La Détox ultime par la naturopathie et par la littérature.

Quand la santé revient enfin, il faut le dire et même le crier!

Flaubert et les médecins.

Messagede Sophocle » Mer 9 Jan 2019 19:10

Flaubert est un observateur du comportement des individus et de la société.
Voici un article, très fouillé, tiré du Dictionnaire Flaubert à propos de la Médecine.
Pour le résumer un mot : chez Flaubert, les médecins sont orgueilleux.


Norioki Sugaya a écrit:Médecine

La médecine est bien présente chez Flaubert dès ses œuvres de jeunesse. La belle explication de la « fameuse » constipation, texte écrit en 1831, présente une parodie du discours médical qu’il transforme en un morceau scatologique bouffon. Ce pastiche suppose que le jeune Gustave a déjà une certaine connaissance du « style médical », qui constituera cinquante ans plus tard une rubrique du second volume de Bouvard et Pécuchet. Il y a aussi des médecins parmi les personnages comme le docteur Ohmlyn de Rage et impuissance et le héros éponyme des Funérailles du Docteur Mathurin. Ce dernier est surtout important dans la mesure où son portrait grotesque préfigure par certains traits celui d’un autre médecin flaubertien, le docteur Larivière de Madame Bovary, associé souvent au souvenir du père du romancier. Tous les deux sont en effet dotés d’une perspicacité redoutable, proche de « ce coup d’œil médical de la vie » que Flaubert prise dans une lettre (Corr., II, 78) ; l’œil de Mathurin comparé à « une sonde magnétique [qui] entrait dans votre âme » (OJ, 623) rappelle bien évidemment le regard de Larivière qui, « plus tranchant que ses bistouris, vous descendait droit dans l’âme » (MB, 432). L’image de ces deux médecins est plutôt positive malgré une pointe d’ironie qu’on peut y déceler sans trop de difficulté.

En général, les écrits de Flaubert donnent du corps médical une image franchement critique. Cela n’étonne guère de la part d’un écrivain qui affirmait, à plusieurs reprises dans ses lettres, « [son] mépris pour les médecins » (Corr., IV, 568). Ainsi, Madame Bovary compte parmi ses personnages trois médecins et un pharmacien qui sont tous plus ou moins ridiculisés, à l’exception du docteur Larivière. L’épisode de l’opération du pied-bot met en scène de façon particulièrement sarcastique l’impuissance de la médecine incarnée par l’officier de santé Charles Bovary et l’apothicaire Homais. Le docteur Canivet, placé plus haut dans la hiérarchie médicale et qui affiche alors sa supériorité face à ces deux Yonvillais, se montre lui aussi parfaitement incompétent lors de l’empoisonnement d’Emma par l’arsenic. Il est ainsi réprimandé par son collègue Larivière, qui ne vient toutefois que constater l’échec de la thérapeutique.

Les personnages médicaux ne sont d’ailleurs pas mieux traités dans les autres romans modernes de Flaubert. Il en va ainsi du médecin que Frédéric rencontre dans un bal chez Rosanette, le docteur Des Rogis : « enragé de n’être pas célèbre, il a écrit un livre de pornographie médicale, [et] cire volontiers les bottes dans le grand monde » (ES, 193). De même, le docteur Vaucorbeil de Bouvard et Pécuchet est manifestement tourné en dérision. C’est un homme du ressentiment qui « regrettait Paris » et dont le caractère morose s’explique par « la conscience de sa vie manquée » (BP, 217). Sa compétence professionnelle est fort douteuse comme le suggère l’épisode de l’herpès de Mme Bordin. De fait, il se trouve humilié par la réussite des deux bonshommes dans le traitement de ce mal qu’il n’a pas su guérir lui-même. Somme toute, les figures médicales sont très peu valorisées dans les romans flaubertiens, qui reflètent sur ce point l’opinion personnelle de leur auteur.

Cependant, le problème de la médecine chez Flaubert ne se restreint pas à celui de la représentation des médecins. En fait, plus significative est la manière dont le savoir médical alimente les œuvres flaubertiennes dont l’ensemble présente l’aspect d’une véritable encyclopédie du XIXe siècle. Ce caractère documenté des textes romanesques est, du reste, tout à fait conforme à la poétique de l’écrivain, qui déclarait dans une lettre à Louise Colet du 7 avril 1854 : « Il faudrait tout connaître pour écrire ». Fidèle à ce principe, il appartient lui-même à la lignée des écrivains-savants qu’il fait remonter à Rabelais, à Ronsard, voire à Homère. Il considère ainsi que les chefs-d’œuvre littéraires sont tous des « encyclopédies de leur époque » (Corr., II, 544-545). Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ses propres œuvres aient été faites sur la base d’une érudition extraordinaire. De Madame Bovary à Bouvard et Pécuchet, tous les romans flaubertiens ont en effet requis des recherches documentaires préparatoires portant sur les domaines les plus divers du savoir contemporain. Parmi ces livres dont la totalité constitue une immense bibliothèque, les sciences médicales occupent sans conteste une place des plus privilégiées.

Dans le premier roman publié de Flaubert, les lectures médicales s’imposaient notamment avec les épisodes de l’opération du pied-bot et de l’empoisonnement à l’arsenic. Pour le premier épisode, l’auteur a mis à contribution le Traité pratique du pied-bot par Vincent Duval (J.-B. Baillière, 1839), célèbre orthopédiste et disciple d’Achille-Cléophas Flaubert. Comme l’ont fait remarquer plusieurs critiques, le choix de cette source n’est sans doute pas innocent, car il y est fait mention d’un échec du père de l’écrivain lors d’une opération similaire, si bien que l’épisode romanesque peut en être considéré comme une transposition voilée. Quant au second, les scénarios du roman montrent que l’écrivain avait d’emblée l’intention de puiser des « détails médicaux et précis » dans les ouvrages spécialisés (MBsc, 11 et 19 ; gg 9, f° 11 et 37). Flaubert a effectivement lu le Traité de médecine légale de Mateo Orfila (3e édition, Béchet jeune, 1836, 4 vol.) et l’article « Arsenic » du Dictionnaire de médecine (2e édition, Béchet jeune et Labé, t. IV, 1833). Les notes de lecture prises sur ces livres, conservées actuellement à la Bibliotheca Bodmeriana, nous permettent de mesurer exactement l’importance des sources scientifiques pour l’invention romanesque de Flaubert. Tous les symptômes que l’héroïne présente sur son lit de mort se trouvent en effet tirés des observations proprement cliniques, qui informent ainsi la description littéraire du corps souffrant.

Depuis, Flaubert n’a jamais cessé de se référer aux livres médicaux. Pour citer ici quelques exemples représentatifs, il a lu pour Salammbô le Traité complet de l’hystérie par H. Landouzy (J.-B. et G. Baillière, 1846), qui lui a servi à dépeindre les malaises de l’héroïne carthaginoise. Afin de rédiger la scène du Défilé de la Hache, il a consulté quelques livres de physiologie avec la thèse du Dr Savigny, médecin à bord de la Méduse, contenant les descriptions des effets de la famine (A. Eymery, 1818). Pour L’Éducation sentimentale, l’épisode de la maladie de l’enfant Arnoux a obligé le romancier à visiter l’hôpital Sainte-Eugénie pour y observer lui-même les symptômes du croup. Il a d’ailleurs complété ses propres observations par des traités médicaux tels que le Traité clinique et pratique des maladies des enfants par Rilliet et Barthez (2e édition, G. Baillière, 1853) et la Clinique médicale de l’Hôtel-Dieu de Paris d’Armand Trousseau (2e édition, J.-B. Baillière et fils, 1865). Quant à La Tentation de saint Antoine, sa structure d’ensemble repose sur l’hypothèse d’une hallucination de l’ermite et on trouve dans le Carnet 16 bis deux passages empruntés aux ouvrages des aliénistes renommés Jean-Étienne-Dominique Esquirol et Ulysse Trélat (f° 35 v° et 38 v°). Les Trois contes ont également nécessité des lectures médicales, comme l’attestent, entre autres, les notes sur la pneumonie pour Un Cœur simple (N.a.fr. 23663, f° 385 et 386).

Enfin, lorsque Flaubert s’est mis à la documentation préliminaire de Bouvard et Pécuchet en août 1872, il a commencé ses travaux de recherche par la médecine. En témoignent plusieurs lettres datant de cette période, comme dans celle-ci adressée à Mme Roger des Genettes le 19 août : « Pour cela, il va me falloir étudier beaucoup de choses que j’ignore : la chimie, la médecine, l’agriculture. Je suis maintenant dans la médecine » (Corr., IV, 559). Ce témoignage épistolaire est, par ailleurs, confirmé par une liste bibliographique dans laquelle l’écrivain a soigneusement consigné les références des livres lus : le Carnet 15 (f° 64 v°) donne les titres d’une dizaine d’ouvrages médicaux (CT, 510), qui ont pour ainsi dire inauguré ce qu’il appelait « [ses] grandes lectures ». Il est, en tout cas, fort significatif que Flaubert ait commencé par s’occuper de la science de son père pour se lancer dans cette entreprise démesurée dont l’extrême difficulté l’effrayait déjà à l’époque.

La rédaction de la section médicale de Bouvard (chapitre III) n’aura fini qu’à la mi-juillet 1877, après deux ans d’interruption pendant lesquels ont été écrits les Trois contes. Les lectures médicales effectuées par le romancier ont donné lieu à un imposant dossier de notes de lecture. Ce dossier médical (g 2267, f° 24-158) se compose au total de 136 feuillets, soit 233 pages, et regroupe des notes plus ou moins détaillées prises sur environ soixante-dix ouvrages qui relèvent de divers genres de la littérature médicale : traités de clinique et de pathologie, livres de médecine populaire, traités de physiologie, la célèbre Histoire des sciences médicales de Ch. Daremberg (J.-B. Baillière et fils, 1870), études de philosophie médicale, traités sur la femme qui constituaient alors un genre spécifique, et manuels d’hygiène, etc., sans compter plusieurs thèses de doctorat ou d’agrégation. Il est à noter que parmi ces titres se trouve notamment le Dictionnaire des sciences médicales en 60 volumes (C.-L.-F. Panckoucke, 1812-1822), sur lequel Flaubert a pris 42 pages de notes (g 2267, f° 105-125 v°) . S’y ajoutent, en outre, quelques livres d’anatomie qui ne figurent pas dans le dossier des notes, mais dont on est sûr que le romancier les a lus. Aussi faut-il admettre qu’il n’a rien exagéré en mettant l’accent sur la densité documentaire de son texte romanesque : « la médecine — 16 pages — qui contiendront plus de cent volumes » (Corr., V, 260). La prose flaubertienne est souvent le résultat d’un travail de condensation esthétique opéré à partir d’une érudition extraordinaire.

Quoi qu’il en soit, nul doute que la médecine constitue une des sections les plus importantes dans les recherches documentaires qui caractérise la méthode de travail de notre écrivain. Il arrive même à celui-ci de parler de l’attrait que cette discipline exerce sur lui : « C’est une chose étrange, comme je suis attiré par les études médicales […]. J’ai envie de disséquer. Si j’étais plus jeune de dix ans, je m’y mettrais » (Corr., III, 59). On est naturellement tenté d’attribuer au milieu familial de Flaubert cette prépondérance accordée à la médecine. Il ne faut pourtant pas oublier que cette association d’idées n’est au fond qu’un poncif, lancé par Sainte-Beuve dès la parution de Madame Bovary. Comparant alors la plume du romancier au scalpel, le critique établit un rapport de causalité entre le réalisme de Flaubert et sa filiation : « Anatomistes et physiologistes, je vous retrouve partout ! » Il est certain que cette image n’a pas charmé le romancier, qui s’en moque dans le Dictionnaire des idées reçues : « Il y a des romans écrits avec la pointe d’un scalpel » (BP, 434).

Il est plus fondamental de remarquer l’influence que Flaubert a reçue du cadre hospitalier dans lequel il avait été élevé. Fils d’un chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen, le futur romancier a grandi, d’après ses propres dires, « au milieu de toutes les misères humaines – dont un mur [le] séparait » (Corr., II, 697). Son enfance s’est passée dans une ambiance toute particulière qu’il évoque dans une lettre à Louise Colet du 7 juillet 1853 : « L’amphithéâtre de L’Hôtel-Dieu donnait sur notre jardin. Que de fois, avec ma sœur, n’avons-nous pas grimpé au treillage et, suspendus entre la vigne, regardé curieusement les cadavres étalés » (Corr., II, 376). De même, dans une œuvre de jeunesse, La Peste à Florence, le narrateur mentionne « quelque chose d’humide et sépulcral, semblable à l’odeur d’un amphithéâtre de dissection » (OJ, 155). Ce voisinage quotidien avec la maladie et la mort semble avoir laissé une empreinte indélébile sur l’esprit de Flaubert. L’ironie de la nature indifférente aux volontés humaines et s’opposant aux efforts des sciences est en effet un des thèmes essentiels de ses œuvres romanesques. Cette vision pessimiste ne l’empêche pourtant pas de se référer constamment au savoir dont il se plaît à souligner les insuffisances et la vanité.

Or, il importe de noter que le cas de Flaubert ne faisait pas vraiment exception et que le recours au savoir médical était une pratique largement répandue dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les romanciers dits réalistes ou naturalistes se documentaient fréquemment dans le domaine des sciences médicales afin de recueillir des renseignements nécessaires à leur création littéraire. Soucieux par-dessus tout de la véracité des détails descriptifs et techniques, des auteurs comme les Goncourt ou Zola exploitaient volontiers des sources médicales chaque fois qu’ils avaient à dépeindre les symptômes d’une maladie ou les effets d’un traitement. Jean-Louis Cabanès désigne sous le nom de documentation clinique cet usage des livres médicaux à des fins descriptives. Le savoir médical semblait nécessaire à l’époque pour garantir la vraisemblance de l’œuvre et servir de caution réaliste à l’imagination romanesque.

Il est évident que Flaubert ne dédaignait pas ce type de documentation et que quelques-unes de ses lectures avaient pour objectif de collecter des détails véridiques, comme dans le cas de l’enquête sur l’arsenic. En même temps, il est aussi vrai que son intérêt pour la médecine dépasse de beaucoup cette simple dimension clinique. Bouvard et Pécuchet, dont la première moitié du chapitre III consacrée aux sciences médicales repose sur une grande quantité de lectures, en est la preuve. En prenant des notes, par exemple, sur des manuels d’hygiène, Flaubert s’appliquait notamment à mettre en lumière des divergences d’opinion qu’il y avait entre les auteurs. L’hygiénisme en vogue apparaissait ainsi, sous son regard critique, comme un foyer des idées reçues contradictoires. Sur le plan des systèmes médicaux, l’écrivain s’intéressait principalement à l’opposition entre vitalisme et organicisme, très forte dans la pensée médicale avant le triomphe définitif de Claude Bernard. Elle a d’ailleurs donné lieu à un épisode cocasse dans le roman, celui de la fièvre typhoïde du fermier Gouy dans lequel on voit le vitaliste Pécuchet polémiquer avec l’organiciste Vaucorbeil. De même, en consultant l’ouvrage de Claude Bernard, Leçons de pathologie expérimentale (J.-B. Baillière et fils, 1872), Flaubert s’est efforcé, non de saisir les enjeux scientifiques de l’innovation bernardienne, mais de traquer des faiblesses et des naïvetés dont la médecine expérimentale naissante n’était pas encore exempte.

Après tout, l’auteur de Bouvard interroge la médecine du point de vue de ce qu’il appelle « le comique d’idées » (Corr., V, 214). Le rapport qu’il établit alors avec le savoir est moins technique que critique ou philosophique, et son investigation dans ce domaine porte parfois sur la dimension spéculative de la science susceptible de donner matière à fiction. En ce temps-là, les auteurs médicaux n’hésitaient pas encore à s’interroger sur des questions métaphysiques concernant directement la vie, la mort ou les rapports du physique et du moral. En tant que connaissance de l’homme physique et de son mécanisme physiologique, la médecine de l’époque ambitionnait effectivement d’offrir une base aux réflexions abstraites de la philosophie. À ce propos, il est significatif que quelques-uns des livres médicaux lus par Flaubert contiennent les mots « philosophie » ou « philosophique » dans leurs titres. C’est là, en tout cas, que se rencontraient la littérature et la médecine, deux disciplines qui paraissent aujourd’hui irrévocablement séparés l’une de l’autre. Les écrivains du XIXe siècle étaient bien sensibles à la portée plus générale de la médecine et à la part d’imaginaire inhérente au savoir médical, dont ils faisaient une source précieuse d’inspiration.



Édit1 : commentaire de Mme Bovary.
    Dans Madame Bovary, les médecins ratent par trois fois l'application du remède à la tentative de suicide d'Emma.
    Celui qui provoque indirectement la tentative de suicide, c'est Charles, officier de santé de campagne.
    Charles s'aperçoit qu'il aurait pu évider le suicide d'Emma lorsqu'il tombe sur la correspondance d'Emma avec son amant.
    Si Emma tente de se suicider, c'est parce que Charles est paresseux et médiocre.
    En dépit d'un vomitif, le pharmacien Homais et le docteur Canivet, célébrité de la ville et dédaigneux envers les officiers de santé, ne parviennent pas à sauver Emma d'une ingestion d'arsenic.
    Le chirurgien Larivière, praticien-philosphe, arrive trop tard et reproche au docteur Canivet de ne pas lui avoir mis les doigts dans la gorge pour la faire vomir.
    Le premier remède aurait été d'empêcher Emma de se suicider en prévenant la médiocrité.
    Le second remède est un médicament en contre-poison, inéficace.
    Le troisième remède était un geste naturopathe qui n'a pas été fait et qui n'a pas été enseigné par l'université à un terrain dédaigné d'échelle en échelle.
    Dans Mme Bovary, les praticiens sur le terrain ne sont pas formés aux bons gestes et les savants n'arrivent que pour constater les dégâts.
    Chez Flaubert, on en trouve la cause native des tribulations de ses personnages dans une éducation qui baigne dans la littérature de vulgarisation mise à disposition du public, Emma Bovary, Bouvard et Pécuchet.
    Comble du comble, l'arsenic, dont Emma et nous sommes empoisonnés, est une métaphore de l'encre avec laquelle est imprimée cette littérature. :gla:
    Emma est donc sacrifiée sur l’autel de la marchandisation du langage et de la santé.
    Sauver Emma, c’est sauver la société.


Médecine Dictionnaire Flaubert.pdf
Copie PDF de l'article.
(100.88 Kio) Téléchargé 44 fois
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Méthode Wim Hof, revue scientifique

Messagede Sophocle » Ven 11 Jan 2019 13:35



Je trouve que la méthode Wim Hof est salvatrice pour désintoxiquer le solvant aqueux.

En tant que sportif de haut niveau, WH a accompagné son discours par une démarche très professionnelle.
Son site internet et sa page youtube sont très fournis en notices, explications, démonstration et témoignages.
Pour conforter les résultats de sa méthode, il a fait faire des expériences scientifiques dont les résultats sont publiés.
Les articles scientifiques sont disponibles à la page THE SCIENCE BEHIND THE WIM HOF METHOD
Ces articles sont en anglais, je les recopie ici en français (traduction en ligne).
Les schémas évoqués et les notes sont disponibles dans les liens.
Quelques passages remarquables sont indiquées en gras.

Ces articles montrent qu'il s'agit bien d'une méthode, c'est-à-dire que les prouesses réalisées sont reproductibles sur autrui.
Un petit entrainement sur un groupe d'individu est suffisant pour permettre à chacun d'obtenir des résultats.
Ces résultats concernent l'augmentation des performances physiques, y compris chez des personnes affaiblies par la maladie.
Ces résultats concernent également la régulation du système immunitaire (intéressant pour Lyme).

WH pratique une respiration / concentration pendant ses exercices.
La méthode de respiration / concentration s’appelle Tummo.
Il s’agit de se focaliser sur un point du corps, notamment la colonne vertébrale, ou le ventre, ou la peau, ...

Selon Wim Hof, c'est la perte de sa femme qui l'a poussé à montrer les vertus de cette méthode.
Sa femme, victime de troubles cognitifs, n'était traitée que par des pilules prescrites par les médecins.



ARTICLE 1
L'influence de la concentration / méditation sur le système nerveux autonome

Activité et la réponse immunitaire innée: une étude de cas
MATTHIJS KOX, PHD, MONIQUE STOFFELS, MSC, SANNE P. SMEEKENS, MSC, NENS VAN ALFEN, MD, PHD, MARC GOMES, MD, PHD, THIJS M.H. EIJSVOGELS, PHD, MARIA T.E. HOPMAN, MD, PHD, JOHANNES, G. VAN DER HOEVEN, MD, PHD, MIHAI G. NETEA, MD, PHD, ET PETER PICKKERS, MD, PHD

Objectif: Dans cette étude de cas, nous décrivons les effets de la technique de concentration / méditation d’un individu particulier sur l’activité du système nerveux autonome et la réponse immunitaire innée. Le participant à l'étude détient plusieurs records du monde en matière de tolérance au froid extrême et affirme pouvoir in fl uencer son système nerveux autonome et, partant, sa réponse immunitaire innée. Méthodes: La réponse ex vivo des cytokines de l’individu (stimulation des cellules mononucléées du sang périphérique avec du lipopolysaccharide [LPS]) a été déterminée avant et après une immersion dans la glace de 80 minutes au corps entier au cours de laquelle l’individu pratiquait sa technique de concentration / méditation. En outre, la réponse immunitaire innée de l’individu in vivo a été étudiée lors de la pratique de sa technique de concentration / médiation au cours d’une endotoxémie humaine (administration par voie intraveineuse de 2 ng / kg de LPS). Les résultats de l'expérience d'endotoxémie ont été comparés à une cohorte historique de 112 personnes ayant participé à des expériences d'endotoxémie dans notre établissement. Résultats: La réponse des cytokines pro-inflammatoires et anti-inflammatoires ex vivo a été fortement atténuée par la concentration / méditation pendant l'immersion dans la glace, accompagnée de taux élevés de cortisol. Dans l'expérience d'endotoxémie, la concentration / méditation a entraîné une augmentation des concentrations circulantes de catécholamines et les concentrations plasmatiques de cortisol étaient supérieures à celles des participants étudiés précédemment. La réponse in vivo de la cytokine et les symptômes cliniques de l’individu après l’administration de LPS étaient remarquablement faibles comparés aux participants précédemment étudiés. Conclusions: La technique de concentration / méditation utilisée par cet individu semble évoquer une réponse au stress contrôlée. Cette réponse est caractérisée par l'activation du système nerveux sympathique et la libération ultérieure de catécholamine / cortisol, ce qui semble atténuer la réponse immunitaire innée.

Mots clés: concentration, méditation, réponse immunitaire innée, cytokines, système nerveux autonome, cortisol. ANS = système nerveux autonome; VRC = variabilité de la fréquence cardiaque; LPS = lipopolysaccharide; EEG = électroencéphalographie; MSNA = activité nerveuse sympathique musculaire; PBMC = cellule mononucléée du sang périphérique.



INTRODUCTION
    bien que le système immunitaire inné soit essentiel à notre survie, une réponse inflammée excessive peut entraîner des lésions des tissus et des lésions organiques (1). Par conséquent, limiter la réponse immunitaire innée pourrait réduire le fardeau de la maladie et améliorer les résultats. On sait depuis longtemps que le système nerveux sympathique peut atténuer l'inflammation systémique directement via l'activation des adrénocepteurs A2 par les catécholamines (2). En outre, dans le cadre d’une réponse au stress, l’augmentation du taux de catécholamines est souvent accompagnée d’une élévation du cortisol, un immunodépresseur bien connu (3). Plus récemment, il a été démontré que le système nerveux parasympathique modulait l'immunité innée car la stimulation électrique du nerf vague efférent atténue grandement la réponse inflammatoire chez les modèles animaux (4). Le système nerveux autonome (SNA) est généralement considéré comme un système qui ne peut pas être volontairement influencé. Cependant, plusieurs recherches récentes suggèrent que, grâce à certaines techniques de concentration / méditation, il est possible de moduler l'activité autonome (5Y8). À la lumière des effets du SNA sur le système immunitaire inné, les techniques de concentration / méditation peuvent influer sur les paramètres inflammatoires. Bien que les données ex vivo limitées appuient cette hypothèse (9,10), des preuves in vivo restent à obtenir.
    Un Néerlandais âgé de 51 ans détient plusieurs records du monde de résistance au froid extrême, dont le semi-marathon le plus rapide pieds nus sur glace / neige et immergé dans la glace pendant 1 heure et 50 minutes. Cette personne prétend réaliser ces exploits remarquables grâce à une technique spéciale de concentration / méditation. Il affirme qu'il peut influer sur son SNA ainsi que sur sa réponse immunitaire. Ici, nous décrivons un ensemble de trois expériences distinctes chez cet individu, en mettant l'accent sur les effets de sa technique de concentration / méditation sur les paramètres ANS et la réponse immunitaire innée, à la fois ex vivo et in vivo. La figure 1 présente un aperçu schématique des protocoles expérimentaux. Dans les sections suivantes, nous résumons les principaux résultats. Des descriptions détaillées des méthodes et des résultats des trois expériences sont présentées dans un document en ligne (Supplemental Digital Content, http://links.lww.com/PSYMED/A43).

EXPÉRIENCE 1: CONCENTRATION / MÉDITATION PENDANT L'IMMERSION DANS LA GLACE
    Dans la première expérience, nous avons déterminé les effets de la concentration / méditation lors de l’immersion dans la glace sur les taux plasmatiques de cortisol et production de cytokines de cellules mononucléées du sang périphérique (PBMC) et de macrophages stimulés ex vivo. Trente minutes après le début de la concentration / méditation (juste avant l'immersion dans la glace), les taux de cortisol étaient déjà relativement élevés et montaient à des niveaux légèrement supérieurs immédiatement après la fin de la période d'immersion dans la glace, après quoi ils ont diminué (figure 2A). La production de cytokines pro-inflammatoires et anti-inflammatoires induite par les lipopolysaccharides (LPS) par des PBMC stimulées ex vivo obtenues après immersion dans la glace était fortement atténuée par rapport aux PBMC obtenues auparavant (figure 3A). Cet effet a été observé non seulement après la stimulation par le LPS, mais également lorsque les PBMC ont été stimulées par d'autres agents pathogènes tués par la chaleur, tels que Candida albicans et Staphylococcus aureus (données non présentées). De manière frappante, dans les cultures de macrophages dérivés de monocytes stimulés avec du LPS 6 jours après l'immersion dans la glace, un schéma similaire a été observé (figure 3B).

EXPÉRIENCE 2: CONCENTRATION / MÉDITATION SANS IMMERSION DE GLACE
    Dans la deuxième expérience, nous avons déterminé les effets de la concentration / médiation sans immersion dans la glace sur les taux plasmatiques de cortisol et de catécholamine, la variabilité de la fréquence cardiaque (VRC) et les paramètres électroencéphalographiques (EEG), ainsi que la production de PBMC et de cytokines macrophages stimulée ex vivo. Les concentrations de cortisol et de noradrénaline n’ont pas augmenté par la concentration / méditation (simulacre versus concentration / méditation: cortisol, 0,39 et 0,36 kmol / L; norépinéphrine, 2,12 et 2,25 nmol / L). En revanche, la concentration plasmatique en épinéphrine a augmenté de 0,23 à 0,36 nmol / L. L’analyse HRV a révélé que la concentration / méditation entraînait une augmentation de la puissance spectrale totale; cependant, aucun effet sur l'équilibre autonome n'a été observé. La stimulation des PBMC ou des macrophages n'a révélé aucun effet de concentration / méditation sur la production de cytokines ex vivo (données non présentées).

EXPÉRIENCE 3: CONCENTRATION / MÉDITATION DURANT UN ENDOTOXÉMIE HUMAIN
    Dans la troisième expérience, nous avons déterminé les effets de la concentration / méditation sur les mesures de l’activité autonome (niveaux plasmatiques de cortisol et de catécholamines, VRC et activité nerveuse sympathique musculaire [MSNA]), ainsi que sur l’EEG et la réponse immunitaire innée in vivo au cours de tests expérimentaux. endotoxémie humaine (administration de LPS). Les résultats des cytokines, de l'hémodynamique, de la température et de la maladie tirés de l'expérience d'endotoxémie menée sur cette personne (numéro de registre des essais cliniques NCT01352871) ont été comparés à une cohorte historique de 112 volontaires masculins en bonne santé ayant participé aux essais d'endotoxémie humaine menés dans notre établissement. protocole (groupe de comparaison; NCT00246714, NCT00513110, NCT00783068, NCT00785018, NCT00916448, NCT01349699 et NCT01091571). L'administration de LPS chez le sujet a provoqué remarquablement peu de symptômes: il n'a signalé qu'un léger mal de tête pendant 10 minutes à T = 1,5 (l'heure à laquelle le score de la maladie culmine normalement), produisant un score symptomatique de 1 par rapport à un symptôme (moyenne [ écart type {DS}]) de 6,6 (2,8) (n = 112) à T = 1,5 dans le groupe de comparaison. Il est à noter que seul un des 112 individus du groupe de comparaison présentait un score de symptômes également faible. Les taux plasmatiques de cortisol au moment de l'administration du LPS étaient similaires à ceux d'un sous-groupe du groupe de comparaison dans lequel le cortisol était déterminé (Fig. 2B). Cependant, l'augmentation du cortisol après l'administration de LPS était beaucoup plus prononcée chez le participant à l'étude par rapport au groupe de comparaison. Les concentrations plasmatiques de norépinéphrine et d'épinéphrine ont atteint leur maximum après la concentration / méditation et sont progressivement revenues aux niveaux de base (Fig. 2C). Outre une augmentation initiale de la puissance spectrale totale et de l'écart-type de tous les intervalles R-R normaux (qui est le corrélat temporel de la puissance spectrale totale), aucun effet net de la concentration / méditation sur les indices de HRV n'a été observé. En outre, la diminution commune des indices de HRV après l'administration de LPS était également présente chez l'individu et dans une mesure similaire à celle d'un sous-ensemble du groupe de comparaison dans lequel la HRV a été déterminée. L'individu a présenté un mouvement assez vigoureux pendant la période de concentration / méditation, ce qui a entraîné la dislocation des électrodes MSNA. Par conséquent, seul un enregistrement de base fiable (moyenne [SD]) (avant le début de la période de concentration / méditation) a été obtenu comme suit: MSNA total, 28,3 (2,1) rafales par minute et MSNA à correction de fréquence, 47,5 (5,5) pour 100 battements, ce qui est comparable à ce qui avait été rapporté auparavant chez des individus en repos (11). Les taux plasmatiques de cytokines in fl ammatoires induits par les LPS étaient remarquablement bas chez l'individu (Fig. 4). Les zones situées sous la courbe des réponses des cytokines des individus du groupe de comparaison ont été classées et la réponse du sujet sous la courbe des cytokines est située dans le 18ème percentile pour le facteur de nécrose tumorale>, le 5ème percentile pour l’interleukine 6 et le 13ème percentile pour l’interleukine 10.

DISCUSSION
    En résumé, la concentration / méditation lors de l’immersion dans la glace a entraîné des taux de cortisol élevés et Production de cytokines exprimées ex vivo. En outre, nous démontrons que la concentration / méditation au cours d'une endotoxémie expérimentale a entraîné des taux élevés d'épinéphrine (nor) et de cortisol, associés à une réponse immunitaire innée remarquablement légère in vivo. Les effets relativement mineurs de la concentration / méditation en l'absence de stimulus externe (Expérience 2) suggèrent que les besoins individuels et le stimulus externe (par exemple, immersion dans la glace ou perfusion de LPS) permettent de se concentrer / méditer de manière optimale. Ces données suggèrent que cette technique de concentration / méditation particulière évoque une réponse au stress caractérisée par l'activation du système nerveux sympathique et de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Les catécholamines et le cortisol sont des immunosuppresseurs bien connus (2,3). De plus, chez les patients insuffisants cardiaques, les taux plasmatiques de cortisol étaient corrélés négativement avec la production de cytokines ex vivo (12). Par conséquent, cette réponse au stress induite par la concentration / méditation pourrait expliquer l’immunosuppression observée.
    Une augmentation du taux de cortisol après l'administration de LPS a déjà été rapportée (13). Cependant, alors que les niveaux de cortisol de base dans l'expérience d'endotoxémie étaient comparables à ceux des volontaires sains précédemment étudiés, l'augmentation induite par le LPS était plus prononcée que chez aucun des individus étudiés précédemment. Les différences remarquables dans les réponses de cytokines ex vivo entre les leucocytes stimulés avant et jusqu'à 6 jours après l'immersion dans la glace peuvent s'expliquer par le fait que les leucocytes obtenus après l'immersion dans la glace ont été soumis à des taux élevés de cortisol et / ou de catécholamine pendant une période prolongée. (92 heures) comparé aux cellules obtenues auparavant. Selon une étude précédente, cela indique que les cellules immunitaires peuvent être désactivées pendant une période prolongée après une exposition à court terme à la corticothérapie (14).
    Nous avons constaté une augmentation de la puissance spectrale totale de la VRC pendant la concentration / méditation, ce qui n’était pas surprenant compte tenu des fortes fluctuations de la fréquence cardiaque au cours de cette période. Cependant, nous n'avons pas trouvé de preuve d'augmentation de l'activité sympathique en utilisant l'analyse HRV. Il a été rapporté que, bien que certains indices de HRV (en particulier la puissance haute fréquence) soient bien corrélés avec la modulation parasympathique (15), les corrélats sympathiques de HRV restent controversés (16). Pour cette raison, l’analyse HRV peut ne pas être un outil approprié pour enquêter sur l’activité sympathique. De plus, on sait que le VRC est affecté par les schémas respiratoires / la fréquence respiratoire (17); par conséquent, la respiration extrêmement irrégulière de l’individu peut avoir influencé les mesures.
    L'individu a signalé exceptionnellement peu de symptômes au cours de l'endotoxémie. Cependant, le «score de maladie» est un paramètre hautement subjectif, et l’individu peut être utilisé dans des circonstances extrêmes. La méditation est généralement associée à une réduction du stress et des niveaux de catécholamine / cortisol (10,18). Ces résultats divergents par rapport à notre étude pourraient s’expliquer par le fait que les autres études, contrairement à la nôtre, ont évalué les effets de la méditation à long terme. De plus, la technique de concentration / méditation pratiquée par cet individu est très différente de celle utilisée dans d'autres études. Cette technique particulière ne vise pas la relaxation du corps mais semble plutôt l'activer. Ceci est corroboré par les données d’un rapport précédent montrant que la consommation d’oxygène de l’individu avait doublé au cours de l’immersion dans la glace (19), ce qui indique que la pratique de cette technique entraîne une augmentation du métabolisme.
    En ce qui concerne la technique de concentration / méditation particulière de l’individu, nos résultats pourraient être mieux comparés à ceux d’études sur les effets du stress aigu sur la réponse inflammatoire. Les individus exposés à un facteur de stress de laboratoire normalisé ou à un stress psychologique aigu présentaient des niveaux élevés de cortisol et de noradrénaline, accompagnés d'une diminution du facteur de nécrose tumorale> d'expression (20Y22). En conséquence, une étude très récente et remarquable a démontré une augmentation profonde des niveaux de catécholamine et de cortisol pendant le saut à l'élastique, ce qui était associé à une production significativement réduite de cytokines dans du sang total ex vivo stimulé par LPS (23). De plus, l’hyperventilation (suivie de la respiration retenue) est un élément évident de la technique de concentration / méditation de l’individu et peut avoir des effets directs sur l’activité du système nerveux sympathique et / ou sur les hormones du stress. L'hyperventilation semble augmenter l'épinéphrine (nor), alors que les effets sur la libération de cortisol sont contradictoires (24,25).
    Notre étude a plusieurs limites. Tout d’abord, nous décrivons un ensemble d’études sur un seul individu, rendant impossible la détermination d’une relation de cause à effet entre la concentration / méditation et le SNA et / ou la réponse immunitaire innée. Néanmoins, les rapports de cas avec des résultats remarquables peuvent fournir des informations précieuses (26) et sont importants pour la génération d'hypothèses pour des recherches ultérieures. Cette étude est encore limitée par l’absence de publicité Endotoxémie expérimentale dans laquelle l'individu n'a pas pratiqué sa technique de concentration / méditation. C'est plutôt une limitation du modèle d'endotoxémie humaine; notre groupe a démontré que des administrations répétées de LPS entraînent le développement d'une tolérance aux endotoxines (27). Enfin, la personne est considérablement plus âgée que les 112 volontaires sains utilisés à des fins de comparaison. Étant donné que la vieillesse est associée à une réponse plus marquée aux cytokines au cours de l'endotoxémie (28), l'âge ne semble pas expliquer les faibles taux de cytokines observés chez l'individu.
    En conclusion, la technique de concentration / méditation de cet individu semble entraîner une réponse au stress contrôlée de manière consciente, caractérisée par une activation du système nerveux sympathique et une libération ultérieure de catécholamine / cortisol. Cette réponse semble atténuer la réponse immunitaire innée. L'individu prétend qu'il peut enseigner cette technique à d'autres. Par conséquent, des investigations ultérieures devraient établir si les résultats obtenus peuvent être reproduits dans des groupes d'individus plus importants.


      Nous remercions les infirmières de recherche du service des soins intensifs et Rebecca Koch pour leur assistance lors de l’expérimentation sur l’endotoxémie, Bart Ramakers et Lucas van Eijk pour l’aide apportée à la conception de l’expérience sur l’endotoxémie et, au cours de cette expérimentation, à ses assistantes, Carla Rosanow et Petra Cornelissen Enregistrement EEG, et arbres Jansen pour les mesures de cytokines Luminex (Milliplex, Millipore, Billerica, MA).







    ARTICLE 2
    Cet article n'a pas de conclusion éclatante.
    Il s'agit d'une étude comparative d'Iceman avec son frère jumeau, dont la vie est sédentaire, peu exposée au froid mais rompu à la technique de respiration.
    Les études montrent peu de différences physiologiques entre les 2 frères quand ils sont exposés au froid.
    La technique de respiration semble être efficace pour que le corps ne déclenche pas de frissons.
    Je trouve cela intéressant, c'est-à-dire qu'on pourrait aider le corps à ne pas avoir froid.

    Fréquente exposition au froid extrême et thermogenèse induite par la graisse brune et le froid: étude portant sur un jumeau monozygote


    Maarten J. Vosselman1, Guy H. E. J. Vijgen3, Boris R. M. Kingma1, Boudewijn Brans2, Wouter D. van Marken Lichtenbelt1 *
    1 Département de biologie humaine, École de la nutrition, de la toxicologie et du métabolisme - NUTRIM, Maastricht, Pays-Bas, 2 Département de médecine nucléaire, Maastricht
    University Medical Center +, Maastricht, Pays-Bas, 3 département de chirurgie (G.V.), Erasmus Medical Center, Rotterdam, Pays-Bas

    Résumé

      Introduction: On sait qu'une légère acclimatation au froid augmente l'activité du "tissu adipeux brun" (BAT) et la "thermogenèse induite par le froid" (CIT) chez l'homme. Nous avons testé ici l’effet d’un mode de vie fréquemment exposé au froid extrême sur BAT et CIT chez un Hollandais surnommé «The Iceman», qui possède de nombreux records du monde face aux défis du froid extrême. De plus, son frère jumeau monozygote qui a un mode de vie sédentaire «normal» sans exposition au froid extrême a été mesuré.

      Méthodes: L’homme des glaces (sujet A) et son frère (sujet B) ont été étudiés dans des conditions de froid modéré (13 ° C) et thermoneutre (31 ° C). Les mesures comprenaient l'activité BAT et l'activité des muscles respiratoires par imagerie TEP / TDM au [18F] FDG-CT et la dépense d'énergie par calorimétrie indirecte. En outre, les températures corporelles, les paramètres cardiovasculaires, la perfusion cutanée, la sensation thermique et le confort ont été mesurés. Enfin, nous avons déterminé des polymorphismes pour le découplage de la protéine-1 et du récepteur b3-adrénergique.

      Résultats: Les sujets avaient une activité BAT comparable (A: 1144 VTotal et B: 1325 VUSotot), dans la plage précédemment observée chez les hommes jeunes adultes. Ils ont été génotypés avec le polymorphisme pour découpler la protéine 1 (G / G). Le CIT était relativement élevé (A: 40,1% et B: 41,9%), mais contrairement à nos précédents tests d'exposition au froid chez de jeunes hommes adultes, les deux sujets pratiquaient une technique de respiration ressemblant à un g-Tummo, qui implique une activité musculaire respiratoire vigoureuse. Cela a été confirmé par une absorption élevée de [18F] FDG dans le muscle respiratoire.

      Conclusion: Aucune différence significative n'a été constatée entre les deux sujets, ce qui indique qu'un mode de vie avec des expositions fréquentes au froid extrême ne semble pas affecter l'activité de BAT et le CIT. Chez les deux sujets, la MTD n'était pas plus élevée comparée aux observations précédentes, tandis que la CIT était très élevée, ce qui suggère que la respiration comme le g-Tummo pendant une exposition au froid peut provoquer une production de chaleur supplémentaire par une contraction vigoureuse du muscle respiratoire isométrique. Les résultats doivent être interprétés avec prudence étant donné le faible nombre de sujets et le fait que les deux participants ont pratiqué la technique de respiration de type g-Tummo.

    Citation: Vosselman MJ, Vijgen GHEJ, Kingma BRM, Brans B, van Marken Lichtenbelt WD (2014) Expositions fréquentes au froid extrême et à la graisse brune et à la thermogénèse induite par le froid: étude portant sur un jumeau monozygote. PLoS ONE 9 (7): e101653. doi: 10.1371 / journal.pone.0101653
    Andrej A. Romanovsky, hôpital et centre médical St. Joseph’s, États-Unis d’Amérique
    Reçu le 27 août 2013; Accepté le 6 juin 2014; Publié le 11 juillet 2014
    Copyright: © 2014 Vosselman et al. Ceci est un article en accès libre distribué sous les termes de la licence Creative Commons Attribution, qui permet une utilisation, une distribution et une reproduction sans restriction sur tout support, moyennant mention de l'auteur et de la source d'origine.
    Financement: Ce travail est en partie financé par l'Organisation néerlandaise de la recherche scientifique (TOP 91209037 à l'adresse W.D.vM.L.) et par le projet DIABAT du 7e PC de l'UE (HEALTH-F2-2011-278373). Les bailleurs de fonds n'ont joué aucun rôle dans la conception de l'étude, la collecte et l'analyse des données, la décision de publication ou la préparation du manuscrit.
    Intérêts concurrents: Les auteurs ont déclaré qu’il n’existait aucun conflit d’intérêts.


    Introduction
      Pendant l'exposition au froid, le corps humain peut augmenter la production de chaleur en frissonnant et ne pas frissonner la thermogenèse (NST) et minimiser les pertes de chaleur par vasoconstriction [1]. Le tissu adipeux brun (BAT) est l’un des principaux tissus responsables du NST. La MTD produit de la chaleur via la protéine 1 dissociée (UCP-1), qui dissocie la chaîne respiratoire de la production d'ATP, libérant ainsi de l'énergie sous forme de chaleur. Un mode de vie comportant une exposition fréquente au froid peut entraîner une acclimatation et, par conséquent, un appareil thermorégulateur mieux équipé pour lutter contre le froid. Il est maintenant bien établi que les MTD sont toujours présentes et fonctionnelles chez l’homme adulte lors d’une exposition au froid [2–4]. De plus, il a été démontré qu'une légère acclimatation au froid chez l'homme augmentait l'activité NST [5,6] et la BAT [6]. Cependant, les effets d'un mode de vie avec des expositions fréquentes à des conditions de froid extrême sur ces paramètres sont inconnus.
      Il a été démontré qu'une grande variabilité de la NST et des BAT existe dans les mêmes groupes de population, ce qui peut être attribué aux différences dans les effets du mode de vie [7]. Cependant, une composante génétique peut également influer sur la capacité de NST. Par exemple, il a été suggéré que les polymorphismes du gène découplant de la protéine 1 et du gène b3-adrénergique récepteur influence la dépense énergétique au repos [8] et accélère la diminution de l'activité des MTD liée au vieillissement chez les personnes âgées [9]. Il est donc probable que la nature (c'est-à-dire la constitution génétique) et l'éducation (mode de vie) influencent l'existence et le potentiel de production de chaleur du BAT. Outre la MTD, d'autres tissus, tels que le muscle squelettique, pourraient également contribuer à la NST [10].
      Dans cette perspective, nous rapportons les réponses thermorégulatrices d'un jumeau monozygote. L’un des jumeaux, le soi-disant «Iceman», a été exposé à de fréquentes périodes de froid extrême pendant plusieurs décennies. Il détient le record du monde de résistance au froid extrême dans plusieurs disciplines, telles que le semi-marathon le plus rapide sur la neige et la glace pieds nus, et la plus longue durée complètement immergé dans la glace pilée (1 heure et 50 minutes). Il prétend obtenir ces enregistrements grâce à une technique de méditation et de respiration spéciale, basée sur la méditation g-Tummo, et qu'il est capable de réguler son propre système nerveux autonome. Une étude de cas récente a démontré qu'il était capable de contrôler la réponse au stress autonome pendant l'endotoxémie en utilisant cette technique [11]. Son frère jumeau monozygote ne subit pas une exposition au froid extrême en raison d'une occupation différente et d'un mode de vie sédentaire, bien qu'il connaisse les techniques utilisées par son frère. Nous avons testé ici l'hypothèse selon laquelle l'homme des glaçons aurait une production de chaleur induite par le froid et une activité de BAT induites par le froid supérieures à celles de son frère jumeau identique. Cette étude de cas fournit une comparaison unique entre une paire jumelle monozygote, l'une étant extrêmement acclimatée au froid, l'autre ne l'ayant pas du tout.

    Les méthodes
      Sujets
      Le comité d'éthique médicale du centre médical de l'université de Maastricht + a approuvé les protocoles, et l'homme de la glace (sujet A) et son frère jumeau (sujet B) ont donné leur consentement écrit en connaissance de cause. Toutes les procédures ont été menées conformément aux principes de la Déclaration d'Helsinki. Les frères jumeaux monozygotes ont à la fois un homme et 52 ans. Ils ont été examinés pour leurs antécédents médicaux et étaient absents de tout facteur lié au syndrome métabolique et ne présentaient aucun dysfonctionnement de la glande thyroïde. Ils n'utilisaient aucun type de médicament, ce qui aurait pu affecter les résultats. Le sujet A est bien connu pour sa capacité à résister aux défis du froid extrême. Il est un éducateur de style de vie indépendant, se concentrant sur la capacité de l'esprit humain à contrôler son corps au moyen d'une technique spéciale de méditation et de respiration (basée sur g-Tummo) [12]. Il s'expose quotidiennement à la nage et aux douches en eau froide et se rend régulièrement dans les régions scandinaves et arctiques pour s'entraîner et s'exercer à l'exposition au froid extrême uniquement dans les courts métrages. Le sujet B est employé en tant que chauffeur international de camions, étant sur la route plusieurs jours de suite et connaissant de longues périodes d'inactivité. Il ne pratique pas et ne forme pas l'exposition au froid extrême. Cependant, il connaît la technique spéciale de méditation et de respiration utilisée par son frère.
      Conception et mesures de l'étude
      Les sujets ont été mesurés à deux occasions distinctes pendant deux jours consécutifs en hiver avec des températures extérieures comparables. Les protocoles d'étude chez les deux sujets étaient identiques. Le matin du premier jour, l’activité de la MTD a été mesurée dans des conditions thermoneutres (c'est-à-dire deux heures à une température de l'air de 31 ° C), qui a servi de mesure de contrôle (figure 1). Dans l’après-midi du premier jour, un «test de frissons» a été réalisé dans le but de déterminer la température de l’air associée au début des frissons. Cette information a ensuite été utilisée pour l'expérience de froid doux du deuxième jour afin de déterminer la température ambiante afin d'obtenir une thermogenèse induite par le froid (CIT) maximale (c'est-à-dire à la température la plus basse sans frissons). L’expérience du froid modéré du deuxième jour a débuté avec une période de référence de 45 minutes dans des conditions thermo-neutres (31 ° C), suivies de deux heures et demie d’exposition au froid modéré (12 à 13 ° C). Le traceur [18F] fluorodésoxyglucose (FDG) a été injecté par voie intraveineuse au bout de 90 minutes à froid et 60 minutes plus tard, le scanner PET-CT a été réalisé. Les mesures ont été effectuées dans une tente perméable à l’air spécialement équipée (Colorado altitude training, États-Unis), dans laquelle la température ambiante était étroitement contrôlée. Les sujets ont été mesurés en position semi-couchée sur une civière perméable à l'air (modèle Campart Rome-XL) afin de s'allonger confortablement. Les sujets ne portaient que des shorts (Clo 0,06) [13]. Au cours des expériences, nous avons mesuré la dépense énergétique via la calorimétrie indirecte (Hotte ventilée, Omnical 2, Maastricht, Pays-Bas), la fréquence cardiaque via un écran à la poitrine (Polar T31, USA) et la pression artérielle via un brassard au bras gauche (Cresta, Taiwan). La pression artérielle moyenne (MAP) a été calculée comme suit: MAP = 1/3 de pression systolique + 2/3 de pression diastolique. Les températures cutanées ont été déterminées à l’aide de capteurs de température sans fil placés sur les 14 sites prescrits par la norme ISO 9886: 2004 (Ergonomie - Évaluation de la déformation thermique par des mesures physiologiques, Int Organisation internationale de normalisation, Genève, Suisse) (iButtons Maxim integrated, États-Unis) et température centrale via une pilule télémétrique (CorTemp HT150002, États-Unis), ingérée une heure avant le début de l’expérimentation. La vasoconstriction a été mesurée en déterminant le changement de perfusion cutanée par laser Doppler du côté ventral de la main à la base du pouce, du côté ventral de l’hallux (Perimed PF4000, Suède), du côté ventral de l’avant-bras à mi-chemin entre le coude et le poignet, et à l'abdomen à mi-chemin entre l'ombilic et le côté latéral gauche du corps (Perimed PF5000, Suède). Des échantillons de sang veineux ont été prélevés au début et à froid pour l'analyse des hormones et des métabolites, ainsi que pour l'analyse de l'ADN par PCR afin d'identifier les polymorphismes du découplage de la protéine 1 (-3286 A / G) [14] et du récepteur b3-adrénergique (Trp64Arg ) [15].
      Au cours de l'expérience de froid modéré, les deux sujets ont complété des échelles visuelles analogiques (échelles VAS) [16] sur la sensation, le confort thermique et les frissons. En outre, l'activité de la MTD a été évaluée par tomodensitométrie au [18F] FDG-PET-CT au [18F] fluorodésoxyglucose-émission de positrons (Gemini TF PET-CT, Philips, Pays-Bas). Le protocole et l'analyse étaient comparables à ceux de nos précédentes études utilisant l'imagerie statique [17]. Un tomodensitogramme à faible dose (120 kV, 30 mA) précédait le scanner PET et était utilisé pour l'atténuation et la correction de la dispersion du scanner. La TEP-scan a été utilisée pour déterminer l'absorption de [18F] FDG. La température était réglée avec un chauffage et une climatisation. La composition corporelle a été déterminée au moyen d'une double absorptiométrie à rayons X (DXA, Hologic, type Discovery A, USA) et, dans l'après-midi, une biopsie a été réalisée à partir du m. vastus lateralis pour les mesures de respirométrie mitochondriale dans les fibres musculaires perméabilisées au moyen de l’Oxygraph-2K (Oroboros, Autriche). Une partie de la biopsie a été placée dans un milieu de conservation pour les mesures de respiration (pour les détails du substrat, voir [6]), et une partie du tissu musculaire a été immédiatement congelée dans de l'isopentane en fusion et conservée à 280 ° C pour la détermination de l'ADN mitochondrial (ADNm) nombre de copies (rapport ND1 sur LPL).

      Données et analyse PET-CT
      À des intervalles de temps fixes de 25 minutes, pendant la période de référence et pendant l'exposition au froid (après injection de [18F] FDG), la dépense énergétique a été calculée. Nous utilisons le terme CIT au lieu de NST classique pour l'augmentation de la dépense énergétique (en pourcentage) lors d'une exposition au froid, du fait de la contraction du muscle respiratoire. Ces périodes ont également été sélectionnées pour l'analyse des paramètres cardiovasculaires et de la température corporelle. Deux chercheurs (M.V. et G.V.) et un médecin spécialiste en médecine nucléaire (B. B.) ont analysé le TEP-CT. Afin de déterminer l'activité BAT, nous avons mesuré l'absorption moyenne de [18F] FDG, connue sous le nom d'absorption standard moyenne (SUVmean), et la quantité totale de [18F] FDGuptake (SUVtotal = SUVmean multiplié par le volume BAT) en MTD régions d'intérêt. Nous avons considéré le tissu adipeux comme une MTD lorsque les unités de Hounsfield du scanner étaient entre -
      10 et 180. En outre, un minimum de 1,5 VUS a été utilisé pour classer la région de graisse sélectionnée en tant que MTD. En outre, nous avons analysé l'absorption moyenne de [18F] FDG (SUVmean) dans plusieurs tissus dans des volumes d'intérêt fixes selon la procédure décrite dans Vosselman et al.
      2013 [18]. Les paramètres sanguins présentés dans les caractéristiques du sujet ont été comparés aux valeurs de référence normales présentées dans les informations du test / kit et, en ce qui concerne les paramètres de la thyroïde, des valeurs de référence ont été obtenues du département de chimie clinique du centre médical universitaire de Maastricht (Maastricht, Pays-Bas). . Comme il était impossible d'étudier la différence statistique entre les deux frères, nous avons comparé les résultats actuels avec les données d'études précédentes sur des hommes jeunes et adultes. Pour ce faire, nous avons créé des boîtes à partir des données de jeunes hommes adultes et déterminé l'intervalle interquartile et le 95e centile. Lorsque les résultats du jumeau étaient dans les
      plage interquartile observée chez les jeunes hommes adultes, nous avons considéré les deux valeurs (sujet A et sujet B) comme comparables. Lorsque le score de l'un des frères jumeaux était en dehors de l'intervalle interquartile, il était considéré comme différent l'un de l'autre. De plus, le score des jumeaux était considéré comme différent des jeunes adultes lorsque le score se situait en dehors du 95e centile. Cette comparaison a ses limites en raison des différences d’âge entre le groupe de jeunes adultes et les frères jumeaux. En outre, il convient de noter que le protocole de refroidissement actuel a duré
      30 minutes de plus (2,5 heures par rapport à 2 heures) et les vêtements étaient moins volumineux (clo 0,1 à 0,49). Par conséquent, les données de température, de perfusion cutanée et cardiovasculaire du jumeau ne peuvent être comparées à celles des jeunes adultes. Cependant, pour ces mesures, la comparaison intra-sujet était basée sur la précision des mesures. L’activité des MTD et le CIT ont pu être comparés grâce à l’utilisation du même protocole individualisé chez tous les sujets dans res juste au-dessus des frissons, afin d’obtenir une activité NST et BAT maximale chez chaque sujet (pour plus de détails sur ce protocole, voir [17]). Les valeurs de respiration pour le muscle squelettique sont représentées par la moyenne de deux traces avec écart type.

    Résultat

      Caractéristiques du sujet
      Le sujet A avait un pourcentage de matières grasses plus faible (13,7% contre 18%; fourchette normale de 11 à 22%), une masse comparable de matière grasse (69,4 kg contre 68,1 kg) et des taux de triglycérides à jeun plus faibles (sujet A: 698 mmol / L par rapport au sujet B: 1060 mmol / L; plage normale: 680-1880 mmol / L) que le sujet B (tableau 1). Les taux de glycémie à jeun étaient égaux (5,7 mmol / L; valeur normale: 3,61 à 6,11 mmol / L). Les taux d'hormones stimulant la thyroïde étaient comparables et se situaient dans les limites de la normale (A: 1,1 mU / L versus B: 0,9 mU / L; valeurs normales allant de 0,4 à 4,3 mU / L). La T4 totale était légèrement inférieure chez le sujet A et les niveaux de T4 libre étaient comparables (T4 totale: A: 84 nmol / L par rapport à B: 96 nmol / L; plage normale: 60 à 150 nmol / L; T4 libre: A: 14,8 pmol / L contre B 14,7 pmol / L; plage normale: 8-18 pmol / L). De plus, le sujet A avait un mode de vie plus actif, bien que les deux fussent plus actifs que la moyenne observée chez les jeunes adultes, comme l'indiquent les scores du questionnaire de Baecke (score total: A: 11,4 contre B: 9,7; moyenne des jeunes adultes: 68,2). [19]). Fait intéressant, le jumeau monozygote a été génotypé avec le polymorphisme pour découpler la protéine 1 (G / G). Ces porteurs de l'allèle G ont été associés à une atténuation de la thermogenèse induite par UCP-1 [20]. Aucun polymorphisme (aucun allèle Arg64) n'était présent dans le récepteur b3-adrénergique.

      Paramètres physiologiques et sensation thermique lors d'une exposition au froid
      Il est intéressant de noter que lors de «l’expérience frissonnante» du premier jour, les deux sujets n’ont pas atteint le point de frissons. Normalement, dans de telles conditions où la température chute de 31 à 13 ° C, les jeunes adultes et les personnes âgées commencent à trembler [21,22]. Le lendemain, nous avons abaissé au maximum la température ambiante et baissé à 12 uC au maximum. Encore une fois, aucun frisson n'a été observé pendant cette expérience froide. La température cutanée moyenne était comparable entre les sujets au début de l'étude (A: 33,22 uC par rapport à B: 33,40 uC, tableau 2); toutefois, lors d'une exposition au froid, la température cutanée moyenne a diminué plus fortement chez le sujet B que chez le sujet A (A: 27,57 uC par rapport à B: 25.95uC). Cette diminution a été principalement observée dans la région proximale (A: 29,36 uC versus B: 27,81 uC). Les deux sujets présentaient une vasoconstriction comparable dans la main (A: 91,7% contre B: 91,3%) et sur l'orteil (A: 96% contre B: 96,4%), bien que le sujet A ait une température distale légèrement inférieure (A: 21,43 UC contre B: 22,34 ° C). Le sujet A a présenté plus de vasoconstriction au niveau des aisselles (A: 63,3% contre B: 8,8%) et de l'abdomen (A: 7% contre B: 28,8% (vasodilatation)). La température centrale a diminué chez les deux sujets, avec une diminution plus faible (20,18 ° C) chez le sujet A par rapport au sujet B (20,40 ° C). Comme la précision de la mesure est de 60,1 ° C et que, du fait de la faible plage de température ambiante, nous avons interprété la différence de 20,22 ° C comme physiologiquement différente. Il y avait une nette différence de sensation de froid et de confort entre les deux sujets. L'environnement thermique était neutre pour les deux sujets au début de l'étude, mais le sujet A a déclaré qu'il était neutre à légèrement froid pendant la période de froid doux, alors que le sujet B avait froid (Figure 2). De plus, le sujet A a déclaré qu'il était à l'aise avec ces températures pendant toute l'expérience, alors que le sujet B se sentait entre inconfortable et très inconfortable. L'exposition au froid a légèrement augmenté la fréquence cardiaque chez le sujet A (base: 46 battements / min contre froid: 52 battements / min), alors qu'elle a légèrement diminué chez le sujet B (valeur initiale: 51 battements / min contre le froid: 47 battements / min). Les deux sujets étaient bradycardiques au repos. La pression artérielle moyenne a augmenté dans une mesure similaire lors de l'exposition au froid chez les deux sujets (A: de 93 mm / Hg à 109 mm / Hg; B: de 99 mm / Hg à 111 mm / Hg). Après 90 minutes au froid, les acides gras libres plasmatiques ont augmenté pendant l'exposition au froid chez les deux sujets (A: 625 mmol / L au début versus 771 mmol / L au froid; B: 264 mmol / L au départ, 705 mmol / L au froid), alors que le plasma les concentrations de glucose, d'insuline et d'épinéphrine ont légèrement diminué (tableau S1). La norépinéphrine plasmatique a augmenté chez les deux sujets, cependant, la concentration par temps froid était nettement plus élevée chez le sujet B (A: 554 ng / L versus B: 1016 ng / L), suggérant une activité sympathique plus importante.
      La thermogenèse induite par le froid et l’absorption de [18F] FDG dans les BAT et le muscle squelettique Les deux sujets ont augmenté la dépense énergétique dans une mesure similaire dans le froid (A: de 5,51 kJ / min à 7,71 kJ / min contre B: de 5,47 kJ / min à 7,76 kJ / min, tableau 2), donnant un CIT de 40,1% et 41,9% pour les sujets A et B, respectivement. Ces valeurs étaient nettement plus élevées que l’augmentation de la dépense énergétique observée lors d’expériences menées par temps froid chez des hommes jeunes adultes (intervalle interquartile: 7,2–18%; 95e centile: 25,7%, figure 3A). Cependant, il convient de noter que le CIT dans l'expérience actuelle n'est pas égal au NST classique, car Le jumeau a utilisé la contraction isométrique du muscle respiratoire pour générer de la chaleur également.
      Comme prévu, les deux sujets A et B n'ont montré aucune BAT active au cours de l'expérience thermoneutre (figures 4A et 4D). Fait intéressant, l'exposition au froid a entraîné une augmentation comparable de l'activité des MTD, bien qu'elle ait été légèrement plus élevée chez le sujet B (A: 1144 VU total et B: 1325 SUV total). Ces valeurs sont considérées comme comparables puisqu'elles se situent toutes les deux dans l'intervalle interquartile (36821930 VUS total; 95e centile: 4036 VUS total) de l'activité des BAT observée chez les jeunes hommes adultes (figure 3B) [17,18]. Ainsi, l’activité des MTD est considérée comme incomparable avec les valeurs trouvées chez les jeunes hommes adultes. Du tissu adipeux brun était présent dans la région cervicale, supraclaviculaire, paravertébrale et périrénale, ce qui est comparable à la distribution de BAT observée chez les jeunes adultes. Nous avons également déterminé l'absorption de [18F] FDG dans la WAT ​​et le muscle squelettique (SM) (Figures 4C et 4F). Nous n’avons observé aucune différence entre l’absorption du glucose dans ces tissus entre les deux sujets au cours de l’expérience thermoneutre (SM A: 0,7 VUS moyen par rapport à B: 0,64 VUS; moyenne pondérée; WAT A: 0,33 VUS moyen et B: 0,22 VUS moyen) et par froid froid (SM A). : 0,75 SUVmoyenne versus B: 0,63VUSmoyenne; WAT A: 0,35 SUVmoyenne contre B: 0,24VUSmoyenne).
      Les données de respiration cellulaire du m. Les fibres de vastus lateralis ont révélé que la respiration de niveau 4, reflétant la fuite de proton mitochondriale par mitochondrie, était inférieure chez le sujet A par rapport au sujet B (A: 113.35618.11 pmol / (s * mg) / (nombre de copies d'ADNtm) x 10.000 par rapport à B: 147,4565,28 pmol / (s * mg) / (nombre d'exemplaires d'ADNmt) x 10 000). La fuite de proton mitochondrial dans Iceman se situait dans la plage interquartile observée chez de jeunes hommes adultes (n = 30) à partir d’une étude précédente et de données non publiées (plage interquartile: 95,57–122,13 pmol / (s * mg) / (copie d’ADNm). nombres) x 10.000; figure 3C) [6]. Le sujet B présentait donc une fuite de proton mitochondrial plus importante que son frère, car il se situait en dehors de l'intervalle interquartile. Cependant, il ne différait pas de celui des jeunes hommes adultes (95e centile: 213,13 pmol / (s * mg) / (nombre de copies de l'ADNm) x 10 000).
      Fait intéressant, les deux sujets ont immédiatement adopté la technique de méditation / respiration gTummo au début de l'exposition au froid et, bien que le sujet B ne pratique pas la méditation g-Tummo régulièrement, des schémas respiratoires très similaires ont été observés (reconnaissance visuelle). Par conséquent, nous avons décidé d'analyser l'absorption de [18F] FDG dans deux muscles respiratoires importants (RM), le mm. intercostales intérieur et extérieur et le m. scalenus. L'absorption du glucose dans ces muscles a quadruplé au cours de l'expérience par le froid par rapport aux conditions thermoneutres (figures 4C et 4F), ce qui explique probablement en partie les taux élevés de CIT. On sait que le coût énergétique de la respiration représente environ 1 à 2% de la consommation totale d'oxygène et que, lorsque la ventilation augmente, la consommation d'oxygène par litre de ventilation augmente [23]. Il se pourrait donc que plus de 10% du CIT s’explique par l’augmentation du coût de la respiration.

    Discussion

      La présente étude a examiné les réponses métaboliques et isolantes au cours d’un froid léger chez le dénommé «Iceman», qui a un style de vie soumis à des expositions fréquentes au froid extrême et chez son frère jumeau monozygote qui n’est pas fréquemment exposé à ces conditions extrêmes. On a émis l’hypothèse que l’Iceeman aurait une plus grande activité de CIT et de BAT. Cependant, nous avons trouvé des CIT, une activité BAT et une vasoconstriction comparables aux extrémités (main et orteil) lors d'une exposition au froid modéré et une fuite de proton mitochondrial de muscle squelettique légèrement inférieure chez Iceman par rapport à son frère jumeau.
      Compte tenu de l’exposition fréquente de l’Iceman au froid extrême, nous nous attendions à ce que l’Iceman soit plus actif sur les BAT que son frère gagnant. Il se peut que ces problèmes de froid extrême (à court terme) ne recrutent pas de MTD. La MTD est susceptible d'être importante pendant les longues périodes d'exposition au froid modéré [24] et peut maintenir de longues périodes de production de chaleur. La thermogenèse des BAT a une valeur adaptative car elle est moins exhaustive que les frissons, en raison de sa capacité de découplage mitochondrial via la protéine de découplage spécialisée 1 (UCP-1). Nous avons récemment montré qu’une longue période d’exposition au froid modéré recrutait des MTD. Dans cette étude, nous avons exposé les jeunes adultes à des conditions de froid modéré (15 à 16 ° C) pendant dix jours consécutifs [6], et avons constaté que l'activité des MTD et la NST augmentaient. Il est donc probable que les longues périodes d’exposition au froid modéré soient plus efficaces pour augmenter l’activité des MTD et le CIT que les épisodes d’exposition au froid extrême. D'autre part, une explication de l'absence de différence d'activité de MTD chez les deux sujets pourrait être que le jumeau avait un polymorphisme G / G pour UCP-1, ce qui pourrait affecter négativement la plasticité de MTD [25]. Ce polymorphisme pourrait donc exclure les effets de recrutement d'une exposition à un froid extrême sur l'activité des BAT. Cependant, l'activité des MTD était comparable à celle des hommes adultes et est probablement élevée pour leur âge, car on sait que les MTD diminuent avec le vieillissement. Une étude sur l’effet de l’âge sur les MTD a révélé que des MTD étaient actives seulement y 10% des sujets âgés de 50 à 60 ans [9].
      En ce qui concerne la réponse isolante, une vasoconstriction comparable a été observée dans la main et l'orteil. Cependant, une réponse de vasoconstriction relativement importante a été observée sur le bras chez Iceman. Cela indique une meilleure isolation dans la région proximale. De plus, la baisse de la température centrale était plus basse chez l'Iceman (20,18% par rapport à 20,4 ° C), ce qui indique que l'homme des glaçons est mieux en mesure de maintenir la température de son corps par temps très froid. Les effets de l’exposition fréquente au froid extrême de l’Iceman étaient bien reflétés par la sensation thermique et le confort. L'Iceman s'est senti légèrement frais et à l'aise pendant tout le protocole relatif au rhume, alors que son frère l'a vécu froid et inconfortable. Ainsi, même si leurs réactions métaboliques étaient comparables, la réponse subjective au froid était différente. Enfin, les concentrations plasmatiques de noradrénaline indiquent que le froid léger a induit une stimulation sympathique plus importante chez le sujet B. La stimulation sympathique de la BAT aurait donc pu être plus importante chez le sujet B.
      Une observation intéressante était la production de chaleur élevée pendant le froid (0,40%) chez les deux sujets. Dans nos études avec de jeunes adultes, nous observons normalement des taux de NST (sans g-Tummo) compris entre 210 et 30% [6,17,18]. Étant donné que l'activité des MTD et la capacité intrinsèque de découplage mitochondrial du SM étaient comparables à celles des jeunes adultes, d'autres tissus et / ou mécanismes doivent expliquer la forte augmentation du CIT. Les mécanismes possibles suggérés sont le cycle inutile du calcium, le renouvellement protéique et le cycle du substrat [26]. Cependant, dans ce cas particulier, une explication probable des taux élevés de CIT est la technique de respiration de type g-Tummo (et éventuellement la méditation chez le sujet A) utilisée par les deux sujets [12]. La méditation G-Tummo comprend une composante somatique (contraction musculaire isométrique) et une composante méditative (visualisation des flammes). La composante somatique, qui consiste en une respiration abdominale profonde en «vase», a montré une augmentation de la température centrale, probablement due à une augmentation de la production de chaleur des méditants expérimentés g-Tummo de l’est du Tibet et des non-méditants (occidentaux) [12]. La composante méditative exercée par les méditants g-Tummo était capable de supporter des augmentations de température plus longues. Le jumeau monozygote a exercé cette technique de respiration dès le début des protocoles de refroidissement. L'activité métabolique des muscles respiratoires était clairement démontrée par une augmentation de l'absorption de [18F] FDG dans les muscles respiratoires pendant un froid léger, qui était absent pendant les expériences thermo-neutres. Il est donc probable qu'une grande partie de l'augmentation du CIT puisse s'expliquer par cette technique de respiration et pourrait donc constituer un mécanisme potentiel pour lutter contre les problèmes de froid. Nous n'avons pas été en mesure de mesurer l'effet de la méditation sur l'activité CIT et BAT. Si le composant de visualisation, tel que trouvé par Kozhenikov et al. [12], est capable d'augmenter la thermogenèse via l'activité des MTD
      Pendant les expériences à froid, les deux sujets ne tremblaient pas, contrairement aux adultes jeunes. Cependant, ils étaient très près de frissonner, car immédiatement après l'expérience, des frissons se produisirent. Cela était probablement dû à la redistribution du sang froid conduisant à une chute de la température centrale (sujet A: 36,39 à 36,10 ° C versus B de 36,36 à 35,95 ° C). Nos résultats indiquent que le retard des frissons pourrait être dû à la contraction accrue de leurs muscles respiratoires (en raison des pratiques de méditation gTummo). Ceci est parallèle au fait que l'exercice par temps froid ne provoque pas de frissons en raison de l'augmentation de la production de chaleur [27]. Le rôle exact de la composante méditative sur la perception de la température reste inconnu. Une autre observation intéressante était la bradycardie chez les deux sujets indiquant une altération possible du contrôle de l'autonomie cardiaque. Que cela soit dû à leur technique de méditation / respiration ou à un certain facteur génétique (par exemple [28]) ne peut pas être répondu.
      Il convient de noter qu'il n'est pas possible d'effectuer une analyse statistique appropriée dans une étude de cas. Les résultats actuels fournissent de nouvelles indications et idées, qui devraient conduire à des recherches ultérieures. Cependant, cette étude de cas est unique en raison du fond génétique identique des sujets, ce qui permet d'attribuer les différences de résultats aux caractéristiques du mode de vie. En résumé, nous montrons ici que le «Iceman», qui a un mode de vie fréquemment exposé au froid extrême, n’a pas une production de chaleur et une activité BAT supérieures lors de conditions de froid doux par rapport à son frère jumeau monozygote non acclimaté. Par conséquent, le mode de vie de Iceman n’affecte pas la réponse métabolique au froid léger. L’Iceman a eu une réponse isolante relativement élevée et sa sensation thermique et son confort ont été moins affectés par l’exposition au froid. Sur la base de ces résultats, on pourrait émettre l'hypothèse que l'exposition au froid extrême, fréquente mais à court terme, est moins efficace pour le recrutement des MTD, par rapport aux périodes plus longues. d exposition au froid. Fait intéressant, les deux frères ont montré une forte production de chaleur induite par le froid par rapport aux précédentes études sur le froid modéré chez de jeunes adultes. Cela était probablement dû aux contributions de l'activité des BAT et aux niveaux élevés de contraction du muscle respiratoire associés à la méditation g-Tummo. La respiration de type G-tummo peut donc être responsable de la production de chaleur par temps froid en plus du NST classique.

    Renseignements à l'appui
      Tableau S1 Paramètres sanguins au cours de l'expérience par temps froid. Ce tableau montre plusieurs hormones et métabolites sanguins au début et à 90 et 150 minutes après le début de l’exposition au froid chez les deux sujets.

      Remerciements. Nous voudrions remercier Jos Stegen, Paul Menheere et Nancy Hendrix pour l’analyse des paramètres sanguins et Esther Kornips pour l’analyse des polymorphismes UCP-1 et b3-adrénergiques. En outre, l'assistance de Joris Hoeks dans l'interprétation des données de respiration du muscle squelettique est très appréciée, de même que les discussions fructueuses menées au sein de notre club de littérature.

      Contributions d'auteur. Conçu et conçu les expériences: MJV GHEJV BRMK BB WDvML. Effectué les expériences: MJV GHEJV BRMK. Analyse des données: MJV GHEJV BRMK WDvML. Réactifs, matériaux et outils d’analyse: BB WDvML. A écrit le papier: MJV GHEJV BRMK BB WDvML.

      Figure 1. Protocole d'étude. L'expérience thermo-neutre a commencé le matin du premier jour. Au bout d'une heure, un échantillon de sang a été prélevé, puis le traceur [18F] FDG a été injecté, suivi d'une TEP-TDM une heure plus tard. Dans l'après-midi du premier jour, l'expérience des frissons a été menée. Elle a débuté par une période de référence de 45 minutes à 31 ° C, suivie de 90 minutes d'exposition au froid modéré (31 ° C) afin de déterminer la température ambiante à laquelle les frissons se produisaient. L’expérience du froid modéré du deuxième jour a consisté en une période de référence de 45 minutes (31 ° C) suivie d’une exposition au froid de 150 minutes. Des échantillons de sang ont été prélevés à la fin de la période de référence et 90 et 150 minutes après le début de l'exposition au froid. Le traceur [18F] FDG a été injecté 90 minutes après le début de l'exposition au froid, suivi par le scanner TEP-TDM une heure plus tard. dio: 10.1371 / journal.pone.0101653.g001

      Figure 2. Échelle visuelle analogique (EVA) de la sensation thermique et du confort au cours de l'expérience par temps froid. Cette figure illustre la sensation thermique (A) et le confort (B) des deux sujets au cours de l'expérience par temps froid. doi: 10.1371 / journal.pone.0101653.g002

      Figure 3. Comparaison du CIT, de l'activité BAT et du découplage mitochondrial intrinsèque du muscle squelettique entre le jumeau monozygote et le jeune homme adulte. Les boîtes à moustaches indiquant les valeurs médianes et les plages interquartiles des activités CIT (A) et BAT (B) observées chez de jeunes hommes adultes au cours d’études antérieures [6,17,18,29] (CIT n = 43; activités BAT / n = 45). C) Boîte à moustaches montrant la fuite de proton mitochondrial du muscle squelettique chez de jeunes hommes adultes (n = 30) provenant d'une étude précédente (n = 8) et des résultats non publiés (n = 22). Dans chaque boîte à moustaches, le sujet A est indiqué par un carré noir et le sujet B par un carré ouvert. Les barres à moustaches représentent le 5ème centile (inférieur) et le 95ème (supérieur) centile. doi: 10.1371 / journal.pone.0101653.g003

      Figure 4. Activité du tissu adipeux brun et du muscle respiratoire au cours de l'expérience d'exposition au froid et à la chaleur neutre. A, D) Images TEP dans des conditions thermo-neutre (gauche) et froides (droite) montrant une absorption de [18F] FDG dans le tissu adipeux brun (BAT; flèches rouges) et les muscles respiratoires (RM; flèches blanches). B, E) Tranches transaxiales du sujet A (5 mm d'épaisseur) de la région thoracique (supérieure) et de la région supraclaviculaire (inférieure) illustrant l'activité des MTD (flèches rouges) et du MR (flèches blanches). C, F) [18F] absorption de FDG (SUVmoyen) dans les BAT, le tissu adipeux blanc (WAT), le muscle squelettique (SM) et les muscles respiratoires (RM) lors de conditions thermiques et froides. doi: 10.1371 / journal.pone.0101653.g004


ARTICLE 3
Hyperventilation contrôlée après l'entraînement
Accélérer l'altitude Acclimatation
Pour l'éditeur: Le 28 janvier 2014, un groupe de 26 randonneurs (âgés de 29 à 65 ans), sous la supervision des auteurs, a gravi l’une des plus hautes montagnes du monde (le mont Kilimanjaro 5895 m) en 48 heures (Figure 1). Ce faisant, le groupe semble avoir innové sur le plan médical en utilisant une nouvelle méthode pour largement prévenir, et au besoin inverser, les symptômes du mal des montagnes aigu. Apparemment un groupe de personnes invraisemblable pour un tel exploit, le groupe était composé de non-athlètes ayant peu ou pas d'expérience en escalade, d'habitants de basse altitude, certains avec des diagnostics typiquement handicapants tels que la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde et le cancer métastasé. Les experts en alpinisme ont prédit que l'équipe échouerait à cause de ces données démographiques. Il a été évalué au risque d'épuisement et de malaise d'altitude le plus élevé en raison d'une ascension très rapide (>500 m par jour), d'une altitude finale élevée (>4000 m) et d'antécédents inconnus de MGS (selon une récente revue de la littérature) .1
Pour compenser ces inconvénients significatifs, le groupe a reçu une formation spéciale, comprenant notamment l'encadrement des mentalités, l'exposition au froid et les techniques de respiration, décrite précédemment et actuellement à l'étude par les auteurs2. Les randonneurs ont utilisé des techniques de respiration (hyperventilation contrôlée permanente visant à maintenir la saturation en oxygène). (SpO2) supérieur à 90% au cours de l’ascension, tant prophylactiques que thérapeutiques.Tous les randonneurs ont participé à des séances de respiration de 30 minutes à intervalles réguliers, complétant ainsi une liste de contrôle de sécurité basée sur le système de notation du lac Louis (Figure 2]). «Mon pote» et ont été examinés par le médecin.3
Les résultats ont été remarquables. Premièrement, l'ascension est généralement complétée par 61% des randonneurs et prend de 4 à 7 jours.4 Sur notre groupe, 92% ont achevé l'ascension (2 ont dû s'arrêter à 5681 m). Deuxièmement, le groupe a atteint le sommet (5895 m) en seulement 48 heures. Troisièmement, aucun des randonneurs n’avait un SMA grave après le LLSS ni des symptômes d’hypocapnie dus à l’hyperventilation. Aucun n'avait utilisé une méthode de prévention autre que la formation et les techniques décrites ci-dessus3,4. La LLSS restait inférieure ou égale à 4 pour 22 randonneurs (MGS légère). Quatre patients avaient une LLSS de 5 ou 6 (MGS modérée) à 1 visite, et la LLSS était tombée à 4 ou moins après une séance de respiration de 30 minutes. Deux patients présentaient des signes cliniques d’épuisement physique / respiratoire à 5 581 m, disparaissant après 15 minutes d’oxygénation (12 L / min) et de descente; dont un présentait une hypothermie légère transitoire et un tiers suspectait un œdème pulmonaire d'highaltitude légère (LLSS 5, pouls 97 pulsations / min, SpO2 73%, fréquence respiratoire 18 respirations / min, crachats mousseux, mais absence de crépitations lors de l'auscultation des poumons ) lorsqu’il est descendu dans un camp de repos (3760 m) et qu’il a disparu dans les 3 heures suivant l’administration orale de 30 mg de nifédipine. La technique utilisée par les randonneurs s'appelle la Wim Hof Méthode, d'après l'inventeur inspiré par la méditation Tummo. Tout d’abord, grâce à un entraînement intensif des mentalités, on peut gagner en confiance dans son potentiel physique et il est continuellement mis au défi de repousser les limites physiques et d’améliorer le contrôle de la santé. Deuxièmement, une diminution de la pCO2 par une hyperventilation contrôlée peut stimuler ce processus en améliorant l'endurance et les niveaux d'énergie perçus. Troisièmement, la génération de chaleur corporelle lors d'une exposition progressive au froid à l'aide de techniques de respiration constitue l'un des exercices fondamentaux de la méthode (Tummo). La méthode semble avoir un effet biologique direct sur le système nerveux autonome et mérite une enquête plus poussée.2
La physiopathologie exacte de l'AMS reste incertaine. Selon les auteurs, la gravité et la durée de l’hypoxie hypobare jouent un rôle clé. Les résultats remarquables sont probablement expliqués par l'hyperventilation contrôlée continue réduisant la sévérité de l'hypoxie. Cependant, l’alcalose respiratoire qui en résulte peut provoquer des symptômes tels que vertiges et troubles de la vision. Le fait qu’aucun des randonneurs n’ait présenté de tels symptômes est probablement dû à la formation à long terme. En comparaison avec les études précédentes 4,5, ce rapport suggère que l’acclimatation, ainsi que le soulagement des symptômes du SMA, peuvent être accélérés en toute sécurité. Sur la base de données antérieures, on s’attendait à ce que la majorité de notre groupe connaisse une grave MAM. Les 26 randonneurs présentaient tous des symptômes de MAM, mais même sans prophylaxie, aucun patient ne présentait un MAM grave. Même si nous déconseillons une (très) rapide ascension en raison de risques potentiellement mortels, nous considérons ces résultats comme potentiellement importants pour la prévention et le traitement de la MGS, ainsi que pour les équipes de secours nécessitant une montée rapide avec peu de temps pour s’acclimater. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour élargir ou réviser notre compréhension de la physiologie et du traitement de ces affections.
Geert A. Buijze, MD, PhD Département de chirurgie orthopédique, Centre médical universitaire d'Amsterdam, Amsterdam, Les Pays-Bas Maria T. Hopman, MD, PhD Département de physiologie, Centre médical universitaire de Nimègue, Nimègue, Pays-Bas.
Symptômes et traitement de la conjonctivite aiguë causée par les sécrétions cutanées d'une rainette arboricole veinée (Trachycephalus Venulosus)
À l’éditeur: Nous voudrions décrire notre expérience en matière de traitement d’un cas de conjonctivite toxique aiguë provoquée par une rainette rainurée (Trachycephalus venulosus) qui, à notre connaissance, n’a pas été documentée dans la littérature médicale. Un homme de 22 ans, auparavant en bonne santé, sans allergies connues et ne prenant aucun médicament par jour, travaillait à un projet de conservation au Mexique. Son travail consistait à examiner et à enregistrer les différentes espèces d'amphibiens et de reptiles, ainsi que leurs caractéristiques. Afin de protéger la faune sensible contre les effets potentiellement nocifs du contact humain, l’herpétologiste n’a appliqué aucun insectifuge ni aucune autre substance chimique sur ses mains ou ses avant-bras lors de la manipulation des échantillons. Au cours d'une randonnée prévue dans la journée, l'herpétologiste a capturé une rainette rainurée (Trachycephalus venulosus) et a effectué des mesures détaillées de l'amphibien, y compris son poids et sa longueur, au cours desquelles l'herpétologiste a directement manipulé la grenouille sans porter de gants de protection. Une fois les mesures terminées, la grenouille a été relâchée indemne. Immédiatement après la libération (sans se laver ni s'essuyer les mains), le patient a brossé un moustique de son front. Une minute plus tard, alors que la sueur coulait de son front à ses yeux, il commença à ressentir une sensation de brûlure intense, plus dominante à l'œil droit. La douleur a atteint un niveau maximal en 2 minutes. Il a été décrit comme une douleur très intense, brûlante et aiguë, localisée exclusivement aux yeux. La douleur était si intense que le patient avait du mal à ouvrir les yeux sans que sa vue ne soit affectée. Il a immédiatement essayé de se laver les yeux avec de l'eau potable. Il utilisait environ 1 litre d'eau, mais à cause de la douleur, il ne pouvait toujours pas ouvrir les yeux et se lavait principalement les paupières et le visage. Comme ses symptômes ne se sont pas améliorés, il a été escorté avec l'aide de ses collègues dans le camp de campagne pour une assistance médicale. À son arrivée au camp, la patiente a continué à souffrir de douleurs oculaires graves. Il a décrit une douleur intense, aiguë, brûlante et intense localisée aux deux yeux.
Figure 1. Carte de la route de Marangu montrant l'ascension en fonction du temps.
Figure 2. Liste de contrôle de sécurité pour le mal de montagne aigu. AMS, mal aigu des montagnes; GI, gastro-intestinal; F / W, fatigue / faiblesse; N & V, nausées et vomissements.

WILDERNESS & ENVIRONMENTAL MEDICINE, 25, 484–494 (2014)
Lettres à l'éditeur




    ARTICLE 4
    Activation volontaire du nerveux sympathique système et atténuation de l'immunité innée réponse chez l'homme

    Matthijs Koxa, b, c, 1, Lucas T. van Eijka, c, Jelle Zwaaga, c, Joanne van den Wildenberga, c, Fred C. G. Sweepd, Johannes G. van der Hoevena, c et Peter Pickkersa, ca. Médecine des soins intensifs, anesthésiologie, cNijmegen Institute for Infection, Inflammation and Immunity, et médecine de laboratoire, Centre médical universitaire Radboud, Geert Grooteplein 10, 6500 HB, Nimègue, Pays-Bas. Edité par Tamas L. Horvath, École de médecine de l'Université Yale, New Haven, Connecticut, et accepté par le comité de rédaction le 14 mars 2014 (reçu pour revue le 5 décembre 2013).

    La production excessive ou persistante de cytokines pro-inflammatoires joue un rôle central dans les maladies auto-immunes. L'activation aiguë du système nerveux sympathique atténue la réponse immunitaire innée. Cependant, le système nerveux autonome et le système immunitaire inné sont considérés comme des systèmes qui ne peuvent pas être influencés volontairement. Ici, nous avons évalué les effets d’un programme d’entraînement sur le système nerveux autonome et la réponse immunitaire innée. Des volontaires sains ont été randomisés dans le groupe d'intervention (n = 12) ou le groupe témoin (n = 12). Les sujets du groupe d'intervention ont été formés pendant 10 jours à la méditation (méditation du troisième œil), aux techniques de respiration (i.a., hyperventilation cyclique suivie d'une rétention de souffle) et à l'exposition au froid (i.a., immersions dans de l'eau glacée). Le groupe témoin n'a pas été formé. Par la suite, tous les sujets ont subi une endotoxémie expérimentale (administration in vitro de 2 ng / kg d'endotoxine d'Escherichia coli). Dans le groupe d'intervention, la mise en pratique des techniques apprises a entraîné une alcalose et une hypoxie respiratoires intermittentes, ce qui a entraîné une augmentation importante des taux plasmatiques d'épinéphrine. Dans le groupe d'intervention, les taux plasmatiques de cytokine anti-inflammatoire IL-10 ont augmenté plus rapidement après l'administration d'endotoxines, fortement corrélés aux taux antérieurs d'épinéphrine et étaient plus élevés. Les taux de médiateurs pro-inflammatoires TNF-α, IL-6 et IL-8 étaient plus bas dans le groupe d'intervention et en corrélation négative avec les niveaux d'IL-10. Enfin, les symptômes pseudo-grippaux étaient plus faibles dans le groupe d'intervention. En conclusion, nous démontrons que l'activation volontaire du système nerveux sympathique entraîne la libération d'épinéphrine et la suppression subséquente de la réponse immunitaire innée chez l'homme in vivo. Ces résultats pourraient avoir des implications importantes pour le traitement des affections associées à une inflammation excessive ou persistante, telles que les maladies auto-immunes.

    Importance
      Jusqu'à présent, le système nerveux autonome et le système immunitaire inné étaient considérés comme des systèmes qui ne pouvaient être influencés volontairement. La présente étude montre que, grâce à la mise en pratique de techniques apprises dans le cadre d’un programme d’entraînement à court terme, le système nerveux sympathique et le système immunitaire peuvent effectivement être influencés volontairement. Des volontaires sains pratiquant les techniques apprises ont présenté une augmentation importante de la libération d'épinéphrine, ce qui a entraîné une augmentation de la production de médiateurs anti-inflammatoires et une atténuation subséquente de la réponse des cytokines pro-inflammatoires induite par l'administration intraveineuse d'endotoxines bactériennes. Cette étude pourrait avoir des implications importantes pour le traitement de diverses affections associées à une inflammation excessive ou persistante, en particulier des maladies auto-immunes dans lesquelles des traitements antagonistes des cytokines proinflammatoires ont montré un grand bénéfice.

     Le système immunitaire inné est essentiel à notre survie, mais une production excessive ou persistante de cytokines pro-inflammatoires peut entraîner des lésions tissulaires et des lésions organiques, comme dans les maladies auto-immunes. Les thérapies biologiques antagonistes des cytokines pro-inflammatoires ou de leurs récepteurs sont très efficaces et ont révolutionné le traitement des maladies auto-immunes, telles que la polyarthrite rhumatoïde et la maladie inflammatoire de l'intestin (1, 2). Cependant, ces médicaments sont coûteux et ont des effets secondaires graves (3, 4). Par conséquent, des thérapies innovantes visant à limiter la production de cytokines inflammatoires de manière plus physiologique sont justifiées.
    L'activation aiguë du système nerveux sympathique atténue l'inflammation via l'activation des catécholamines par les récepteurs β2-adrénergiques, illustrée par le fait que l'épinéphrine (nor) atténue la lipopolysaccharide (LPS) induite par la libération de TNF-α in vitro (5, 6) et par la perfusion à court terme de l'épinéphrine limite la production de cytokines proinflammatoires in vivo au cours d'une endotoxémie expérimentale (administration iv de LPS chez des volontaires sains) (7). De plus, dans le cadre d'une réponse au stress, une augmentation des niveaux de catécholamines est souvent accompagnée d'une élévation du cortisol, une hormone immunosuppressive bien connue [via l'activation de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien] (8, 9).

    Outre la modulation exogène (pharmacologique ou électrique) du système nerveux autonome (ANS), la stimulation endogène de l'activité du SNA peut également limiter la réponse inflammatoire, mais le SNA est généralement considéré comme un système qui ne peut pas être influencé volontairement. Cependant, les résultats d'une étude de cas réalisée récemment sur un individu néerlandais, qui détient plusieurs records du monde en matière de résistance au froid extrême, suggèrent le contraire (10). Il a été démontré que cet individu était capable d'activer volontairement le système nerveux sympathique grâce à une méthode mise au point par lui-même impliquant la méditation, l'exposition au froid et des techniques de respiration. Cela a entraîné une augmentation de la libération de catécholamine et de cortisol et une réponse immunitaire innée remarquablement légère au cours d'une endotoxémie expérimentale, par rapport à plus de 100 sujets ayant déjà subi une endotoxémie expérimentale. Dans la présente étude, nous avons étudié les effets de son programme d’entraînement (voir film S1 pour une impression) sur les paramètres du système nerveux sympathique et la réponse immunitaire innée chez des volontaires sains hommes au cours d’une endotoxémie expérimentale de manière contrôlée et randomisée.

    Les caractéristiques initiales des sujets ayant subi une endotoxémie expérimentale dans les deux groupes étaient similaires (Tableau 1).
    Paramètres cardiorespiratoires, température et symptômes. Dans le groupe témoin, les paramètres de gaz sanguin artériel pCO2, pO2, pH, bicarbonate, lactate et saturation en oxygène étaient normaux et ne changeaient pas de manière importante au cours de l'endotoxémie (Fig. 1 A – F). En revanche, chez les personnes formées, la mise en pratique des techniques de respiration acquises a entraîné une diminution immédiate et profonde de la pCO2 et du bicarbonate, ainsi qu'une augmentation du pH (pouvant atteindre 7,75 chez les sujets; Fig. 2 et Movie S2), indiquant une alcalose respiratoire aiguë , qui s'est normalisé rapidement après la cessation des techniques de respiration. La pO2 moyenne est restée pratiquement inchangée chez les sujets entraînés, alors que les taux de lactate étaient significativement élevés, mais pas aux niveaux cliniquement pertinents. Une diminution significative de la saturation en oxygène a été observée dans le groupe formé lors de la pratique des techniques de respiration (Fig. 1F). Les niveaux minimaux de saturation en oxygène dans chaque cycle d'hyper / hypoventilation (après avoir cessé de respirer pendant plusieurs minutes) ont généralement chuté à environ 50% chez les individus entraînés pendant une courte période (-10 s; Fig. 2 et Movie S2). La fréquence cardiaque et la pression artérielle moyenne (MAP) ont montré une tendance typique de l'endotoxémie dans le groupe témoin: une diminution progressive de la MAP et une augmentation compensatoire de la fréquence cardiaque après l'administration de LPS (Fig. 1 G et H). Dans le groupe entraîné, la fréquence cardiaque augmentait après le début des techniques de respiration et se normalisait plus tôt que dans le groupe témoin, alors que la MAP diminuait au cours des techniques de respiration et suivait ensuite le même schéma que dans le groupe témoin. L'administration de LPS a provoqué de la fièvre, avec une augmentation maximale de la température dans le groupe témoin de 1,9 ± 0,2 ° C (moyenne ± SEM), alors que cette augmentation était moins prononcée et normalisée plus tôt dans le groupe formé (Fig. 1I). Les symptômes auto-déclarés (nausées, maux de tête, tremblements, douleurs musculaires et au dos sur une échelle de Likert sur six points) ont atteint leur maximum 1,5 h après l'administration du LPS dans les deux groupes, mais ont été atténués chez les sujets entraînés par rapport au groupe témoin (réduction de 56%). % en niveaux de pointe; Fig. 1J).


    Niveaux de catécholamine et de cortisol. Les taux plasmatiques d'épinéphrine (Fig. 3A) ont fortement augmenté une heure après l'administration du LPS et ont atteint leur maximum à T = 1,5 h dans le groupe témoin. Chez les sujets entraînés, les taux initiaux d'épinéphrine étaient significativement plus élevés par rapport au groupe témoin (moyenne ± SEM: 1,02 ± 0,22 par rapport à 0,35 ± 0,06 nmol / L, P = 0,007) (test t de Student non apparié). Après avoir commencé à pratiquer les techniques de respiration apprises, les niveaux d'épinéphrine ont encore augmenté dans ce groupe et ont atteint un pic juste avant l'administration de LPS (moyenne ± SEM: 2,08 ± 0,37 nmol / L à T = 0 h, les sujets individuels pouvant atteindre 5,3 nmol / L). et est resté élevé jusqu'à la fin des techniques de respiration. Contrairement à l'épinéphrine, les taux de norépinéphrine et de dopamine sont restés dans la plage de référence tout au long de l'expérience (Fig. 3 B et C). Les taux de norépinéphrine étaient similaires entre les groupes au cours de la période de respiration, bien que les sujets entraînés aient présenté des taux plus élevés au début et à la fin des techniques de respiration. En revanche, les niveaux de dopamine étaient légèrement inférieurs chez les individus entraînés au cours des techniques de respiration mais étaient similaires entre les groupes avant et après. Il n'y avait aucune différence dans les taux sériques de cortisol, une hormone de stress, entre les groupes avant ou pendant la période au cours de laquelle le groupe formé pratiquait ses techniques; cependant, les niveaux se normalisent plus rapidement chez les individus entraînés (Fig. 3D).
     Compte de leucocytes. Le nombre total de leucocytes dans les deux groupes a montré le schéma biphasique typique induit par une endotoxémie avec une leucopénie initiale suivie d'une leucocytose (Fig. S1A). Les concentrations de leucocytes étaient nettement plus élevées chez les individus entraînés. 30 min après le début des techniques de respiration (T = 0 h), une augmentation du nombre de lymphocytes a été observée chez les individus entraînés, ce qui n'était pas présent dans le groupe témoin (Fig. S1B). Les concentrations de neutrophiles et de monocytes étaient similaires ps à ce moment précoce, mais étaient nettement plus élevés dans le groupe formé à des moments ultérieurs (Fig. S1 C et D).
     Cytokines plasmatiques. Les concentrations plasmatiques des cytokines pro-inflammatoires TNF-α, IL-6 et IL-8, ainsi que de la cytokine anti-inflammatoire IL-10, ont toutes augmenté de façon marquée après l'administration de LPS dans les deux groupes (Fig. 4). Cependant, chez les individus entraînés, les taux de TNF-α, IL-6 et IL-8 étaient significativement atténués, alors que la réponse à l'IL-10 était considérablement augmentée par rapport au groupe témoin (TNF-α, IL-6 et IL-8). niveaux inférieurs de 53%, 57% et 51%; niveaux d’IL-10 de 194% plus élevés). En outre, les taux d'IL-10 dans le groupe formé ont augmenté rapidement après l'administration de LPS (à T = 1 h) et ont atteint leur maximum une heure avant le pic observé dans le groupe témoin. Conformément aux rapports précédents (11), les concentrations plasmatiques de la cytokine pro-inflammatoire IL-1β étaient à peine détectables au cours de l'endotoxémie humaine. Les concentrations étaient inférieures à la limite de détection (3,9 pg / ml) chez tous les sujets sauf quatre (deux dans chaque groupe, présentant de très faibles concentrations (4 à 6 pg / ml) à un ou trois moments dans le temps, sans cinétique apparente dans le temps). Les concentrations de la cytokine anti-inflammatoire TGF-β ne présentaient aucune cinétique après l'administration de LPS et n'étaient pas différentes entre les groupes (Fig. S2A). Nous avons également mesuré les concentrations plasmatiques de leptine, une adipokine exerçant une activité pro-inflammatoire. Au départ (T = -1 h), on a observé une tendance à la baisse des niveaux de leptine dans le groupe formé par rapport au groupe témoin (moyenne ± SEM: 3,36 ± 0,55 vs 4,99 ± 0,74 ng / mL, P = 0,09, non apparié Test de Student), qui est resté apparent à tous les moments ultérieurs (Fig. S2B). La cinétique de la leptine a montré un schéma biphasique avec une diminution initiale modeste suivie d'une augmentation progressive dans les deux groupes. Cependant, il n'y avait pas de différences entre les groupes au fil du temps.
    Analyses de corrélation. Comme le montre la figure 5A, il existait une forte corrélation positive (rs = 0,82, p = 0,001) entre les niveaux d'épinéphrine dans le groupe formé à T = 0 h (30 min après le début des techniques de respiration) et l'augmentation précoce du taux d'IL-1. 10 niveaux à T = 1 h, qui n'étaient pas présents dans le groupe témoin (rs = 0,18, P = 0,571). En outre, il existait des corrélations inverses significatives entre les taux de cytokine anti-inflammatoire IL-10 à T = 1 h et les taux maximaux de médiateurs pro-inflammatoires TNF-α (atT = 1,5h), IL-6 (atT = 2h) et IL -8 (atT = 2h) dans le groupe formé (Fig. 5 B – D). Dans le groupe témoin, aucune corrélation inverse de ce type entre l'IL-10 et les cytokines proinflammatoires n'a été observée. En fait, nous avons trouvé des corrélations positives significatives entre les niveaux précédents de TNF-α et d’IL-6 et les niveaux d’IL-10 à des instants ultérieurs (TNF-αT = 1 vs. IL-10T = 2: rs = 0,59, P = 0,045 et IL-6T = 1,5 contre IL-10T = 2: rs = 0,60, P = 0,039).

    Discussion
    Nous montrons ici qu'un programme de formation à court terme et la mise en pratique des techniques de respiration apprises au cours de ce programme entraînent la libération d'épinéphrine, l'induction d'une production précoce d'IL-10 anti-inflammatoire et, par conséquent, l'atténuation de la réponse immunitaire innée proinflammatoire au cours d'une endotoxémie humaine expérimentale. En outre, les personnes formées ont présenté moins de symptômes pseudo-grippaux associés à une endotoxémie et une normalisation plus rapide de la fièvre et des niveaux de cortisol, qui sont probablement le résultat de la réponse pro-inflammatoire atténuée.
    Cette étude démontre que la réponse immunitaire innée in vivo peut être influencée volontairement de manière non pharmacologique par l'activation volontaire du système nerveux sympathique. Conformément aux données de notre groupe témoin, il a déjà été démontré que l'endotoxémie humaine entraînait une augmentation des taux d'épinéphrine (12). Cependant, chez les personnes formées, les niveaux d'épinéphrine étaient déjà profondément augmentés 30 minutes après le début de la pratique des techniques de respiration, avant l'administration du LPS. Les niveaux d'épinéphrine chez les individus formés étaient encore plus élevés que ceux rapportés dans une étude récente dans laquelle il avait été découvert que le stress aigu provoqué par un saut à l'élastique supprimait la production de cytokines par des leucocytes ex vivo stimulés par le LPS (13). 800 Comme les niveaux de norépinéphrine, de dopamine et de cortisol n'étaient pas augmentés sur 600 dans le groupe d'entraînement, il semble que les techniques entraînent principalement une stimulation de l'entrée sympathique dans la médullosurrénale, car c'est la source d'épinéphrine la plus abondante dans le corps et dans l'épinéphrine. -les cellules chromaffines productrices de la médullosurrénale sont beaucoup plus abondantes que celles produisant de la noradrénaline (14).

    Les effets de potentialisation observés sur la production d'anti-inflammatoire IL-10 ainsi que l'atténuation des taux de cytokines pro-inflammatoires sont en accord avec une étude réalisée précédemment, où l'épinéphrine était in vitro. administré avant le LPS chez des volontaires sains et entraînait une production précoce et accrue d’IL-10 (7) et des études montrant que le prétraitement avec l’IL-10 entraînait une atténuation de la réponse proinflammatoire chez des volontaires sains (15, 16). Dans le groupe d’entraînement, fortes corrélations inverses entre les niveaux d’IL-10 à un stade précoce et des niveaux maximaux ultérieurs des médiateurs pro-inflammatoires ont été trouvés, alors que dans le groupe témoin, l'inverse a été constaté: corrélations positives entre les niveaux précédents de médiateurs pro-inflammatoires et les niveaux maximaux ultérieurs d'IL-10. Ces résultats indiquent que la réponse pro-inflammatoire détermine la production d'IL-10 dans le groupe témoin, alors que l'augmentation précoce de la production d'IL-10 induite par l'épinéphrine inhibe la proinflammation dans le groupe formé. Les augmentations précoces des lymphocytes et les concentrations plus élevées de neutrophiles en circulation dans le groupe de formation par rapport au groupe de contrôle peuvent également être attribuées aux taux élevés d'épinéphrine observés chez les individus entraînés, car les catécholamines induisent une leucocytose caractérisée par une lymphocytose initiale suivie d'une augmentation des autres. sous-populations (17). De plus, des modifications similaires du nombre de leucocytes avaient déjà été observées au cours d'une hyperventilation volontaire (18). Notre étude est limitée par le fait que nous n'avons pas mesuré les sous-types spécifiques de leucocytes tels que les nombres de CD3, CD4 et CD8, ainsi que les cellules B, les cellules dendritiques et les cellules tueuses naturelles (NK), dont certaines se sont avérées spécifiquement altéré par les catécholamines et / ou le stress (19, 20).

    Il semble que ce soient principalement les techniques de respiration utilisées par les individus entraînés qui expliquent l'augmentation de l'épinéphrine et l'atténuation ultérieure de la réponse inflammatoire. Une des limites de notre plan d’étude est qu’elle ne permet pas d’identifier le composant particulier des exercices de respiration pratiqué qui entraîne une augmentation des taux d’épinéphrine. De plus, l’effet de la durée de la formation et de la durée de la propension à des réponses modifiées après la formation n’a pas encore été déterminé. Cependant, les effets sur l'épinéphrine sont probablement une conséquence de la phase d'hyperventilation et de l'hypoxie dues à la rétention de la respiration, car il a été démontré que les deux augmentaient les niveaux d'épinéphrine (18, 21 à 24). L’augmentation de l’épinéphrine induite par l’hyperventilation dépendait de la diminution des niveaux de bicarbonate, l’hyperventilation combinée à une perfusion de bicarbonate (entraînant hypocapnie et alcalose mais des taux de bicarbonate normaux) annulait l’augmentation de l’épinéphrine (24). Inconcordance, dans la présente étude, les taux de bicarbonate étaient significativement plus bas chez les sujets entraînés lors de la pratique des techniques de respiration par rapport aux sujets témoins. Il est peu probable que la réponse atténuée en cytokines soit le résultat direct d’une pCO2 faible et d’un pH élevé, car l’alcalose hypocapnique, par opposition à l’acidose hypercapnique (25), n’est pas associée à des effets anti-inflammatoires. Par conséquent, l'épinéphrine est le facteur intermédiaire le plus probable (7). Néanmoins, on ne peut exclure que d'autres éléments de l'entraînement, mis à part la pratique des exercices de respiration, aient finalement affecté la réponse immunitaire innée induite par le LPS. Par exemple, l'exposition au froid extrême et au réchauffement subséquent au cours des sessions de formation pourrait avoir résulté en un préconditionnement ischémique et / ou en une libération de motifs moléculaires associés au danger (DAMP), pouvant conduire à un état de tolérance vis-à-vis du LPS ultérieur.
    Il reste à déterminer si les résultats de cette étude utilisant un modèle d'inflammation aiguë chez des volontaires sains peuvent être extrapolés à des patients atteints de maladies auto-immunes chroniques. Par exemple, le stress chronique peut être nocif dans ces conditions en raison de l'induction de médiateurs pro-inflammatoires (26), alors que des crises de stress à court terme, similaires aux effets de l'intervention de formation décrite dans cette étude, peuvent être bénéfiques en raison d'effets immunosuppresseurs ( 26). Il est intéressant de noter que le potentiel anti-inflammatoire in vivo chez l'homme des produits biologiques actuellement utilisés dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde a été établi pour la première fois dans des études de démonstration du principe de l'endotoxémie humaine (27, 28), illustrant la pertinence du modèle pour étudier de nouvelles thérapies de ce type. type de maladie.

    En conclusion, la présente étude de démonstration de principe démontre que le système nerveux sympathique et le système immunitaire peuvent être volontairement influencés par la mise en œuvre de techniques relativement faciles à apprendre dans un court laps de temps. Il pourrait donc avoir des implications importantes pour le traitement de diverses affections associées à une inflammation excessive ou persistante, en particulier des maladies auto-immunes.

    Matériels et méthodes Sujets.
    Cette étude contrôlée randomisée parallèle a été enregistrée sur ClinicalTrials.gov sous le numéro NCT01835457. Après approbation par le comité d'éthique local du centre médical de l'université Radboud de Nimègue (CMO 2012/455), 30 volontaires néerlandais, hommes en bonne santé et non-fumeurs, ont été inclus dans l'essai. Tous les sujets ont fourni un consentement éclairé écrit et les expériences étaient conformes à la Déclaration d'Helsinki, y compris les révisions actuelles, et aux directives de bonnes pratiques cliniques. Les sujets ont été examinés avant le début de l’expérience et ont subi un examen physique normal, ctrocardiographie et valeurs de laboratoire de routine. Les critères d'exclusion étaient les suivants: maladie fébrile au cours des deux semaines précédant l'expérience d'endotoxémie, prise de médicaments sur ordonnance, antécédents de collapsus vagal spontané, pratique ou expérience de tout type de méditation ou participation à un essai antérieur dans lequel le LPS avait été administré. Les sujets ont été répartis au hasard dans le groupe formé (n = 18) ou le groupe témoin (n = 12) par l'ouverture d'une enveloppe scellée préparée par une infirmière de recherche non impliquée dans l'étude. Après avoir terminé le programme de formation, 12 des 18 sujets entraînés ont été assignés au hasard pour participer aux expériences expérimentales d'endotoxémie (expliqués plus en détail dans Conception de l'étude et procédure de formation ci-dessous).

    Trois sujets du groupe témoin ayant subi une endotoxémie le même jour et ayant reçu du LPS par la même ampoule ont été exclus de l'essai et remplacés. Leurs symptômes, l'élévation de la température, la réponse hémodynamique et la réponse aux cytokines étaient incompatibles avec le fait d'avoir reçu une dose adéquate de 2 ng / kg de LPS. La détermination par lots des taux de cytokines a révélé des taux exceptionnellement bas chez les trois sujets: leur pic de réponse aux cytokines (TNF-α et IL-6) était inférieur à la moitié de celui des taux les plus faibles enregistrés dans une cohorte de 112 sujets de sexe masculin en bonne santé ayant subi une endotoxémie expérimentale (10) et atteint un pic à des moments atypiques (sujet 1, TNFα = 39 pg / mL 4 h après l'administration de LPS et IL-6 = 27 pg / mL 4 h après l'administration de LPS; sujet 2, TNF-α = 32 pg / mL 3 h après l'administration de LPS et d'IL-6 = 31 pg / mL 3 h après l'administration de LPS et le sujet 3, TNF-α = 9 pg / mL 2 h après l'administration de LPS et IL-6 = 7 pg / mL 3 h après l'administration du LPS). Par conséquent, une erreur d’administration de la dose d’endotoxine a été supposée et les sujets ont été remplacés.
    Conception de l'étude et procédure de formation. L'étude a été menée séquentiellement en deux blocs identiques, chacun comprenant neuf sujets du groupe formé (dont six ont finalement participé aux expériences d'endotoxémie, expliquées ci-dessous) et six sujets du groupe témoin. Cette conception a été choisie pour minimiser les biais dus aux différences d'intervalle entre la fin de la période d'entraînement et les expériences d'endotoxémie. Le but de notre étude étant d'étudier les effets de l'intervention d'entraînement sur la réponse immunitaire innée dans un modèle d'inflammation systémique normalisé, nous n'avons pas évalué les effets de l'intervention d'entraînement sur les paramètres du système immunitaire en l'absence d'endotoxémie. Un aperçu schématique de la conception de l'étude (un bloc) est présenté à la figure S3. Le groupe formé a été formé par le Néerlandais Wim Hof ​​et trois formateurs qui avaient déjà suivi un cours d’instructeur de Wim Hof ​​pour devenir formateur. Un médecin de l’équipe d’étude (L.T.v.E.) et le chercheur principal (M.K.) ont assisté à toutes les séances de formation (en Pologne et aux Pays-Bas), ainsi qu’aux expériences expérimentales d’endotoxémie. Les quatre premiers jours du programme de formation ont eu lieu en Pologne et ont été les plus intensifs. Le programme comportait trois éléments principaux: la méditation, l'exposition au froid et les techniques de respiration (voir Film S1 pour une impression du programme de formation).

    i) La méditation, dite «méditation du troisième œil», est une forme de méditation comprenant des visualisations visant à une relaxation totale.
    ii) Au cours de la formation, les sujets se sont volontairement exposés au froid de plusieurs manières: rester debout dans la neige pieds nus pendant 30 min au maximum et rester torse nu dans la neige pendant 20 min; plonger / nager quotidiennement dans de l'eau glacée (0–1 ° C) pendant plusieurs minutes (y compris les submersions complètes); et la randonnée sur une montagne enneigée (altitude: 1 590 m) la poitrine nue, ne portant que des shorts et des chaussures à des températures allant de -5 à -12 ° C (refroidissement éolien: -12 à -27 ° C).
    iii) Techniques de respiration, consistant en deux exercices. Au cours du premier exercice, il a été demandé aux sujets d’hyperventiler pendant 30 respirations en moyenne. Par la suite, les sujets ont expiré et ont retenu leur souffle pendant environ 2-3 minutes («phase de rétention»). La durée de rétention de la respiration était entièrement à la discrétion du sujet lui-même. La rétention respiratoire était suivie d'une inspiration profonde, maintenue pendant 10 s. Par la suite, un nouveau cycle d'hyper / hypoventilation a commencé. Le deuxième exercice consistait en inspirations profondes et expirations dans lesquelles chaque inspiration et expiration était suivie d'une haleine de souffle pendant 10 s, durant laquelle le sujet resserrait tous les muscles de son corps. Ces deux exercices de respiration ont également été réalisés lors des expériences d'endotoxémie. Le programme d’entraînement comprenait également des exercices de musculation (par exemple, des pompes et des techniques d’équilibre du yoga).

    À leur retour de Pologne, les sujets ont pratiqué les techniques qu'ils ont apprises quotidiennement à la maison (2–3 h / j; l'exposition au froid était obtenue en prenant des douches froides) jusqu'au jour de l'expérience d'endotoxémie (5 à 9 jours plus tard). En outre, une dernière formation de groupe a eu lieu et à la fin de cette journée, si x des neuf sujets formés (dans chaque bloc) ont été sélectionnés au hasard pour participer aux expériences d'endotoxémie, en utilisant la méthode de l'enveloppe scellée. Cette sélection a été effectuée pour permettre le remplacement du sujet en cas d'événement indésirable ou de maladie chez l'un des sujets entraînés sélectionnés pour les expériences d'endotoxémie. Les sujets sélectionnés ont pratiqué lors d'une dernière séance d'entraînement dirigée par Wim Hof, la veille du jour de l'expérience sur l'endotoxémie. Wim Hof ​​était présent pour encadrer les sujets pendant les trois jours d’expérimentation sur l’endotoxémie durant les 3 heures de pratique des techniques apprises par les sujets du groupe formé. Le groupe témoin n'a subi aucune procédure d'entraînement pendant toute la période de l'étude.

    Endotoxémie humaine expérimentale. Les sujets se sont abstenus de consommer de la caféine ou des substances contenant de l'alcool 24 heures avant le début de l'expérience et des aliments 10 heures avant le début de l'expérience d'endotoxémie. Les expériences ont été effectuées à l'unité de recherche du département de soins intensifs. Les procédures du jour de l'expérience sur l'endotoxémie sont illustrées à la figure S4. Le lipopolysaccharide purifié (LPS, endotoxine de référence des États-Unis Escherichia coli O: 113) obtenu auprès de la section du développement pharmaceutique des National Institutes of Health, fourni sous forme de poudre lyophilisée, a été reconstitué dans 5 ml de solution saline à 0,9% pour injection et vortex mélangés pendant au moins 20 min après la reconstitution. La solution de LPS a été administrée par voie intraveineuse. injection en bolus à une dose de 2 ng / kg de poids corporel en 1 min à T = 0 h. Une canule a été placée dans une veine antécubitale pour permettre la perfusion d'une solution à 0,9% de NaCl; les sujets ont reçu 1,5 L de NaCl à 0,9% pendant 1 heure, 1 heure avant la perfusion d’endotoxines (préhydratation) dans le cadre de notre protocole d’endotoxémie standard (29), suivi de 150 mL / h jusqu’à 6 h après la perfusion d’endotoxines et de 75 mL / h jusqu’au fin de l'expérience. L'artère radiale a été canulée à l'aide d'un cathéter artériel de calibre 20 (Angiocath; Becton Dickinson) et connectée à un ensemble de surveillance de la pression artérielle (Edwards Lifesciences) afin de permettre une surveillance continue de la pression artérielle et des prélèvements sanguins. Les données de fréquence cardiaque (électrocardiogramme à trois dérivations), de pression artérielle, de fréquence respiratoire et de saturation en oxygène (oxymétrie de pouls) ont été enregistrées à partir d'un moniteur patient MP50 de Philips toutes les 30 s à l'aide d'un système d'enregistrement de données développé à l'interne 1 h avant l'administration de LPS jusqu'à la sortie de l'unité de soins intensifs 8 h après l'administration de LPS. La température corporelle a été mesurée à l'aide d'un thermomètre tympanique à infrarouge (FirstTemp Genius 2; Sherwood Medical). Les symptômes pseudo-grippaux induits par le LPS (maux de tête, nausées, frissons, douleurs musculaires et au dos) ont été notés toutes les 30 minutes sur une échelle de Likert en six points (0 = aucun symptôme, 5 = le pire ressenti), donnant un score total de 0–25.

    Trente minutes avant l’administration de LPS (T = −0,5 h), les sujets du groupe formé ont commencé la première technique de respiration (cycles hyper / hypoventilation, voir Film S2) jusqu’à T = 1 h, suivie de la deuxième technique de respiration (inhalation profonde et expiration). en combinaison avec le raffermissement des muscles) jusqu'à T = 2,5 h. Par la suite, les sujets ont cessé de pratiquer toutes les techniques. Le groupe témoin n'a pratiqué aucune technique pendant la journée d'expérimentation sur l'endotoxémie.
    Paramètres de gaz sanguins. Les paramètres de gaz sanguins ont été analysés dans du sang artériel anticoagulé par l'héparine de lithium à l'aide de cartouches CG4 + et d'un analyseur de gaz sanguins i-STAT au point de service (Abbott).

    Catécholamines. Le sang a été recueilli dans des tubes refroidis d'héparine de lithium et a été immédiatement placé sur de la glace et centrifugé à 2 000 xg pendant 10 min à 4 ° C, après quoi le plasma a été stocké à -80 ° C jusqu'à l'analyse. Les concentrations plasmatiques de norépinéphrine, d'épinéphrine et de dopamine ont été mesurées à l'aide de méthodes d'analyse de routine également utilisées pour les échantillons de patients (HPLCy avec détection fluorimétrique, comme décrit précédemment) (30).

    Cortisol. Le sang a été recueilli dans des tubes séparant le sérum et a été laissé se coaguler à la température ambiante pendant au moins 30 minutes. Ensuite, les échantillons ont été centrifugés à 2000 xg pendant 10 min à 4 ° C, après quoi le sérum a été stocké à -80 ° C jusqu'à l'analyse. Les taux de cortisol ont été déterminés à l'aide d'une méthode d'analyse de routine également utilisée pour les échantillons de patients (immunodosage par électrochimiluminescence sur Modular Analytics E170 (Roche Diagnostics).
    Compte de leucocytes et différenciation. L'analyse du nombre et de la différenciation des leucocytes a été réalisée dans du sang anticoagulé par EDTA en utilisant des méthodes d'analyse de routine également utilisées pour les échantillons de patients (analyse cytométrique en flux sur un Sysmex XE-5000.
    Cytokines plasmatiques. Le sang anticoagulé à l'EDTA a été centrifugé immédiatement à 2000 xg pendant 10 min à 4 ° C, après quoi le plasma a été stocké à -80 ° C jusqu'à l'analyse. Les concentrations de TNF-α, d’IL-6, d’IL-8 et d’IL-10 ont été mesurées à l’aide d’un dosage simultané de Luminex conformément aux instructions du fabricant (Milliplex; Millipore). L’IL-1β, le TGF-β et la leptine ont été mesurés à l’aide de tests ELISA conformément aux instructions du fabricant (IL-1β et TGF-β, Quantikine et la leptine Duoset; les deux Systèmes).
    Calculs et analyses statistiques. Les données sont représentées sous forme de médiane et d'intervalle / intervalle ou moyenne et de SEM en fonction de leur distribution (calculée par le test de Shapiro-Wilk). Les tests statistiques utilisés sont indiqués dans les légendes des figures / tableaux ou dans le texte. La corrélation de Spearman a été utilisée. Une valeur de p <0,05 était considérée comme statistiquement significative. Les calculs statistiques ont été effectués à l'aide de Graphpad Prism version 5.0 (logiciel GraphPad).
    REMERCIEMENTS. Les auteurs remercient K. Mostard, K. Pijper, D. Bernard et E. Hof pour leur aide lors des sessions de formation; le centre sportif de l'Université Radboud de Nimègue, qui a fourni l'espace nécessaire aux journées d'entraînement aux Pays-Bas; et les infirmières de recherche de l'unité de soins intensifs du centre médical de l'université Radboud, qui ont apporté leur aide pendant les expériences d'endotoxémie. Cette étude a été financée par une subvention de Serendipity de Reumafonds (www. Reumafonds.nl).

     Fig. 1. Paramètres cardiorespiratoires, température et symptômes au cours d'une endotoxémie expérimentale chez des sujets témoins et entraînés. (A) Pression partielle de dioxyde de carbone (pCO2) dans le sang artériel. (B) Pression partielle d'oxygène (pO2) dans le sang artériel. (C) pH dans le sang artériel. (D) Bicarbonate (HCO3−) dans le sang artériel. (E) lactate dans le sang artériel. (F) Saturation en oxygène mesurée par oxymétrie de pouls. (G) fréquence cardiaque (HR). (H) Pression artérielle moyenne (MAP). (I) température. (J) Score des symptômes auto-déclarés. Les données sont exprimées en moyenne ± SEM de 12 sujets par groupe. La boîte grise indique la période au cours de laquelle les sujets entraînés ont mis en pratique leurs techniques de respiration. Les valeurs de p entre les groupes ont été calculées à l'aide de mesures répétées d'analyse de variance à deux voies (ANOVA, terme d'interaction). UA, unités arbitraires; bpm, battements par minute.

     Fig. 2. Modifications cardiorespiratoires et biochimiques au cours de l'hyperventilation cyclique et de la rétention de la respiration chez un sujet représentatif du groupe formé. (A) La fréquence respiratoire a augmenté alternativement jusqu'à environ 20 respirations par minute (bpm) pendant plusieurs minutes, puis est tombée à zéro lors de la rétention volontaire de l'haleine. Ces changements cycliques de la respiration ont entraîné de profonds changements dans la saturation en oxygène (B), le rythme cardiaque (C) et la pression artérielle moyenne (D). Les données représentées ont été échantillonnées sur le moniteur toutes les 10 s. À la fin de chaque phase d'hyperventilation et de phase de rétention de souffle, un échantillon de sang artériel a été prélevé pour l'analyse des gaz sanguins artériels. Les résultats en sont présentés dans le tableau ci-dessous D. Les cycles d'hyper / hypoventilation chez ce sujet particulier peuvent être visualisés en Film S2.

    Fig. 3. Concentrations plasmatiques de cathécholamine et de cortisol sérique au cours d'une endotoxémie expérimentale chez des sujets témoins et entraînés. (A) épinéphrine plasmatique. (B) noradrénaline plasmatique. (C) dopamine plasmatique. (D) cortisol sérique. Les données sont exprimées en moyenne ± SEM de 12 sujets par groupe. La boîte grise indique la période au cours de laquelle les sujets entraînés ont mis en pratique leurs techniques de respiration. Les valeurs de p entre les groupes ont été calculées à l'aide de mesures répétées d'analyse de variance dans les deux sens (ANOVA, terme d'interaction).
     
    Fig 4. Concentrations plasmatiques en cytokines au cours de l'endotoxémie chez des sujets témoins et entraînés. (A, C, E et G) Valeurs médianes des cytokines pro (TNF-α, IL-6 et IL-8) et anti-inflammatoires (IL-10) (n = 12 par groupe). (B, D, F et H) Médian ± aire interquartile de l'aire sous courbe (AUC) des cytokines pro (TNF-α, IL-6 et IL-8) et anti-inflammatoires (IL-10) (n = 12 par groupe; unité: × 104 pg / mL.h). Les valeurs de p ont été calculées à l'aide de tests de Mann-Whitney.
     
    Fig. 5. Corrélations chez des individus formés. (A) Corrélation entre les concentrations plasmatiques maximales d'épinéphrine (à T = 0 h) et les concentrations plasmatiques de la cytokine anti-inflammatoire IL-10 à T = 1 h. (B) Corrélation entre les taux plasmatiques de la cytokine anti-inflammatoire IL-10 à T = 1 h et les taux plasmatiques maximaux de la cytokine pro-inflammatoire TNF-α (à T = 1,5 h). (C) Corrélation entre les taux plasmatiques de la cytokine anti-inflammatoire IL-10 à T = 1 h et les concentrations plasmatiques maximales de la cytokine pro-inflammatoire IL-6 (à T = 2 h). (D) Corrélation entre les taux plasmatiques de la cytokine anti-inflammatoire IL-10 à T = 1 h et les taux plasmatiques maximaux de la cytokine pro-inflammatoire IL-8 (à T = 2 h). Les valeurs de R et P ont été calculées en utilisant la corrélation de Spearman.



ARTICLE 5
Voici l'article sur la capacité des sujets entrainés à répondre à l'injection d'une endotoxine.
Le rôle des résultats attendus pour un programme de formation comprenant la méditation, des exercices de respiration et une exposition au froid sur la réponse à l'administration d'endotoxines: une étude de preuve de principe.

Résumé
Les espérances jouent un rôle majeur dans le traitement d'une vaste gamme de pathologies à médiation immunitaire et peuvent renforcer ou imiter les effets de thérapies régulières à long terme. Cette étude s'ajoute à une étude récemment publiée de Kox et al. (PNAS 111: 7379–7384, 2014) sur la capacité d'influencer volontairement la réponse au stress physiologique chez des hommes en bonne santé après un programme de formation comprenant la méditation, les techniques de respiration et le froid, qui a donné des résultats très prometteurs en clinique, réponse autonome et immunitaire à une inflammation induite expérimentalement (en utilisant le modèle expérimental d'endotoxémie humaine). Dans le cadre de ce projet, un certain nombre de variables ont été incluses pour évaluer le rôle des attentes en termes de résultats généralisés (optimisme, neurotic) et spécifiques (liés aux effets de la formation sur la santé) sur la réponse à l'administration d'endotoxines après la formation. . Des indications ont été trouvées, en particulier l'optimisme de l'attente des résultats généralisés est un déterminant potentiel des réponses autonome (épinéphrine: rho = 0,76, p <0,01) et immunitaire (interleukine 10: rho = 0,60, p <0,05) l'inflammation après la formation, alors que des attentes plus spécifiques en matière de
les effets de la formation pourraient être particulièrement pertinents pour le rapport de symptôme clinique (symptômes pseudo-grippaux: rho = −0,71, p <0,01). Cette étude de démonstration de principe fournit les premières indications de traitements novateurs potentiels pour modifier les réponses immunomodulatrices par le biais de mécanismes psychologiques. En cas de duplication, ces résultats peuvent être utilisés pour prédire les réponses à l'entraînement et en atténuer les effets par des interventions induisant l'optimisme chez les patients présentant des états rhumatismaux à médiation immunitaire.
Mots-clés Cytokines. Espérances. Inflammation. Optimisme Étude de démonstration de principe. Psychologie

Introduction
Les facteurs psychologiques sont censés jouer un rôle majeur dans l'issue du traitement d'une grande variété d'affections à médiation immunitaire, telles que l'arthrite rhumatoïde [1–3]. En particulier, la vaste littérature sur les effets placebo a montré que les attentes en matière de santé peuvent induire des réponses immunitaires pouvant influer directement et positivement sur les résultats en matière de santé et de traitement, tandis que les attentes négatives en matière de traitement peuvent faire en sorte qu'une substance inerte crée des effets néfastes ou provoque des effets indésirables. effets [4–7]. Par exemple, les espérances de résultat basées sur le conditionnement, telles que le renforcement partiel des doses de traitement, pourraient entraîner une réduction significative du traitement actif et des effets indésirables rapportés dans diverses affections, sans impact négatif sur l'activité de la maladie et la notification des symptômes [8–11 ]. De plus, les espérances de résultats basées sur des suggestions verbales sur l'efficacité d'un traitement ont été importantes pour prédire les résultats du traitement. Cependant, des effets particulièrement prometteurs ont été trouvés pour la combinaison des mécanismes d’attente des résultats (conditionnement et suggestions verbales) [8-13]. Ainsi, les résultats attendus peuvent renforcer ou imiter les effets des thérapies régulières à long terme et pourraient être utilisés pour trouver des moyens innovants d'optimiser la réponse au traitement individuel dans les conditions nécessitant un traitement pharmacologique à long terme [6, 14, 15].
Une étude de cas d’un particulier néerlandais, Wim Hof, qui a mis au point un programme de formation comprenant la méditation, des techniques de respiration et une exposition au froid pour influencer volontairement la réponse physiologique au stress, a révélé que cet individu semblait activer fortement le système nerveux sympathique et atténuer la réponse immunitaire en réaction à une inflammation induite expérimentalement contrôlée (à l'aide du modèle expérimental d'endotoxémie humaine) [16]. Récemment, un essai contrôlé randomisé (ECR) portant sur la validation de principe chez 12 volontaires hommes en bonne santé, comparé à 12 volontaires non formés, a examiné les effets de ce programme de formation sur d'autres, montrant des effets remarquablement similaires [17]. S'il est reproduit dans un échantillon plus important, un tel programme de formation pourrait avoir des implications importantes pour le traitement, par exemple, des maladies auto-immunes.
Afin de mieux comprendre les variables potentielles susceptibles de prédire l'efficacité d'une telle formation, il est utile de savoir si des variables psychologiques spécifiques, telles que les espérances de résultats, sont liées à la réponse à l'inflammation expérimentale après la formation. Des différences individuelles plus stables (par exemple, des caractéristiques de personnalité d'optimisme ou de neuroticisme) dans les attentes peuvent être distinguées des attentes plus spécifiques et dépendant de la situation concernant les résultats d'un traitement ou d'une intervention particulier (états d'espérances de résultats spécifiques). La personnalité qui caractérise l'optimisme (l'attente générale que de bonnes choses vont se passer) et le névrotisme (la tendance à expérimenter des états émotionnels négatifs et à considérer le monde comme une menace) représente des caractéristiques d'espérance de résultats généralisées (positives ou négatives), respectivement. Tous deux ont montré qu'ils prédisaient les résultats futurs de la morbidité et même de la mortalité dans diverses populations et étaient liés au système de stress et au fonctionnement du système immunitaire [18–20]. Les attentes de résultats plus spécifiques, dépendant de la situation et se concentrant directement sur les résultats d'un traitement donné ont également démontré leur incidence sur le stress et le système immunitaire, à côté des effets sur les rapports de symptômes plus cliniques [6 , 20]. Étant donné que les résultats attendus sont supposés modifier la réponse au stress psychophysiologique, le rôle des résultats attendus peut être particulièrement visible et pertinent dans la réponse à un facteur de stress, tel qu'une inflammation induite [13]. La présente étude explore le rôle des attentes en termes de résultats généralisés (optimisme, neuroticisme) par rapport aux effets spécifiques (liés aux effets d'entraînement) dans les réponses cliniques, autonomes et immunitaires induites par l'administration d'endotoxines après le programme de formation décrit précédemment.

Matériaux et méthodes
Conception

Cette étude a été réalisée dans le cadre d'un essai contrôlé randomisé et à validation de principe mené auprès de 24 volontaires néerlandais en bonne santé. Le protocole d'étude a été approuvé par le comité d'éthique local du centre médical de l'université Radboud (CMO2012 / 454). Tous les sujets ont fourni un consentement éclairé écrit, et l'étude a été menée conformément aux directives de la déclaration d'Helsinki et des bonnes pratiques cliniques. Comme indiqué de manière plus détaillée dans le document précédemment publié sur les effets de la formation sur la réponse à l'administration d'endotoxines [17], les sujets ont été examinés puis répartis au hasard dans le groupe formé (n = 18, dont 12 assignés au hasard à la endotoxémie) ou le groupe témoin (n = 12). Les participants ont rempli des questionnaires sur les attentes de résultats généralisées avant la formation et des questions sur les attentes de résultats spécifiques avant et après la formation et à la fin de la journée de test d'endotoxémie. La présente étude rend compte des résultats du groupe formé.

Programme de formation
Le groupe formé a été formé par quatre formateurs. Le programme de groupe de 4 jours qui a eu lieu en Pologne comprenait trois éléments principaux: une méditation sur le 3e œil, comprenant des visualisations visant à une relaxation totale, une exposition au froid (p. Ex. Plonger dans une eau glacée ou monter dans une montagne enneigée torse nu), et techniques respiratoires (hyperventilation suivie d'une rétention de la respiration et d'inhalations profondes). Après le programme de groupe de 4 jours, les sujets ont pratiqué les techniques qu'ils ont apprises quotidiennement à la maison (2 à 3 heures par jour) jusqu'au jour de l'expérience d'endotoxémie (5 à 9 jours plus tard). Une dernière formation de groupe a eu lieu et à la fin de cette journée, 12 sujets entraînés ont été sélectionnés au hasard pour participer aux expériences d'endotoxémie afin de permettre leur remplacement en cas d'événement indésirable ou de maladie.

Modèle expérimental d'endotoxémie humaine
L’expérimentation sur l’endotoxémie a eu lieu au service de soins intensifs du Radboudumc. Les procédures du jour de l'expérience d'endotoxémie sont décrites ailleurs [17]. En résumé, une solution de lipopolysaccharide purifiée (LPS, endotoxine de référence standard Escherichia coli O: 113) a été administrée sous forme de solution i.v. injection en bolus à une dose de 2 ng / kg de poids corporel en 1 minute à T0. De 30 minutes avant l’administration du LPS à 2,5 heures après l’administration, les participants bien entraînés ont pratiqué les techniques de respiration (cycles d’hyper / hypoventilation pendant les premières heures et demie et inhalation profonde et expiration en combinaison avec un raffermissement des muscles pendant une heure).

Les mesures
Résultats attendus

Espérances de résultats généralisées Le Test d'orientation sur la vie - Révisé [21] a été utilisé pour mesurer l'optimisme au moyen de six items (et quatre items de remplissage) sur une échelle de Likert à 5 points variant de Fortement en désaccord à Fortement d'accord. C’est dans les périodes incertaines que j’attends généralement le meilleur ^ L’échelle de neuroticisme du Big Five Inventory [22] a été utilisée pour mesurer le neuroticisme au moyen de huit items sur une échelle de Likert à 5 points variant de Bdisagree fortement ^ à Bagree fortement ^. Un exemple d'élément est que BI me considère comme une personne qui s'inquiète beaucoup.
Résultats attendus spécifiques Quatre items ont été construits sur les attentes concernant les effets de la formation sur la réponse à l'administration d'endotoxines et sur la santé en général, auxquels il faut répondre sur une échelle de notation numérique à 10 points variant de l'influence de Bno à la très forte influence. Veuillez indiquer l’influence que vous pensez de l’entraînement sur ... 1) le fonctionnement de votre système immunitaire, 2) vos plaintes physiques (p. ex. douleur et fatigue), 3) le degré de votre expérience physique. plaintes après l'administration d'endotoxines, et 4) la gravité de votre maladie par suite de l'administration d'endotoxines. La cohérence interne (alpha de Cronbach) des items était de 0,85.
Réponse à l'administration d'endotoxines Conformément à l'étude principale [17], le moment précis avec la réponse clinique, autonome ou immunitaire la plus forte à l'administration d'endotoxines a été utilisé comme mesure du résultat.
Rapport de symptôme clinique Les symptômes pseudo-grippaux induits par le LPS (maux de tête, nausées, frissons, douleurs musculaires et dorsales) 90 minutes après l'administration d'endotoxine (T90) ont été notés sur une échelle de Likert sur 6 points allant de l'absence de symptôme au pire vécu.
Réponse autonome Les détails sur le prélèvement et la collecte de sang sont rapportés ailleurs [17]. Les concentrations plasmatiques d'épinéphrine au moment de l'administration de l'endotoxine (T0) ont été mesurées à l'aide de méthodes d'analyse de routine également utilisées pour les échantillons de patients (HPLCy avec détection fluorimétrique).
Réponse immunitaire Concentrations de la cytokine anti-inflammatoire interleukine (IL) -10 à 60 minutes après l'administration de l'endotoxine (T60), du facteur de nécrose tumorale de la cytokine pro-inflammatoire alpha (TNF-α) à 90 minutes (T90), et IL-6 et IL-8 120 minutes après l'administration d'endotoxine (T120) ont été mesurées à l'aide d'un dosage simultané de Luminex conformément aux instructions du fabricant (Milliplex; Millipore) [17].

analyses statistiques
Comme nous nous intéressions plus particulièrement aux effets des résultats attendus sur la réponse à l'administration d'endotoxines après la formation et que les résultats attendus concernant les effets de la formation ne pouvaient être évalués de manière significative que dans le groupe formé (n = 12), des analyses ont été effectuées dans le groupe de travail formé. groupe formé ayant subi l’administration d’endotoxines uniquement. Les variables ont été examinées pour rechercher les déviations de la normalité. Les changements dans les attentes de résultats spécifiques d'avant la formation à après l'expérience ont été explorés au moyen d'une analyse de variance. Les corrélations de rang de Spearman entre les attentes de résultats et la réponse à l'administration d'endotoxines ont été explorées.

Résultats
Réponse clinique, autonome et immunitaire induite par l'administration d'endotoxines
Comme indiqué en détail ailleurs [17], le groupe formé (n = 12) a signalé moins de symptômes pseudo-grippaux; a montré une augmentation importante des taux plasmatiques d'épinéphrine au début de l'expérience, suivie d'une augmentation plus rapide et plus profonde des taux anti-IL inflammatoires de l'IL-10; et des taux de TNF-α, IL-6 et IL-8 pro- inflammatoires ultérieurs inférieurs à ceux du groupe non formé en réponse à l'administration d'endotoxines.

Résultats attendus
Comme prévu chez les jeunes hommes en bonne santé, les participants du groupe formé étaient globalement plutôt optimistes (M ± DS = 18,00 ± 3,46, extrêmes 12–24) et peu névrosés (M ± SD = 2,11 ± 0,55, extrêmes 1,13–3,13), les deux variables montrant des distributions normales (asymétrie et kurtosis <0,62). En ce qui concerne les résultats attendus, les participants ont constaté une augmentation des effets attendus de la formation sur leur réponse à l'administration d'endotoxines et à leur santé, d'avant la formation à après l'expérience sur l'endotoxémie (avant la formation: M ± ET = 27,69 ± 6,16 , avant l'expérience d'endotoxémie: M ± ET = 31,68 ± 3,11, après l'expérience d'endotoxémie: M + ET = 34,28 ± 1,71; F2,22 = -10,56, p = 0,003).

Associations entre les résultats attendus et les réponses à l'administration d'endotoxines
Les corrélations de rang de Spearman entre les espérances de résultats généralisées et spécifiques et les réponses clinique, autonome et immunitaire induites par l’administration d’endotoxines sont rapportées dans le tableau 1.

Un degré d'optimisme plus élevé était associé à des taux plasmatiques plus élevés d'épinéphrine (Rho = 0,76, p <0,01) et d'IL-10 (Rho = 0,60, p <0,05). Le névrotisme n'était pas associé de manière significative à la réponse à l'administration d'endotoxines. Une attente plus positive des effets de la formation était associée à un rapport de symptôme clinique similaire à celui de la grippe (Rho = −0,71, p <0,01).

Discussion
Cette étude de démonstration de principe portant sur un échantillon relativement restreint de jeunes hommes en bonne santé donne une première indication du fait que l'optimisme de l'attente des résultats généralisés est un facteur déterminant de la réponse autonome et immunitaire à l'administration intraveineuse d'endotoxines bactériennes après un programme de formation à court terme consistant en: méditation, exercices de respiration et exposition au froid. Des attentes plus spécifiques en termes de résultats liés aux effets de la formation peuvent être particulièrement pertinentes pour le rapport de symptôme clinique.
Les résultats obtenus pour des attentes d'optimisme généralisées en termes de résultats vont dans le sens d'études antérieures démontrant une association entre l'optimisme et le stress et le fonctionnement du système immunitaire, par exemple, [18–20]. À notre connaissance, cette étude est cependant la première à suggérer que l'optimisme contribue à une réponse immunitaire évoquée autonome et réprimée accrue dans un modèle d'inflammation expérimental standardisé et reproductible. En outre, la conclusion que le résultat spécifique les attentes sont particulièrement liées au rapport de symptôme clinique (par exemple, expérience de la douleur) correspond aux recherches précédentes [6, 20]. Les résultats attendus généralisés et spécifiques en ce qui concerne les effets de la formation ne sont pas associés à des aspects similaires de la réponse à l'administration d'endotoxines, ce qui va dans le sens d'une étude précédente qui montrait que des attentes spécifiques concernant le niveau de douleur ressentie en réponse au froid pressor n’a ni médiatisé ni modéré l’association entre optimisme et expérience de la douleur [20]. Ainsi, les attentes générales et spécifiques semblent avoir un impact indépendant sur les réponses cliniques et immunitaires qui sont également pertinentes pour les maladies rhumatismales. Des recherches futures sur les mécanismes responsables des effets des attentes générales et spécifiques sur les réponses cliniques, autonomes et immunitaires sont justifiées. Cependant, les résultats de cette étude doivent être interprétés avec prudence et doivent être répliqués dans des échantillons plus grands afin de montrer sa stabilité et sa généralisabilité. En outre, l'examen de ces associations dans des échantillons montrant des réponses immunitaires et immunitaires perturbées dans le cadre du processus de la maladie, comme dans les états rhumatismaux inflammatoires chroniques, montrerait leur pertinence clinique potentielle. Les résultats suggèrent un rôle possible particulièrement optimiste en tant que facteur prédictif de la réponse autonome et immunitaire au stress inflammatoire après un bref programme de formation. Si elles sont reproduites, ces résultats peuvent être utilisés pour prédire les réponses de l'entraînement et potentialiser leurs effets au moyen d'interventions induisant l'optimisme, par exemple, [20,23,24] chez des patients présentant des états rhumatismaux à médiation immunitaire.
Remerciements. Cette étude a été financée par une subvention Serendipity de la Dutch Arthritis Foundation.

Divulgations Aucune.
Le protocole d'étude a été approuvé par le comité d'éthique local du centre médical de l'Université Radboud (CMO2012 / 454). L'étude a été menée conformément aux normes éthiques énoncées dans la déclaration d'Helsinki de 1964 et ses amendements ultérieurs. Toutes les personnes ont donné leur consentement éclairé écrit avant leur inclusion dans l'étude. Aucun détail susceptible de révéler l'identité des sujets à l'étude n'a été rapporté. Les auteurs n’ont aucune relation financière avec l’organisation qui a sponsorisé la recherche et ont le contrôle total de toutes les données primaires. Sur demande, les auteurs autorisent la revue.

examiner les données.
Libre accès
Cet article est distribué selon les termes de la licence internationale Creative Commons Attribution 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/), qui permet une utilisation, une distribution et une reproduction sans restriction sur tout support, à condition attribuer des crédits appropriés à l’auteur ou aux auteurs d’origine et à la source, fournir un lien vers la licence Creative Commons et indiquer si des modifications ont été apportées.


Tableau 1 Corrélations de Spearman des espérances de résultats généralisées et spécifiques avec la réponse clinique, autonome et immunitaire induite par
l'administration d'endotoxines après le programme de formation chez des jeunes en bonne santé. hommes (n = 12)
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Tummo: Attention+focalisation+respiration+concentration

Messagede Sophocle » Lun 14 Jan 2019 16:54

Suite à la lecture des articles du post précédent, je commence à tenter le tummo.
Avec l'hyper-respiration, il faut se concentrer pour ne pas être dépassé par l'alcalose du sang.
C'est donc le bon moment pour moi pour ne plus être passif pendant ces séances de détox.
Je dois dire que je n'aurai jamais pu me lancer dans cette recherche lorsque le cerveau était très intoxiqué.
Depuis l'été 2018, ma concentration s'est améliorée, je peux donc rester un peu concentré sans que la concentration ne soit trop évanouissante.
Pour l'instant, je ne me suis pas trop penché sur la documentation à propos du tummo.
Alors, il faut que je prévienne par avance : je ne suis pas à la recherche du fameux "feu intérieur" tibétain autour du nombril décrit dans la page Wikipédia.
Pour moi, ces définitions avec la position du lotus demeurent très abstraites. [img]images/icones/icon12.gif[/img]
Ma méthode est de tâtonner, puis de me pencher sur la documentation quand je sens qu'un blocage persiste alors qu'il devrait être dépassable.
Et si je trouve quelque-chose par moi-même, je ne fais pas plus de recherche documentaire car l'envie n'y est pas.
Par contre, quand je ressens des prémisses par mes propres expériences, c'est là que je peux élire ou écarter ces discours abstraits.

Pour mon topic, je récupère donc le mot de tummo à ma sauce et je lui donne 4 sens tournants : attention, focalisation, respiration profonde, concentration.
La respiration profonde n'a rien à voir avec l'hyper-respiration.
L'hyper-respiration est un débordement du pH sanguin, la respiration profonde est une régulation du pH sanguin.
J'ai délibérément écarté le sens de méditation dans lequel la coloration de la spiritualité n'est pas le lieu de la chose.
D'abord, je souhaite plutôt chercher par moi-même dans moi-même ce qu'il y a à trouver.

Pour l'apprentissage de cette respiration, je trouve que le sauna est le meilleur moment.
Il faut qu'il ne soit pas trop chaud.
Pour l'apprentissage, il faut un exercice un tout petit peu stressant dans la durée où l'on est pas débordé par le choc physiologique de façon à prendre la main facilement.
C'est là le meilleur moment pour explorer les effets de la respiration profonde, que j'appelle ici tummo.


Dans les 20 minutes de sauna, des variations de sensation se manifestent.
  • chaleur
  • rythme cardiaque
  • pression sanguine
  • transpiration
  • pression crânienne
  • respiration automatique
  • respiration profonde volontaire
  • brouillard cérébral (pH sanguin)


Lors de ma première séance de tummo pendant le sauna, je suis à l'écoute de ce qu'il y a à écouter à l'intérieur.
Je connais déjà toutes ces sensations mais elles prennent une autre dimension quand on les monitore par l'écoute.
J'appelle cette phase l'attention.
L'esprit est à l'attention de tout ce qui arrive dans le corps, il est ouvert et il catalogue tout ce qui a du sens ou pas.
Ensuite, je focalise mon attention sur une seule de ces sensations (ex : rythme cardiaque) et je me mets à faire varier ma respiration profonde pour rentrer en harmonie.
La respiration provoque des effets sur la sensation focalisée.
J'apprends à connaitre tous ces effets par l'attention, par la focalisation et par la modulation de la respiration profonde.
Il y a aussi un léger voile mental qui se manifeste à cause de l'alcalose du sang.
Il peut arriver que je suspende la respiration profonde pour retrouver un pH sanguin qui dissipe ce brouillard.
Pour l'instant, je respire encore trop profondément, je dois souvent lever le pied.
Le trop de respiration profonde fait déconnecter de l’écoute des sensations.
Je passe en revue chaque sensation de façon à les approfondir, une à une puis, 2 à 2, puis toutes en même temps.
Et enfin je passe à la concentration où je focalise toute mon attention sur ma respiration à distance des sensations pour toutes les équilibrer unes à unes.
Ça fait 2 ans que je fais des saunas, mais jusqu'ici je les vivais de façon passive.
Tout cet apprentissage peut prendre une petite demi-douzaine de séances de sauna.
Pour l'instant, j'ai remarqué qu'il fallait que j'attende que la respiration commence à s'activer toute seule pour ensuite la moduler.
Si je commençais à respirer profondément alors que le corps ne l'a pas encore demandé, là je foire toute la séance sans remède.
C'est le corps qui impulse le signal de démarrage, il me faut respecter cela.
C'est-à-dire que la respiration profonde s'active toute seule, mais le corps demande à ce que la volonté prenne le relai et trouve sans cesse le bon réglage de la colonne d'air.
Avec cette respiration profonde, l'esprit est concentré.
Cela a une incidence directe sur le déroulement de la séance.
Avant, je m'ennuyais pendant le sauna, depuis que je fais cette respiration profonde, je ne vois pas le temps passer.
Quand je prends une douche froide, je n'arrive pas encore à maitriser ma respiration car le choc du froid est assez fort.
Mais ma concentration sur la respiration est enfin disponible grâce à cet apprentissage par le sauna.
Il me faut encore la roder pour je puisse ensuite apprendre à la maitriser sous le froid.


Pour l'instant, je fais les séances de détox à la suite sans vraiment de lien entre-elles, hyper-respiration, sauna, douche froide, marche.
Ce qui va lier tout ça, c'est la respiration instantanées couplée à la durée par de la modulation de respiration profonde.
C'est-à-dire que j'éduque ma respiration dans un dialogue entre la respiration automatique et une variation volontaire de la respiration.
À force de tâtonner, je trouve des moments d'articulation de façon à lisser toutes les phases de respiration dans une même continuité.

Compte à rebours.
    Pour toutes mes séances, je mets désormais un compte-à-rebours avec bip.
    C'est hyper pratique et hyper-rassurant.
    Avec le compte-à-rebours, je lâche prise complètement.
    Ex : mon sauna se coupe tout seul à bout d'un temps défini.
    Cela n'était pas le cas avec un sablier qu'il faut surveiller.
    idem pendant l'hyper-respiration, je mets le compte-à-rebours.
    Je mets volontairement un temps juste un peu court que je repousse de temps à autre.
    Le bip du compte-à-rebours sonne la fin de la séance.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Bains glacés et symptômes

Messagede Sophocle » Sam 19 Jan 2019 22:36

Ce post est la suite du post : Douches froides, Hyper-respiration, la méthode Wim Hof (page 13).

Ça y est, je me suis mis au bains (presque) glacés.
"Presque" parce que pour l'instant la température avoisine les 9°c.
En cette période hivernale, l'eau du robinet est à 11°.
À la fin du bain, la température de l'eau monte de +2°.
J'ajoute donc des blocs de froid dans la baignoire pour baisser la température.

9°, ça le fait déjà pas mal froid.
Frissons, chaire de poule, tremblements.
Les mains et les chevilles souffrent.
Je les mets donc tardivement dans l'eau :
J'attends 3 minutes avant la fin pour les mettre dans l'eau.
Je peux ainsi prendre un bain de 15 minutes sans facteur limitant.
Je mets un compte-à-rebours avec bip et ça passe tout seul.

L'important, c'est d'activer les capillaires et de ne pas trembler.
Les tremblements agitent l'eau et renforcent les morsures du froid.
Mais avec la respiration tummo, on parvient +ou- à estomper les tremblements.
Au bout 5 à 7 minutes, il y a une sensation de non-froid qui s'installe (qui n'apparait pas sous la douche).
C'est comme un mini-coussin isolant qui enrobe la peau.
C'est l'action des capillaires qui se fait sentir en même temps que la peau devient rouge.
Le cerveau rentre en légèrement en pression en dépit que je ne passe pas la tête sous l'eau.
J'ai l'impression que les capillaires du cerveau s'activent également, il faudrait vérifier scientifiquement cela.
(Mais je soulage cela après le bain avec une douche chaude au cours de laquelle je passe la tête sous l'eau froide)
Après 7 minutes et l'entrée en action des capillaires, il y a des moments où je me dis que je pourrai rester jusqu'à une heure, si si. [img]images/icones/icon18.gif[/img] [img]images/icones/icon18.gif[/img] [img]images/icones/icon18.gif[/img]
Mais je ne l'ai pas encore fait.

Il faudrait que je monitore les effets sur le ml, picotements, douleur épaule, grains de beauté, tâches d'anciennes inflammations,...
Mais il est vrai qu'on se sent mentalement fort après cette expérience.


Édit1, 20 janv. Bain 1/2h.
    Je pouvais aller au-delà d'1/4h, j'ai donc continué.
    Au bout d'une 1/2h, j'ai testé le mouvement du bras, et le biceps semblait un peu rouillé.
    Au niveau général, j'aurais pu insister encore 5 minutes, mais je me méfie du froid car il anesthésie. [img]kator/smiley202.gif[/img]
    Les capillaires étaient très activées, on le voit très bien au niveau de la peau.
    La couleur de la peau n'est pas rouge tomate, mais elle est moucheté de rouge.
    J'ai du prendre une longue douche chaude pour me réchauffer.
    ...je suis revenu pour l'instant à 1/4h max, 1/2h est encore trop tôt.
    ...Retour à 1/2h de bain froid (9°) grâce à trois éléments :
      douche chaude juste avant, + Crème salée avant, + mains (hors d'eau) sur le front ou sur les genoux (hors d'eau) pour les rechauffer.
      Les mains au chaud améliorent nettement le confort général du bain froid ( à confirmer avec plusieurs essais - ... confirmé).
    ...1 fév, suspension des bains froids pour cause de picotements.
    J'ai aussi quelques céphalées de retour, j'attends que ça se tasse.
    Je ne sais pas à quoi attribuer ces céphalées.
    Les bains froids ne sont pas anodins, je crois que la montée en charge doit se faire progressivement et lentement.
    Il me semble que pour commencer les déshydratations, il faudrait d'abord que tous les effets des bains froids soient résorbés.
    Moi, j'ai 70 jours de déshydratations qui sont ressassés à chaque bains froid.
    Il y a donc des pics de mobilisation qu'il faut que j'apprenne à écouler.


Édit2, 20 janv. Épaule
    ... J'allais faire mon habituelle séance d'hydrotomie percutanée du dimanche quand je me suis rendu compte que j'avais beaucoup moins de sensations à l'épaule.
    J'ai injecté 7 ampoules de 10 ml depuis la séance cryosaline du 8 déc.
    D'injections en injections, les sensibilités se tassaient et j'avais réussi à déplacer la nappe perchée de ml du trapèze jusqu'à l'articulation.
    La veille, j'avais (entre-autre) encore des sensations dans l'articulation lorsque je massais.
    Là, depuis ce bain d'1/2h, presque plus rien au niveau de l'articulation.
    Comme d'hab, il faut que j'attende encore quelques jours pour consolider les sensations car jusqu'ici l'expérience monte que ça revient au moins à 50%.
    Mais là, il s'agit d'une technique douce, y'a pas de cocotier secoué, y'a donc peut-être de l'espoir.
    ...Les sensations se sont tassées. Seules celles qui apparaissent quand j'ai une certaine position sont légèrement réapparues.
    Les bains glacés ne résolvent pas le problème mais ça y contribue quand-même.
    À force de faire des passes entre les bains froids, les injections et l'application de sacs de glaçons, les sensations se dispersent.
    Je pense qu'il faut que je multiplie des cycles (bains froids & injections & glaçons) que ce problème va se résoudre.
    Je vais donc retenter des injections.
      Édit 22 janv Image Image Image
      je sors d'une grosse (3 ampoules quinton 10ml chaque) séance d'hydrotomie percutanée au niveau de l'épaule.
      D'habitude, je peux injecter un peu n'importe où dans l'épaule, ça douille au niveau de l'injection et il y a une belle tâche rouge qui apparait dans la zone pendant 1h.
      Là, cette fois-ci pas grand chose, ça a pas trop douillé, et les tâches rouges n'étaient pas vraiment franches.
      Pourtant, j'ai traité de la colonne jusqu'à l'articulation de l'épaule, cad que j'ai arrosé large.
      là, ça fait donc deux éléments (sensations & effets des injections) qui corroborent la baisse de ml dans la zone de l'épaule.
      Je pense que les bains glacés ont bien homogénéisé la charge de ml dans le corps, cad que les hot spot ont été étêtés.
      Bon maintenant, il reste à voir si ça réduit la charge globale.
      Pour cela, il faudrait que les ml sortent par les émonctoire.
      Il faut un peu de temps pour apprécier cela. - à voir.
      ... Grosso modo, sur l'épaule j'ai la séquence suivante :
      1. Douleurs tête
      2. Déshydratations, baisse des céphalées et relargage des ml dans l'épaule
      3. hausse des douleurs vives et intempestives dans le trapèze,
      4. traitement du trapèze par injections,
      5. diffusion des ml dans la région de l'épaule par effet l'eau de quinton hypertonique,
      6. baisse douleur vive hyper-localisée mais hausse de la sensation permanente et diffuse dans la région de l'épaule
      7. traitement par bain glacé,
      8. baisse de la sensation permanente et diffuse de l'épaule
      9. mais hausse des picotements dans tout le corps.
        (Il faut encore que je trouve comment on traite les picotements dans tout corps) ...
        je dois répéter la fin de ce cycle tant qu'il demeure des symptômes de façon à pouvoir à remonter peu-à-peu jusqu'au cerveau :
        peau, épaule, tête : bains glacés, injections, déshydatations.
    ... 25 janv,
    Les sensations liés à la position sont réapparues. :gla:
    Mais parfois, je n'ai plus aucune sensation de fond et permanente.
    Ça c'est déjà un vrai progrès. Il y a encore du chemin à faire sur cette épaule.
    re-scéance d'injections.
    ... 1er fév. baisse consolidée des symptômes, je suis sur la bonne voie :
    injections, bains froids, injections, bains froids, injections, ...
    ... 5 fév. La baisse consolidée est durable.
    ça c'est une bonne nouvelle, j'ai enfin la méthode pour résoudre ce problème s'il réapparaissait à cause des éventuelles et futures déshydratations.
    ... 11 fév. Tant que je ne fais pas d'hydrotomie ou de bain froid, les sensations sont étonnamment très stables.
    Rien ne bouge tant qu'on ne déloge pas ces ions au forceps.
    Ces ions peuvent perdurer pendant des années au même endroit.
    Cela est une particularité de l'intoxication, il faut donc se battre à un haut niveau d'intensité et d'endurance pour faire avancer le schmilblick.

Édit3, Picotements
    Quant aux picotements, ils ne baissent pas vraiment, voir même ils sont un peu à la réhausse.
    Là, contrairement à l'épaule, ils se font encore ressentir.
    Le fait de les surveiller aide aussi à en détecter plus que d'hab.
    mon problème à l'épaule est un pic de ml, les bains froids peuvent donc réduire ce pic en dispersant les ml.
    Mais le problème de picotement est peut-être un problème un concentration de ml un peu forte déjà répartie.
    Le brassage par les bains froids ne devraient donc pas avoir de résolution aussi éclatante.
    Wait and see.
      29 janv. Les picotements augmentent doucement et lentement.
      Il y a un facteur extérieur qui provoque ces picotements : le chauffage en hiver.
      J'ai effectivement des picotements quand je suis dans un local chauffé.
      Je ne peux donc pas attribuer cette réhausse aux bains glacés.
      Je vais tenter des crèmes à l'alcool.
      J'ai remarqué une affinité des ml avec l'alcool.
      Mais l'alcool fracture la peau a terme, ça ne peut donc pas être une solution durable.
      Je ferai un sauna 1/2h après l'application de la crème pour voir si ça fait sortir les ml,
      C'est un peu désespéré mais qui ne tente rien n'a rien.
      ... J'ai quelques petites plaques rouges sur la peau.
      Je me demande si les bains glacés ne font pas accumuler les ml dans la peau.
      il fallait s'y attendre avec l'activation des capillaires sous-cutanées.
      Les ml seraient ensuite éliminés à la vitesse du tapis roulant du renouvellement de l'épiderme (6 semaines env.).
      Je brosse donc le peau régulièrement pour accélérer le rythme de renouvellement et je ralenti le rythme des bains froids de façon à ce que ces plaques ne s'entendent pas.
      je reprends aussi un petit rythme de sauna pour aider au mouvement.
      ...Premier essai crème-alcool (vodka 40°15ml +15ml huile noix + chélateur +2 ml léc. soja + 4g de sel), puis sauna 1/4h.
      Les plaques ont disparu pour le moment, par contre, les picotements demeurent. tendance à confirmer.
      ... deuxième essai. crème-alcool (alcool à 90 15 ml, + ... ), je prend aussi un 1/4 de shot de vodka en oral à jeun, + Sauna 20´
      La vodka va lubrifier de l’intérieur. car il est soluble dans l’eau et dans l’hile.
      Pas d’effets attendus ni secondaires sur la peau pour l’instant.
      J’ai suspendu les bains froids car les picotements sont en hausse.
      ... Les picotements ont baissé. je ne sais pas à quoi attribuer cela.
      arrêt des bains froids ? crèmes ?
      Il faut encore que je résolve ce problème de picotements.
      De nombreuses hypothèses s'avancent d'elles-mêmes.
      D'où viennent-elles ?, comment les résoudre ? comment les prévenir ?
      Je commence à me persuader que j'aurai dû commencer toute mon aventure par une pratique quotidienne des bains glacés longs.
      ... Les picotements ne se résolvent pas.
      Les picotements deviennent mon ultime point bloquant.
      Si j'arriver à le débloquer, je pourrai reprendre les déshydratations.... à suivre.

Édit4, Mobilisation mais quid de l'élimination
    Si ces bains mobilisent les toxines aqueuses, mais que deviennent-elles ?
    J'ai l'impression qu'il y a un brassage des solutés dans tout le corps.
    Les points denses de toxines s'estompent donc, ça c'est super.
    Mais quant aux ml, ils vont se relocaliser ailleurs.
    Là, y'a un mystère.
    Autant la reventillation des solutés me semble pertinent,
    autant, je me demande ce que deviennent ces ml.
    mais ils ne disparaissent pas en dépit de la sensation de "POWER" (sic W.H.).
    Un ml est un ion inaltérable, il doit être éliminé via les émonctoires pour s'en débarrasser.
    Les bains froides multiplient les capillaires et renforcent la sensation de pouvoir, ça ok.
    Mais que deviennent donc les ml ?
    Ils devraient être certes captés en partie par les émonctoires mais le sont-ils tous ?
    Je me demande si les bains froids renforçaient pas significativement le corps sans vraiment le détox des ml.
    Peut-être qu'à force de brasser les ml, ils finissent par être filtrés par les émonctoire. - à voir.


Saunas 22 janv
    Y'a deux types de saunas.
    Soft : 1x15' hydraté et hard: 3x15' sec.
    Le hard va mobiliser beaucoup d'eau en profondeur.
    Mais le sauna a le petit défaut de ne pas éliminer toutes les toxines aqueuses.
    Cela est peut-être du à la réabsorption ou à une limitation de traitement qu'on retrouve chez le rein.
    Cependant, quand le sauna est sec, il peut quand même mobiliser bcp les toxines.
    Il est donc peut-être intéressant de faire un sauna 3x15' sec juste avant un bain glacé.
    Pendant les pauses, je fais une toute petite séance d'hyper-respiration, ça décalamine bien.
    Tout cela va mobiliser un max de toxines qui seront brassées juste ensuite par les bains glacés.
    J'en profite évidement pour prendre une gél. de dmsa avant le sauna.
    Pour l'instant, j'alterne un jour sur deux, marches, et sauna + bain glacé.


Tête
    Pendant un sauna, j'ai la tête qui transpire en dépit qu'elle est hors du caisson.
    On pourrait donc imaginer que les bains froids activeraient également les capillaires cérébrales en dépit que la tête demeure hors d'eau.
    Mais j'ai un fort doute car j'ai les mains qui deviennent blanches même si elles demeurent hors de l'eau.
    Le sang des parties hors de l'eau semblent se vider vers les zones sous le froid.
    Les sensations montrent qu'il se passe quand même quelque chose au niveau du cerveau.
    Il faudrait que je me fasse un idée de la chose.
    ( ... en attente).

Mains 29 janv.
    J'ai encore des difficultés à passer les mains dans l'eau glacée.
    la douleur glacée apparait trop rapidement de façon à ce que je ne puisse pas les laisser suffisamment longtemps pour que les capillaires entrent en action.
    Au bout d'1/2h de marche dans le froid (10°), là, les mains sont rouges, mais cela ne semble pas suffisant pour rétablir la bonne innervation.
    Je vais essayer des les plonger seules dans l'eau froide, ainsi, il y aura bcp de sang dispo.
    Contrairement à un bain glacé où tout le sang est réquisitionné, un bain de main fera peut-être l'affaire.
    ... avec cette vague de froid (3°), je fais mes marches avec les mains nues (sans gant et pas dans les poches).
    la sensations glacée se manifeste assez rapidement.
    C'est douloureux, les doigts sont engourdis et j'ai l'impression que les phalanges vont éclater comme du verre.
    les mains deviennent rapidement rouges.
    Les capillaires s'activent donc mais elles ne parviennent pas a rechauffer.
    Au bout d'une heure de marche, elles parviennent a se réchauffer mais c'est l'effet de l'exercice et non de la réponse au froid.
    Par contre j'ai réussi a tenir en dépit des douleurs, ça me semble le bon exercice car je ne peux absolument pas les mettre dans l'eau froide sans créer un choc.
    ... 1er fév, j'ai fait une marche rapide en t-shirt dans le froid, 2°c (Wim Hof fait faire cela dans ses stages).
    J'avais la sensation glacée et la zone rougie du bout des doigts jusqu'à mi-hauteur de l'avant bras.
    Mais en 20 minutes, le renflouement sanguin par l'activité physique a soulagé les morsures du froid.
    C'est un peu plus tôt que d'habitude. Cela montre peut-être que les construction des capillaires est en cours.
    ...5 fév, j'ai fait 3 ou 4 marches dans le froid, avec pull et manches remontée jusqu'au coude.
    Ça se passe de mieux en mieux au niveau des mains.
    Désormais, elle réagissent rapidement au froid.
    Les capillaires s'activent en 2 minutes.
    Le soulagement dû à l'activité physique apparait en à peine 20 minutes.
    Les morsures du froid deviennent modérées et supportables.
    Par ailleurs, je peux enfin les passer sous l'eau froide sans qu'un épouvantable choc de froid ne se fasse sentir.
    De plus, je sens l'afflux de sang faire la compensation.
    Les progrès sont rapides, j'en suis étonné.
    Je pense que toute cette naturopathie que je m'enfile paye.
    Le réseau de capillaires est en train de se construire.
    8 fév. Je peux garder la main longtemps (2 minutes) sous le jet froid.
    Par ailleurs, le climat s'est adouci, 10° en extérieur, ce n'est pas assez froid pour mes mains.
    C'est une petite victoire.
    13fév. J'ai un gout métallique dans la bouche depuis que j'ai fait ces marches avec les bras au froid.
    Je vais donc faire des bains de bouche au sel pour voir si ça part.
    J'ai un peu une baisse de forme généralisée depuis ces marches.
    J'ai des maux de tête qui remontent que je peux partiellement atténuer avec des anti-inflamatoires.
    Je soupçonne que bcp de cuivre a été mobilisé.
    Tout ce froid, ça fait des remous.
    Comme d'hab, j'y vais toujours trop intensément au début.
    Mais ça me permet de mieux répartir mon effort pour une application durable ultérieure.
    ...19 fév.
    J'ai un gout métallique dans la bouche, et une drôle de sensation dans la peau.
    Je dirai que comme si le cuivre qui était stocké dans les mains s'est dispersé dans le corps.
    Je fais un bain salé de bouche de temps à autre, ça dégage le gout pendant 24h.

Jambes
    Depuis que je suis passé aux bains froids, les cuisses répondent avec énormément vigueur à la montée des côtes lors de ma marche rapide.
    C'est épatant, lorsque le relief de mon parcours de marche se met à monter, j'ai tous les muscles des cuisses qui mettent en action dès qu'ils sont sollicités.
    J'arrive quasiment à marcher encore plus vite en montant, et cela sans trop augmenter la respiration.
    Et je n'ai aucun essoufflement au sommet.
    Les effets des bains froids sont vertigineux.


Douches froides VS Bains froids - 6 fév.
    Curieusement, les douches sont plus difficiles que les bains.
    En fait, quand j'arrive à rester immobile dans le bain, il y a une " pellicule " de chaleur qui enrobe la peau.
    Or, dans la douche, le jet froid est continu et donc il n'a pas de réchauffement.
    De plus, j'ai des grandes respirations sous la douche mais absolument aucune dans le bain.
    Le douche doit être courte alors que j'arrive à tenir 1/2h dans le bain (pieds et mains hors de l'eau).
    Il y a vraiment pas mal de différences entre les deux.
    La douche est plutôt vive et intense, le bain travaille sur la durée.
    La douche ne traite pas l'épaule, alors qu'en une 1/2h de bain, le bain parvient à tasser les sensations.
    Il y a donc une différence d'effets entre les 2.
    Je pense que la douche provoque un choc en surface de la peau alors que le bain parvient à traiter en douceur la profondeur.
    Cependant, je parviens a garder la main sous l'eau quand elle est plaquée contre le corps, la profondeur de froid n'excède donc pas un centimètre.
    La douche est certes beaucoup plus difficile mais je n'ai pas besoin de me réchauffer après.
    Alors que le bain froid d'1/4h ou 1/2h est plus facile, mais j'ai besoin d'une longue douche chaude après pour me réchauffer.
    ...11fév. Je me suis aperçu que le pommeau de douche était à cheval sur le mode massage et sur le mode douche.
    Le froid est beaucoup plus intense en mode massage, l'eau vient percuter la peau comme des petits marteaux [img]smile/bash.gif[/img] .
    En mode douche, le froid est beaucoup plus facile à supporter, mais il demeure quand-même plus intense qu'un bain.

    ..19 fév Priorités
    J'ai suspendu les bains froids à cause des picotements.
    Il faudrait que je les reprenne pour voir s'ils réapparaissent.
    Les marches dans le froid me fond déjà assez de mobilisation (cuivre) pour que je ne dédouble pas la mobilisation par les bains froids.
    Les progrès sur les mains sont en cours et ils sont significatifs, il ne faut donc pas trop superposer les techniques.
    Je me suis rabattu sur de petites douches froides pour ne pas perdre le rythme.
    Je suis très content de cette technique des bains froids, je pourrai la reprendre en temps utile.
    Quand j'en aurai fini avec tous ces ml, le bains froids seront bien utiles pour recouvrer une bonne forme physique.
    La reconstruction des capillaires me semble un enjeu majeur de la bonne santé.
    Il est très utile de connaitre et d'apprivoiser cette technique.

15 mars... Reprise après quelques semaines de suspension.
    J'avais suspendu les douches/bains froids car les picotements avaient repris de plus belle.
    Je n'a pas encore de baisse des bénéfices qui sont parvenus par les douches froides, facilités de marche dans les côtes.
    Mais mon corps réclame ces douches froides.
    Surtout, j'ai eu quelques impatiences dans les jambes récemment qui semblent totalement apaisées en période de douche froide.
    Comme le redoux est de retour, il est bcp plus facile de se lancer et de rester sous la douche froide.
    Je me sens vraiment bien après ces douches, y compris quand elles sont courtes (qq minutes).

22 avril [img]kator/smiley252.gif[/img] Tension artérielle
    Les bains/douches froid(e)s ont également régularisé ma tension pendant un jeûne.
    Lors des précédents jeûnes, ma tension chutait pendant tout du long d'un jeûne.
    Par ex : je devais monter les escaliers en douceur au risque de perdre à moitié connaissance.
    ou, je marchais au pas sans pouvoir faire de marches rapides,
    ou, je perdais l'équilibre si je me levais d'un coup du lit de façon à avoir besoin de m'appuyer contre le mur pendant le temps nécessaire pour revasculariser le cerveau.
    Depuis que je fais ces douches froides, je ne perds pas de tension pendant un jeûne, y compris si je ne prenais pas de douche froide pendant la période de jeûne, épatant [img]smile/eek.gif[/img] .
    Je peux faire désormais des marches rapides sans baisse de régime, je peux monter les escaliers 2 à 2, je peux me lever d'un coup sans perdre l'équilibre,...
    Les bénéfices des bains n'apparaissent que quand le corps est très sollicité, marche dans la monté, jeûnes,...
    Mais, par contre, il n'y a aucun changement dans le régime courant : si je ne montais pas des collines ou si je ne faisais pas des jeûnes, je n'aurai jamais vu la différence.
    Grâce à ces nouvelles amélioration de la tension, je me sens robuste en cas de surprise.
    Je me sens paré à réagir si un événement non attendu demandait une réponse rapide et forte.
    Même si j'ai encore des métaux lourds dans les tissus ordinaires, je peux dire que j'ai retrouvé une forme physique correcte comme si je n'avais jamais été empoisonné.
    Cependant, en dépit de ce retour, il me reste encore des symptômes, céphalées, électrosensibilité, épaule, picotements...
    Ces symptômes sont permanents mais non définitifs, je compte bien les résoudre par un moyen ou par un autre.



Dernière édition par Sophocle le Mar 23 Avr 2019 16:02, édité 21 fois.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Les dix techniques de naturopathie.

Messagede Sophocle » Lun 28 Jan 2019 13:25

Je place ici, en pense-bête, les techniques de naturopathie annoncées sur le site naturopathe.net.
Je les avaient déjà consultées au cours des années précédentes, mais il me fallait comprendre le fonctionnement global (huile & eau, page 12) du corps dans lequel s'inscrit le périmètre d'action de la naturopathie.
Je remarque que le jeûne hydrique n'est jamais évoqué, ces techniques s'orientent donc majoritairement vers le solvant aqueux bien que la réforme alimentaire va conforter une résolution du solvant huileux sur le long terme.
Une première lecture rapide me montre qu'il n'y a pas de nouveauté qui pourrait renverser mes pratiques.
Mais je pourrai peut-être un peu affiner mes réflexions à la lumière de ces écrits.
Avec ce post, j'ai ainsi un catalogue de solutions sous les yeux à partir duquel je peux réfléchir afin d'éventuellement combiner des techniques.


Présentation du site :
    Organisation de la Médecine Naturelle et de l'Education Sanitaire (OMNES)
    Association professionnelle de naturopathes depuis 1981
    Membre actif de la WNF - World Naturopathic Federation

naturopathe.net a écrit:Les 10 techniques naturopathiques
1. L'alimentation ou hygiène nutritionnelle (diététique, nutrition, cures saisonnières, …)
2. La psychologie ou hygiène neuropsychique (relaxation, gestion du stress, hygiène relationnelle, relation d'aide, psychothérapies brèves, sophrologie, …)
3. Les exercices physiques ou hygiène musculaire et émonctorielle (gymnastiques douces, culture physique, yoga, stretching, danse, arts martiaux, bicyclette, natation, …).
    Ces trois premières techniques, dites majeures, sont reconnues ainsi comme nécessaires et suffisante à l'entretien de la santé.
    Bien souvent il est nécessaire d'ajouter aux pratiques majeures l'une ou plusieurs des 7 techniques complémentaires dites mineures, cela afin d'optimiser la prise en charge du consultant.
4. L'hydrologie (utilisation de l'eau chaude, froide, tiède, alternée, … locale, générale, … interne, externe, … douches, bains, thalassothérapie et thermalisme, argiles, …)
5. Les techniques manuelles -autrefois appelées chirologie- (massages non médicaux de type californien, coréen, Amma, onctions aromatiques, …)
6. Les techniques réflexes ou réflexologie (appliquées au pied, à l'oreille, au nez, dos, … ; shiatsu, méthodes de Knapp, Jarricault, …)
7. Les techniques respiratoires -autrefois appelées pneumologie- (empruntées au yoga, aux arts martiaux … ; méthodes de Plent, Bol d’air Jacquier, ionisations…)
8. Les plantes ou phytologie (revitalisantes, drainantes, adaptogènes) et les huiles essentielles ou aromatologie
9. Les techniques énergétiques (magnétisme, recours aux aimants)
10. Les techniques vibratoires : utilisation des couleurs, des rayonnements solaires, de la musique).



Pour élargir le sujet, j'ajoute ici une traduction de la page "About Naturopathy" du site de la WNF (trad. en ligne). On peut voir qu'il y a un enseignement global de la naturopathie. Le paragraphe sur la théorie naturopathique est très intéressant, il recèle de quelques pistes à approfondir.


WNF a écrit:La naturopathie est un système de soins de santé avec une histoire profonde de philosophies et de pratiques traditionnelles, de praticiens formés médicalement et une bouffée d’options de traitement naturelles pour servir les patients.

Histoire naturopathique
    La naturopathie fait partie de l'Allemagne depuis des siècles. De nombreux principes et philosophies de la naturopathie ont été créés en Allemagne et en Europe aux XVIe et XVIIe siècles. Les naturopathes d'origine - avant les années 1900 - du monde entier, ont été formés par des médecins européens à l'aide de l'hydrothérapie, de la phytothérapie et d'autres formes traditionnelles de guérison. Actuellement, les pays européens considèrent leur pratique de la naturopathie comme un système de soins de santé qui a évolué en incorporant la médecine traditionnelle de chaque pays aux principes, théories, modalités et traditions de la naturopathie codifiés en Amérique du Nord. Les formes traditionnelles d'enseignement et de pratique en naturopathie sont encore courantes en Europe.
    L'Amérique du Nord est considérée comme la patrie de la naturopathie moderne, ou médecine naturopathique. La plupart des écoles nord-américaines sont agréées par le gouvernement et toutes les régions d'Amérique du Nord s'emploient à obtenir une réglementation ou à obtenir un permis d'exercer (50% des provinces canadiennes et 38% des États / régions des États-Unis étant réglementés). Il existe de fortes associations nationales et régionales de naturopathie, des recherches en naturopathie en cours et des groupes et revues spécialisés pour soutenir la pratique de la médecine naturopathique. On attribue à l’Amérique du Nord la codification des principes de la naturopathie et la contribution à certaines des théories et pratiques établies qui sont maintenant utilisées dans le monde entier.
    Tout au long de son histoire, la naturopathie / médecine naturopathique a été introduite dans un pays lorsqu'un naturopathe / docteur en naturopathie formé en Amérique du Nord ou en Europe bouge et prend ses compétences avec eux. Il existe une synthèse de la formation européenne ou nord-américaine avec les systèmes de médecine traditionnels de leur pays. Par exemple, la naturopathie a été introduite en Inde après la formation d’un médecin par des naturopathes en Europe; deux des répondants de l'Asie du Sud-Est ont indiqué qu'ils avaient été formés aux États-Unis.

La Fédération mondiale de naturopathie est actuellement engagée dans un projet de recherche visant à clarifier et à codifier les racines historiques de la naturopathie du monde entier.

Principes Naturopathiques
    De longue date, les discussions sur les principes et la pratique de la médecine naturopathique ont été nombreuses, mais il n’existait pas de procédure de codification officielle avant 1986, année où l’Association américaine des médecins naturopathes (AANP) a formé un comité composé des docteurs en naturopathie Pamela Snider, Jared Zeff . Pendant plus de trois ans, ces pratiquants ont examiné les données et les documents historiques et interrogé plus de 1 000 personnes. En 1989, une définition de la médecine naturopathique et la description des six principes naturopathiques ont été officiellement codifiées et acceptées par les deux associations nationales de naturopathie nord-américaines (Association américaine des médecins naturopathes (AANP) et Association canadienne des docteurs en naturopathie (ACDN)). D'après l'enquête mondiale sur la main-d'œuvre en naturopathie 2014/2015, ces principes semblent être reconnus et acceptés à l'échelle internationale.

Les principes de naturopathie enseignés dans la plupart des pays incluent:
    Tout d'abord, ne pas nuire (primum non nocere)
    Puissance curative de la nature (vis medicatrixnaturae)
    Traiter la cause (tollecausam)
    Traiter la personne entière (tolletotum)
    Docteur comme enseignant (docere)
    Prévention des maladies et promotion de la santé
    Bien-être
    Théories naturopathiques

Il existe un certain nombre de théories naturopathiques pratiquées à travers le monde, notamment:
    Théorie humorale
    Ordre Thérapeutique
    Émonctoires
    Théorie des systèmes complexes
    Modalités Naturopathiques


Les modalités ou thérapies naturopathiques utilisées dans le monde varient selon les pays. Parmi les modalités de naturopathie les plus courantes comprennent:
    Nutrition clinique
    Médecine Botanique (Herboristerie)
    Médicament homéopathique
    Médecine traditionnelle chinoise / Acupuncture
    Médecine physique
    Hydrothérapie - Traitement de l'eau
    Conseils de prévention et de mode de vie
    Thérapie d'hygiène
    Cure Nature

Certains docteurs en naturopathie auront une formation supplémentaire dans d’autres thérapies naturelles telles que:
    Médecine ayurvédique
    Droits de prescription
    Thérapies IV
    Thérapie de chélation
    Chirurgie mineure
    Thérapie du côlon
    Régulation Naturopathique Globale

La naturopathie est pratiquée dans toutes les régions du monde, dans plus de 80 pays. Une réglementation statutaire de la profession de naturopathe existe actuellement dans des juridictions d'Amérique du Nord, d'Inde, d'Europe et d'Amérique latine. Pour être membre à part entière du FMN, les associations doivent soutenir et œuvrer en faveur d'une réglementation. Ils doivent également soutenir l'accréditation pédagogique et l'avancement des normes éducatives.

Processus réglementaire en naturopathie
    La réglementation statutaire de la naturopathie, comme tous les professionnels, est fortement corrélée aux normes de formation et est influencée par le paysage politique de chaque pays et par la réglementation en vigueur.
    des systèmes de médecine traditionnels et complémentaires de la région. Chaque pays ou région faisant l'objet d'une réglementation est soutenu par une association de naturopathie professionnelle. Pour les pays / régions qui ne disposent pas encore de réglementation, le WNF encourage les associations de naturopathes professionnelles à s’engager dans des activités d’autogouvernance protégeant le public lorsqu’elles s’efforcent de réglementer.

Aperçu de la réglementation légale en naturopathie à l'échelle mondiale
    La réglementation des praticiens en naturopathie est diverse. Il couvre les techniciens en naturopathie, les naturopathes autorisés, le diplôme en naturopathie et les docteurs en naturopathie. Les naturopathes européens sont appelés Heilpraktiker ou naturopathes. En Amérique du Nord et en Inde, les praticiens en naturopathie sont réglementés en tant que docteurs en naturopathie et / ou naturopathes. En Amérique latine, il existe une réglementation pour les techniciens en naturopathie et les docteurs en naturopathie. Cette différence reflète les différences en matière d’éducation, mais la philosophie et les principes fondamentaux sont les mêmes.



Je place ici une copie d'un passage évoquant l'ordre naturopathique. Ça reste un peu général et pas trop pratico-pratique mais je trouve que ça donne quelques idées d'ordonnancement.

Qu'est-ce que la Naturopathie?

Fondée sur le principe de Force Vitale, la NATUROPATHIE est l'art, la philosophie, la technologie et la science des humeurs qui participe holistiquement à la restauration, l'équilibre le maintient et la préservation du bien-être total de la personne par des moyens naturels permettant ainsi sa régénération et la auto-guérison.

L'activité de Naturopathe
    Le naturopathe utilise différentes techniques (bio-nutrition, bio-diététique, exercices physiques et respiratoires, hydrologie (bains chauds-froids-dérivatifs,…) phytologie et aromatologie, utilisation optimum de la lumière et des couleurs, techniques manuelles, réflexologies, techniques de gestion du stress, compléments nutritionnels naturels dans le cadre d’une stratégie de cures (détoxification, revitalisation, stabilisation) propres à normaliser le terrain et optimiser les réponses adaptatives qu’il applique en fonction des contraintes et de la vitalité du client.
    Le naturopathe établit un bilan de vitalité selon des méthodes qui lui sont propres. Sur la base de ce bilan de vitalité, ses actions de promotion de la santé visent à enseigner et conseiller une hygiène de vie plus saine, à l’écoute des besoins physiologiques, énergétiques, psychologiques, environnementaux et même sociologiques.
    Le naturopathe accompagne la personne dans sa globalité et dans ses interactions avec l’environnement (écologie). Il dispense ses conseils en prenant en compte les conditions de vie quotidiennes : justes rythmes de vie, meilleur sommeil, qualité des aliments ingérés, lutte contre la sédentarité, les pollutions ou le stress, alternances travail / repos, surveillance des éliminations naturelles, relations humaines et gestion des émotions, loisirs, climat, etc.
    Les connaissances du naturopathe en sciences fondamentales lui permettent d’orienter et renvoyer vers les services médicaux toutes les situations réelles ou supposées d’urgence, de gravité ou de lésion. Le naturopathe est ainsi un éducateur de santé qui collabore avec tous les acteurs de la santé publique.


Un peu d'histoire :
    Hippocrate, médecin grec qui a vécu il y a 2400 ans, Il a d'abord formulé le concept de «la puissance de guérison de la nature». Ce concept a longtemps été au cœur de la médecine dans le monde et reste l'un des principes fondamentaux de la naturopathie. En Amérique du Nord, la naturopathie retrace ses origines au Dr Benedict Lust en 1895. Il a utilisé le terme «naturopathe» pour décrire une pratique qui a intégré des méthodes de guérison naturelle comme la botanique, l'homéopathie, la Alimentation, les techniques manuelles, l'acupuncture et des conseils de d'hygiène de vie. Plus tard la naturopathie a été enseigné et diffusée à New York en 1902 par Benedict Lust.

La Vocation Naturopathique:
    Avant toute chose « éducateurs de santé », les Praticiens de Santé Naturopathes ne procèdent ni au diagnostic ni au traitement de maladies : ils enseignent l’art de conserver, retrouver ou optimiser la santé, conscients que le bien-être de chacun est indissociable de sa qualité de vie comme de son harmonie avec la société et avec l’environnement. En ceci, ils répondent clairement aux orientations données d’une façon répétitive depuis les années 70 par l’O.M.S., le Parlement européen et les services de la santé publique français en matière de « prévention primaire » active et « d’éducation pour la santé ».

Le bilan Naturopathique:
    Il s’agit d’un ensemble d’examens, spécifiques et non diagnostiques, permettant d’estimer l’énergie vitale d’un individu au travers de son portrait constitutionnel et tempéramental. Peuvent être ainsi utilisés la morphologie, l’iridologie, et certains bilans énergétiques et de terrain (bioélectronique, cristallisations, ...). En fonction de la vitalité disponible, le Praticien de Santé Naturopathe pourra prendre en charge son consultant (secteur de la grande prévention et des troubles fonctionnels) ou l’orienter vers le médecin allopathe (secteur de l’urgence et des troubles lésionnels et dégénératifs).

Le programme d'hygiène vitale (PHV):
    Il rassemble tous les conseils, individualisés à la suite du bilan, et structurés sous forme de « cures » spécifiques (désintoxication, revitalisation, etc). Sans ressemblance aucune avec une ordonnance médicale, ce programme contient au minimum des conseils pour une meilleure hygiène nutritionnelle, pour mieux se relaxer ou mieux gérer le stress, et pour pratiquer des exercices physiques indispensables à la santé. S’y ajoutent souvent des clés utilisant les conseils de réflexologie, hydrologie ou respiration, des plantes, des compléments alimentaires, biothérapies ou des techniques énergétiques. (Extrait: Votre première visite chez le naturopathe Daniel Kieffer)

Consulter un Naturopathe pour:
    Pour obtenir toutes les clés préventives utiles à son mieux être, à tous les âges de la vie, et mieux prendre ainsi en charge sa santé sur un mode responsable.
    Pour solutionner naturellement la plupart des troubles chroniques (préalablement diagnostiqués par un médecin), chaque fois que les soins de l’allopathie ne sont pas indispensables (troubles dits « fonctionnels » et mineurs concernant par exemple la digestion, le sommeil, la circulation,le stress, l’arthritisme, le sur-poids, la déprime, les allergies, etc.
    Actuellement intégrés favorablement dans 10 nations européennes sur 15, les Praticiens de Santé Naturopathes travaillent en France sans encadrement législatif (vide juridique).
    Ils ne s’opposent pas à la loi qui réserve le diagnostic et les traitements aux docteurs en médecine (L-4161-1) mais oeuvrent principalement « en amont de la maladie », participant ainsi à la réalisation d’économies substantielles pour les caisses de l’état. Généralistes de la santé et non de la maladie, ils représentent un véritable corps de professionnels de la relation d’aide, responsables et hautement qualifiés, essentiellement complémentaires des partenaires médicaux et paramédicaux.

Le Bilan de Vitalité (Vitalométrie):
    Le bilan de vitalité est la pierre angulaire de la pratique de la naturopathie. Il est indispensable pour s'assurer que la naturopathie puisse être appliquée avec succès au sujet et sans danger. Il est spécifique au naturopathe (il ne s'agit pas d'un diagnostic) en ce sens qu'il permet de comprendre et d'accompagner la vitalité du sujet et les voies de stimulation possible du principe d'auto-guérison. Il prend du temps, une heure environ. Il permet au naturopathe de comprendre le tempérament de la personne reçue en consultation, la nature des surcharges (souvent présentes), les voies d'élimination les mieux adaptées mais aussi les contraintes de vie spécifiques de la personne. Il permet de déceler les particularités individuelles de chaque sujet. Grâce à ce bilan bien conduit, le praticien pourra faire du sur-mesure et suffisamment impliquer la personne reçue en consultation dans la réussite de sa démarche. Compréhension et motivation, les deux conditions de la réussite du bilan de vitalité pour le thérapeute et de réussite du retour à une meilleure santé pour le client. Le bilan de vitalité est un art. Source: FENAHMAN

Principes de la Naturopathie
(Image : Voir lien ou pièce attachée)
À gauche : Hippocrate, le plus grand médecin de l'Antiquité (460-v.377 av JC). À droite : Claude Galien, médecin grec (v.131-v.201). Miniature du XVe siècle. Source Image: Larousse, Ph. Coll. Archives Larbor.

Les principes suivants sont à la base de la pratique naturopathique:
    1. Le pouvoir de guérison de la nature (Vis Medicatrix Naturae): Le naturopathe reconnaît la Force Vitale inhérente à chaque être vivant qui permet le processus d'auto-guérison et régénérescence laquelle se manifeste de manière cohérente et intelligente. Les naturopathes par sont action; conscientisent, conseillent et éduquent leur clients pour identifier et supprimer les différents barrages qui s'opposent au libre processus d'auto-guérison.
    2. Identifier et traiter les causes (Tolle causam): Le naturopathe cherche à identifier et éliminer les causes (Le Kybalion) sous - jacentes de la maladie plutôt que de simplement éliminer ou supprimer les symptômes.
    3. Ne pas Nuire (Primum non nocere): Les naturopathes suivent trois lignes directrices pour éviter de nuire au le terrain:
    Ils utilisent des méthodes naturelles inscrites dans les 10 agents naturels de santé (10 techniques),
    Ils évitent si possible la suppression des symptômes nuisibles,
    Ils reconnaissent, respectent et travaillent avec le processus d'auto-guérison et régénérescence inhérent aux individus.
    4. Le Naturopathe en tant qu'enseignant (Docere): Les naturopathes éduquent leurs Clients en les encourageant à la l' auto-responsabilité pour la santé. Ils reconnaissent et emploient le potentiel thérapeutique de la relation de confiance entre naturopathe-Client,
    5. La totalité de la personne (Home totus, Tolle totum) Les naturopathes considèrent la réalité totale de la personne en tenant compte des plusieurs facteurs sur tous les plans de l'être (physique, énergétique, Psycho-mentale, spirituel, socioculturel, eco planétaire).
    6. Prévention: Les naturopathes insistent sur la prévention (prévention primaire active) de la maladie en évaluant les facteurs de risque, l'hérédité, les prédispositions à l'aide de la vitalométrie (messure de la force vitale) et en donnant des conseils et suggestions appropriées en partenariat avec leurs clients pour prévenir la maladie.
    7. Drainer, Detoxifier (Deinde Purgare): Les Naturopathes utilisent des moyens naturels pour détoxifier et drainer les humeurs (Corpus hippocratique) corporels du terrain.
    Source: Naturopathic Clinic

L’ordre thérapeutique.
    C’est un ensemble de lignes directrices pour aider aux naturopathes à résoudre complètement les symptômes du client et de traiter la cause sous-jacente tout en utilisant en sûreté le moins de force possible.
    L'Ordre thérapeutique est un concept unique à la médecine naturopathique et il est essentiellement l'ordre dans lequel les soins et thérapies Naturopathiques doivent être appliqués afin de fournir le plus grand bénéfice pour les clients avec le moins de dommages potentiels. Cet Ordre suive sept niveaux en fonction de la force utilisé:
    (Image : voir lien ou pièce attachée)
    1. Supprimer les barrages qui s’opposent à la santé : «l’état naturel de Santé» du corps est perturbé par des obstacles qui mènent à la maladie. La première étape dans le retour à la santé est de supprimer ces entités qui perturbent la santé, le plus souvent: une mauvaise alimentation, les troubles digestifs, les niveaux de stress inappropriées et désharmonie spirituelle. Les Naturopathes Participent à la construction un régime sain basé sur "les barrages de santé» propres de chaque individu dans une tentative de modifier et d'améliorer le terrain dans lequel la maladie a développé. Cela permet à la thérapeutique supplémentaire d'avoir les effets les plus bénéfiques possibles.
    2. Stimuler la Vis medicatrix (Le pouvoir de Guérison) : La Vis est sa force vitale innée, c’est la capacité intrinsèque d'auto-guérison du corps. Les Naturopathes utilisent des thérapies, comme la phytologie, l’hydrothérapie, l'homéopathie, l'acupuncture, pour faciliter la stimulation et le renforcement de la puissance de la force curative.
    3. Renforcer les systèmes affaiblis : Renforcer les systèmes qui ont besoin de réparation et pas simplement leur stimulation qui sont traitées à ce niveau de guérison. Les Naturopathes ont un arsenal d’outils thérapeutiques disponibles pour améliorer les tissus, les organes ou systèmes, y compris: la botanique, la thérapie ortho moléculaire (utilisation macro dosé de substances qui se produisent naturellement dans le corps - vitamines, acides aminés, minéraux, etc.), l'homéopathie, l'acupuncture.
    4. L’Intégrité structurale correcte : Certaines techniques manuelles physiques et réflexes telles que l’acupuncture, les massages bien-être, le massage Trager, Alignement posturale, entre autres sont utilisés pour améliorer et maintenir l’intégrité du squelette et de la musculature.
    5. Utiliser des substances naturelles pour restaurer et régénérer : Le principal objectif de la Naturopathie est de restaurer la santé, de ne pas traiter la pathologie. Cependant, les naturopathes devant certaines pathologies (En France celles qui n’ont pas d’exclusion pour le Naturopathe) conseillent selon la globalité du terrain des substances (aliments) sûres, efficaces et naturelles qui n'ajoutent pas de toxicité, ni charge supplémentaire, à l'organisme déjà en détresse.
    6 et 7. Il existe encore deux niveaux (6 et 7 non mentionnés ici) spécifique des Naturopathes Physiciens et les médecins Naturopathes (ex. USA, Canada).

    Cet ordre a été identifié et articulé par Jared Zeff, ND et Pamela Snider, ND dans le livre « la philosophie de la médecine naturelle »à L’Ordre Thérapeutique : Une hiérarchie de guérison. Bien que cet ordre peut changer en fonction de la nécessité de chaque terrain, ses circonstances et sa sécurité, il se présente comme une guide qui as pour but d’encourager et promouvoir la nature de guérison propre de chaque personne.
    Cette approche méthodologique pour chaque personne est la raison pour laquelle le rôle du naturopathe dans les soins de santé devient si unique par rapport à ce qui existe déjà.
    Afin que la médecine naturelle et d'intégration soit réussie, les personnes (clients) ont un rôle actif à jouer. Cependant, les processus pathologiques commencent souvent bien avant que les symptômes se manifestent. L'aspect préventif de la naturopathie implique une action avant le point (le moment) où le processus manifeste des symptômes, ou dès le début, pour aider à prévenir la progression et les dommages potentiels de la maladie.

Source: A Hierarchy of Healing: The Therapeutic Order.
Stephen P Myers 01/2006; DOI: 10.1016/B978-1-4377-2333-5.00003-1
Naturonaute: du latin : "natura" = « la nature, l'essence » et du suffixe grec : "-naute"= navigateur, il signifie celui qui navigue dans la nature, "le navigateur dans la nature".

1. Ce mot désigne d'abord celui qui a l'aptitude de chercher à vivre de manière holistique tous les principes de la vie naturelle, c'est par l'amour et l'observation de la nature que le naturonaute intègre ces principes (forme, essence, structure, l'origine et le devenir des choses) dans son expérience total de vie.
2. Le naturonaute est l'ami de la nature dans ce sens le terme joint le concept du "naturophilie" proposé en 1923 par le philosophe et géographe français Henri Le Fèvre.
3. Ce néologisme (proposé par Oscar A. Ponce) est utilisé pour designer un sorte de para-naturopathe, c'est à dire, qui sans pratiquer stricto sensu la naturopathie, le naturonaute tiens compte du concept de force vitale et les principes d'hygiène de vie afin de prendre soin holistiquement de sa santé par des moyens naturels.








Les techniques de naturopathie - Naturopathes OMNES.pdf
Copie pdf du lien
(250.62 Kio) Téléchargé 29 fois
About Naturopathy WORLD NATUROPATHIC FEDERATION.pdf
Copie pdf du lien
(718.08 Kio) Téléchargé 22 fois
Naturopathie - Oscar-Ponce-Force-Nature.pdf
Copie pdf du lien
(446.8 Kio) Téléchargé 27 fois
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Le journalisme Ciniais et si Joyeux

Messagede Sophocle » Ven 1 Fév 2019 12:55

Michel Ciniais.jpg
Une bonne tronche de Quasimodo.
Michel Ciniais.jpg (15.64 Kio) Vu 2811 fois


Voici une chronique de Ciniais à propos de l'annulation en appel de la radiation du P. Joyeux.
Dans cette chronique, Ciniais vitupère hardiment contre le P. Joyeux.
Radiation d'Henri Joyeux annulée : le coup de gueule de Michel Ciniais (youtube).
À tord, Ciniais prétend que le P. Joyeux est contre les vaccins alors que le P. Joyeux n'est pas contre les vaccins obligatoires mais il clame une application non-excessive ni systématique ni abusive des vaccins non obligatoires (sans parler des vaccins à l'aluminium).
Voir son article très détaillé sur son site officiel : Que penser des vaccins ?
Les négligences sont des signes d'aveux de faiblesses d'argumentation.
Ciniais est donc factuellement un journaliste qui relaye de mauvaises informations.
Dans la presse, cela est très courant car les journalistes français qui publient de fausses informations ne sont absolument jamais sanctionnés par la profession.
"Tous les vices à la mode passent pour vertus", Molière.
De là à demander à ce qu'un journaliste prépare sa chronique ou fasse de l'investigation, ...
L'art de la controverse oblige à se répéter le discours de son opposant pour bien le maitriser.
L'art de la controverse oblige également à présenter le discours de son contradicteur.
Si Ciniais avait un peu préparé son travail, les débats seraient apaisés et la société en serait grandie.
Pendant ce temps, l'ordre national des médecins court toujours et fait des procédures en radiation des médecins qui argumentent et qui débattent.
Avec un tel bovarysme, je ne m'étonne pas que la radiation tombe en appel.
De plus, Si Ciniais n'est pas content de la situation, il devrait s'en prendre au conseil de discipline et non au P. Joyeux.
Le réel ne convient pas à Ciniais, alors il change le réel.
Il fonce tête baissée dans le soutien à l'institution alors que l'institution balaye les arguments d'un revers de la main.
[img]smile/biggrinears.gif[/img]


Question forme, Ciniais ferait mieux de relire la scène d'Arsinoé avec Célimène dans le Mysanthrope (de 47:50 à 57:00), mille cruels poignards de mots tout en mondanités, éloquence et courtoisie.
Quant au fond de sa chronique, je désespère que les argumentations de Ciniais en faveur du vaccinisme et que les réponses aux points soulevés par l'article de P. Joyeux eussent fait l'économie d'être exprimées.

Il faut rappeler que dans les décennies passées, tous les gouvernements (y compris français), tous les médecins du monde, toutes les institutions de santé dans tous les pays, et tous les organismes mondiaux de santé ont volontiers reconnu que le vaccinisme a fait beaucoup de dégâts.
Il faut aussi rappeler que les vaccins ne sont pas soumis aux études draconiennes concernant les autorisations sur la mise sur le marché.
Il faut aussi rappeler que l'aluminium est accumulatif, il ne faut donc pas apprécier la dose d'aluminium selon un seul vaccin, mais il faut considérer la dose sur tous les produits appliqués sur le corps depuis la naissance. La valeur de tous les produits appliqués sur le corps ne doit donc pas dépasser la valeur de la dose tolérable pour un seul et unique produit. De plus, un bébé ne fait que 3 kg, une dose a donc un effet 20 fois démultiplié par rapport à un adulte. Aux Usa, "Ces troubles neuro-développementaux ne cessent d’augmenter. Ils concernent un enfant sur 59, contre un enfant sur 68 selon les précédentes estimations en 2014 et 1 sur 5 000 en 1975" (source : Le Monde). L'autisme est donc déjà une épidémie aux Usa, et le gouvernement français se met volontiers dans les pas de ce qui à mener à une telle épidémie. Un tel aveuglement est aussi étonnant qu'épatant. Chez Tocqueville, on peut comprendre que les États-Unis sont un pays où les problèmes des démocraties sont exacerbés. C'est-à-dire qu'il suffit d'examiner les États-Unis pour prévoir d'éventuels problèmes à venir. Dans une démocratie occidentale, s'ils ont lieu, ces problèmes seront certes plus petits mais ils existeront quand-même. Il n'est donc pas inutile d'observer les États-Unis avec leurs problèmes et leurs remèdes pour gagner autant de temps que possible. Avec un Collège de France qui demeure très ciblé sur la recherche commercialisable, on ne va certainement pas prévenir cette épidémie d'autisme. Autant d'imprudence me désespère. La bonne santé, la prévention de l'empoisonnement et la naturopathie comme remède ne devraient pas être tant négligées.

Le devoir d'instaurer un climat serein pour débattre devrait être le panache des personnes qui prétendent avoir une parole publique.
La grosse colère de Ciniais ne fait qu'accentuer un climat de défiance.
Ciniais voudrait que cette méfiance n'existasse pas, il ne la reconnait donc pas.
Il vitupère donc.
En dépit qu'il sait que cela se retournera contre ses aspirations, il consent donc à légiférer 11 vaccins obligatoires sans débat ni consensus, ni exigence sanitaire.
Et après, on s'étonne qu'il y ait des gilets jaunes.


Que penser des vaccins.pdf
Copie Pdf du lien - P. Joyeux.
(412.49 Kio) Téléchargé 18 fois
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Sacrilège

Messagede Sophocle » Mar 12 Fév 2019 16:40

Bon, je suis dans un blocage thérapeutique, il faut que je rassemble mes idées.
Je vais noter ici les thérapies avec leur effets secondaires et leurs résolutions.

  • Snc, organes profonds (snc, foie,...):
      résolution : déshydratations
      effets secondaires : picotements peau, concentration ponctuelle (épaule)
  • Concentration ponctuelle (épaule)
      résolution : hydrotomie percutanée, bains froids (répétition en alternance)
      effets secondaires : picotements peau.
  • Picotements peau:
      résolution naturopathique en attente.
      effets secondaires : normalement, il ne devrait pas y en avoir car il serait temps d'éliminer les ml.

Il faut que je résolve en premier lieu le bas de cette liste pour pouvoir ensuite remonter d'un cran.
Et ainsi de suite, c'est un processus itératif et récurent.
Pour l'instant, je suis encore bloqué avec ces picotements sur la peau.
Les problèmes d'épaule se sont certes fortement atténués, ils deviennent tout à fait mineurs.
Même si je n'ai pas encore finalisé la résolution du problème à l'épaule, je vais considérer ici que c'est résolu car je connais la méthode pour y parvenir.
Comme je souhaite faire ma cure proprement, je veux donc régulariser définitivement tous les effets secondaires avant de recommencer les déshydratations.
Aujourd'hui, je suis bloqué avec la peau.
J'ai encore des déshydratations à faire pour parachever le nettoyage du cerveau car je suis encore electrosensible.
Mais je suis bloqué au niveau de l'intox de la peau que j'arrive pas à résoudre.
En fait, les déshydratations sont très efficace sur le cerveau mais des métaux lourds se dispersent dans le corps sans être éliminés.
Une partie des ml a été certes éliminée avec les émonctoires mais la peau est un organe atypique, elle accumule les ml.
La peau est une couche d'huile qui fait barrage aux ions des métaux-lourds.
C'est d'ailleurs le rôle de la peau : faire barrage à l'eau et donc aux ions (int. et ext) sinon, de l'eau sortirait de la peau comme des muqueuses.
Ça fait un bon bout de temps que j'essaie de résoudre ces problèmes de picotements, en vain.
Toutes mes crèmes n'ont pas vraiment d'effet éclatant (mais je suis loin d'avoir exploré toutes les possibilités en matière cosmétique).
Les gélules de Dmsa/Ala ne semble pas très efficaces, j'avais déjà constaté cela lors de mes rounds Cutler.
Les saunas ont bien baissé de nombreux picotements et sensations mais certains picotements résistent.
Cependant, les picotements baissent un peu avec le temps, mais la vitesse de résolution est bien basse.
Il faudrait trouver une solution pour activer la détox, c'est pourtant l'organe le plus facilement accessible depuis l'extérieur.

    De plus, les bains froids semblent avoir augmenté les picotements.
    Pour m'assurer de cela, il faudrait que je refasse une série de bains froids, (en attente).
    Cad que la peau fonctionnerait comme un scratch à ml.
    L'activation des capillaires ferait circuler les ml à proximité de la peau et la peau semble les attraper et les accumuler.

Je tourne un peu en rond depuis pas mal de temps à propos de ces picotements.
Je vais donc bientôt reprendre une petite série d'IV de DMPS.
D'où le titre de ce message : Sacrilège.
Sacrilège à la naturopathie, et un petit sacrilège avec les recommandations du forum mélodie.
J'aurais préféré résoudre ce problème sans IV mais je ne trouve aucune solution à mon problème.
Je suis donc très content qu'il existe une possible solution, il ne faut pas la négliger si elle était salvatrice.
Mais, je continue quand-même a rechercher des solutions naturopathiques.
Je ne sais pas dire si c'est la peau qui est intoxiquée ou si c'est l'ensemble de l'extra dont un unique symptôme ressort au niveau de la peau.
Les déshydratations relocalisent-elles les ml dans l'extra ou exclusivement dans la peau ?
Je privilégie la peau car le symptôme se manifeste là.

    Je viens de recevoir les résultats du test de provocation :
    les taux demeurent à peu près les mêmes que ceux en 2014.
    • Cuivre : 700 (norme inf à 60, intox forte à partir de 700)
    • Plomb : 30 (norme inf à 5, intox forte à partir de 12),
    • Mercure : 30 (norme inf à 1, intox forte à partir de 18)
    • Arsenic : 40 (norme inf 15, intox forte à partir de 100)
    La situation d'intox est très différente de 2014 mais les analyses demeurent identiques.
    L'intox demeure donc forte en dépit de toute cette naturopathie.
    Surtout, j'ai bouté la réserve intoxicante de ml hors la bouche.
    L'important, c'est que le cerveau a été significativement dégagé.
    En fait, pour faire les déshydratations, il faut savoir écouler les ml qui se relocalisent dans la peau.

Cependant, la situation se présente mieux qu'en 2014, me semble-t-il.
En 2014, les IV ont eu quelques bons résultats sur le cerveau.
Le céphalées étaient très fortes et elles ont un peu baissées avec les IV à partir de la 6è séance.
Ce traitement est donc efficace.
Mais je l'avais abandonné car les progrès étaient trop lents (1x/mois).
Depuis, j'ai déplacé le problème à la peau.

    Je trouve que les IV sont désormais mieux adaptées à ma nouvelle situation car le mode d'administration est congruent au récent parcours des ml.
    Avec les déshydratations, les ml ont emprunté la circulation systémique : le réseau sanguin.
    C'est-à-dire que, après les déshydatations, les ml se sont redéposés comme une neige à proximité de la voie sanguine.
    Un traitement par voie sanguine me semble donc un peu mieux appropriée à la nouvelle disposition.
    Il est possible que les intoxications fortes dans les organes compacts ne présentent pas une disposition optimale pour les IV.
    Les surfaces d'échanges seraient faibles.
    D'ailleurs, la très forte intoxication dans la zone buccale n'avait absolument pas été traitée par les IV et pourtant la dose d'intox était forte et les IV nombreuses.
    Mon intox du cerveau vient des amalgames.
    Les ml ont donc migré par voisinage cellulaire de proche en proche et non par voie sanguine.
    La voie sanguine n'a pas été empruntée car sinon ce serait l'ensemble du corps qui aurait été symptomatique et non le cerveau seul.
    Les déshydratations relargent les ml dans le sang, elles permettraient donc une meilleure proximité avec l'extra dans lequel le dmps est cantonné.
    Il me semble que les IV enlèvent une très fine couche superficielle et générale.
    Pour illustrer mon propos, c'est comme une dameuse.
    La demeuse évolue sur les pistes mais elle s'ensable dès qu'elle est dans une poudreuse aussi haute que les chenilles.
    Les déshydratations rabattent les ml vers la piste que la dameuse peut traiter.
    Les pics d'intox localisés (cerveau ou bouche) ne seraient pas bien drainés par les IV car l'intox est en profondeur.
    Toutes ces hypothèses sont évidement que des réflexions à haute voie.
    L'avenir les confirmera éventuellement.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Sursaut avec le gel d'aloé vera

Messagede Sophocle » Mar 19 Fév 2019 14:55

Jusqu'ici, j'avais tenté le sel dans l'aloé vera pour déshydrater la peau, mais sans succès car les phases ne sont pas vraiment miscibles.
Nouvelle piste pour le traitement cutané : le gel d'Aloé vera & chélateurs. [img]images/icones/icon8.gif[/img]
L'aloé a un pouvoir pénétrant bien supérieur aux crèmes que je fabriquais jusque-là.
Les chélateurs se mélangent assez bien dans le gel.
C'est mille fois plus commode que les crèmes où il faut préparer, chauffer, mélanger et attendre.
  • C'est facile à fabriquer : 10ml d'aloe vera déjà conditionnée
  • Ajouter le contenu de gélules (dmsa, edta, Ala...)
      Peu d'aloé vera (10ml) peut contenir de une à deux gélules.
  • Mélanger au mini-mixer électrique.
      Le mélange est très homogène et il demeure stable.
  • Appliquer
      Il n'y a pas (ou très peu) de poudre qui ne pénètre pas la peau.
      La peau est sèche en à peine 3 minutes.
  • C'est fini.

Il faut aussi penser à l'expulsion de l'eau.
Pour l'instant je fais un sauna 12 heures après application.
Bon maintenant, y'a plus qu'a voir si c'est efficace contre mes problèmes de picotements sur le court-terme.

Il est possible de faire une variante totalement naturelle avec de l'ail frais écrasé et du gingembre frais écrasé au mortier.
Il faut laisser l'ail écrasé 15' à l'air avant de le mélanger.
J'ai également essayé avec de l'eau minérale et un gélifiant (pour remplacer l'aloé vera), ça marche presque aussi bien.

Il faut que je tienne compte de la demi-vie du chélateur.
Il est peut-être judicieux de faire le sauna 4h après l'application du gel chélateur.
Pour améliorer la transpiration dans le sauna, je fais parfois une application d'huile et lécithine de soja (à chauffer, à mixer).
Je continue à faire des marches pendant la demie-vie du chélateur pour brasser la circulation.
Avant la marche, je prends une gélule chélatrice par voie orale pour faire le relai jusqu'aux émonctoires.

[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Flash Back sur le sel d'epsom

Messagede Sophocle » Ven 22 Fév 2019 17:19


Les picotements ont un tout petit peu baissé en fréquence et non en intensité.
Ils se manifestent surtout sur les bras, jambes et les hanches quand je m'étire de tout mon long sur le canapé.
C'est pénible, ça me gratte.
La résolution avance tout doucement, trop doucement, j'y serai encore à la st Glinglin.
Le gel d'aloe vera (av.) est certes épatant car il pénètre la peau avec une rare efficacité.
La poudre de chélateur semble bien pénétrer la peau avec le gel d'av mais la résolution des picotements se fait attendre.
Les ions des ml sont tranquillement tapis au bord immédiat de la couche cornés mais du mauvais côté, le côté intérieur.
La couche cornée est un formidable bouclier anti-ions.
Les ions ont beau être à la limite de la sortie, ils ne franchissent pas la couche cornée car ils sont du mauvais côté.
La couche cornée est une pélicule d'huile qui remplit tellement bien son rôle qu'il y a peu à faire contre les ml par voie extérieure.

Quand j'ai fait une application avec gel d'aloé vera et ail écrasé et gingembre écrasé, ça a vachement piqué sur le visage.
Le gingembre est un peu irritant.
Mais deux jours après, j'avais la barbe qui piquait.
Il me semble que l'ail a mobilisé les ml de la peau vers les phanères.
Après rasage, la barbe ne piqua plus, y compris après repousse.
C'est un vieux symptôme que j'ai retrouvé-là comme un vieil ami.
J'attribuais ce symptôme aux ml qui étaient éliminés par les phanères et qui font de la friture sur le poil comme sur une antenne radio.
L'ail et le gingembre écrasés sont peut-être une piste efficace sur laquelle je dois peut-être insister.

Mais ce vieux symptôme avait disparu pendant la période des cures du foie (vers la 5ème).
C'était la période juste avant que je ne commence ce topic (et donc avant les déshydratations).
Cependant, ces cures n'ont eu aucun effet sur les maux de tête.
Ce n'est pas l'élimination des calculs qui a régularisé le symptôme mais c'est le sel d'epsom qui circule dans le sang.
La cure du foie est une purge yogique sans lavement de façon à ce que le sel diffuse dans le réseau sanguin.
Entre-autre, il dilate les vaisseaux dont les canaux hépatique et cholédoque pour que les calculs passent failement.
Je vais donc reprendre ces purges yogiques qui sont associées à la cure du foie.
Cela va peut-être régler le problème des picotements.
Si je ne peux intervenir par l'extérieur à cause de la couche cornée, il faut alors intervenir par l'intérieur.
Je vais aussi en profiter pour faire sortir les calculs du foie, c'est pas grand chose en plus à faire par rapport à la purge yogique.
L'expérience montre qu'il faut faire des séries de 5 (purges yogiques, intestins) à 15 (bains de bouche au sel) applications.
Je planifie donc une petite dizaine de cures du foie pour voir s'il y avait une fraction significative de la résolution du problème.
Depuis le début, la solution saline me réussit mieux que la chélation.



  • Méthode de la cure du foie, Stéphane Tétart Naturopathe.
    cure foie Tetart.pdf
    Copie Pdf de la page
    (1.2 Mio) Téléchargé 17 fois

    Cette version propose du sel en gélules, le goût amer est ainsi totalement masqué.

    Cependant, il est possible de s'endurcir à la naturopathie en buvant une eau dans laquelle le sel a déjà été dilué.
    Cela met un goût sur l'amertume qu'un intoxiqué possède contre la médecine allopathique.
    Il est bon de s'endurcir.
    Chez Shakespeare, le jeûne et la veille mènent à la vengeance et au combat.
    Voilà une nouvelle facette littéraire et combative du jeûne.
    Voici, ci-après, comment donc Marguerite transmet sa rage à Élisabeth par le jeûne contre les personnes perfides.
    Ces deux femmes ont été victimes de l'orgueilleux Richard.
    Enfants, maris, cousins ont étés lâchement assassinés.
    Elles se liguent donc en dépit que leurs maisons aient été ennemies.

    Shakespeare (Richard III, sc. xviii) a écrit:LA REINE ÉLISABETH :
      Ô toi, experte en malédictions, arrête un peu
      et apprends-moi à maudire mes ennemis.
    LA REINE MARGUERITE :
      Abstiens-toi de dormir la nuit, et jeûne le jour ;
      compare ton bonheur mort à ton bonheur vivant,
      représente-toi tes enfants plus beaux encore qu’ils n’étaient,
      et celui qui les a tués plus hideux qu’il n’est :
      exalter une perte, c’est en empirer l’auteur.
      N’oublie rien de tout cela, et tu apprendras à maudire.
      Image Image Image

  • Exemple rougeur peau [img]kator/smiley252.gif[/img]
      Quand les picotements ont lieu, la peau est un peu rougie.
      Voir photo suivante de la hanche.
      Une très grande surface de la peau devient légèrement rouge.
      Je ne sais pas si c'est une mini-inflammation ou une mini-actiation spontanée des capillaires.
      ou un peu des deux ?
      Puis ça passe en quelques dizaines de minutes.
      Une inflammation a une certaine inertie (plusieurs jours), ces rougeurs ne devraient donc pas être d'origine inflammatoire.
      Je ne sais pas comment enclencher cet état, ni comment le désamorcer.
      Pour l'instant, ça a lieu grosso-modo une fois par jour pendant 1/2h.
      Le climat est un facteur perturbant et déclenchant.
      Ces mini-crises ont majoritairement lieu quand le convecteur toune à plein pendant une journée glaciale et sèche.
      Je soupçonne aussi la poussière de favoriser le déclenchement de ces mini-crises.
      Ce serait le nuage electrostatique dans la poussière car ces mini-crises apparaisse moins après que j'ai fait le ménage.
      La couleur normale de la peau est visualisable dans la petite tâche claire là où la flèche pointe, écueil de sérénité dans une mer un peu agitée.
      Inflam.JPG
      Photo de l'inflammation pendant les picotements (couleur attendue : tâche claire repérée par la fléche)
      Inflam.JPG (90.19 Kio) Vu 1707 fois

  • Suspension de l'exfiltration des calculs [img]kator/smiley252.gif[/img]
      Désormais, je fais les purges sans prendre le mélange d'huile et de pamplemousse.
      Ce mélange est très écœurant et il me rend un peu nauséeux une bonne partie de la journée.
      Toute cette huile pègue aux organes et les rends fonctionnellement visqueux.
      La journée se passe bien plus tranquillement sans ce mélange.
      Je commence le matin, cers 10 heures, puis je prends 4 verres, 1 verre de 200ml toutes les 2 heures.
      Le processus est fini en fin d'après-midi.
      Pour l'instant, j'en commence par une purge par semaine.
      Le sel d'epsom est déjà un peu écœurant, il n'est pas nécessaire d'en rajouter inutilement avec le mélange huile & jus.
      Mon objectif est l'effet que donne le sel d'epsom sur les tissus ordinaires : une déshydratation des tissus ordinaires et non la cure du foie.
      L'évacuation des calculs n'est pas prioritaire.
      Je le regretterai peut-être dans vingt ans mais mon régime alimentaire est déjà anti-calculs :
      je ne mange jamais avant midi, les petits calculs devraient donc sortir au compte-goutte le reste de l'année.
      Il me semble plus judicieux de faire cette une cure une fois tous les ans pour éliminer les gros calculs de façon régulière.
      La non-prise de petit-déj permet de faire monter la pression dans la vésicule biliaire de façon à augmenter l'expulsion des petits calculs.
      Le long terme le dira.
      De plus, je n'ai presque plus de problèmes digestifs au quotidien, je réjouis donc en soulageant la peine de la purge.
Dernière édition par Sophocle le Lun 4 Mar 2019 10:41, édité 3 fois.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

La cour des comptes envoie l'ordre des médecins en soin inte

Messagede Sophocle » Mar 5 Mar 2019 11:56

Voici un article sur les pratiques "déontologiques" de l'ordre des médecins. [img]smile/!rofl.gif[/img] [img]smile/!rofl.gif[/img] [img]smile/!rofl.gif[/img]
Je n'ai qu'une image de cet article, donc à télécharger pour le lire, et donc pas de version texte copiable ici et facile à lire.
On peut y lire que l'ordre est très peu respectueux des bonnes pratiques, et c'est un euphémisme.
Quand les pratiques professionnelles sont choquantes, il vaut mieux ne pas attirer l'attention sur soi avec des scandales de gestion d'argent public.
Quand Michel Ciniais révèle et s'étonne que la procédure disciplinaire soit indépendante de l'ordre (voir post plus haut), on peut soupçonner que l'ordre à abondamment abusé de cette procédure pour qu'on lui retire l'objet fondamental pour lequel un ordre professionnel est établi.
Là, avec ces pratiques de mauvaise gestions, l'ordre passe autant que pour des charlatans que pour des pieds-niquelés.
Comptes-ordre.jpg
Le Canard Enchaîné, 27 février 2019.
"La cour des comptes envoie l'ordre des médecins en soins intensifs"
Comptes-ordre.jpg (1.92 Mio) Vu 1658 fois


Voici un commentaire succinct de cet article paru sur francetvinfo.

Ordre des Médecins : les révélations dérangeantes du Canard Enchaîné
Défaut de protection des victimes d'abus sexuels, conflits d'intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques... Le journal satyrique aurait eu accès à un document provisoire de la Cour des Comptes sur le Conseil National de l'Ordre des Médecins qui contiendrait plusieurs graves accusations.
Aucune sanction malgré des signalements d'abus sexuels. Ce serait l'une des défaillances du Conseil National de l'Ordre des Médecins pointées par la Cour des Comptes dans son pré-rapport auquel aurait eu accès le Canard Enchaîné. L'instance de contrôle publique signalerait "de nombreux cas où des médecins ayant fait l'objet de doléances, de signalements ou de plaintes (conciliées ou retirées par les plaignants), condamnés au pénal ou placés sous contrôle judiciaire pour des faits en lien avec leur exercice n'ont fait l'objet d'aucune poursuite disciplinaire".

Et le journal satyrique d'évoquer le cas d'un endocrinologue visé en juillet 2014 par une première plainte pour abus sexuel. En novembre 2015, il est placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de pratiquer... la gynécologie. Le signalement envoyé le 11 juin 2014 au CNOM par un chef de service de la région n'a été enregistré par le Conseil de l'Ordre que le... 7 décembre 2015. Il répertoriait pourtant les témoignages de cinq patientes assurant avoir subi des attouchements. Etrangement constate la Cour "aucune suite n'est donnée".

Des conflits d'intérêts passés sous silence ?
Parmi les autres dossiers sensibles qui seraient évoqués dans le document : les conflits d'intérêts des médecins, encadrés par la loi du 29 décembre 2011. La cour constaterait avec surprise qu'"aucun médecin n'a été convoqué par le Conseil national et aucune poursuite disciplinaire n'a été engagée". Pourtant, poursuit le Canard Enchaîné, l'instance ordinale disposerait d'un logiciel enregistrant toutes les "conventions" entre les producteurs et les prescripteurs de médicaments. Soit 1,5 million de contrats en 2017 correspondant à 200 millions d'euros encaissés par les médecins.

L'exemple d'un pneumologue ayant beaucoup voyagé est même cité par nos confrères du Canard : "Les Bahamas, Hawaï, Palm Beach, l'Ile Maurice, Bangkok, (il...) a pas mal bourlingué entre février 2016 et septembre 2018 à l'occasion de onze congrès internationaux, (...) des séjours financés par les labos à hauteur de 27.500 euros et préalablement approuvés par le CNOM avec cette remarque insolite : "l'absence de programme ne permet pas de vérifier si la quantité de nuitées et de repas pris en charge est justifiée".

La Cour prise de court
La Cour des comptes ne dément pas les remarques reprises par l'article mais déplore cette publication par Le Canard Enchaîné "d'observations provisoires, de nature confidentielle". Ce constat devait encore être soumis au Conseil national de l'Ordre des médecins dans le cadre de la phase contradictoire qui précède la conclusion des rapports. "Toute divulgation d'observations non définitives nuit à la procédure (...) et à la bonne information des citoyens", selon la Cour des comptes.

L'Ordre réplique dans un communiqué
Quant au Conseil National de l'Ordre des Médecins, il exprime dans un communiqué son "vif étonnement" devant la transmission de ce document à la presse. Mais apporte néanmoins des éléments de réponses aux accusations de l'article. Selon lui, le manque de sanctions face aux suspicions d'abus sexuels viendrait notamment d'une défaillance des structures judiciaires.

L'instance "déplore, et demande à nouveau que les procureurs informent systématiquement l'Ordre pour qu'il puisse saisir systématiquement les juridictions disciplinaires, quand bien même les faits reprochés aux médecins seraient commis dans un cadre privé". Mais n'est pas éludé le fait que "tous les échelons qui le composent doivent améliorer leur accueil des personnes qui se disent victimes, l'écoute qui leur est due et l'action devant les chambres disciplinaires".

En ce qui concerne les liens avec l'industrie pharmaceutique, l'Ordre déclare qu'il serait encore freiné dans ses efforts "en faveur d'une transparence totale des relations entre les médecins et les industriels" par un environnement défavorable. Il aurait ainsi "alerté le gouvernement à plusieurs reprises sur la nécessité de publier le décret d'application (toujours pas publié ndlr) permettant d'assurer le contrôle de toutes les déclarations de liens d'intérêts entre le corps médical et l'industrie de la santé (...) Les suspicions actuelles de conflits d'intérêts de certains praticiens auraient pu être évitées si nos recommandations avaient été entendues".



Par contre, pour radier les médecins-naturopathes qui sont ensuite graciés par les présidents de la république, là, l'ordre des médecins, délégation de service public, est au top. :crazy: :crazy: :crazy:
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Phase transitoire des purges yogiques.

Messagede Sophocle » Lun 11 Mar 2019 18:08

Je vais faire un point pour établir un petit état des lieux.
Pour aviser sur les tendances de fond d'une technique, il faut passer les premières fluctuations sans en tenir compte.
C'est seulement ensuite, c'est-à-dire après le tassement des perturbations post-premières prises, qu'il faut aviser sur la tendances.

J'ai commencé les purges et j'ai cessé toute autre technique, bains froids, dmsa, crèmes, ... (sauf iv, 1x/m).
Je n'en suis qu'à la troisième purge, il n'y a pas encore vraiment de tendances déterminantes qui se dégage pour l'instant.
Mais il y a les quelques légères turbulences habituelles après les premières applications d'une technique de mobilisation.
La légère perturbation majeure que je ressens, c'est un léger mal de crâne qui perdure et qui ne cède pas aux antalgiques.
Pour l'instant, c'est une bonne nouvelle car il y a du remue-ménage au-delà de l'intestin.
La forte dose de sel devrait se diffuser dans tout le système circulant et déshydrater les cellules par osmose.
Or, les déshydratations par privation d'eau ont jusqu'ici amené les ml jusqu'à la peau.
Il n'était donc pas dit d'avance que le sel de la purge ne va pas provoquer les mêmes effets que les déshydratations par privation d'eau :
détox du cerveau et intox de la peau.
Or, pour l'instant, le cerveau semble se ré-intoxiquer.
Il y a donc un domaine de mobilisation qui n'est peut-être pas le même que celui la déshydratation par privation d'eau.
Quant aux picotements, les occurrences sont très volatiles, il est très difficile de décrire les turbulences pour l'instant.
Il faut que j'apprenne à cribler les picotements selon la distance à la séance.
Les détections des répétitions n'est pas aisée tant qu'on se s'installe pas durablement dans la technique.
Surtout, le redoux est de retour (+10°).
Le climat doux semble atténuer les picotements à lui tout seul, il ne faut pas donc s'emballer sur des apparentes améliorations volatiles.

Je fais une purge par semaine. 4 verres de 200ml à 40g/l à partir de 10 h le matin, pris chacun à 1,5h d'intervalle.
À 18h, la séance est finie.
Je prends une grosse salade verte et une bière (une pinte à 4,5°) au diner.
L'alcool est un solvant bi-phase (huile-eau) redoutable, il réduit significativement les quelques rares désagréments du lendemain.
J'ai souvent remarqué un lissage adouci des effets des cures avec l'alcool.
Dans ce cas, l'alcool peut être un complément alimentaire très judicieux. [img]smile/beer.gif[/img]


[img]kator/smiley252.gif[/img] J'ai cessé ces purges à la quatrième,
C'est très contraignant et je n'ai pas réussi à dégager de tendance claire au niveau général.

Dernière édition par Sophocle le Sam 6 Avr 2019 18:54, édité 1 fois.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Raymond Devos et le médecin tueur.

Messagede Sophocle » Lun 18 Mar 2019 22:08


Voici comment commence ce sketch de Raymond Devos sur un médecin tueur sur ordonnance...
[img]smile/!2214_EM2.gif[/img] [img]smile/!2214_EM2.gif[/img] [img]smile/!2214_EM2.gif[/img]
Raymond Devos, ce n'est pas de l'humour, c'est de la littérature...
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Fenêtre thérapeutique

Messagede Sophocle » Sam 6 Avr 2019 19:35

Je suis en pleine fenêtre thérapeutique.
J'ai donc suspendu mes recherches, mes tests, saunas, crèmes, purges, ...

Pendant ces fenêtres, j'ai une petite routine minimale :
Je dois faire une marche d'une heure tous les 2 ou 3 jours, sinon :
    j'ai des impatiences dans les jambes,
    et le sommeil est moins bon.

Je maintiens également les iv de dmps.
J'ai quelques progrès avec le dmps mais ils sont lents.
Je vais peut-être réussir à résoudre ces problèmes de picotements avec ces iv.
Mais toute la question de ces iv demeure dans le délai.
De toute façon, je n'ai pas de meilleure solution.

Pour continuer la détox à bas régime au quotidien,
je prends une gélule de dmsa au réveil, puis une toute petite douche froide.
J'espère ainsi que le dmsa va circuler dans les capillaires cutanées grâce à l'activation des capillaires.
Avec le retour des températures printanières, la douche froide est facile et agréable.
Je brosse aussi la peau pour activer le renouvellement cutané.

C'est un programme peu envahissant mais qui maintient les bénéfices acquis.


[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Retour des petits plaisirs

Messagede Sophocle » Sam 13 Avr 2019 10:41

Au bout de 2 semaines de la fenêtre thérapeutique,
j'ai le plaisir de prendre une petite douche froide de temps à autre, car ça me manque.
Il faut dire qu'avec le retour des températures clémentes, la douche est plutôt fraiche (et non froide), il n'y a donc pas de choc glacé qui rebute.
Il en est de même quand je fais un sauna ou une heure de marche, j'ai vraiment du plaisir auparavant d'y aller, et y compris pendant l'activité.
J'y vais sans me dire que c'est une obligation, c'est devenu une habitude à laquelle je me suis attaché.
C'est nouveau que j'ai autant de plaisir à faire des activités.
Lors des années précédentes, j'avais des maux de tête qui me gâchaient tout le plaisir de ces petits moments car en dépit du forçage, les résultats attendus ne venaient pas.
Les maux de tête ne sont hélas pas guéris par ces activités, mais le reste du corps en tire un vrai bénéfice, bonne fatigue, sommeil, repos réparateur, calme, ...
Les tissus ordinaires tirent vraiment parti de ces activités.
En dépit de mon histoire, quand je ressens cette recrudescence d'énergie, j'ai l'impression d'avoir retrouvé une forme correcte (comme s'il n'y avait jamais eu de ml).
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Tout ça pour ça ? - Avis sur les déshydratations

Messagede Sophocle » Sam 13 Avr 2019 10:42

I. v. de DMPS : retour à la case départ, tout ça pour ça ? :??:
Les déshydratations ne sont vraiment pas une solution autonome.
Elles posent de sérieux problèmes de relocalisation à terme.
J’ai certes dégagé le cerveau mais il faut encore traiter les organes cibles.
Je n’aurai jamais dû arrêter les IV de DMPS.
Je les avais arrêté parce qu’elles étaient trop lentes à donner des résultats, mais elles demeurent une des rares solutions qui avaient un réel effet sur les maux de tête.
J’aurai préféré me passer des iv, mais je n’ai pas de meilleure solution.
Je suis bien content d’avoir quand même cette solution pour finaliser le nettoyage du cerveau.
Je n’en suis pas à l’abri d’un incident, je croise donc les doigts car je ne compte pas reprendre les déshydratations pour l'instant.
Les effets secondaires des déshydratations sont trop pénibles.
Les déshydratations seraient peut-être (à vérifier) une bonne solution que quand il n’y a pas de métaux lourds dans le corps.

Entre-temps, j’ai désintoxiqué les intestins, la sphère buccale et majoritairement le cerveau, mais j’ai réintoxiqué la peau et l’épaule.
Le bilan est provisoirement mitigé, a fortiori je dois ajouter que l'hydrotomie percutané pour traiter l'épaule n'est pas une solution faisable sereinement à domicile.
Et il me faut encore trouver la solution pour les picotements.

Mais quand je vois les effets actuels (sensations permanentes, douleurs périodique pénibles) des ml dans mon épaule et que ces fichus ML étaient auparavant dans le cerveau, j'ai donc un éclaircissement total sur les symptômes cognitifs que je portais avant d'avoir délogé ces ml du système nerveux central.
[img]smile/xdisturbed.gif[/img]La détox ultime par la naturopathie et par la littérature.[img]smile/xsgrin.gif[/img] [img]smile/xsasmokin.gif[/img] [img]smile/xsgrin.gif[/img]
Sophocle

Intoxiqué chevronné
Intoxiqué chevronné
 
Messages: 227
Inscription: Jeu 9 Juin 2016 13:16

Précédente

Retourner vers Témoignages de guérison

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité