les seules le he caustiques me provoquent des symptômes que seules les chélassos peuvent résorber.
    Les massages d'amocasso sont assez fastidieux et ils n'apportent pas d'effets éclatants, je vais donc les suspendre.
    Pour l'instant, je vais donc me concentrer sur les he caustique, 16 gouttes matin et soir, matin : diluées à 10% dans de l'huile, le soir : amocasso (bouteille d'eau et jaune d'œuf, puis marche).
    Avant le couché, je prends une mini-chélasso avec 0,25 ou 0,5g d'edta (selon symptômes au foie) + 1g de BCS, et si j'en ai l'occasion je mets une bouillotte sur le foie.


Dernière édition par Sophocle le Mar 3 Déc 2019 13:13, édité 1 fois.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Lyme, ehs, candida,... & ml : une centrale énergétique

Messagede Sophocle » Ven 29 Nov 2019 18:30

Maladies à micro-organismes
    Il me semble que le principe de ces amochélassos serait pertinent pour lutter contre l’ehs, Lyme et autres pathologies dues aux micro-organismes.
    Les ml et les mo sont enchâssés l'un dans l'autre.
    Par voie de conséquence :
    les campagnes anti-ml et anti-mo séparées l'une de l'autre de quelques jours ne sont pas efficaces car les ml sont protégés des chélateurs par les mo et que les mo se régénèrent grâce aux ml.
    Avec les mo et le ml, il existe un effet de bouclier auto-régénérant grâce au ml.
    Le ml semble être un catalyseur de la multiplication des micro-organismes.
    Le ml est comme un signal du quorum sensing qui contrôle la population de mo.
    Voir les paragraphes suivants pour une hypothèse de facteur de croissance des mo par les ml.
    Pour enrayer les micro-organismes :
    • il faudrait donc exploser le mo avec la/les molécule(s) appropriée(s),
    • puis ensuite il faudrait capter immédiatement son ml gardé précieusement comme une perle au fond d'une huitre.
    Sans la capture de ce ml, un mo va se régénérer et re-séquestrer le précieux ml libéré par un précédent mo.
    Contre les mo, il faudrait donc des campagnes anti-mo et anti-ml quasi-simultanées ou très rapprochées.

EHS
    Avec les amochélassos, des ehs résistant au Dmps devrait également se résorber.
    Les micro-organismes expliqueraient éventuellement la raison pour laquelle les IV de dmps n'arrivent pas à bout de certains ehs car le chélateur ne franchit pas les membranes des mo.

Inflammation
    En cas d'inflammation, je prendrai également un médicament anti-inflammatoire.
    Pour le coup, il n'y a pas plus performant que la médecine moderne dans ce domaine-ci.


Métal-lourd : une centrale énergétique thermique débordante [img]kator/smiley252.gif[/img]
    Selon l'académie de médecine (Rapport Anses), les métaux-lourds dégagent de la chaleur lorsqu'ils sont placés dans un champ oscillant.
    En présence de champs oscillants, les électrons des métaux-lourds s'agitent : c'est le phénomène de chaleur par l'activité cinétique des molécules.
    Avec des ondes, les métaux-lourds se comportent donc comme une centrale énergétique thermique.
    Dans un champ oscillant et à toute échelle conservée, le métal-lourd produit le même effet qu'une centrale nucléaire : un échauffement.
    En physique, la chaleur dissipée et l'énergie sont exactement la même chose.
    Avec les ondes, les électrons s'éloignent du noyau, leur vitesse de rotation augment, les molécules acquièrent de la vitesse cinétique, la chaleur augmente donc.
    Les électrons sont donc disponibles pour se lier à d'autres molécules, les réactions chimiques sont confortées.
    Les électrons transforment les ondes oscillantes en chaleur : ils transmettent de l'énergie au système biologique.
    À son tour, le système biologique va entrer en action.
    C'est là le mode de fonctionnement du vivant : y'a de l'énergie, la chaîne de réaction se met en place.
    Selon Pierre Magistretti (Cdf, voir revue de médecine), Le corps est dans un cycle pendulaire, éveil - sommeil : production de toxines pendant l'activité et recyclage des toxines pendant la passivité.
    Le corps est organisé pour forcer une période de sommeil de façon à drainer les toxines créées pendant l'éveil.
    L'apport de chaleur active le système biologique, il empêche de dormir, il empêche le recyclage des toxines, et donc les toxines s'accumulent dans la cellule.
    C'est donc un phénomène d'emballement qui se traite quotidiennement par le drainage et qui se résout par l'élimination des ml.
    D'ailleurs, il suffit de chauffer un organe pour qu'il s'active, bouillotte sur le foie, échauffement musculaire, concentration,...
    C'est une inertie fonctionnelle thermique et énergétique.
    Quand un ml est à l'intérieur d'un organisme, il se comporte donc comme une source énergétique activée.
    Hors du cycle énergétique physiologique, le ml fait que le gradient des réactions chimiques passives bascule vers un mode actif, les cycles biologiques se mettent donc en branle.
    La chaleur fait rentrer les organismes en activé : mouvement, fonctionnalité (le cerveau pense, le cœur bat + vite,...), division cellulaire, production de déchets,...
    L'organisme plonge dans l'épuisement mais son système demeure activé par la chaleur permanente des métaux-lourds.
    Quand le ml est dans un mo, le mo s'active ; ce dernier dispose d'une énergie abondante et débordante, mêmes causes, mêmes effets : mouvement, fonctionnalités, ...
    Il devrait en être de même avec les cellules : les cellules disposent d'une énergie abondante et débordante qui dé-régule ses cycles dans l'instant et/ou à petit feu.
    -> Multiplications des mo et des cellules, Lyme, cancers, dégénérescence, parkinson, Alzheimer, ...
    La dégénérescence serait la suite d’une sur-générescence légère mais continue.




En attendant de relocaliser les paragraphes suivants dans leurs posts de circonstances, je place ci-après quelques notes.

He à 10%
    Je fais tellement de recherches que je ne peux pas tout écrire - Malheureusement, je ne dis pas tout.
    Cette semaine, j'ai essayé de reproduire ma récente intox aux he de façon maitrisée.
    Mais je n'y suis pas parvenu. À qui la faute ? - fin du stock des mo/ml ? faiblesse du dosage ?
    Juste avant de faire l'intox aux he, je me rappelle que, chaque matin, je buvais également un petite gorgée mon huile à 10% d'he non-caustiques.
    Je me le note ici pour penser à réactiver cette action-ci.

Pointage de la récente Chélasso - 30 nov -19ème séance : 0,75g d'edta, 3,5g BCS ; 0,3g de Dmsa.
    C'est le we, j'ai donc arrêté les actions avec les he (fenêtre thérapeutique) et j'ai fait ma chélasso hebdomadaire.
    Lors de la montée des escaliers, les courbatures sont apparues tardivement par rapport aux semaines passées.
    La chélasso a effacé de légers maux de tête qui ont trouvé naissance pendant la semaine passée.
    Les amocassos et les chélassos demeurent donc efficaces.
    Les amochélassos ne semblent pas totalement efficaces sur le plan de la chélation des ml libérés par les mo, mais peut-être sont-elles partiellement efficaces.
    J'ai encore quelques légers maux de tête durables (et désagréables) mais les effets des chélassos sur les symptômes durables semblent parvenir à un plateau.
    Est-ce la fin des ml ? est-ce la fin de l'efficacité des chélassos ? y a-t-il un rebond de diffusion à retardement ? Où en suis-je au niveau des ml ?
    Je sais que j'ai encore des ml mais j'arrive dans des zones d'incertitudes.
    Je vais prochainement faire des analyses chez Microtrace pour savoir si des ml continuent à sortir.
    Au même moment que les tests chez Microtrace, je vais également tester mon électro-sensibilité en laissant le disjoncteur allumé pendant quelques nuits.
    Le test du disjoncteur est un peu long : 3 à 5 jours, et il est désagréable à supporter et il est long à se résorber (2 jours) , mais il m'informera sur la quantité de ml.

[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

1/2 - La mitochondrie : la centrale énergétique de la cellul

Messagede Sophocle » Lun 2 Déc 2019 18:46



    Suite au paragraphe du précédent post sur les métaux-lourds comme centrale thermique non-physiologique, voici des recherches sur la vraie centrale énergétique physiologique : la mitochondrie.

  1. Conférences sur la mitochondrie et le cancer
    1. Thomas Seyfried
      Je place ici mes notes d'une conférence de T. Seyfried sur la mitochondrie dont le rôle dans le cancer lui semble déterminant.
      Merci à Cancer Therapy pour m'avoir fait découvrir ce médecin.
      Je confirme que le traitement que s'est concocté Guy de Cancer Therapy est un mélange des traitements de L. Schwartz et de T. Seyfried.
      Avec cette conférence de Thomas Seyfried, j'ai enfin un schéma (voir image ci-après) qui semble clair, concis et complet du contour des processus du cancer.
      Comparé aux conférences du Collège-de-France, le discours de T. Seyfried est beaucoup plus ciselé et démonstratif.
      Contrairement au Collège-de-France, T. Seyfried présente des cas de rémission.
      La rémission demeure valable tant que le régime cétogène est appliqué, les restrictions alimentaires semblent efficaces en préventif et en curatif.
      Il n'est pas étonnant que, si le traitement métabolique était efficace, ce soit la mitochondrie qui cause le problème.
      De plus, le Collège-de-France confirme plusieurs fois (E. Heard, A. Prochiantz & H. de Thé - voir revues de médecine) que le régime cétogène ou que le jeûne sont efficaces contre les maladies neuro-dégénératives sans pour autant proposer d'alternative.

      Conférence : Youtube, 20', Dr Seyfried : Le Cancer et l'approche Métabolique (EN) - sous-titrée (FR)
        Qui est Thomas Seyfried ? C'est médecin américain qui propose une origine métabolique au cancer (et non génomique).
        Selon la science, la cause du cancer parviendrait de mutations de l'Adn.
        On est bien loin de l'époque récente du dogme scientifique qui imposait que l'Adn était figé à jamais.
        En sciences, c’est comme les trains : un dogme peut en cacher un autre.
        Cependant, les statistiques des dernières décennies signalent aucune amélioration du traitement du cancer depuis l’après-guerre.
        Il faudrait que je fasse un post sur les dogmes scientifiques démontés par le Collège-de-France : vaccins, adn,...


      Notes :
        ( Ces notes ne sont pas une retranscription directe.
        Je n'ai pas relevé tous les sujets traités, je n'ai relevé que ceux qui m'intéressaient dans un premier temps.
        Les tournures sont un peu simplifiées, il conviendra de se rapporter à la source...
        Mais, à l'occasion, je ferai une revue détaillée de ses études quand je trouverais une longue conférence complète traduite en français.
        Cependant, ce qu'il ressort de cette démonstration, c'est un ordonnancement entre les causes et les conséquences. )

      Selon la science moderne, l'origine du cancer est considérée comme génomique.
      La question est d'établir si cela est vrai ou faux.
        Voici le schéma présenté par T. Seyfried :
        Image
        1. Les cellules vertes sont saines, elles donnent des cellules saines.
        2. Les cellules rouges sont cancéreuses, elles donnent des cellules cancéreuses.
          Dans la cellule cancéreuse, la mitochondrie et le noyau sont altérés.
        3. Il existe des études où l'on a transféré des noyaux de cellules cancéreuses (en rouge) dans des cellules souches (saines, en vert) et on obtient des cellules normales et quelquefois des tissus normaux ou des organismes entiers à partir du noyau d'une cellule cancéreuse.
          Le nombre de mutation dans le génome ne cause par le cancer mais il interrompt le développement.
        4. Si vous prenez le noyau d'une cellule normale et que vous la placez dans une cellule cancéreuse, on obtient des cellules mortes ou cancéreuses et non normales.
      Cela indique que les mitochondries ont la capacité de supprimer la formation de la tumeur et que les mutations ne sont pas la cause de la maladie.
      (...)
      Dans une cellule cancéreuse, la respiration normale est altérée.
      La fermentation du glucose et de la glutamine sont une alternative à la défaillance de production d'énergie par les mitochondries.
      On ne retrouve jamais de mitochondries correctement formées dans une cellule cancéreuse.
      Les mitochondries envoient un signal au noyau comme quoi elles ne peuvent plus produire de l'énergie.
      Le noyau va mettre en marche des oncogènes qui vont compenser le manque d'énergie par la fermentation.
      Mais si la fermentation continue, le noyau devient instable, le génome est instable, cela est un effet secondaire causé par le dommage de la respiration.
      (...)
      Les traitements courants sont inefficaces contre les glioblastomes.
      Traitement métabolique chez la souris : mises en place de restrictions caloriques pour maintenir des niveaux adéquats de minéraux et de nutriments (cela est différent du jeûne).
      Si cette restriction calorique chez la souris est faite de la bonne méthode, en suivant des marqueurs biologiques, on améliore la biogenèse des mitochondries.
      La restriction calorique chez la souris est la mimique du jeûne thérapeutique hydrique chez l'homme (cela est du au métabolisme 7x+ important chez la souris).
      (...)
      Les cellules normales métabolisent les corps cétoniques (jeûne) mais les cellules cancéreuses ne métabolisent pas les corps cétoniques.
      Les cellules cancéreuses se retrouvent marginalisées.
      La formation des vaisseaux sanguins est réduite de façon significative dans les tumeurs.
      Cela déclenche le programme d'apoptose de la cellule cancéreuse.
      De plus, le jeûne cesse l'inflammation qui est liée à la propagation de la maladie (fin des métastases par absence de rupture de la lame basale).
      (...)
      Dans une diète cétonique, les récepteurs du glucose des cellules cancéreuses sont excités : pression additionnelle sur la cellule tumorale.
      On lui donne un substitut du glucose qui ne peut pas être métabolisé : le 2-deoxy-D-glucose.
      Synergie : diète cétonique + 2DD-glucose pour que le médicament cible la cellule tumorale.
      (...)
      Le traitement strictement médicamenteux du cancer du cerveau est une chose terrible car il est responsable du décès de la plus part des patients.
      La patient meurt du traitement, et non du cancer.
      (...)
      Traitement métabolique d'un patient atteint d'un glioblastome : 3 jours de jeûne puis diète cétonique à restriction calorique sur plusieurs mois : résultat remarquable sur le cerveau, une rémission.
      Le patient a cessé la diète cétogène, deux mois après, la tumeur a récidivé.
      Au lieu de reprendre la diète, la patient a choisi le traitement médicamenteux et il est décédé.
      Le bon traitement serait la diète et le traitement médicamenteux associé au 2-DD-glucose pour cibler les cellules cancéreuses survivantes à la diète.

      Nota - Annonce du conférencier en séance, certains sujets ne sont pas traités par manque de temps :
      - ciblage de la glutamine comme 2ème source au cancer derrière le glucose.
      - maladies des macrophages.


      Selon cette démonstration, une cellule dont l'adn est muté ne pose pas de problème sur le système : son développement cesse.
      La cellule entre en sénescence ou elle sera éliminée.

    2. Laurent Schwartz, exemple de conférence : Conférence Laurent Schwartz 28 septembre 2019 CSI (Youtube) (je ferai un post dédié à cette conf. ultérieurement).
        Le discours de Laurent Schwartz est le même que celui de T. Seyfried mais expliqué avec un tout autre versant :
        Selon L. Schwartz, la cellule fait deux choses : elle synthétise des composés organiques et elle détruit des composés organiques, elle sculpte donc sa propre production.
        La synthèse se fait par fermentation et elle correspond à la période de croissance, de développement ou de régénération après une inflammation.
        La fermentation n’est pas une anomalie, elle est un processus courant du corps mais elle est normalement régulée, ex : par arrêt ou par catabolisme (destruction de matières organiques).
        Or, par le trouble de la respiration (manque d'oxygène), la fonction de destruction des composés organiques est inopérante, la cellule est donc bloquée en synthèse.
        Elle grossit donc et elle se divise mécaniquement en réponse à sa taille.
        La destruction de lipides est également un moment de livraison d’énergie par cassure des liaisons entre atomes.
        Sans destruction des lipides, le besoin d’énergie n’est pas comblé, la finesse de régulation de la croissance ne serait donc pas assurée.
        La synthèse et/ou la production d'énergie par fermentation semble être un processus très basique et automatique.
        Tout comme la restauration de l'état de santé de la cellule est énergivore, la régulation de la fermentation nécessite également une machinerie énergivore.
        Le défaut de cette machinerie par elle-même (adn) ou par manque d'énergie (mitochondries) créerait donc des pathologies chroniques.

  2. Pistes de la relance de mitochondrie
      Je me suis souvent demandé comment relancer la mitochondrie.
      La mitochondrie est intelligente : elle produit de la chaleur quand il faut et elle n'est produit pas quand il n'en faut pas.
      Comme toute organite, elle a besoin d'être stimulée sinon elle décrépit.
      Au cours de ces dernières années, j'ai ramassé les quelques pistes suivantes de relance de la mitochondrie :
      1. Jeûne hydrique, régime cétogène.
          Selon T. Seyfried, en temps normal, on peut retrouver jusqu'à 2000 mitochondries dans une cellule.
          Avec la conférence ci-dessus, on vient de voir que le sucre était un poison chronique de la mitochondrie et que le régime cétogène restaurait la mitochondrie.
          Ce discours n'est pas nouveau, on le retrouve très régulièrement.
          J'ajoute que le tout premier jeûne de trois jours devrait éliminer les vieilles mitochondries cabossées qui ont rendu un important service et qui participent la chauffe du corps en temps de restriction calorique par leur élimination.
          Le jeûne devrait donc faire du ménage chez la population de mitochondries et c'est peut-être pour cela que le traitement de T. Seyfried commence par 3 jours de jeûne.
          De plus, les corps cétoniques semblent être le carburant physiologique des mitochondries, les mitochondries devraient donc retrouver une certaine fraicheur.
      2. Bain froid et hyper-respiration
          Selon Wim Hof, les bains froids font exploser la demande en mitochondrie de façon à restaurer la chaleur corporelle en un temps record.
          Il me semble que les bains froids sont un levier très puissant pour stimuler une forte population de mitochondries nouvellement formées, saines et pro-actives.
          Du point de vue de la mitochondrie, les bains froids seraient très efficaces pour lutter contre le cancer.
          Les bains froids vont également multiplier les capillaires : respiration, nutriments, détox,...
          Avec les bains froids, toute la machinerie de l'endurance silencieuse se met en place.
          Avec l'hyper-respiration, les tissus seront oxygénés en profondeur, la cellule pourra donc réguler sa production de matière organique.
      3. Bleu de méthylène, Acide alpha-lipoïque, ... et autres compléments alimentaires.
          Selon Laurent Schwartz, en sus de la diète cétonique, le bleu de méthylène relance efficacement la mitochondrie.
          Cette solution ne me semble pas un traitement qui garantisse le maximum de chances de remission.
          Il s'agit de compléments alimentaires qui optimisent les cycles cellulaires mais je crains que ce levier soit palliatif et qu'il ne soit pas aussi durablement performant qu'un bain froid.
  3. Synthèse :
      Le jeûne élimine les mauvaises mitochondries, et stimule la genèse de mitochondries nouvelles.
      Puis, les bains froids vont faire tourner la planche à mitochondrie au taquet de façon à ce que la chaleur foisonne en un temps record.
      Jeûnes et bains froids semblent un traitement de choc pour rétablir la vitalité de la population de mitochondrie : assainissement et multiplication des mitochondries.
      Selon Alain Prochiantz (prof. de neuro-génèse au CdF- la longévité cérébrale), l'auto-réparation est une activité permanente de la cellule (raboutage de l'adn, ravaudage de la membrane,...).
      Dans un fonctionnement normal, la cellule est sans cesse dégradée.
      Pour se maintenir, elle dispose donc d'un programme de restauration permanent.
      Avec la longévité, la production énergétique baisse, la santé de la cellule en pâtirait mécaniquement par manque de restauration.
      La baisse de production d'énergie en quantité et en qualité aurait donc un impact significatif sur la bonne santé de la cellule.
      De plus, selon A. Prochiantz, les nombreux problèmes chroniques et variés liés à la longévité du cerveau parviendraient d'une baisse de la fourniture d'énergie liée à un organe maxi-énergivore (20% du corps pour 2% du poids total).
      Avec ce ratio élevé, le cerveau est le premier organe à pâtir d'une baisse d'énergie.
      La diète et les bains froids permettraient donc d'enrayer le déclin des mitochondries et de restaurer une haute vitalité dans l'ensemble du corps.
      Ces bénéfices ne seraient pas limités aux cancers, ils seraient également valables contre de nombreuses maladies dégénératives liées à la baisse d'énergie.
  4. Remarques
    • Je comprends maintenant pourquoi j'ai la gouache quelques heures après une douche froide : ce n'est pas que grâce à l'activation des capillaires mais aussi des mitochondries.
      Avec la multiplication des mitochondries, le système est plus réactif au lancement et à la durée.
      Mais les bains froids (15' à 15° 1x/sem.) agissent bien plus en profondeur que les douches froides.
      Je possède deux marqueurs crescendo de l'efficacité des bains froids, 1: tonus en montant les escaliers ; 2: pas de baisse de tension pendant un jeûne (y compris au cours d'une marche rapide).
      Cependant, les bains froids n'ont absolument pas résolu mes problèmes d'intoxication, j'ai simplement acquis une très forte robustesse aux variations.
      Il demeure donc préférable d’éliminer également les métaux-lourds et les pesticides avec les techniques appropriées.
    • Même si l'adn n'interviendrait pas dans la résolution du cancer, la mitochondrie est également équipée d'adn, il me semble donc le travail de recherche sur l'adn de la mitochondrie peut également fournir des trouvailles de compréhension.


[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

2/2 - la Mitochondrie, conf. Laurent Schwartz

Messagede Sophocle » Mer 4 Déc 2019 15:20

Voici les notes de la conférence (citée dans le précédent post - Paragraphe Bb) de Laurent Schwartz sur le traitement du cancer par la relance de la mitochondrie.

Conférence Laurent Schwartz 28 septembre 2019 CSI

C'est une conférence très dense et rapide.
Au premier visionnage, Il est difficile de comprendre la pertinence de chaque diapo et donc de comprendre les enchaînements, on en sort avec du dépit.
Il faut se familiariser avec le contenu de chaque diapo pour comprendre la suivante.
De plus, par économie de temps, des diapos affichées ne sont pas expliquées, cependant leur contenu est intéressant.
Sans une lecture attentive, cette conférence paraît très dispersée et peu exploitable ; mais tout se recoupe avec une lecture très attentives de chaque diapositive.
Comme le contour systémique semble totalement dessiné, il est donc utile de faire l'effort de la lecture attentive.
Au milieu des notes suivantes, je placerai de rares commentaires, ces derniers seront identifiés par l'italique.
Les explications de Laurent dépassent le cadre du cancer, hydratation métabolique, radicaux libres, mais cela permet de contextualiser le cancer.
Cette conférence donne beaucoup de réponses à des questions que je me posais : oxygène, hydrogène, électron, longévité, origine, causes, conséquences... - Épatant. [img]kator/smiley223.gif[/img]
En un seul discours, de nombreux sujets usuellement disparates sont noués, eau métabolique, source énergétique, combustion complète et incomplète, H+, e-,...
Il me semble que ce cadre peut expliquer un fonctionnement global du corps à partir duquel on peut comprendre bcp de la maladies de la longévité (autres que le cancer, alzheimer,...).
Merci à Guy, de Cancer Therapy, d'avoir signalé ces 2 conférences très éclairantes.
Grâce à ces 2 conférences, j'ai l'impression d'avoir fait un looping dans un train à vapeur et que le train soit retombé sur ses roues... :jap:
(...)
Plusieurs causes candidates ont traversé un siècle de recherche, infection, Warburg, adn, désorganisation tissulaire,...
La recherche médicale avance à tâtons. Si une molécule avait un petit effet, elle est commercialisée mais la recherche ne dispose pas d'un schéma directeur.
(...)
Le cancer est un effet Warburg.
Effet Warburg : transformation du sucre en acide lactique (fermentation) + peu d'énergie.
C'est une combustion incomplète.
On retrouve la combustion incomplète dans la crampe : accumulation d'acide lactique par manque d'oxygénation du tissu.
L'accumulation de l'acide lactique acidifie le milieu tissulaire.
Les cellules tumorales captent 3x à 20x fois plus de glucose qu'une cellule saine.
On identifie les cellules tumorales par du glucose radio-actif.
(...)
Avec l'âge, la mitochondrie s'éteint, la cellule est moins gonflée en eau, elle se déshydrate chroniquement.
exemple : le dessèchement de la peau par la perte en eau intracellulaire.
En temps normal, le corps produit 600ml d'eau métabolique intracellulaire par jour par métabolisation du glucose dans la mitochondrie.
Glucose intracellulaire + oxygène => dioxyde de carbone + eau métabolique intracellulaire (= gonflement de la cellule).
(...)
La cellule cancéreuse ne dispose plus de respiration (pas d'O2 ni d'Atp)
Le rendement énergétique s'interrompt.
Pour compenser le creux énergétique, la cellule fait rentrer beaucoup de glucose pour créer le peu d'énergie dont elle a besoin.
Conséquence en cascade :
    Création de poids (accumulation d'acide lactique),
    Augmentation de la pression,
    Augmentation de la pression sur les tissus voisins par renforcement du contact entre cellules,
    Déclenchement de l'inflammation pour faire baisser la pression de contact.
Autre conséquence : mutation par le changement alimentaire de la cellule : action de la cellule pour faire entrer du sucre.
les oncogènes sont des gènes pour faire entrer du sucre dans la cellule.
Des anomalies sur ces oncogènes peuvent créer des cancers mais la majorité des cancers ne parvient pas forcément d'anomalies sur le génome.
Inflammation répétée : cancers (ex: cigarette,...) : phénomène d'emballement : cancer, inflammation du voisinage, cancer, inflammation,...
(...)
Alimentation = Biomasse + chaleur + déchets.
Si les déchets ne s'évacuent pas, la (bio)masse de la cellule augmente.
Traitement : inverser l'effet Warburg : faire sortir la chaleur.
(...)
La mitochondrie fixe l'électron issue de la métabolisation sur l'oxygène.
En cas de baisse de la mitochondrie, les électrons sont moins disponibles, hausse des radicaux libres.
Effet d'emballement : déshydratation : baisse de la circulation des électrons, baisse de la production d'eau métabolique, hausse de l'effet Warburg, acidification,...
Résolution par le transport de l'électron jusqu'à l'oxygène en relançant la mitochondrie.
(...)
Carbo-Hydates (glucides) cassés donnent des H+ et des e- (pH et Oxydo-réduction).
En cas de cancer, les électrons ne parviennent pas jusqu'à l'oxygène.
les électrons énergétiques produisent des radicaux libres qui cassent l'adn et qui provoque des mutations.
Plus la cellule est déshydratée, plus elle crée des radicaux libres.
Les lésions sur l'adn est une conséquence secondaire.
La radio-thérapie et la chimio-thérapie traitent les radicaux libres par d'autres radicaux libres mais ils sont corrosifs.
Alternatives non toxiques : Dioxyde de chlore (O2Cl), bleu de méthylène, ...
(...)
Baisser les radicaux libres par oxygène, jeûne, bleu de m., ClO2, a. lipoïque, hydroxycitrate.
(..)
Solution : relancer la mitochondrie.
- restriction calorique
- bloquer la glutamine (press pulse)
(...)
Chimio : Enlève l'effet Warburg mais tue la mitochondrie, rechute à terme par manque de mitochondire.
(...)
Bleu de méthylène efficace contre les infections, paludisme, lèpre, tuberculose ; travaille sur la red-ox.
résultats sur l'alzheimer, parkinson
2e/kg
Effet secondaire : légère sur-activité.
(...)
Di-oxyde de chlore : ClO2, efficace mais temporaire - résistance.
(...)
L. Schwartz et ses partenaires veulent monter une fondation pour recueillir le retour des patients.
(...) Régime cétogène nourrit en silence le cancer de façon à ce qu'il demeure en veille.
Idée pour la rechercher : tenter de bloquer l'entrée du corps cétonique dans la cellule cancéreuse.
Le sport régénère la mitochondrie, son efficacité est avérée.

En fin de conférence, on peut voir notre ami de Cancer Therapy, Guy, faire une petite présentation de son association...



Réflexion perso : - sucre et confort
    Le fonctionnement correct de la mitochondrie procure un effet protecteur sur la cellule sur de nombreux plans.
    La mitochondrie accepte autant le diésel (corps cétoniques) que le super (glucose).
    Je peux tirer la conclusion que, avec le maintien d'un nombre élevé de mitochondries, le sucre n'est pas nécessairement toxique.
    Le sucre devient donc toxique lors de la raréfaction des mitochondries.
    La cause première semble être un désordre sur la mitochondrie et non sur le sucre.
    Le régime céto va certes mécaniquement priver la cellule cancéreuse du carburant qui la pousse à la division.
    Il est donc une solution palliative en attente de relance de la mitochondrie.
    Mais en maintenant un nombre élevé de mitochondries, on peut donc se permettre un peu de sucre...
    De part leur influence vers un tarissement des mitochondries, le confort thermique et la sédentarisation sont donc les toutes premières causes natives du cancer.
    Le sucre n'est donc qu'un facteur du deuxième ordre.

Petite récap chimique de cette conférence
    Combustion incomplète du glucose : C6H12O6 => 2(C3H6O3 (a. lac.) + peu d'énergie (2ATP) mais cette réaction se fait sans oxygène.
    Combustion complète : C6H12O6 + 6O2 => 2(C3H4O3 pyruvate) + 4O2 + 2H2O => 6CO2 + 6H2O (eau métabolique) + bcp d'énergie (32 ATP) mais besoin d'oxygène.
    L'H2O dégagé maintient une bonne tonicité de la cellule : la combustion du glucose est une source significative de l'hydratation de la cellule.
    Le CO2 et l'H2O sont rapidement éliminés par la respiration si besoin.
    En présence d'oxygène et de mitochondrie, la même molécule de glucose donne 16 fois plus d'énergie et sans déchets toxiques.
    Sans mitochondrie ni oxygène, la cellule va donc faire entrer 16 fois plus de glucose pour entretenir son train de vie dans des conditions instables décrites ci-dessus.

Bains froids et relance de la mitochondries : traitement du cancer et des pathologies de la longévité.
    L. Schwartz évoque les biens-faits du sport mais il n'évoque pas la pertinence des bains froids sur la mitochondrie.
    Par extrapolation, il me semble que si les bains froids étaient couplés au régime céto, leurs effets sur le cancer seraient très efficaces grâce à la très grande multiplication des mitochondries.
    Quand Alain Prochiantz, prof. au CdF, indique que les maladies de la longévité parviennent de la baisse d'énergie (voir post sur la longévité cérébrale de la revue de médecine), il semble donc que les bains froids contribuent significativement à la résolution de ce problème par la biogénèse mitochondriale via la stimulation de la thermo-génèse.

Chaud VS Froid
    Je commence à mieux comprendre les enjeux spécifiques du chaud et du froid.
  • Le chaud transmet de l'énergie à l'organe, il se substitue donc à la mitochondrie.
    Pour que le foie se mette à travailler, il faut le placer au contact d'une bouillotte.
    Avec la chaleur, l'organe se met à rehausser sa fonction (le filtrage du sang pour le foie) et sa propre régénération.
    Cependant, les mitochondries du foie demeurent au repos, elles ne sont donc pas stimulées et elles se dévitalisent.
  • Selon les lois de la thermo-dynamique, les deux-tiers de la transformation d'un stock d'énergie se dissipe en chaleur.
    Pour rétablir la température physiologique, les mitochondries vont donc simplement brûler les molécules de glucose.
    L'application du froid contre un organe stimule donc les mitochondries et les capillaires de façon à restaurer la température physiologique.
    L'organe acquière donc une clairance, une autonomie et une endurance par la multiplication des mitochondries et des capillaires.
    Avec des mitochondries vitalisées par de multiples stimulations, l'organe consolide son couple, sa puissance et sa rapidité à monter dans les tours.
  • Cela est valable pour tous les organes, muscles, vaisseaux, ... et y compris le système immunitaire.
    Sauf pour la mitochondrie, dont le principe est inversé du fait qu'elle soit une centrale énergétique (froid=stimulation, chaud=atrophie).
    En période de bonne santé, on se vitalise donc avec le froid, et on fait entrer les organes en action par le chaud (ex : fièvre) ou lorsque nécessaire (bouillotte, ...).

Science et naturopathie
    Les conférences scientifiques permettent certes de bien dessiner le contour des problèmes mais elles peinent à proposer des remissions satisfaisantes.
    Les pratiques naturopathiques donnent certes des guérisons éclatantes mais elles peinent à définir le champs d'application de ces pratiques.
    Le rassemblement et le croisement de ces disciplines permettraient de tenter de démêler l'écheveau des connaissances afin de consolider des leviers et des résolutions.

[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

MOC11 : Amocassos et mini-chélassos

Messagede Sophocle » Mer 11 Déc 2019 15:15


J'ai enfin rodé une petite posologie routinière contre les mo et contre les ml libérés par les mo détruits par les anti-mo.
Je vais me reporter sur l'ail frais car c'est le seul produit naturel, efficace, facile à trouver, et sans toxicité par lui-même.
Les he caustiques sont également efficaces mais elle pâtissent d'une forte toxicité par elles-mêmes supplémentaire à la toxicité des ml libérés.
Les autres amoc, (he non-caustiques, EPP, propolys, caprylique, berbérine,...) n'ont pas provoqué de symptômes (ni toxicité propre, ni toxicité par la libération de ml).
Pour éviter l'accumulation de ml, je prends donc des mini-chélassos régulièrement.
Les symptômes sont : mal à la tête, mal au foie, insomnie.
Ces symptômes sont traités par les mini-chélassos réparties sur la journée de façon à éviter un pic en écoulant régulièrement le stock de ml crées.
Je passe par une crème cutanée car la voie est orale dans un verre d'eau provoque un mini-choc à l'estomac.
Ce mini-choc dure 10 minutes et disparait totalement comme de si rien était.
Mais ce mini-choc est très désagréable, alors qu'il n'y a aucun désagrément par voie cutanée (ni même l'odeur d'ail).
  • Amocasso
      Il s'agit d'une crème confectionnée à la main :
      • Phase aqueuse : filtration d'un haché d'ail (1, 2 ou 3 gousses) mélangé à 20ml d'eau.
        Je prends un mini-hachoir électrique de cuisine car je recherche une phase liquide riche en allicine.
        L'haché d'ail permet de générer les molécules anti-mo (allicine) recherchées par le mélange des compartiments de l'ail.
        La filtration permet d'éliminer les résidus solides.
        Il semble que l'allicine ait une durée de vie très courte (15h env.), elle ne se conserve pas, il faut donc produire le haché d'ail à chaque application.
      • Phase huileuse, mélange classique d'huile et d'émulsifiant (léc. soja).
      • Massage avec la crème, puis petit sauna, puis douche alternée, pour activer la circulation sanguine.
      • Application le matin au lever.
      • vidéo d'un exemple de confection de crème : crèmechélatrice
  • Mini-chélassos, 3 fois dans la journée à jeun
      Je prends une mini-chélasso matin, midi et soir pour intercepter les ml en mobilisation qui provoquent des symptômes.
      Mini-chélasso : 1 verre d'eau tiède ; 0,1g de dmsa (poudre d'1 gélule) ; 0,25g d'Edta (poudre d'une gél) ; 1,5g de BCS ; + touillage vigoureux pour bien mélanger la poudre à l'eau.
      Tant que les symptômes n'ont pas disparu, je répète les mini-chélassos si nécessaire au-delà de 3x.
      Puis je laisse passer 24 h au repos.
      Et si tout va bien, je recommence la crème.
      Grosso-modo, j'applique la crème une fois tout les deux jours, mais avec bcp de souplesse : 1x par jour ou 3j selon symptômes...
  • Amoc.
      En complément, je prends 1 ou 2 amoc (pas trop efficaces, berbérine, caprylique,...) alternés par jour pour maintenir la pression sur les mo.
      Je peux ajouter quelques gouttes d'he.
      Après de multiples sur-dosages chroniques, je confirme que je ne peux pas dépasser les doses chroniques prescrites par le fédération fr. d'aromathérapie pour cause de toxicité.
      Cette toxicité ralenti considérablement le traitement anti-mo.
      Le foie est déjà sensible par les ml, il vaut mieux trouver une alternative quitte à ce qu'elle soit moins pratique.
      Le filtré du haché d'ail fait le même travail que les he caustiques mais sans la toxicité propre aux he caustiques.


Autres sujets :
  • ehs en forte baisse : j'ai pu tenir 3 jours en laissant le disjoncteur allumé pendant la nuit sans trop de symptômes déclenchés par les basses fréquences.
    Les chélassos font donc leur travail mais je me sens encore un peu mieux si le disjoncteur était coupé pendant la nuit.
  • 20ème (grosse) chélasso, 7 déc.
    J'ai baissé les doses et le volume d'eau pour faciliter l'ingestion : 1/2l d'eau ; 3g bcs ; 0,2g dmsa ; 0,5g edta.
    J'ai envoyé un échantillon au labo du coin de la rue, cuivre et plomb (15 euros chaque), c'est pas cher et ce serait de nouveau remboursé si prescription, résultats vers le 16 déc.
    Mercure et arsenic sont chers, 50 e chacun, et c'est non remboursé.
    Il me semble que le prélèvement à 4h après l'ingestion devrait être plus chargé qu'à 2h.
    Je me le note pour le prochain prélèvement.
  • Il faut encore que j'essaie le filtre d'un haché d'ail que je verse dans un litre d'eau minérale de façon à tenter d'éviter le mini-choc à l'estomac.
    Marche rapide, ingestion par petites gorgées, escaliers.
  • Méthyl-ml. Je suis intrigué par l'accumulation de ml dans le foie et par la résolution rapide des symptômes par des chélassos.
    Jusqu'ici, il me semblait que les ml inorganiques demeuraient sur leur site.
    Un ml libéré d'une bactérie tuée devrait donc être captif de la lymphe car mes symptômes ont été étonnamment stables pendant des années avec des variations tendancielles.
    Or, les ml semblent migrer en formation jusqu'au foie, cela est franchement étonnant car cela est contraire à mes expériences personnelles.
    Sur le site du laboratoire Brême, on peut demander une analyse de méthyl-ml après une iv.
    J'émets donc deux hypothèses :
      1 : les methyl-ml seraient captés par les chélateurs (déduction selon les analyses du labo de Brême)
      2 : les ml des bactéries seraient méthylés et ne se présenteraient pas en sels (il est souvent écrit que les bactéries savent méthyler les ml).
    Cela expliquerait 2 choses :
      1 : contrairement aux sels de ml mono-atomiques, les ml des bactéries tuées pourraient se déplacer seuls jusqu'au foie en étant solubilisés par la partie méthylée,
      2 : les chélateurs résorbent les symptômes au foie provoqués par la libération et la mobilisation des ml suite à la mort des mo.
    Ce sont des hypothèses de résolution immédiate des apparences, ces hypothèses sont très très fragiles, mais elles m'aident à ajuster le pool de questions qui se posent.
    À ce jour, je ne peux pas vérifier que j'ai des bactéries ni des ml dans les bactéries, mais j'ai des symptômes au foie après le haché d'ail et ces symptômes se résorbent par les mini-chélassos.
  • ...


[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 317
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Précédente

Retourner vers Témoignages de guérison

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités