Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Regroupement de tous les sujets abordés et les échanges des membres

Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Sam 2 Avr 2016 12:44

Message de gogote (issue de sa présentation)
-----------------------------------------------------------------------

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, je suis sur les fesses !

Je sors tout juste d'un ostéopathe viscéral très spécialisé et ouvert qui en écoutant mon parcours et sans m'ausculter m'a immédiatement dit : vous avez des problèmes de dents et de mâchoires ! ( il faut savoir que j'ai le visage très allongé )
Il m'ausculte et son verdict est sans appel : d'après lui, j'ai " la totale " ; fracture des maxillaires, bruxisme, gros problèmes mandibulaires et d'autres phénomènes touchant la sphère dentaire et alentours ! Il se demande comment j'arrive à dormir. Je n'ai pas retenu tout le vocabulaire mais en gros, c'est comme si ma mâchoire déjà très étroite s’affaissait et écrasait les dents déjà mal axées. Pas étonnant que je sois si mal car mon corps est en constante adaptation.

Du coup, tenez-vous bien, on a parlé métaux lourds et amalgames dentaires ! Ayant en outre été très violemment tiré aux forceps de naissance et une mâchoire bancale, il ne fait pour lui aucun doute que c'est une très très lourde cause à mes problèmes. Marrant quand j'y repense car à 16 ans, j'ai vu un spécialiste de la mâchoire qui m'avait dit que tout était ok sans plus devant l'interrogation déjà de plusieurs personnes dont mon dentiste.

Conclusion : Je le revois dans un mois mais il pense m'adresser à un spécialiste. Il m'a parlé d'un certain Clauzade je crois; après recherches, c'est le spécialiste et créateur de l'orthoposturodontie qui désigne la science s'occupant des interrelations entre l'occlusion dentaire et la posture, et qui conduit à rééquilibrer les individus dans l'espace en position "droite" par rapport à la verticalité grâce à des traitements dentaires occlusaux. Il faut d'abord que je fasse des tests approfondis voir ce qu'il serait possible de faire ou non, l'ampleur des dégâts, bruxisme etc ... Il a abordé les onlay. ( il faut que je me renseigne, je suis très très très méfiant sur les dents ... ) Je suis cependant stupéfait. En sortant, mon visage allongé était comme "reformé", ma mâchoire/mes dents comme repositionnées. Mon corps était lui zen comme jamais, d'une sensation de bien-être à la marche inconnue, comme si la gravité s'adaptait à moi et non plus l'inverse. Malheureusement, il a été franc et ne s'attend à rien de fructifiant tant c'est désaxé. Et moi non plus à vrai dire. Il cherche cependant à observer si j'obtiens de nouvelles "sensations". Il m'a également conseillé de me renseigner sur Internet sur les trois ptérygoidiens ? ( pas du tout retenu le nom si ça parle à quelqu'un )
Moi qui abordait Lyme et ses co-infections en début de consultation pour éviter un débat dans le vent sur les métaux lourds, je suis très positivement surpris et amené à une piste nouvelle !

Edit après trois jours : la séance ostéopathique m'a bien remué ! j'ai comme un champs énergétique/électrique activé à l'arrière de la tête/sur le dessus qui me crée des sortes de frissons électriques. J'alterne aussi avec de forts maux de tête et une sensation de galvanisme énorme. En outre, j'éprouve quelques difficultés à ouvrir la bouche, articuler et mastiquer, comme s'il avait rehaussé, bloqué ou modifié un mécanisme. Étrangement, cette nouvelle sensation me donne une amélioration respiratoire et un nouveau confort sinusien. Après recherches complémentaires sur ce qui semble être le dysfonctionnement de l'articulation temporo-mandibulaire ou syndrôme algo-dysfonctionnel de l'appareil manducateur, les "ganglions" dont je me plaignais régulièrement n'en sont en fait absolument pas ... mais plutôt des débris de gros dégâts causés un peu partout ! Affaire à suivre, mais il ne fait aucun doute que je rentre déjà dans un cadre nouveau qui collerait totalement avec de multiples traumatismes faciaux liés à ma naissance aux forceps et/ou très probablement un carnage accentué par une intoxication aux métaux lourds.
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Sam 2 Avr 2016 12:46

Message de gogote
----------------------------------

Bon, finalement, cet épisode mérite à mon sens un message à part, donc le voici le récit d'un week-end de Paques totalement dingue :

Dans la continuité des jours précédents, j'ai donc effectué un déplacement en famille, toujours en crise. Intestins enflammés, respiration sur courant alternatif, le teint un peu jaune. Après un repos de plusieurs heures, je prends la route fatigué en buvant beaucoup de jus de pommes pensant aider l'organisme face à une crise de porphyrie. Dans la lignée des derniers jours toujours, ou j'ai mangé beaucoup de glucides et de sucre, je continue volontairement à me nourrir de cet apport afin de tester ou non le bienfait du glucose auquel cas il s'agirait de crises de porphyries.
Je vais connaître un requincage et tenir jusqu'au repas du soir ( purée carottes/patates ) , jusqu'à prendre deux carrés de chocolats coco avant de me coucher histoire de fêter l'anniversaire de ma mère. Mauvaise idée puisque je vais le sentir immédiatement passer au niveau intestinal et passer une nuit pas terrible : mauvais sommeil, mauvaise respiration, douleurs inflammatoires diverses avec des sueurs régulières, tremblements, parfois des frissons. Et un corps qui ne tient pas vraiment en place.

Pour autant, j'arrive à émerger tant bien que mal et profiter du repas du midi ou je me fais plaisir avec du foie gras/pain sans gluten, cailles avec fenouil et patates douces, avant de manger une bonne ration de cranberries. Un petit somme l'aprem et je sors rendre visite à mon père, chez qui je ne mange rien alors que je sentais énormément la faim à 19h. C'est en rentrant à 21h30 que je suis pris d'une sensation soudaine de malêtre, de faim exacerbée, mais surtout d'une inflammation multiple aux intestins, pancréas et à la rate. ( plus précisément, de toute la sphère centrale et gauche du ventre ). Surtout et comme souvent, mon torse a énormément rougi et se trouve bondé de petits points rouges formant des plaques comme à de multiples reprises ces derniers temps. Sentant que je commence à tourner un peu de l’œil, et alors que je mange ce que je trouve, ma copine me donne deux cuillère de miel.
Ni plus ni moins que 30 secondes plus tard, je commence à partir complètement en vrac. Mon cerveau est englué, mon corps ne répond plus, c'est un arrêt sur image. Je fixe des endroits comme shooté, observe ma copine comme un zombi, comme sous morphine. Bingo, je me sens partir faire un bon malaise. Tout me parait lent, je n'entends plus grand chose, je ne suis juste pas bien, avec la douleur et une impression de tourner sur moi-même. Ma copine qui le voit, m'allonge immédiatement et me fait de la sophro pour que "je reste avec elle". En même temps, le chat de la maison qui ne vient jamais sur moi, arrive et se pose en boule sur mes genoux, comme s'il était triste pour moi et pour m'aider. o_O A cet instant, c'est comme si j'avais pourtant déjà lâché mon corps et regagné soudainement de de manière décuplée mes facultés intellectuelles. Je vais être conscient de tout ce qu'il se passe intellectuellement, à une vitesse incroyable et même par anticipation, tandis que mon mon corps badtrip tout seul. Je "reste" conscient parce que je suis comme sous hypnose de la copine et ne veux pas la laisser/lui faire peur. Mais je me sens hors du corps, comme dans un corps intellectuel et à la fois comprend et ressens ses émotions, anticipe ses gestes. Il se passe une bonne dizaine de minutes avant que je ne retrouve pleinement mes esprits. Très étrangement, mon torse qui était très rouge est alors redevenu plus "clair". La crise est passé. Ayant toujours faim, je vais ainsi manger et poursuivre la soirée normalement. Excepté en me couchant épuisé tard dans la nuit pour épauler ma mère sur certaines demandes, alors que j'ai juste envie de pioncer.

Je me couche ainsi vers 3h du mat, épuisé, et m'endors relativement vite. Mais c'est un sommeil encore agité. Je me réveille plusieurs fois avec une soif extrême, envie d'uriner, perturbé. Le matin au réveil, je suis complètement HS, extrêmement jaune, et très mal de partout; tous mes membres sont engourdis, je n'arrive pas à bouger correctement ou attraper quelque chose. Je suis dans une espèce de semi paralysie que j'avais déjà énoncé plusieurs fois lors de mes grosses crises. Pas de chance, c'est le lundi de Paques et je dois manger le midi avec la famille. Mais je ne me sens capable de rien, vraiment très mal. J'ai beau me reposer, rien n'y fait. Je n'ai aucune envie, et surtout, les douleurs fracassantes au niveau des intestins et même des piques côté droit au niveau du foie s'accentuent. Je cherche ma respiration, me sens oppressé, et à nouveau tourner de l’œil par manque d'oxygénation de divers organes et la souffrance généralisée du corps. A cet instant, je n'ai qu'une envie de lâcher prise et quitter ce corps. Mais la copine est toujours proche de moi.
Jusqu'au moment ou je lui demande de me faire une tisane et qu'elle s'absente pour quelques minutes. C'est à cet instant qu'il va se passer un truc incroyable. Ce passage est assez personnel et libre à qui veut d'y croire ou non.

A peine la copine franchie la porte de la chambre que j'ai un lâcher prise énorme et me sens immédiatement m'envoler ailleurs. Une sensation différente de la veille, comme si cette fois, c'était réellement une partie de moi, mon âme qui s'en allait et non plus l'intellect. Je n'ai à nouveau plus conscience de la douleur, de mon corps, je me sens comme une énergie pensante. J'ai l'impression de me retrouver guidé tout en étant dans le noir. Puis, soudainement, je ressens intensément la présence de deux personnes, deux êtres, deux formes que je finis par distinguer dans le noir, mais comme si c'était un noir éclairé. Ces deux formes sont très fines, mais c'est comme si elles m'envoyaient des messages en passant devant mes yeux pour me montrer leur présence et répondre instantanément à mes pensées, à mes demandes et surtout me communiquer plusieurs messages.
Lorsque je ressens cela, je suis donc en lâcher prise, épuisé, et je me fiche de partir je ne sais ou. Je veux juste être mieux. Puis je me retrouve dans ce noir avec la sûreté d'être avec deux personnes avec qui s'engage un dialogue de pensées. Elles vont d'abord m'affirmer qu'au fond de moi, je ne veux pas partir et que je suis très loin de mon heure, ce qui est bien le cas, pensant très fortement à ma copine à ce même instant. Puis, elles vont me rappeler qu'il y a ma mère dont on a fêté l'anniversaire la veille, ma sœur qui a besoin de moi, puis mes deux grands parents que je dois voir ce midi et ne peux pas abandonner comme ça. Le plus surprenant, c'est la vitesse incroyable à laquelle l'information s'échangeait, par une forme de télépathie. Et à chaque fois que j'échangeais, je voyais comme ces deux êtres se balader devant mes yeux, toujours sous une forme invisible mais dans le noir. ( ou du moins invisible en théorie, mais bien visible et lumineuse à cet instant ) Comme si j'avais cette possibilité juste parce que j'étais entré dans un autre champs dimensionnel.

J'ai ainsi échangé plusieurs secondes, exprimant mon ressenti de douleur. Mais je n'avais pas besoin de le dire, tout se faisait simplement à l'instant ou je le ressentais. Le plus extraordinaire pour moi est ce qu'il va se passer ensuite car cela corrobore parfaitement avec les nombreux bouquins que j'ai lu à ce sujet. J'ai soudainement ressenti le message suivant : " écoute, ne crains rien, on va te rebooster pour la journée, profite-en, mais tu seras épuisé demain. Tu vas voir, tu vas te sentir en forme ". Et cela ne m'a pas étonné, c'est comme si j'en étais conscient et persuadé. C'est à ce moment que j'ai pris un peu conscience du délire et que je me suis dit qu'il fallait que j'obtienne des réponses pour ma santé. ( bah oui, tant qu'à faire ) :D
Alors j'ai demandé - mais toujours sous une forme de pensée particulière qui est plus un échange par le ressenti : " que m'arrive-t-il, quel est mon problème de santé, comment aller mieux ? "
La réponse que j'ai eu est difficile explicable avec des mots , c'est encore une fois plutôt un ressenti qui m'eut été donné comme si ce n'était pas le moment, et pas forcément le vocabulaire adapté pour l'exprimer. : " écoute, c'est compliqué, on n'a pas le temps ici pour te l'expliquer. Détache toi de tes problèmes, profite de cette journée, donne et ressois de l'amour. Le reste viendra tout seul et tu obtiendras tes réponses. " Je vous promets même si ça fait ultra cliché que c'est exactement ce qu'il m'a été dit/que j'ai ressenti. J'aurai aimé continuer le dialogue, mais je sentais que le temps d'échanges était comme limité, éphémère. C'est justement à cet instant que j'ai entendu au loin, ou du moins perçu que ma copine allait revenir, et que le lien se coupait progressivement alors que je prenais conscience de cela. Je voulais encore questionner, mais je n'avais plus cette forme de possibilité d'échanges télépathique, de conscience supérieure, mais j'étais déjà revenu dans la conscience de mon corps.

Et c'est à ce moment-là qu'il s'est vraiment passé un truc incroyable. Un fluide d'énergie partant du sommet du crane a commencé à se rependre dans l'ensemble de mon organisme mais surtout des parties blessées, de la partie gauche de mon corps, une force énergétique incroyable, que je ne peux décrire autrement qu'une énergie abondante d'amour. Un torrent d’euphorie soudain comme rarement ou jamais je n'ai connu. Comme lorsque l'on se sent intouchable, que l'on est le plus heureux du monde et que rien ne pourrait nous arriver, nous toucher, comme protéger par une forme d'état de grâce. Et bien, j'ai ressenti cela. Une perfusion d’euphorie, d'amour. Et lorsque j'ai ouvert les yeux, je n'avais qu'une envie : prendre ma copine dans les bras, ma soeur, et donner de l'amour. Je me sentais rayonnant, l'organisme revigoré, les canaux bloqués déboucher. En fait, je m'étais déjà levé du lit, et avais rejoint ma copine dans la cuisine, elle en mode wtf, moi le sourire aux lèvres. Je lui disais de ne pas s'inquiéter, que j'étais bien, qu'on allait profiter de la journée, et que je pouvais même conduire pour le trajet. Pour rappel, je ne pouvais quasi plus bouger les bras quelques minutes auparavant, et j'étais vraiment épuisé...
Mais ce ressenti, cette sensation, cette conviction d'être mieux, je ne suis pas le seul à l'avoir ressenti. Elle l'a vu également. Mon teint jaune avait diminué de moitié, et je paraissais reposé, le visage angélique. Et ma copine connait les différentes formes de mes crises et symptômes. Ainsi, j'ai réellement retrouvé de l'énergie, et profité pleinement de la journée avec tout le monde. J'ai même raconté cet épisode lors du repas du midi, et ça a donné lieu à des discussions que jamais je n'avais pu avoir avec mon père. A chaque fois que j'explique cet épisode, je me sens bien, apaisé, comme si je revivais l'instant et retrouvais à nouveau un peu de cette énergie. En l'expliquant oralement, c'est comme si c'était une partie de moi qui l'expliquait avec magnificence mais dont les mots ne sont pas assez fort pour définir le ressenti.

Voila pour l'histoire et le week-end rocambolesque. Je suis finalement rentré hier sereinement. Dans mes recherches, je retombe toujours sur un épisode type cirrhose, fibrose kystique du pancréas, diabète, maladie métabolique/enzymatique pour décrire l'ensemble des troubles de ce week-end. Il va s'en dire que j'ai quand même beaucoup souffert physiquement, et que je suis effectivement épuisé depuis. Je pourrai dormir des jours entiers. J'ai encore régulièrement ces boutons et plaques rouges au torse, mes douleurs intestinales, et cette compression à la gorge et respiratoire du côté gauche de mon corps. Je suis aussi encore un peu jaune. Il y a aussi cette histoire de sang qui coagule mal régulièrement avec la prise de sang, ou difficultés lors de perfusions et non écoulement de celui-ci. Ou encore, ces maladies hépatiques côté paternel et décès dû à de nombreuses cirrhoses, ou une très grande faiblesse du pancréas chez ma mère selon sa réflexologue. Et enfin, mes taux de bilirubines inexpliquées, mon potassium dans les chaussettes lors de ces crises, mon taux d'albumine qui avait déjà augmenté, ou encore le fibrinogène à la limite des normes, et mes réactions type hypo-hyperglycémiques, ou suspicions de crises de porphyries.
Mais j'ai espoir de trouver la solution, de la comprendre. C'est comme si tout le monde jusqu'à maintenant, et moi le premier avions fait fausse route. Que l'on cherchait dans la mauvaise direction, que le problème était peut-être plus lié à un défaut du sang et d'oxygénation, ou que ce blocage anodin comme mon goitre empêchait finalement l'oxygénation des organes de se faire correctement et me rendait donc vraiment malade avec toutes ces crises. En fait, après ce week-end, c'est comme si j'étais persuadé que l'alimentation n'était pas la cause de mes troubles, que mes organes déconnaient en réaction à un blocage pour leur oxygénation. De ce fait, lorsque je mange un peu trop solide ou autres, mes intestins ne peuvent pas gérer cela car ils ne fonctionnent pas bien. Il en va de même pour tous les autres organes. Et je déclenche des crises ou des urgences sur certains organes en ce sens. Je n'ai pas trouvé la cause précise, mais je n'ai aucun doute intérieur à ce sujet. C'est dingue. J'aimerai cependant enfin acheter un appareil pour mesurer la glycémie et ses variations. Mais même cela, ça semble réactionnel à autre chose. A suivre. Pour l'instant, intérieurement, il fallait que j'en parle à une personne et à mon médecin pour débloquer encore dans la compréhension. On verra bien.

Pour finir sur l’anecdote du week-end du côté plus ésotérique, en rentrant, mon meilleur pote m'a dit qu'il n'était pas bien sans savoir pourquoi à la même période ou j'ai eu cet épisode. :D
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Sam 2 Avr 2016 12:47

Message de un_ptit_gars
------------------------------------------

Hello l'ami!

Juste waouh!!!! Quel expérience, quel week end de Pâques tu as vécu!! :)
Franchement, malgré la dificulté de ce énième crise, je suis sur cette expérience incroyable aura sur toi un effet catalyseur énorme pour ta compréhension du puzzle... honnetement j'ai eut un gros sourire au lèvres en lisant ton message, ce que tu as vécu et la force que ça va te donner sur le long terme. Je pense que vivre quelquechose comme ça, ça donne une vrai force intérieure a laquelle se raccrocher pour tous les moments a venir ou tu sera mal a nouveau... car tu as cette foi en toi qui s'est inscrite, cette force de savoir avec certitude que tu es acompagné dans ta route, que des être bienveillants sont la en permanence et te soutienne (comme tout un cahcun même si nous n'en avons malheureusement pas conscience la plupart du temps), et je trouve ça génial.

Jsuis juste méga content pour toi gogote! :)

En plus la conviction que cet épisode t'a apporté sur le fait que le problème principal ne vient pas de tes organes digestifs, mais qu'ils ne font que subir un désordre de niveau plus élevé, est carrément ce que je pense aussi. C'est sur les organes digestifs sont englués par la toxicité ambiante, souvent bien afaiblis dans nos cas, ont perdus leur capacité a compenser et les symptomes dans cette sphère sont bien présents....mais dans mes toutes dernières recherches personnelles j'en viens a penser également que c'est un defaut d'oxygénation global qui aboutit a cet aspect, et c'est excellent que tu ai cette sensation également suite a ton expérience du week end dernier :)
A mon sens le defaut d'oxygénation des organes vient principalement de deux aspects majeurs:

- un réseau veineux et capilaire défaillant
- un mauvais passage de l'air dans la cavité buccale, associé a une mauvais positionnement de la langue, lui même souvent le résultat d'une occlusion effondré et une perte de la "hauteur" dentaire. Je ne rentre dans les détails car il y a énormément a dire a ce sujet et il me faudrait bcp de temps pour aborder chacun de ces points...mais ce qui est important c'est que ces limitations dans le passage de l'air entraine un blocage successif des 3 planchers majeurs: plancher pelviens, plancher diaphragmmatique, plancher cervical. Le dénominateur commun de ces 3 planchers est la libre circulation du fluide cérébraux spinal (liquide céphalo rachidien), qui est considéré par les cultures orientales comme LE fluide de vie qui est capital pour la santé. Il s'en trouve généralement un ralentissement de la circulation/drainage de ce liquide dans la colonne vertébrale et le crane, une stase qui entraine un ralentissement MAJEUR de l'activité des 3 planchers, dont le diaphgramme. Et qd le diaphgramme est bloqué, tous les organes de la digestion sont au ralenti, ne peuvent plus assurer leur fonction et ne perçoive plus le massage rythmique de la respiration (qui normalement permet aux organes fonctionner a plein régime dans leur activités respective, d'etre drainé correctement, etc).
La pollution du corps augmente alors de manière exponentielle, obstruant encore plus les veines et les capilaires, entrainant une baisse de l'oxygénation des organes qui sont alors en souffrance...et bien entendu une augmentation exponentielle des déchets célullaire et des toxines digestives, et c'est le serpent qui se mord la queue. Mais dans le fond je suis intimement convaincu que les clés se trouve dans la libre circulation du CSF, le déblocage du diaphragmme (mécanique, énergétique, musculaire, émotionel, etc), et trouver des moyens de réajuster le passage de l'air dans la cavité buccale de manière optimale...
Pour info également, les ondes electro qui nous font tant de mal ont une très forte action sur la circulation du CSF, c'est donc tout a fait normal que leur actions soient si nocives qd toute la dynamique que j'ai expliqué ci dessus est deja mal en point...
Honnetement je pourrais passer des heures a parler de tout ça tellement il y a a dire, mais pour ma part je suis convaincu que tout se recoupe et que j'approche réellement des causes "racines" de mes soucis...:)

A bientot!!

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Sam 2 Avr 2016 12:48

Message de gogote
----------------------------------

Salut l'ami !

Ton message est dans la continuité du ressenti du week-end et il ne fait aucun doute qu'il n'est pas anodin et hasardeux.
J'aimerai échanger plus avec toi sur ce sujet si nous en avons l'opportunité, car j'aurai beaucoup à dire aussi la-dessus.

J'ai toujours eu ce sentiment d'hypooxygénation, et encore une fois, si j'exprime toujours des douleurs côté gauche et non du droit, c'est suite à ce phénomène de blocage que je ne ressens que d'un côté. C'est de ce côté du visage que j'ai été tiré par forceps à la naissance, avec des complications au niveau de la déglutition dont je me plains depuis toujours, et phénomènes de blocages divers au niveau du conduit auditif, trompes d'eustaches, sinus, amygdales et toutes ces sphères.

Durant toute mon enfance, j'ai toujours été extrêmement endurant, d'un niveau sportif à haut niveau. Je n'étais jamais fatigué, je pouvais courir des heures, effectué des matchs de tennis et football sans temps mort, et toujours une vraie pile électrique. J'étais même hyperactif à ce niveau. J'adorais et j'adore toujours le sport, et principalement l'endurance pour laquelle j'avais de sacrés prédispositions. En ce sens, j'ai toujours su qu'un truc avait déconné lorsque je me suis retrouvé du jour au lendemain avec les facultés d'une personne âgée.
Je ne saurai dire quand précisément, mais j'ai commencé à ressentir des gènes diverses d'obstructions au collège; comme si je devenais parfois sourd. En classe, lorsque mon pote me parlait à voix basse, je n'entendais plus ce qu'il disait. J'avais un sentiment de blocage derrière l'oreille. Puis ma narine a commencé à se bloquer aussi, puis ma gorge. J'avais le sentiment que ma luette touchait en permanence mes amygdales et m'empêchait de respirer. Quand je prenais un bain, j'adorais faire des test en apnée, ou je tenais 1m30 à l'époque. Du jour au lendemain, la durée fut divisée par deux. Et ainsi de suite. Au fil des années, mes capacités respiratoires ont régressé. Au départ, j'avais mis cela sur un événement particulier subvenu justement au collège. Je m'étais étouffé et bloqué une arrête de poisson. Le médecin n'avait pas pu l'enlever entièrement et j'ai ressenti très longtemps une gène à la déglutition du côté gauche ou c'est arrivé. C'est comme si celle-ci n'était jamais partie ou avais endommagé quelque chose. Il y a autre chose, à 8 ans, durant un long moment, je "m'amusais" à manger mes cheveux pour retirer le petit point blanc à leurs extrémités. Je me questionne parfois sur l'impact de cette connerie. Allez savoir si je n'ai pas accumulé une boule de chevelure chimique qui a fait du dégât.
Suite à mes multiples plaintes au fil des années, qui n'ont jamais été prises au sérieux par le médecin de famille, j'ai finalement été voir le dentiste, qui m'a renvoyé voir un confrère pour envisager une opération de la mâchoire d’où aurait pu provenir ce sentiment de blocage respiratoire. Il était hors de question pour le spécialiste de passer à l'acte car tout semblait correct. Donc, ça ne s'est pas fait. Par contre, il a retenu une hypertrophie amygdalienne et un palais ogival. J'avais 16 ans, et depuis lors, ma santé n'a cessé d'empirer et tous les troubles et crises racontés ici de s'accentuer au fil des années. Jusqu'à m'en rendre fatigué chronique, et bien mal en point.

J'ai toujours ce sentiment de manquer d'oxygène, et je m'en suis toujours plaint. J'ai toujours ressenti un blocage à gauche, vers la gorge. Comme si l'amygdale dans laquelle s'était bloqué l'arrête de poisson avait irrité celle-ci, et qu'elle n'avait jamais "dégonflée", bloquant ainsi le passage d'air dans cette cavité. J'ai toujours cette sensation en passant ma langue sur l'amygdale gauche qu'elle est bien plus importante que la droite, comme hypertrophique en permanence.
C'est dans cette continuité que mes capacités cognitives ont commencé à déconner, que mes troubles intestinaux ont explosé également, comme la fatigue. A vrai dire, ce sentiment de blocage et de stases, le mot est très juste, a migré et s'est décuplé, et continue à se faire depuis maintenant plus de 15 ans.

J'ai beau eu passer tous les examens du monde, jamais rien de spécifique n'a été détecté dans toutes les maladies habituelles. Tant est si bien, que moi le premier, j'ai toujours eu ce sentiment d'être différent. Différent au sens d'avoir une maladie de naissance, type malformation, qui me bloquerait justement ce passage d'air. Or, j'ai pourtant vécu de très longues années avec des capacités respiratoires exceptionnelles et bien plus évoluées que gênantes. C'est ainsi qu'il s'en trouve selon moi un facteur déclencheur. Et que mon inscription sur Mélodie et l'impact des métaux lourds m'avaient mis la puce à l'oreille. Comme si une manipulation, un poison, un aliment avait crée cet énorme blocage. Et aujourd'hui, je persiste dans ce ressenti, bien que je m'en sois éloigné à de multiples reprises. Mais le ressenti réel, que je décris toujours est le même : un manque d'oxygénation côté gauche du corps par un sentiment de blocage au niveau de la gorge.
Et c'est la ou je me suis intéressé aux différents travaux dentaires que j'ai pu avoir qui coïncident un peu avec cette période de changement : extraction de dents de lait, soin de carries et composites dentaires, puis remplacement quelques années plus tard. C'est comme si tout cela avait modifié ou amplifié la posturologie de mon corps dans sa phase pré-adolescence/adolescence. C'est ainsi que depuis lors, j'ai toujours été très mince, et surtout développé divers problèmes comme une scoliose, une asymétrique posturale, le bassin et le sacrum vrillé etc etc. Cela m'avait d'ailleurs amené à consulter et me rééduquer par un kiné à la même époque de mes premières plaintes ! Mais le mécanisme de blocage et de "vrillage" revient sans cesse, comme s'il était naturel. Et aujourd'hui, c'est comme si l'ensemble de mon corps était en déséquilibre, par obligation et adaptation à un phénomène posturologique. Dans cette lignée, c'est comme si leur adaptation n'était pas adéquate, bloquée par celle-ci ou des éléments annexes, engendrant un manque d'oxygénation anodin d'abord, puis aujourd'hui, des perturbations du fluide sanguin et une mauvaise vascularisation d'un ensemble d'organes, du fait d'une oxygénation toujours plus diminuée. On en arrive ainsi à suspecter une mucoviscidose par des symptômes parfaitement concordants à cette maladie. Dans les faits, je n'ai pas celle-ci, mais les troubles qui s'y apparentent et le manque d'air se transforment en un résultat similaire. Ainsi, mon pancréas, mes intestins, mes poumons et organes ne fonctionnent plus correctement, je m'étouffe, je n'élimine plus les matières, je déclenche des inflammations, des malabsorptions, et tout un tas de troubles neuromusculaires par un flagrant défaut d'oxygène.

Depuis ado, j'ai toujours dormi la bouche grande ouverte pour chercher mon air, mais également dans la vie quotidienne; je ne peux respirer sans avoir la bouche ouverte en permanence, afin de suppléer le défaut et manque d'oxygène par le nez. Si ma bouche est fermée, je m'étouffe. Lors de mes crises et régulièrement la nuit, je fais d'ailleurs des exercices pour chercher à "épaissir" la partie gauche de ma face car c'est comme si cela permettait d'agrandir l'artère/la cavité laissant parvenir l'air jusqu'au poumons et toute la sphère environnante.
L'épisode de ce week-end continue à me rappeler cette problématique, qui empire malheureusement, et semble comme tu l'exprimes, réellement primaire.
Les plaques rouges que je décris sur mon torse lors des crises ne sont que des vaisseaux sanguins qui apparaissent par manque d'oxygènes. Et mes pertes de connaissances surviennent lorsque mon cerveau ou mes organes ne sont plus assez oxygénés pour correctement fonctionner. Je me suis rendu compte ces deux dernières nuits que même mes acouphènes, et surement cette EHS dont je me plains ne résonnent ou s'amplifient lorsque j'ai ce même sentiment mais au niveau crânien gauche ! Comme s'il était lui aussi en manque d'oxygène, se rétractant, et opprimant de ce fait mes capacités cognitives et neuronales. Comme si une barrière bloquait l'accès au courant d'air ! Ainsi, je " m'étouffe du cerveau " ! Et je déclenche alors des troubles neurologiques, de la vision, et plus encore, des acouphènes, et une forte sensibilité aux ondes. Je ressens souvent une petite boule douloureuse, une grosseur à un endroit bien précis du crane. Un contrôle de l'hypophyse serait peut-être bienvenu.

Lorsque je respire normalement par les deux côtés du corps- ce qui n'arrive quasiment jamais - je ne fais jamais de crises, et je me sens tellement, réellement en forme. C'est comme si je revenais à cette époque ou j'étais le plus endurant de ma région. Ce sentiment, cette bouffée d'air, c'est ce qui m'a subitement été insufflé ce week-end par cette énergie incroyable ! Ce fluide énergétique, le fluide respiratoire qu'il me manque, a outrepassé toutes les barrières, pour soudainement me régénérer ! Tout simplement !
Pti_gars, j'aimerai vraiment discuter plus en profondeur de cela avec toi. Aujourd'hui, quand je dis que j'ai fait fausse route, c'est à la fois vrai et non. J'ai toujours eu cette plainte, et évoqué ces problèmes d'oxygénations, de sous ventilation, de dyspnée chronique. Puis j'ai focalisé mon attention sur une partie de leurs résultantes via la sphère digestive. Puis respiratoire et neurologique. Et maintenant, c'est au tour du réseau veineux..
il va s'en dire que je vais peut-être/surement effectuer un tas de recherches et d'analyses sur la sphère veineuse et ne trouverait rien. Simplement car dans les faits, mon corps fonctionne... alors que ce n'est pas réellement le cas. La faute à ce processus que tu décris parfaitement et que je suspecte depuis le commencement... d'ailleurs à l'époque, encore et toujours à mes 16 ans, j'avais trouvé une maladie pour expliquer la cause de mes troubles !

Est-ce une cause et une défaillance d'un point de vue sanguin et veineux qui pose problème ? C'est possible, et je pourrai et ferai surement toutes la bagatelle de tests pour le savoir, et comprendre si ce n'est qu'une conséquence ou non. Mais aujourd'hui, tu me ramènes encore à cette problématique buccale et du diaphragme.
Quand j'étais petit, mon père me soignait d'ailleurs cette asymétrie de naissance de la bouche côté gauche par "énergie". Mais entre ce défaut de naissance, ce palais ogival, ces extractions de dents de lait, ou encore cette hypertrophie amygdalienne, cela semble étroit pour une respiration optimisée.
Si les ostéopathes aujourd'hui évoquent des troubles temporo-mandibulaires, un sadam, ce n'est surement pas anodin. Si je continue à ressentir cette dyspnée chronique plus importante que jamais et qu'elle correspond exponentiellement aux épisodes, idem.
Mes changements de composites seront-ils suffisant pour palier à tous ces défauts ? Supprimer une résonance néfaste permettra-il de relâcher suffisamment les muscles et m'envoyer une meilleure oxygénation ? Je l'ignore. Mais je l'espère. Auquel cas, il faudra bien que je trouve des solutions pour palier à ce manque et c'est un problème multiple ! On en revient à ceci, un an après : viewtopic.php?f=1&t=5628&p=104642&hilit=clauzade#p104642

Le plus fou, ce week-end, et pour revenir à ce que tu évoques pti_gars, c'est que j'ai réellement ce ressenti d'avoir été remis sur le bon chemin, la bonne route, de laquelle je m'étais éloigné pour me concentrer sur les conséquences, mais non pas la cause. Ces conséquences sont passionnantes à étudier dans nos parcours mais insuffisantes. C'est comme si dans mon désir de savoir, mon obstination, ma persévérance, j'avais enfin la lumière.
Dans toutes mes recherches, j’entrouvrais à chaque fois de nombreuses portes passionnantes, mais trop éphémères ou avec ce sentiment d'inachevé. C'est comme si après cet événement, je savais à nouveau vers quoi me tourner, et sans pouvoir l'expliquer, en être persuadé. Et ton message pti_gars, va dans ce sens et dans la parfaite continuité des faits. C'est stupéfiant, incroyable et amusant à la fois.
Je n'en suis pas étonné, car tout comme toi, j'apprécie beaucoup et m'intéresse à tout ce qui nous entoure, et me sens épaulé, aidé dans ma quête. C'est d'ailleurs depuis plusieurs mois que je demande une indication forte à ma compréhension du puzzle. Et j'en avais déjà eu plusieurs qui m'ont permis d'éliminer des doutes. Mais aujourd'hui, je te remercie vraiment de ton message, et j'espère sincèrement que nous aurons la possibilité d'échanger mutuellement sur cela plus en profondeur car c'est un signe positif à mon sens ! Et vu la tronche de mes crises, cela devient urgent de m'en occuper on dirait. :D

EDIT : je hais lorsque ce forum me troll à chaque fois que je fais des pavés de plusieurs heures. :jap: le fameux logout sans sauvegarde de l'écrit... :( heureusement que je suis habitué et fais des c/c régulièrement, sans quoi, j'avais perdu 2 bonnes heures. Mais pour le coup, j'ai eu une bonne partie de la moitié de mon message original supprimé que je restitue donc avec moins d'énergie, et de prose.
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Sam 2 Avr 2016 12:48

Hello gogote,

C'est tjrs un plaisir d'échanger avec toi tu sais, tu as une âme de chercheur, tout comme moi, et je vois bien que tu a du passé également par énormément de phases de recherche, de compréhension, de remise en cause de tes acquis, puis de réévaluation des axes primaires a corriger, etc etc...
Un chemin complexe et semé d'embuches, mais comme tu l'a très justement dis aussi, passionnant à la fois...on apprend tellement de choses dans ces périodes de remises en cause, sur le monde, sur la santé, mais avant tout sur SOI...et c'est cet redécouverte du SOI qui constitue les clés du retour a l'homéostasie, au dela de toutes les béquilles physiques sur lesquelles ont s'appuie entre temps.
Ainsi je ne crois pas qu'il faille prendre des mégas doses de vitamine X ou Y toute sa vie, ou qu'il faille éviter a vie de manger les 3/4 des aliments (qui sont peu a peu devenus fortement toxiques pour nos corps hyperréactifs, bien plus qu'il ne "devrait l'être" malgré les fumisteries de l'industrie agroalimentaire), la guérison ne se situe pas la j'en suis intimement convaincu. Qu'il faille s'appuyer sur ces béquilles pour un temps, je suis tout a fait d'accord, mais sur le long terme la guérison doit se situer bien au dela de çà et la recherche des déréglements primaires, ceux qui ont provoqués petit a petit les chamboulements de toute la biochimie du corps, sont les clés essentielles qu'il faut apprendre a décrypter selon sa propre histoire...et je suis tjrs heureux de voir les mélodiens qui sont dans cette recherche la, comme toi mister gogote :)
Du coup je te remercie de prendre le temps de venir détailler ici tes recherches, tes recoupements, mais aussi tes doutes et aussi tes avancées...tout cela est utile pour toi, mais aussi pour les autres qui nous lisent :)

gogote a écrit:Durant toute mon enfance, j'ai toujours été extrêmement endurant, d'un niveau sportif à haut niveau. Je n'étais jamais fatigué, je pouvais courir des heures, effectué des matchs de tennis et football sans temps mort, et toujours une vraie pile électrique. J'étais même hyperactif à ce niveau. J'adorais et j'adore toujours le sport, et principalement l'endurance pour laquelle j'avais de sacrés prédispositions. En ce sens, j'ai toujours su qu'un truc avait déconné lorsque je me suis retrouvé du jour au lendemain avec les facultés d'une personne âgée.


Tu décris la parfaitement l'enfant et l'adolescent que j'étais moi aussi: très sportif, tjrs en forme et jamais fatigué... et c'est la qu'on perçois que quelquechose de profond c'est bloqué en nous, que le corps s'est mis en mode "survie" uniquement, quoiqu'en dise les médecins ignorants que l'on ait pus voir individuellement.
Bien entendu on sais bien ici que la santé ou la maladie est un ensemble de co-facteurs et que très souvent on a juste tiré sur la corde sans s'en rendre compte avec un mode de vie inadapté, inconscient des dangers...et parfois juste la dernière goutte est perçue par le malade et on lui attribue toute la responsabilités de nos maux.
Pour ma part je suis convaincu que les différents co-facteurs évoqués sur Melodie depuis des années sont tous plus ou moins présents, a des degrés divers, sur la quasi-totalité des malades chroniques environementaux...les degrés de chacun varient et les faiblesses génétiques et émotionelles de chacun faisant le reste et provoquant le coté "unique" de la pathogénèse décrite par chacun.
Cependant au dela de ces aspects la, si l'on regarde au dela de ces causes, sur le "pourquoi" une telle toxicité c'est accumulé en nous, pourquoi nos organes sont si englués aujourd'hui, pourquoi ils y a un terrain immunitaire défaillant avec prolifération de lyme ou du candida albican, pourquoi l'inflammation chronique c'est mise en place un peu partout, pourquoi notre système nerveux autonome réagis de manière anarchique et démesurée a de tous petits stimulis environementaux, etc... j'ai beau tourner le problème dans tous les sens, j'en reviens tjrs a ces aspects la, comme s'ils étaient ceux qui surpassaient tous les autres en terme de cause à effets:
- le blocage du passage de l'air dans la bouche, la perte de la hauteur dentaire, l'hypodevelopement maxillaire (résultant d'un accident de naissance comme toi, ou de problèmes de dévellopement de la voute dentaire via des actes dentaires anarchiques des dentistes, qui n'ont souvent aucune idée des dégats qu'ils font...) avec les première conséquences sur l'oxygénation du corps.
- le blocage du diaphragme , puis des plancher pelvien et cranien, entrainant une torsion progressive de la colonne avec scoliose, cyphose, désaxage du bassin...lesquels entrainent une sous-oxygénation progressive des organes et des phénomènes compensatoires qui font que le corps est en position instable en permanence, et dépense une énergie énorme pour maintenir cette position
- le ralentissement de la circulation du CSF qui est une composante et conséquence fondamentale du blocage de ces 3 planchers
- l'impact énorme des ondes artificielles qui a elles seules peuvent bloquer le diaphragme et faire staser le CSF
- une déficience majeure du système circulatoire, mais lié aux veines et aux capilaires, pas réellement aux artères. Il faut considérer ici des choses que la médecine ne regarde jamais et n'a d'ailleurs absolument pas conscience, comme notamment le rapport de taille entre veines et artères qui est sévèrement pertubé (visible que par analyse du fond de l'oeil, et dont ls ophtalmo n'ont aucune idée d'ailleurs), les sténoses veineuses (entortillement des veines) qui se créés dans les zones clés que sont la nuque (provoquant une stase veineuse et donc un ralentissement de la circulation du CSF dans le cerveau) dont certains chercheurs comme klinghardt ont évoqués depuis quelques années (via le terme CCSVI - chronic cerebro spinal veinous insufficiency), ou encore au niveau du foie par une CHVI (chronic hepatic veinous insufficiency). Les conséquences de ces sténoses veineuses, totalement ignorés par les angiologues (qui ne regardent que les artères...ou qui pensent que les problèmes de veines ne sont que chez les nanas au niveau des jambes :/) sont lourdes de conséquence et s'ajoute au tableau d'hypoxie engendré par les éléments décrit ci dessus...ainsi évidement que de rétention de toxicité et d'accumulation exponentielle de charge toxique qui en résulte.

C'est très résumé et rapidement dis, mais ce sont le fruit de mes dernières recherches ces dernières années, et le tableau global prend un sens tout autre a mes yeux depuis que je perçois la génèse de mes troubles (et surtout ceux de bcp d'autres ici sur le forum) sou cet angle la. On s'éloigne ainsi de la recherche thérapeutique des simples béquilles qui soulagent directement les organes en souffrances (même si c'est nécéssaire de les connaitre et de s'appuyer dessus pendant un temps c'est évident) pour aller travailler sur des racines plus anciennes et encrées de nos histoires, celles qui par effets dominio ont largement contribuées a ce que l'on en arrive a un tableau pluri-factoriel comme c'est le cas chez les mélodiens/fibro/lymés.
Ainsi depuis 2 ans j'ai axé mes recherches sur tous ces aspects la, et sur quels seraient les voies a explorer pour détecter, puis traiter ces racines la...et c'est un monde tout aussi vaste que celui que l'on a exploré jusqu'a présent sur la détox, le soutien immunitaire ou les aspects nutritionnels de nos pathologies. Comprendre la structure, la voute de nos corps, la circulation harmonieuse des fluides/gaz internes d'une manière holistique, c'est aussi une recherche énorme, mais passionnante et très prometteuse encore une fois :)

Mais le mécanisme de blocage et de "vrillage" revient sans cesse, comme s'il était naturel. Et aujourd'hui, c'est comme si l'ensemble de mon corps était en déséquilibre, par obligation et adaptation à un phénomène posturologique. Dans cette lignée, c'est comme si leur adaptation n'était pas adéquate, bloquée par celle-ci ou des éléments annexes, engendrant un manque d'oxygénation anodin d'abord, puis aujourd'hui, des perturbations du fluide sanguin et une mauvaise vascularisation d'un ensemble d'organes, du fait d'une oxygénation toujours plus diminuée. On en arrive ainsi à suspecter une mucoviscidose par des symptômes parfaitement concordants à cette maladie. Dans les faits, je n'ai pas celle-ci, mais les troubles qui s'y apparentent et le manque d'air se transforment en un résultat similaire. Ainsi, mon pancréas, mes intestins, mes poumons et organes ne fonctionnent plus correctement, je m'étouffe, je n'élimine plus les matières, je déclenche des inflammations, des malabsorptions, et tout un tas de troubles neuromusculaires par un flagrant défaut d'oxygène.


Bravo gogote, tu as parfaitement résumé ici des éléments majeurs qui intéragissent par effet dominio et le role fondamental de la structure (dents, bassin, symétrie du corps, colonne vertébrale, etc) dans nos pathologies. Les perturbations mécaniques accumulés sur des années et des années engendrent des déréglements en casquade qui auront des conséquences majeure que l'on ne connaitra que des années après. Encore une fois ils ne sont pas les seuls acteurs de nos pathologies, mais d'un point de vue hiérachiques ils sont très haut et constitue donc a mon sens des axes majeurs ayant accentués fortement l'accumulation de toxicité (que l'on sait quand a elle etre LA cause intéragissant avec toutes les autres sphères et le coeur des maladies environementales).
J'avais deja abordé cet apect d'une manière différente dans l'Ebook en parlant des "stases" sanguine/musculaire, qui sont des nid a toxines et bactéries, et qui peuvent etre libérées par les massages, la chaleur, les séances ostéopathiques...aboutissant souvent a des herx chez les malades environementaux. Il faut bien comprendre que les blocages dans la circulation des fluides (sang, lymphe, CSF) sont très fortement dépendant de compensation posturales et donc musculaires, eux mêmes dépendant de l'équilibre fragile de nos dents, de la machoire, du palais, du developement harmonieux du maxilaire, du positionnement de la mandibule... ou encore des tensions musculaire engendrées par un matériaux bio-incompatible en bouche (comme tu l'a très justement fais remarqué gogote :) )

Lorsque je respire normalement par les deux côtés du corps- ce qui n'arrive quasiment jamais - je ne fais jamais de crises, et je me sens tellement, réellement en forme. C'est comme si je revenais à cette époque ou j'étais le plus endurant de ma région.
Ce sentiment, cette bouffée d'air, c'est ce qui m'a subitement été insufflé ce week-end par cette énergie incroyable ! Ce fluide énergétique, le fluide respiratoire qu'il me manque, a outrepassé toutes les barrières, pour soudainement me régénérer ! Tout simplement !


Ca se passe de commentaires, je pense que tu as réellement compris via l'expérience incroyable du week end dernier, l'élément fondemental sur lesque tu dois travailler...d'autres pistes s'ouvrent a toi et te réaligne en ce sens, et ça c'est génial :)

Pti_gars, j'aimerai vraiment discuter plus en profondeur de cela avec toi


Mais on va le faire ne t'en fais pas :)
Ca fais deja quelques temps que je pensais a créer une rubrique dédié sur le forum traitant de ces sujets la...mais faute au manque de temps je ne l'avais pas encore fait. je vais donc m'en occuper et créér cette partie, afin deja de commencer a mettre nos derniers échanges la bas, puis pour que l'on puisse aborder d'autres sujets précis sur cette thématique (solutions testées, essais personnel, recoupements, etc)

On en revient à ceci, un an après : viewtopic.php?f=1&t=5628&p=104642&hilit=clauzade#p104642


Alors la tu vois c'est excellent parceque lorsque j'ai rebondis sur ton précédent mail suite a ton expérience "mystique" ;) je n'avais pas du tout en mémoire ce passage de ta vie que tu nous racontais un an auparavant... je ne me rapelle pas avoir lu ce message à l'époque, ou alors je n'avais pas encore assez conscience de tout cela pour réagir et t'épauler a ce moment la. C'est donc en effet franchement sympa de voir que je suis tombé dans le mile et que tu as des soucis avérés et connus sur cette zone la du visage/bouche depuis de très longues années, et que faute a la médecine qui ne savait pas ou "te ranger dans leur cases" tu as subi un laissé aller depuis très longtemps qui a j'en suis sur fortement contribuer a l'aboutissement de ta pathologie actuelle.

Mais tu le sais, il faut tjrs garder espoir et etre positif, et ce qu'il faut garder en tête je pense, c'est que tu as maintenant une force en toi pour aller vraiment chercher "quoi faire" dans ces aspects, grace a internet, grace aux clés de compréhension que tu as acquis jusqu'a présent, et tu as donc les moyens d'agir en conséquence...ce qui n'étais pas le cas lorsque tu n'étais qu'un enfant ou un adolescent.
Je ne dis pas que ça sera du tout cuit, car tout comme pour la détox, lyme ou je ne sais quoi q'autres il existe une foule de manière de travailler dessus, avec des résultats différents selon les personnes, mais au moins tu as retrouvé une direction très importante vers laquelle te diriger et expérimenter, et ça c'est fondamental.

EDIT : je hais lorsque ce forum me troll à chaque fois que je fais des pavés de plusieurs heures. :jap: le fameux logout sans sauvegarde de l'écrit... :( heureusement que je suis habitué et fais des c/c régulièrement, sans quoi, j'avais perdu 2 bonnes heures. Mais pour le coup, j'ai eu une bonne partie de la moitié de mon message original supprimé que je restitue donc avec moins d'énergie, et de prose.


Ah ça je ne connais que trop bien...ça m'ai arrivé moi aussi quelquefois, et maintenant le "ctrl+c" est systématique avant de cliquer sur le bouton "envoyer"! Comme pour la santé, on apprend de ses déconvenues... ;)

A bientot,

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Mer 6 Avr 2016 13:39

Message de gogote
------------------------------------

Je vais faire au mieux à mon niveau, mais j'ai déjà ressorti le carnet de santé, duquel, avec toutes mes connaissances actuelles, j'ai enfin pu déchiffrer majoritairement ces noms barbares que je n'arrivais jamais à déceler de par les écritures anciennes des médecins. J'ai vraiment beaucoup à dire, tant que je ne sais pas vraiment par ou commencer. Il faudra que je fasse à la fois un récap sur ce post, pour ensuite établir des liens et des topics informatifs sur l'autre partie du forum. Je pense notamment à l'importance du suivi post natal que je n'ai pas eu à l'époque suffisamment poussé sur le moyen/long terme comme on peut l'avoir de nos jours.

Pour informations, voici ce que je viens de trouver à mon niveau notifié dans mon carnet de santé :
- naissance aux forceps avec bradycardie à l'expulsion
- ??? non recouvrement de hanche ??
- ?? droit
- dysplasie gauche de la hanche
- asymétrie faciale avec bouche tombante DVC ( ?! ) D des lèvres plus que PF. ( du mal à comprendre cette partie )
- décalage postural à 24 mois.
- décalotage partiel ( et énurésie jusqu'à 12 ans tiens donc - et torsion adulte tiens donc )
- secrétions caséïformes ( flèche avec un truc marqué incompréhensible genre libération de moitié )
- hypoplasie du triangulaire des lèvres
- pour autant, développement psy-moteur normal. exams hanches/orl RAS.

Puis quelques mois s'en-suivant :
- strabisme convergent avec oeil droit dit préférentiel
- Hypotonie globale ( hallucinant de tomber sur ça, car c'est ce dont je me plains régulièrement et qui m'a valu en partie le diag de fibromyalgique ... )
- genu valgum
- cubitus valgus
- voute plantaire
?! HVA
- obstruction nasale
- ronflement nasal
- voute ogivale
- voix nasonnée
- orthophoniste pour légère dyslexie

A la lecture de tous ces termes, que je n'avais su déchiffrer ces dernières années, je suis complètement stupéfait. Tout ce listing correspond à mes plaintes. :(
C'est comme si tous mes symptômes et observations n'étaient qu'une résultante de tous ces défauts de naissance, qui n'ont été que peu suivis par la suite, à part pour les yeux ( opération ), ou un peu de kiné des hanches.
Mes plaintes ne sont donc pas anodines et correspondent en grandissant et l'adolescence à l'évolution des membres de l'organisme, de sa musculature et posturologie. Quand je regarde ce listing et dit comme ça, on dirait que je suis un ovni et on doit se dire que je ressemble à quelqu'un d'étrange. [img]images/icones/icon9.gif[/img] :D

Le plus marquant pour moi, c'est de lire que toutes mes plaintes respiratoires actuelles sont déjà notées à l'époque et ont donc déjà une explication. L'obstruction nasale, la voix nasonnée, et tout le reste... ce déséquilibre gauche que je décris, ces gènes. Elles sont bien de naissance. Que ce soit au niveau du genou, du pied, du coude ... je comprends mieux pourquoi lorsque je fais des tractions lors d'une séance de muscu par exemple, j'ai ce sentiment de décalage et de gènes constantes, de dissymétrie. Je comprends aussi pourquoi je me suis bloqué le ménisque à plusieurs reprises, pourquoi je me coltine des torticolis et blocages cervicaux régulièrement, et toute cette fatigue physique et musculaire que je ressens. :(
Tout est vraiment lié, et j'en ai la preuve sous les yeux, sur mon carnet de santé. Et ce n'est qu'un rapide résumé des deux premières années, sans considérer tout ce qu'il m'est arrivé depuis lors.

Épisodes enfance à adulte :
- culotte pour redresser les hanches
- vrille du bassin et du sacrum
- blocages des vertèbres régulier
- scoliose
- blocage trompe d'eustache
- polype sinusien
- insuffisance et obstruction respiratoire gauche et accumulation de mucus
- gène de la luette, déformation faciale --> voir pour ??lectomie
- hypertrophie amygdalienne
- palais ogival
- blocages cervicaux, torticolis
- ehs empirant les symptômes
- torsion testiculaire

A noter que durant mon adolescence et sa période chaotique, j'ai eu un très fort retard de croissance, j'étais extrêmement petit et maigre. Puis j'ai pris 10-15 cm en un été. Par la suite, j'ai tout de même toujours souffert de nombreuses douleurs musculaires. Je me bloquais le dos très régulièrement, à ne plus en arriver à marcher à une époque ! Ce n'est que par les soins sur une dizaine de séances de massages en médecines chinoises spécifiques que j'ai eu de très nombreux déblocages. Et j'aimerai vraiment refaire cette forme de "thérapie" et revoir cette personne, car elle avait fait un taff monstrueux. Et n'avait jamais vu quelqu'un de bloqué de la sorte. J'avais plusieurs points dans le dos ou il lui avait fallu plus de dix heures de taf pour arriver à remettre en place le bordel. Aujourd'hui encore, quand je vais chez l'ostéo, ça me soulage un à deux jours, avant de se rebloquer, comme pour retrouver une position non naturelle mais obligatoire d'adaptation à l'ensemble de la posture.
Lorsque j'étais très mal à 18 ans en étant étudiant et tous les symptômes actuels + une fatigue dingue, je m'étais rendu chez un docteur pour lui parler de ces soucis que je ressentais. Il m'avait mesuré et prescrit différentes radios pour le bassin, les genoux, les hanches que je n'avais pas fait. Mais il retrouvait effectivement une forte asymétrie à l'époque. Marrant de voir que je m'en étais déjà bien rendu compte et focalisé dessus.
Bref, ça fait énormément d'éléments, à recouper avec tous les troubles qui ont explosé ces dernières années que j'ai déjà décrit à moultes reprises ici : gastrointéstinaux, neuromusculaires, et j'en passe. Je suis tordu, et cela semble la cause primaire de mes soucis ! Comme si les organes ne trouvaient pas leurs places et s'adaptaient tant bien que mal. En fait, même quand j'ai très mal au ventre, parfois, j'ai l'impression que les organes s'étouffent eux-même, comme lorsque j'ai fait ma torsion testiculaire.

Une autre anecdote, lorsque ma belle soeur me coupe les cheveux, elle s'étonne toujours de la forme de l'arrière de mon crane au toucher, qui est particulier selon elle. :top:

Comme on peut le voir, c'est un immense bordel. C'est malheureux que je me sois éloigné autant de cette problématique. A force d'entendre de mes parents que j'étais en bonne santé, que tout cela avait été pris en charge au bon moment, et que j'étais difforme sur la rigolade quand j'en exprimais ce ressenti, j'ai un peu fini par me dire que ce n'était pas si problématique, bien qu'ayant toujours et régulièrement au cours de ma vie soupçonné des troubles. La période de l'adolescence ou je suis passé par une forme de dépression est d'ailleurs directement liée à un rejet complet de mon corps que je détestais, de ma taille/poids, et du malaise que j'ai ressenti en passant par cette période ou par la même, j'étais passé du très grand sportif toujours joyeux et en pleine forme, au déprimé toujours fatigué dans un corps encombrant. J'avais d'ailleurs développé un syndrome de dysmorphophobie qui n'est pas si anodin que cela quand on reprend le carnet de santé... plusieurs années plus tard, j'ai d'ailleurs perdu ma meilleure amie car je clamais toujours qu'on ne pouvait pas me comprendre, et ça avait le don d'agacer. J'étais si mal par instant, sans pouvoir l'exprimer, mettre un nom sur ces douleurs, cette fatigue, que je me sentais seul au monde et me rétractais ou agissais d'une manière assez dure par moment. Tout cela joue fortement sur l'émotionnel, et le comportement psychique.

Aujourd'hui, c'est bien plus clair lorsque je fais cet ensemble de liens. Encore et toujours une très grande avancée dans mon parcours. :) On peut souffrir de forts problèmes posturaux et d'asymétries sans qu'ils ne soient forcément flagrant, que cela joue très fortement sur l'émotionnel et le ressenti, mais plus encore, que ça en soit une vérité réelle qui désorganise totalement l'organisme. Et ce genre de problématiques a largement sa place dans la difficulté des pathologies assez méconnues et particulièrement difficiles à gérer, accepter, comprendre et faire comprendre au cercle familial comme médical... finalement, moi qui me suis toujours écouté, j'ai toujours su au fond de moi, toujours compris. Mais beaucoup été freiné aussi et incompris. C'est vraiment en ce sens que ça me porte terriblement à cœur de poursuivre la compréhension de ce phénomène postural et de pouvoir aider les personnes dans ce cas.
Du coup, le message qui m'a été transmis prend encore plus tout son sens. C'est compliqué, mais effectivement, je ne trouverai pas mes réponses dans l'étude immunitaire traditionnelle des troubles dont beaucoup de mes propres symptômes ne sont en réalité bien que d'énormes conséquences par ricochets de troubles congénitaux et posturaux.

Durant ma vie, j'ai beaucoup écrit sur moi-même, et j'ai d'ailleurs une forme d'autobiographie de côté que je me plais à actualiser régulièrement. Celle-ci me sert de garde mémoire dans mon parcours, l'évolution de mes ressentis mais surtout d'une compréhension toujours plus poussée de moi-même. Mais voici un passage que j'ai écrit depuis plusieurs années, concordant à ce ressenti et mes interrogations quant à une naissance brusque et son impact physique et émotionnel notamment :

" La naissance aux forceps est un parfait exemple illustrant l’inhérence de certains événements qui vous laissent obligatoirement un certain traumatisme, une particularité physique ou certains traits de caractères, consciemment ou non, qui impacteront dans votre vie.
Je porte moi-même vingt ans plus tard certaines marques d’une naissance aux forceps avec une dysphasie de la bouche. Extrait de force, certains traits de mon visage furent endommagés, bien plus marqués dans ma jeunesse qu’aujourd’hui. Piégé dans le cordon ombilical, l’étouffement et même la mort de deux vies sont alors passées proches.
Avec le recul des années et quelques recherches, beaucoup s’interrogent sur les impacts de ce type de naissance et leurs multiples caractéristiques communes ; stress particulier, émotionnel exacerbé, et autres troubles inconscients sont parmi les résultantes de venues au monde particulièrement brusques et véhémentes. Les souvenirs de nos premiers instants perdurent toutefois en une mémoire imperceptible, une « mémoire cache » portée par notre inconscient.

Ainsi, sommes-nous sûrement forgé pour une grande partie de nous via ces épreuves et péripéties hors de notre portée et de notre bon vouloir. Par celles-ci, découlent dans nos vies des agissements, des actes parfois inconscients, non maîtrisés. Il convient en ce sens de comprendre le parcours d’autrui avant de le juger, ou justement, de ne jamais juger l’Être s’ignorant souvent lui-même.
Je suis aujourd’hui persuadé qu’une grande part d’explication de soi, de chacun, trouve réponse à la fois dans sa généalogie puis dans sa chronologie de vie. Un ensemble passionnant qu’il convient de découvrir, comprendre et affiner pour mieux se connaître soi-même ; et considérer l’autre/autrui, mais aussi le monde, l’inconnu, la médecine et la vie autrement, mais surtout, plus justement. "
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Mer 6 Avr 2016 13:40

Message de un_ptit_gars
-------------------------------------------------

Salut Gogote!

gogote a écrit:A la lecture de tous ces termes, que je n'avais su déchiffrer ces dernières années, je suis complètement stupéfait. Tout ce listing correspond à mes plaintes. :(
C'est comme si tous mes symptômes et observations n'étaient qu'une résultante de tous ces défauts de naissance, qui n'ont été que peu suivis par la suite, à part pour les yeux ( opération ), ou un peu de kiné des hanches.
Mes plaintes ne sont donc pas anodines et correspondent en grandissant et l'adolescence à l'évolution des membres de l'organisme, de sa musculature et posturologie


C'est vrai que c'est incroyable a quel point une lecture de ces éléments dès années après est parlante...et c'est la qu'on se dis que "si seulement j'avais été pris en charge par des médecins réellement compétent"...surement que la situation ne se serait pas détérioré année après année jusqu'a en arriver a ce qu'elle est aujourd'hui.
En tout cas j'imagine que la correspondance entre ces éléments et ce que tu ressens maintenant a du etre un choc!

Le plus marquant pour moi, c'est de lire que toutes mes plaintes respiratoires actuelles sont déjà notées à l'époque et ont donc déjà une explication. L'obstruction nasale, la voix nasonnée, et tout le reste... ce déséquilibre gauche que je décris, ces gènes. Elles sont bien de naissance. Que ce soit au niveau du genou, du pied, du coude ... je comprends mieux pourquoi lorsque je fais des tractions lors d'une séance de muscu par exemple, j'ai ce sentiment de décalage et de gènes constantes, de dissymétrie. Je comprends aussi pourquoi je me suis bloqué le ménisque à plusieurs reprises, pourquoi je me coltine des torticolis et blocages cervicaux régulièrement, et toute cette fatigue physique et musculaire que je ressens. :(
Tout est vraiment lié, et j'en ai la preuve sous les yeux, sur mon carnet de santé. Et ce n'est qu'un rapide résumé des deux premières années, sans considérer tout ce qu'il m'est arrivé depuis lors.


On le dis souvent de manière généraliste, comme quoi vie utérine, et également la manière dont se déroule la naissance, est capitale pour tout ce que l'être va vivre ensuite dans sa vie...et bien toi c'est d'autant plus criant de vérité: tu as sacrément chargé lors de ta naissance, et en y regardant maintenant, ça parait évident que ces traumatismes se sont encrés de plus en plus, ont générés des compensation fortes, ont impactés le dévelopement de ta boite cranienne, de ton palais, du positionement de ta langue, du passage amondrie d'air...l'effet boule de neige des années après est ici plus que flagrant. Et dire qu'on fond de toi tu a tjrs "su" ça, mais que faute d'aide adapté et de thérapeutes/médecins compétent, rien n'a été fais... :(

Je me bloquais le dos très régulièrement, à ne plus en arriver à marcher à une époque ! Ce n'est que par les soins sur une dizaine de séances de massages en médecines chinoises spécifiques que j'ai eu de très nombreux déblocages. Et j'aimerai vraiment refaire cette forme de "thérapie" et revoir cette personne, car elle avait fait un taff monstrueux. Et n'avait jamais vu quelqu'un de bloqué de la sorte. J'avais plusieurs points dans le dos ou il lui avait fallu plus de dix heures de taf pour arriver à remettre en place le bordel. Aujourd'hui encore, quand je vais chez l'ostéo, ça me soulage un à deux jours, avant de se rebloquer, comme pour retrouver une position non naturelle mais obligatoire d'adaptation à l'ensemble de la posture.


Intéressant ce que tu dis la sur les massages spécifiques chinois que t'avais fait cette personne..si jamais tu arrive a la revoir ou a avoir des infos sur le type spécifique de soins que c'était, dis le nous car ça pourrait etre bien utile à d'autres (dont moi le premier :D )

Je suis tordu, et cela semble la cause primaire de mes soucis!


Certains thérapeutes sont persuadés que c'est la structure qui détermine la fonction: si la structure est mauvaise, il en découlera inexorablement un sous exploitation des fonctions métaboliques du corps, qui se manifestera de différente manière selon le caractère unique de chacun. D'autres thérapeutes pensent que les fonctions biologiques harmonieuses, ainsi que des pensées/émotions bien gérés permettrront le bon dévelopement d'une structure adéquate en conséquence (sauf accident de naissance comme toi bien entendu ou la les cartes sont biaisés... :/)
Dans tous les cas une chose est sur: structure et fonction sont intimement liés et en interdépendance très forte.

Comme si les organes ne trouvaient pas leurs places et s'adaptaient tant bien que mal. En fait, même quand j'ai très mal au ventre, parfois, j'ai l'impression que les organes s'étouffent eux-même, comme lorsque j'ai fait ma torsion testiculaire.


Ce que tu décris la je l'ai parfaitement ressenti également dans mon cas perso via la torsion de ma colonne, lourdose/cyphose, scoliose et éfondrement de la position du crane sur l'Atlas (head forward). Au final les multiples compensations musculaires qui se sont mis en place avec les années compriment a peu près tous dans le corps: tous les organes digestifs, coeur, veines et artères, multiples nerfs, etc... il en resulte un hypofonctionement de ces organes, et un déréglement parfois très marqué dans la capacité a assumer leur fonction ainsi qu'a évacuer leur déchets.
Il est donc évident qu'en plus des traitement biologiques que l'on a appris a maitriser ici sur Melodie, afin d'aider a évacuer les toxines, soutenir les organes dans leur fonctions, etc etc..il y a aussi un soutien très important et plus "mécanique/structurel" qu'il faut apporter ici également. En y réfléchissant bien, ce soutien la est meme surement prioritaire a tout le reste, car les effets boule de neige vont bien au dela des quelques conséquences évoquées ici.
Après toute la partie fondamentale se situe sur quelles actions entreprendre, avec quels spécialistes...car il est évident que lorsqu'on est dans ce type de disymétrie forte et compensation depuis des années, ce n'est pas une petite séance de kiné ou d'ostéo une fois par semaine ou par moi qui va régler le soucis...il faut aller bien bien au dela de cela, et sortir a nouveau des sentiers balisés.

Comme on peut le voir, c'est un immense bordel. C'est malheureux que je me sois éloigné autant de cette problématique.


Ne te blame pas pour autant, tu as découvert et recouper de multiples choses sur d'autres plans (détox, énergétique, biochimie du corps, alimentaire, etc) et ces derniers te seront d'une grande aide pour la suite de ta vie... l'erreur serait justement a nouveau de partir dans une direction unique et d'oublier tout le reste: crois en mon expérience ça n'est jamais une bonne chose...et réellement la santé se situe à l'intersection entre ces multiples connaissances qui sont réellement complémentaires et qui chacune apporte une brique de plus a l'édifice.
Tu ne t'ai donc pas éloigné, tu as exploré une autre facette de la vérité, voila tout...maintenant il est juste temps d'aller travailler en profondeur sur d'autres plans, car cette vérité fais écho en toi et tu n'a plus l'ombre d'un doute a ce sujet: il est donc temps pour toi! :)

Aujourd'hui, c'est bien plus clair lorsque je fais cet ensemble de liens. Encore et toujours une très grande avancée dans mon parcours. :) On peut souffrir de forts problèmes posturaux et d'asymétries sans qu'ils ne soient forcément flagrant, que cela joue très fortement sur l'émotionnel et le ressenti, mais plus encore, que ça en soit une vérité réelle qui désorganise totalement l'organisme. Et ce genre de problématiques a largement sa place dans la difficulté des pathologies assez méconnues et particulièrement difficiles à gérer, accepter, comprendre et faire comprendre au cercle familial comme médical... finalement, moi qui me suis toujours écouté, j'ai toujours su au fond de moi, toujours compris. Mais beaucoup été freiné aussi et incompris. C'est vraiment en ce sens que ça me porte terriblement à cœur de poursuivre la compréhension de ce phénomène postural et de pouvoir aider les personnes dans ce cas.


La partie dédié du forum n'attend plus que toi!! Alors n'hésite pas... :)

" La naissance aux forceps est un parfait exemple illustrant l’inhérence de certains événements qui vous laissent obligatoirement un certain traumatisme, une particularité physique ou certains traits de caractères, consciemment ou non, qui impacteront dans votre vie.
Je porte moi-même vingt ans plus tard certaines marques d’une naissance aux forceps avec une dysphasie de la bouche. Extrait de force, certains traits de mon visage furent endommagés, bien plus marqués dans ma jeunesse qu’aujourd’hui. Piégé dans le cordon ombilical, l’étouffement et même la mort de deux vies sont alors passées proches.
Avec le recul des années et quelques recherches, beaucoup s’interrogent sur les impacts de ce type de naissance et leurs multiples caractéristiques communes ; stress particulier, émotionnel exacerbé, et autres troubles inconscients sont parmi les résultantes de venues au monde particulièrement brusques et véhémentes. Les souvenirs de nos premiers instants perdurent toutefois en une mémoire imperceptible, une « mémoire cache » portée par notre inconscient.

Ainsi, sommes-nous sûrement forgé pour une grande partie de nous via ces épreuves et péripéties hors de notre portée et de notre bon vouloir. Par celles-ci, découlent dans nos vies des agissements, des actes parfois inconscients, non maîtrisés. Il convient en ce sens de comprendre le parcours d’autrui avant de le juger, ou justement, de ne jamais juger l’Être s’ignorant souvent lui-même.
Je suis aujourd’hui persuadé qu’une grande part d’explication de soi, de chacun, trouve réponse à la fois dans sa généalogie puis dans sa chronologie de vie. Un ensemble passionnant qu’il convient de découvrir, comprendre et affiner pour mieux se connaître soi-même ; et considérer l’autre/autrui, mais aussi le monde, l’inconnu, la médecine et la vie autrement, mais surtout, plus justement. "


Très bien dis tout ça...bravo pour cette réflexion très bien exprimé sur cette particularité de naissance qui est loin d'etre anodine...

A bientot!

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Lun 18 Avr 2016 13:40

Message de Pacha
-------------------------------
[...]
Depuis quelques semaines mon état de santé s'améliore de façon constante et surprenante. Les rechutes sont plus courtes dans la durée et s'espacent dans le temps. Parallèlement, mon occlusion s'améliore, grâce aux réglages successifs de l'orthodontiste; et je ne suis pas loin d'une occlusion normale, ce qui est un grand soulagement. Je ne peux m'empêcher d'établir un lien de cause à effet....
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Lun 18 Avr 2016 13:41

Message de un_ptit_gars
-------------------------------------------

Pacha a écrit:Depuis quelques semaines mon état de santé s'améliore de façon constante et surprenante. Les rechutes sont plus courtes dans la durée et s'espacent dans le temps. Parallèlement, mon occlusion s'améliore, grâce aux réglages successifs de l'orthodontiste; et je ne suis pas loin d'une occlusion normale, ce qui est un grand soulagement. Je ne peux m'empêcher d'établir un lien de cause à effet....


Ton message tombe pil poil Pacha, on abordait justement dernièrement avec Gogote l'importance capitale de la structure dans le fonctionnement global du corps, l'oxygénation, etc... et l'occlusion est un axe principal de travail pour modifier la structure. C'est donc tout a fait plausible et cohérent que tu ai de forte avancée si cette partie est corrigée de manière efficace par un l'orthodontiste que tu vois.
Peux tu nous dire quel travail précis il réalise dans ton cas a ce niveau?

A bientot,

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Lun 18 Avr 2016 13:41

Message de Pacha
------------------------------------

Bonjour P'tit Gars,

un_ptit_gars a écrit:Ton message tombe pil poil Pacha, on abordait justement dernièrement avec Gogote l'importance capitale de la structure dans le fonctionnement global du corps, l'oxygénation, etc... et l'occlusion est un axe principal de travail pour modifier la structure. C'est donc tout a fait plausible et cohérent que tu ai de forte avancée si cette partie est corrigée de manière efficace par un l'orthodontiste que tu vois.
Peux tu nous dire quel travail précis il réalise dans ton cas a ce niveau?


Je souffre depuis très longtemps de malocclusion, sûrement depuis l'enfance et c'est cela qui a motivé ma décision de commencer un traitement orthodontique il y a près de 6 ans (sur les conseils de plusieurs dentistes). Je ne pouvais utiliser qu'un seul côté de ma mâchoire pour mastiquer, et j'avais des difficultés à ouvrir de manière ample ma bouche. Cela se serait intensifié avec les années et les dentistes m'ont alerté sur le fait que j'aurai du mal à ouvrir ma bouche à l'approche de la vieillesse..
L'objectif de l'orthodontie était de rétablir un équilibre en introduisant les dents manquantes de naissance (16 et 42, + une prémolaire perdue à l'âge de 20 ans). C'est là où les choses se sont compliquées...En cherchant à créer des espaces pour les futurs implants, sur ma mâchoire très étroite,les dents ont changé d'axe, d'une part, et de niveau 'd'enfoncement' dans l'os. Elles ont fait le yoyo! Certaines se sont déchaussées quand d'autres se sont davantage enfoncées dans l'os de la mâchoire. Ma malocclusion s'est dégradée dès le début du traitement, avec trop de contact à droite, et aucun à gauche, des contacts plus moins forts et indésirables entre dents du haut et dents du bas, créant un grand inconfort, que j'ai du supporter pendant plus de 5 ans, avec des changements à gérer en permanence. J'ai rapidement pensé que la dégradation de mon état était lié à ce état, mais j'ai été la seule.

Après le retrait des bagues et les travaux de reconstruction du dentiste, mon occlusion était toujours en souffrance, avec des déséquilibres toujours présents entre gauche et droite et des contacts indésirables à certains endroits. Pas de grande amélioration du SFC, de la fibro, etc..., à ma grande déception après retrait de l'appareil.

Depuis 2/ 3 mois l'orthodontiste travaille régulièrement en limant très progressivement les dents qui présentent un contact trop fort ou non souhaité, à raison d'une séance tous les 3/4 semaines, car il s'en suit toujours un travail d'adaptation musculaire dans le temps, et de légers mouvements des dents. Le but est d'obtenir des contacts harmonieux là où ils sont nécessaires, la disposition des dents étant maintenant correcte. C'est long, mais depuis que nous sommes dans cette dernière phase, des améliorations brèves au départ, puis de plus en plus longues sont apparues. Depuis 3 semaines environ, date du dernier réglage, un grand changement semble s'opérer enfin! Je retrouve des sensations normales lorsque mes mâchoires sont au contact (j'avais en permanence des tremblements lorsque mes mâchoires étaient au contact, et j'avais la sensation de ne pas arriver à gérer la force du contact), et mes articulions temporo-mandibulaires ne sont plus douloureuses. Parallèlement, mes douleurs articulaires, musculaires et autres (dues sûrement à un état inflammatoire permanent) ont régressé, le ainsi que le SFC. Mon sommeil est de meilleure qualité (je rêve de nouveau, entre autre). Je suis convaincue que ces troubles de l'occlusion sont surtout préjudiciables lors du sommeil, notamment par les diverses tensions musculaires et tendineuses au niveau du crâne, se répercutant sur l'ensemble du corps.

un_ptit_gars a écrit:Tu as ce post ou on parle de tout ça si tu veux un peu de lecture

viewtopic.php?f=108&t=6243&sid=971964bb1dc86f08994e860db652897b#p110948


Merci pour ce lien. Je retrouve dans mon parcours et mes symptômes des analogies avec celui de Gogote, même si ma naissance a été normale. J'ai néanmoins une bouche petite, la cloison nasale déviée, une mauvaise respiration depuis l'enfance, tout cela ayant entraîné divers déséquilibres dans mon squelette et dans ma posture.

Mon expérience témoigne de l'importance de l'occlusion sur notre santé. Cette mauvaise occlusion dont je souffrais a sûrement affaibli mon organisme par divers mécanismes depuis très longtemps. Et une aggravation brutale de cette malocclusion, combinée à une intoxication aux ML, sur mon organisme déjà faible, m'a entraîné vers la maladie (ou les maladies).

Un trouble de l'ATM, est un facteur à identifier et à prendre en compte dans la compréhension de nos maladies. Les moyens d'y remédier sont à envisager avec prudence et réflexion. Un traitement d'orthodontie est traumatisant pour nos organismes déjà malmenés et il faut bien peser le pour et le contre avant de se lancer.
Il existe aussi des traitements orthodontiques plus doux, axés sur l'utilisation de gouttières (et sans métaux lourds), mais pas adaptés à tous les cas, hélas.

Je vous tiendrai au courant de l'évolution de mon état.
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Dim 1 Mai 2016 09:29

Message de gogote
-----------------------------------

Très intéressant tous ces messages, dans lesquels je me retrouve bien forcément ...

Disons que selon les cas, et les événements, un défaut postural en entraine un autre, qui en entraine un autre et ainsi de suite. C'est un peu ce qu'il semble arriver dans mon cas.
Je te rejoins tout à fait sur le sommeil, qui est pour moi le grand révélateur des douleurs et troubles temporo mendibulaires.

Par exemple, selon la posture de ma nuque ou de mon crane de nuit, je vais me réveiller le matin avec des blocages divers et maux de tête incroyables, pouvant durer toute la journée. C'est le cas aujourd'hui d'ailleurs. Cela me provoque entre autres des tremblements, des troubles de vision, et parfois de la cognition. Durant la nuit, j'ai un mauvais sommeil, je bouge beaucoup, j'ai des pseudo acouphènes ou gènes électriques en bouche type electrogalvanisme.

Dans cette bagatelle de douleurs, il y a forcément une grande fatigue qui s'en suit.

Vers quelle forme d'orthodontie t'es tu tournée ? Je garde en mémoire la méthode Clauzade que l'on m'avait conseillé. A qui t'es-tu adressé pour ces soins ? Travail et recherches en solitaire et prise de rdv ?
Il me semble que la dentiste que je dois voir prochainement et que m'a conseillé pti_gars a aussi une formation en orthodontie. Perso, et c'est un signe qui m'a fait tilt en te lisant, je n'ai par exemple jamais pu manger des deux côtés de la bouche. J'avais la réputation d'être un hamster de mes parents, car j'enfournais toujours tout d'un côté de la bouche. Et c'est encore le cas ! Tout cela car j'ai ce déséquilibre de la machoire, et qu'il m'est impossible d'utiliser mes dents du milieu ou les deux côtés sans déséquilibre et risquer de m'étouffer ou d'avoir une sensation désagréable.

Un autre symptôme révélateur, c'est que je me sens bien mieux lorsque je fais des repas qui n'utilise pas ces articulations. Enfin, j'aimerai savoir si tu ressentais/ressens toujours des troubles type électrosensibilité/acouphènes ou champs électriques en bouche ? Aussi, as-tu la sensation d'avoir un côté plus touché que l'autre , que ce soit au niveau de la gène que des douleurs ?
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Dim 1 Mai 2016 09:29

Message de Patcha
-------------------------------------

Bonjour Gogote,

Désolée d'être aussi tardive dans ma réponse, mais je rentre de vacances...

Quand je lis ton post, je me retrouve aussi, et sur de nombreux aspects!

gogote a écrit:Par exemple, selon la posture de ma nuque ou de mon crane de nuit, je vais me réveiller le matin avec des blocages divers et maux de tête incroyables, pouvant durer toute la journée. C'est le cas aujourd'hui d'ailleurs. Cela me provoque entre autres des tremblements, des troubles de vision, et parfois de la cognition. Durant la nuit, j'ai un mauvais sommeil, je bouge beaucoup, j'ai des pseudo acouphènes ou gènes électriques en bouche type electrogalvanisme.


J'ai exactement les mêmes symptômes depuis que j'ai commencé mon traitement d'orthodontie (certains étaient présents depuis longtemps mais plus faibles), et qui se sont accentués avec le temps pour devenir insupportables: les troubles de la vision (yeux très secs), les tremblements dès que je suis couchée, les acouphènes, la sensation d'avoir du galvanisme en bouche (un courant qui circule). Je n'ai jamais eu pendant mon traitement des sensations de contact normales entre les dents me permettant d'avoir une position de la nuque normale et stable. Dans les derniers temps de mon traitement, la moindre pression à l'arrière du crâne provoquait une tension au niveau des dents. Mes nuits étaient entrecoupées de réveil pour trouver la meilleure position de la nuque permettant de tenir ma mâchoire fermée. En fin de nuit, mes ATM épuisées ne tenaient plus et ma bouche ne pouvait plus rester fermee. C'était très dur! Beaucoup de symptômes ont régressé voire disparu, depuis que l'occlusion est bien meilleure. Mais ce n'est pas encore satisfaisant, des ajustements sont encore nécessaires. Les acouphènes sont toujours là, mais légèrement plus faibles
Je pense aussi, que la sensation de galvanisme, de courant électrique peut être due à un épuisement des nerfs de la région, en sollicitation permanente. Je le ressens après chaque réglage ou des ajustements de position des dents se produisent et provoque un inconfort temporaire, bien que ces sensations soient de plus en plus faibles maintenant.

J'ai trouvé une amélioration ces derniers temps en investissant dans un oreiller en mousse à mémoire de forme (pas ergonomique, ce n'est pas la même chose). Le crâne est maintenu en douceur. Je pense que ça a contribué à un meilleur sommeil. C'est cher, mais ça vaut le coup.

Quant à trouver un orthodontiste sérieux et compétent, c'est une priorité. J'ai commencé avec une orthodontiste sans me poser de question. Mon dentiste m'a recommandé le cabinet le plus en vue de ma ville. Seule une praticienne était disponible dans le cabinet, cherchez l'erreur....Très mauvais choix. Elle a décidé au départ de ne pas poser d'implant et de serrer toutes mes dents. Catastrophe, au bout de deux ans il a fallu partir dans le sens contraire (inconfort total, pas assez de place pour la langue et inhestétique). Pour me dire à l'issue de la troisième année qu'elle était au bout de ses possibilités, et qu'elle ne pouvait pas arriver à créer les espaces nécessaires aux implants. elle m'a laissé en plan. Heureusement, mon dentiste était persuadé de son incompétence et m'a mis en contact avec un très bon praticien, qui a bien voulu reprendre le travail. Petit cabinet, avec une seule secrétaire mais beaucoup d'humanité. IL pouvait passer 1h30 en consultation pour effectuer des ajustements dignes d'un orfèvre. Un praticien incroyable. Il m'a d'ailleurs appris qu'existe un problème de formation des orthodontistes. N'importe quel étudiant en dentaire ayant suivit un module d'orthodontie de quelques semaines en fin de cursus peut ensuite s'installer orthodontiste (c'est ce que j'ai compris). Lui a suivi une réelle formation en orthodontie. La sécu fait d'ailleurs régulièrement appel à lui en tant qu'expert car les cas de traitement d'orthodontie ratés explosent dans ma ville.
Tu peux peut-être te renseigner auprès du médecin conseil de la sécu dont tu dépends pour avoir une idée des praticiens à éviter.

Mon orthodontiste pratique la méthode Clauzade, mais elle n'est pas adaptée à tous les cas. Essaye peut-être en plus du dentiste que tu dois voir prochainement, de prendre un avis chez un autre praticien.
Le fait que tu puisses manger seulement d'un côté est le signe d'un problème occlusal important comme moi auparavant. Il ne pourra pas se résoudre sans traitement.
Je ne peux que t'encourager à aller dans cette voie, en te renseignant bien au préalable. Pense aussi à te faire accompagner par un ostéopathe durant le traitement. L'effet est toujours de courte durée mais aide après chaque activation.

Enfin, j'ai lu ton post sur ton expérience avec l'au-delà. Là-aussi je te rejoins! J'ai vécu une expérience similaire, par l'intermédiaire d'une chamane. Dans mon cas, il a fallu un travail long et un intermédiaire mais j'ai également vu et échangé avec ces présences (dans mon cas, j'ai bien reconnu certains de mes ancêtres). C'est une grande chance, car tu es accompagné dans ton cheminement.C'est d'autant plus incroyable que cela s'est produit de manière spontanée....tu as sûrement fait tomber certaines barrières...

A bientôt
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Mer 4 Mai 2016 13:41

Message de gogote
---------------------------------------------

Petit retour après de longues journées à étudier ma génétique de fond en comble, et un nouvel échange avec mon médecin hier.
Tout d'abord, il faut savoir que ces dernières semaines ont été chaotiques avec un enchainement de crises, de malaises réactionels à des soucis respiratoires et sanguins, des fourmillements du corps et blocages des organes de toute part en réactions à ce manque d'oxygène. S'en sont accompagnés de fortes douleurs musculaires/articulaires notamment dans le haut du dos, des jambes et un peu partout, ainsi que des rougeurs sur les pieds, genoux, coudes, mains. Une très grande fatigue, instabilité digestive également. J'ai pu me rendre compte que c'est bel et bien la rate qui augmente et s'hypertrophie dans ces lourdes crises, comme pour "pomper" les toxines, ou réguler la mauvaise circulation sanguine. Je suspectais le pancréas, et des crises d'hypo potentielles, mais après achat d'un glycomètre et tests réguliers, il s'avère que la glycémie fonctionne correctement. C'est donc la rate qui semble s'enflammer régulièrement. Et des symptômes majeurs liés à une hypotension que j'associe au manque d'oxygène.
J'ai bien essayé de comprendre et rechercher pendant tout ce temps des potentielles causes métaboliques, avec certains éléments mis de côté, mais cela reste toujours un peu ambigü et complexe, voire contradictoire. Je laisse donc cette piste à l'étude pour les semaines à venir, avec les tests kinésio-respiratoires que je prévois.

J'aiquand même pris rdv pour échanger avec le médecin sur tout ça, car le retentissement devenait réellement inquiétant. A plusieurs moments, j'ai encore cru y passer, ou perdre la fonction de certains organes. Etant à risques de nombreux facteurs rhumastimaux, je désirais quand même revenir sur mes dérouillages matinaux, ces compressions musculaires et épisodes cardiovasculaires récents.

On a ainsi décidé de refaire un petit check-up sanguin au niveau anticorps surtout pour la polyarthrite rhumatoïde, ainsi qu'un panel de radios sur l'ensemble rachis/cervical/dorso-lombaire, bassin et épaules.
Mais la ou ça devient intéressant, et ou l'on retrouve encore et toujours le phénomène évoqué avec pti_gars de l'hypoxie généralisée au squelette, c'est que la toubib a soudainement eu un déclic sur mes symptômes et plaintes récurrentes du côté gauche, notamment lorsque j'ai évoqué le contrôle du lactate, signe de souffrance respiratoire évocateur lors des crises. Et aussi associé à cerains troubles neuros ou épileptiques chez ma soeur, et enfin un patient qu'elle suit en ce sens.

Elle a évoqué un trouble du nerf vague, qui serait la cause de tous les maux dont je me plains côté gauche et les fonctions effectivement très nombreuses, dont la régulation du péristaltisme intestinal et du rythme cardiaque m'intéressent particulièrement. Celui-ci ne fonctionnerait pas correctement, impliquant l'avalanche et les troubles respiratoires. Ou une résultante de ceux-ci. Je m'étais déjà intéressé un peu à ce nerf vague, et effectué certains tests. Mais je m'y suis replongé hier soir. Et effectivement, elle semble avoir mis le doigt sur quelque chose de très intéressant. C'est comme si par la compression du nerf vague, l'influx nerveux nécessaire aux organes pour recevoir le message ne fonctionnait plus, ou comme si l'oxygène ne parvenait plus, engendrant un blocage, une compression. Ainsi, l'oygènation et la circulation sanguine ne sont plus adéquates, et tout fout le camps. J'ai cru comprendre qu'il y avait encore et toujours nombreuses causes potentielles à cela, mais clairement, les symptômes d'un dysfonctionnement du nerf vague rejoingnent bien ce que je vis. Je vais donc essayer les jours prochains d'effectuer des exercices sur celui-ci, des sortes de stimulations visant à relancer le mécanisme, en plus d'exercices respiratoires visant à m'oxygéner le plus possible. J'ai déjà effectué cela hier soir, et étrangement, je me suis réveillé ce matin en pleine forme, en ayant dormi que 5h... sachant que mes dernières nuits étaient de 12/12h sans arriver à me lever, épuisé, et en m'étouffant de nuit, alternant des pseudo pertes de connaissances par manque d'oxygènes, ou de blocages sanguins et fourmillements.

Bref, il semble que nombreux rhumatismes soient impliqués dans ces soucis de nerf vagues, par compressions des nerfs. Il y a aussi simplement des cas de maladies congénitales, d'infections ou autres. Je vais pousser le sujet autant que possible. Et je vous tiens au courant. Je suis à un point ou j'espère juste trouver le remède pour m'éviter de clamser du jour au lendemain. :D Et j'en reviens à cette nécessité de trouver de l'air pour le fonctionnement organique. Ces gènes côté gauche seraient résiduelles à un blocage massif de ce fameux nerf vague... maintenant, est-ce encore et toujours une cause ou une conséquence ??? Perso, je recherche encore les causes plausibles à ce dysfonctionnement qui semblent nombreuses mais clarifient et expriment à nouveau un problème dans la liaison système nerveux/système organique/oxygénation : je me questionne donc à nouveau sur l'impact potentiel d'une hypertrophie amygdalienne, d'un goitre, de rhumatismes à ce sujet. Et j'espère vraiment revenir avec des réponses la prochaine fois ! D'autant qu'elle m'a affirmé que l'épilepsie vient souvent par dysfonctionnement de ce même nerf vague, et que les retombées sur ma soeur, bien que différentes en terme de symptômes, pouvaient finalement avoir une cause similaire. Elle comme moi somment assez " compressé " au niveau parodontie, avons une hypertrophie amygdalienne, et une base cranienne assez étroite. Trop peut-être ? :D C'est comme si certaines personnes comme moi étaient tellement à l'étroit d'un point de vu anatomique que la moindre compression bloquait le passage d'oxygène/engendrait un mauvais passage de l'influx nerveux. On en revient à la problématique congénitale ou acquise au cours de la vie par des modifications fortuites ou traumatiques du corps amenant à ce déséquilibre. Dans mon cas, je ne peux m'empêcher de retomber sur mes problèmes d'occlusions, amygdaliens, goitre.
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Mer 4 Mai 2016 13:42

Message de un_ptit_gars
--------------------------------------------

Salut Gogote,

Comme a chaque fois que tu poste visiblement, j'ai plein de choses sur lesquelles rebondir car une grand partie de nos parcours se rejoignent encore et tjrs... :)

gogote a écrit:Mais la ou ça devient intéressant, et ou l'on retrouve encore et toujours le phénomène évoqué avec pti_gars de l'hypoxie généralisée au squelette, c'est que la toubib a soudainement eu un déclic sur mes symptômes et plaintes récurrentes du côté gauche, notamment lorsque j'ai évoqué le contrôle du lactate, signe de souffrance respiratoire évocateur lors des crises. Et aussi associé à cerains troubles neuros ou épileptiques chez ma soeur, et enfin un patient qu'elle suit en ce sens.


Pour ma part le taux de lactate je ne l'ai encore jamais mesuré, mais je comptais le faire faire très prochainement car j'ai lu des infos très intéréssantes a ce sujet qu'a émise Shoemaker (au cas ou tu ne connaitrais pas bien le gars en question, c'est un acteur majeur des maladies environementales dans la lignée des notre, et qui s'est spécialisé sur le traitement des problématiques liés aux moisisures et mycotoxines)
Ce dernier disait dans une interview récente qu'il regarde tjrs le taux de lactate qui est selon lui un très bon indicateur de l'hypoperfusion capilaire : en gros la dégénérescence de la capacité qu'a le corps a créér de nouveaux vaisseaux sanguins et capillaire afin d'oxygéner les célules, leur fournir les nutriments et évacuer les déchets. Selon lui donc, un taux élevé de lactate est un très quantificateur de cet état d'hypoxie céllulaire qui se met en place dans nos pathologies. Le principal élément qui fais augmenter ce taux de lactate serait les niveaux d'inflammation systémiques, mesurables notament par les taux de c4a.
On peut bien sur remonter encore dans les strates et se demander pourquoi cette problématique d'inflammation systémique est si présente dans les pathologies environementales et pourquoi on la retrouve dans l'immense majorité de ceux qui sont touchés par ces pathologies...est-ce que l'épidémie de borréliose en est la principale cause? ou alors l'accumulation des métaux lourds pro-oxidants? ou encore l'épigénétique de notre époque qui a activé certain gênes liés justement aux deux précédents facteur évoqués? Ou que sais-je encore....
Mais l'essentiel n'est pas la, du moins pas dans un premier temps. L'essentiel de la question est pourquoi notre corps se retrouve dans une incapacité a activer suffisament les mécanismes antiinflammatoires naturels qui maintiendrait un équilibre (même s'il est précaire) et qui ne ferait pas pencher lourdement la balance du coté de l'inflammation, puis par effet dominio dans l'hypoxie...
Et puis c'est la que le nerf vague entre en scene, comme te l'a très justement dis le doc que tu as vu! je pensais que l'on en avait deja parlé ensemble gogote, mais entre tout j'ai pu confondre avec les MP que j'ai eut avec un autre mélodiens...sorry :/
Bref ce que je peux te dire par contre c'est que le nerf vague est l'acteur MAJEUR du corps en ce qui concerne les mécanismes antiinflammatoires, maitre de la régulation du système nerveux parasymathique (rest and digest :) ), il permet la sécrétion de l'acethycholine qui enclenche par effet domino une multitude d'action a visée anti-inflammatoire dans le corps. Donc les trouble du nerf vague sont une cause extrement importante dans nos pathologie, car ils sont au coeur des dérégulation de la sphère anti-inflammatoire...et oui rien que ça! :) C'est d'ailleurs le nerf qui permet la régulation entre nos deux cerveau: celui du haut et celui du bas (intestins), et c'est la voie royale pour traiter tout ce qui touche aux phénomène inflammatoire.
Du coup on en vient a chercher longtemps pourquoi celui ci déconne, et certains théories sont intéréssantes, notament celle ci évoquée dans un sujet du forum: viewtopic.php?f=49&t=5495&hilit=glial

Il faut également savoir que la science allopathique a découverte deux choses fondamentales ces dernieres années, et que je peux te prédire que les plus grandes avancées de santé dans les années a venir se feront dans ces deux domaines la: l'importance de la microbiote (et via les transplantations fécales et autres alternatives qui viendront) et.... la régulation du nef vague quand il est hyperactif, sous actif, ou désensibilisé.
Une branche importante des avancée se fait donc la dessus et plusieurs firmes mettent actuellement au points ds appareils se stimulation de ce dernier, via des microdoses bien précises de courant/impulsions/ pendant des durées et dosage bien définis. Et je peux t'assurer que c'est la course parcequ'ils ont réalisés que c'est une mane pour un panel incroyable de maladie: des malades neurodégénératives a l'obésite, en passant par la douleur....la stimulation du nef vague eut largement aider les alzeihmer, autiste, obéses, etc etc... un marché donc extrement prometteur pour les industriels qui regorgent d'idée pour proposer des machines/outils qui réguleront d'ici peu notre nerf vague (autrement qu'avec un truc immplanté dans le corps, comme c'est deja le cas pour les pacemaker gastriques pour ceux qui ont de gros problèmes de mobilité gastriques, et qui ne font que stimuler la branche du nerf vague localisé dans l'estomac ;) )
D'ailleurs en recoupant ces informations avec les connaissances ancestrales de l'orient, on sait que les plantes digestives amères ont un role très important a la fois pour permettre une meilleur digestion, et également pour diminuer l'inflammation et rafraichir les idées, et que pour qu'elles soient réellement efficaces, il faut qu'elles soient en contact avec la langue.... mais pourquoi la langue? et bien parceque c'est la voie d'accès la plus simple et la plus évidente...au nerf vague :)
Ainsi, la gentiane, extrement amère, bue a petite gorgées (il faut la savourer ;) ) est un remède qui fait des miracles pour bien des digestions difficiles, car elle donne l'ordre au nerf vague de réaliser ses actions: anti-inflammatoire, activation de la mobilité des organes, perislstatisme, etc...

Si tu savais le temps que j'ai passé Gogote a chercher comment travailler sur le nerf vague, quels exercices pourraient le stimuler, comme l'aider avec les plantes, les stimulateurs a venir... tout cela est très intéréssant, permet de recouper des parties du puzzle..mais si on remonte encore d'un niveau, pourquoi est-ce que le nerf vague a besoin d'etre tant stimulé? pourquoi le le fait-il pas de lui même comme il se devrait? Et bien en remontant a ce niveau, en cherchant et recoupant j'en suis arrivé a la conclusion que nous évoquions ensemble sur le forum: les anomalies congetinales ou liées a la structure/squelette. Si il y a déformation quelquepart, que la structure est déformé, qu'ils y a des mécanismes de compensation qui se mettent en place au niveau de la colonne vertébrale, des tendons, des muscles, alors tous les organes sont tirés, comprimés, compressés...et inexorablement celui qui l'est aussi bcp c'est..le nerf vague! Bien souvent il se sera au niveau de sa ramification du cou, de part les multiples atteintes que l'on constate chez les malades dans cette zone la: acouchement difficile, occlusion détruite par tous les soins dentaires ou par mauvais dévellopement du crane, asymétrie du visage/crane par compensation musculaire, mauvaise posture assise depuis des années, etc etc.. au final la branche haute du nerf vague est souvent atteinte, et comme je le disais, par effet domino on a tous les autres mécanismes qui se mettent en place... et souvent en plus d'avoir une hypoxie mécanique (passage de l'air limité lors de la respiration/diaphgramme), se rajoute une hypoxie biochimique par diminution de la création des vaisseaux sanguins (diminution du VEGF et augmentation du lactate) a cause de l'inflammation systémique... on arrive donc a plusieurs causes qui vont toutes dans le sens d'une hypoxie et qui trouvent leur racines dans le nerf vague et bien souvent a l'échelon suprérieur encore a un problème de structure. C'est donc a mon sens réellement LA qu'il faut axer ses soins si l'on veut etre dans une démarcher de correction durable/réelle et non sur une strate intermédiaire que l'on soutiendrait pour avoir tout au plus une "béquille" sur laquelle s'appuyer.

Toutes mes recherches depuis ces 3 dernières années sont axés sur cet enchevetrement que je t'ai décrit (assez brievement) ici, et je suis intimement persuadé que BCP de malades environementaux ont de gros soucis dans tout cela, et que les clés de sorties se situent ici, et non pas dans la recherche des meilleurs traitements par antibio ou encore par des chélations continue à vie pour essayer tant bien que mal d'éponger la toxicité perpetuelle qui est récolté jour après jour... Si le corps est en hypoxie et que la circulation sanguine est si entravée, alors ces mesures la ne sont a mes yeux que des béquilles plus ou moins valables et qui ne peuvent faire que limiter la casse, tout au plus...

Enfin, voila en gros ce que je pense, la ou je travaille depuis pas mal de temps deja, et j'ai pensé que ces détails en plus seraient intéréssant pour toi (et pour d'autres) car je pense que tu t'oriente vraiment dans la bonne direction également :)

A bientot!

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse

Re: Planchers pelvien / diaphragme / cranien et oxygènation

Messagede un_ptit_gars » Ven 20 Mai 2016 12:41

Hey gogote :)

gogote a écrit:J'ai bien entendu déjà tout lu au sujet du nerf vague. Le souci pour moi comme je te l'avais déjà évoqué, c'est que cela semble un énième symptôme se retrouvant dans de multiples pathologies... aussi bien vasculaires, que de déficiences d'enzymes, que de troubles congénitaux etc etc... :/


Perso je ne mettrai pas le cas du nerf vague comme étant un symptome, mais plutot dans la case "cause d'assez haut niveau" pour engendrer tout un tas de symptomes...nuance! :D
On en a deja parlé mais a mon sens même s'il n'est tout an haut de la chaine causale, il s'en rapproche malgré tout... et de part son dysfonctionnement global (que tu as très justement nomé dans ton précédent message, c'est bien le cas de dysautonomie ou dystonie neurovégétative/neurovasculaire), on peut facilement trouver une 100ène de problèmes de santé divers et variés.

la tout de suite, j'ai vraiment l'impression que c'est encore mon corps de travers qui me fait des siennes, par écrasement des organes, ou malformations de certains...


Parfaitement d'accord: les problèmes de structure peuvent tout aussi bien écraser mécaniquement le nerf vague, comme provoquer des compensations musculaires fortes et une déformation de la colonne qui engendrera une compression sur tous les organes, du coeur aux viscères.
Une accumulation de grosse quantités de matières fécales séchées dans le colon pourra également avoir ce type d'impact: le colon passe devant tous les organes majeurs : foie/vb, pancréas, estomac, coeur, rate... si ce dernier est distendu par stase de matières depuis des années, alors mécaniquement il va egalement appuyer fortement sur ces organes...et un organe mécaniquement comprimé fera mal son boulot, tu peux en etre sur!
Un dernier point aussi: tout ce qui accentue les contractions musculaires provoque des compensation et donc des compression d'organes, donc en toute logique des matière vibratoirement incompatibles en bouche peuvent avoir cet effet également (car elle génère des contractions musculaires nettes). On en revient a ce qu'on disais avant sur le fait que tu voulais faire retirer certains composites incompatibles: il peut aussi y avoir une libération mécanique qui s'opère via cela, ce n'est pas a exclure non plus.

Après, à ton niveau, tu penses que de multiples blocages peuvent engendrer de telles réactions immédiates à l'alimentation et assimilations ???


Si les compressions se font sur les organes digestifs, oui je pense que ça peut très largement impacter leur fonction et faire que ces derniers vont peu a peu laisser une mauvaise biote s'implanter, la matière fécale s'accumuler, et les parasites y faire leur nid.
Ainsi, par effet de cause a effet les organes sont en souffrances et le seul déblocage mécanique, bien que nécéssaire et obligatoire, ne sera pas forcément suffisant (il faudra aussi rétablir l'equilibre en nettoyant ces zones la ensuites). Néanmoins tant que les compressions sont présentes, le nettoyage sera a mon sens sans fin, telle une béquille que l'on doit répéter sans cesse jour après jour, mois après mois et années après années.

A bientot!

Pti gars
Rappel : Aucun message posté ici ne fait office de prescription médicale, seul le médecin traitant est habilité à prescrire un traitement- www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=53&t=2869

Lisez l'e-book du forum! www.forum-melodie.fr/phpBB3/viewtopic.php?f=80&t=4197
Avatar de l’utilisateur
un_ptit_gars

Administrateur
Administrateur
 
Messages: 10924
Inscription: Ven 23 Nov 2007 07:00
Localisation: Toulouse


Retourner vers Tous les échanges et les sujets

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité